10/12/2007

Ignacio Ramonet: Il y a une véritable censure sur les propos de Fidel Castro ....

Un des fondateur d’ATTAC, directeur du Monde diplomatique, Ignacio Ramonet signe Fidel Castro, Biographie à deux voix, résultat de plus de cent heures de conversations avec le chef d’État cubain. Rencontre.

28-02-2007

« Quand on parle de Cuba, c’est tout de suite une dictature, la répression, ce sont les images qui sont véhiculées. Il me semblait qu’il y avait là une injustice à l’égard de Cuba… Donc mon intention était de traverser ce que j’appelle la muraille de la haine. » (Photo archives)

- Cliquez sur la photo pour l'agrandir -


Ignacio Ramonet. Toutes les questions que tout le monde se pose sur Cuba sont dans le livre. Il va y avoir des critiques, c’est évident, mais je continue de penser que le devoir d’un journaliste, c’est effectivement d’aller à contre-courant. Dans le contexte qui est le mien, celui de l’Europe, je considère qu’il y a une véritable censure sur les propos de Fidel Castro et qu’il est une des personnalités qui a le moins souvent la possibilité de s’exprimer dans les médias européens. L’objectif de mon livre est de retracer tout un itinéraire et de répondre à la question : qui est Fidel Castro ?

Je crois que ceux qui critiquent systématiquement Cuba vont continuer de le faire, ceux qui défendent systématiquement Cuba vont continuer à le faire, le livre s’intéresse plus directement à ceux qui voudraient se faire de bonne foi, par eux-mêmes, une idée de qui est Fidel Castro, de ce qu’est la révolution.

 

Pourquoi insistez-vous tant sur le fait que les jeunes lisent le livre ?

Ignacio Ramonet. Je suis très lié au mouvement d’altermondialisation, je fais partie de ceux qui ont essayé de lancer le Forum social mondial, je fais partie de l’idée initiale d’ATTAC. Tout ce mouvement qui est très ouvert dans la critique contre la globalisation est, en même temps, très critique contre Cuba. Quand on parle de Cuba, c’est tout de suite une dictature, la répression, ce sont les images qui sont véhiculées. Il me semblait qu’il y avait là une injustice à l’égard de Cuba.

D’ailleurs, il y a une certaine contradiction à admirer la révolution bolivarienne et à ne pas voir que, pour Chávez, président du Venezuela, Fidel Castro est une référence permanente ; pour Evo Morales (Bolivie), c’est la même chose, même pour Lula (Brésil) qui n’a jamais pris de distances officielles à l’égard de Cuba, au contraire qui s’y est référé.

Donc mon intention était de traverser ce que j’appelle la muraille de la haine. Il est possible qu’il y ait des critiques à faire à Cuba, mais ces critiques aussi systématiques aussi négatives m’ont toujours paru excessives, en tout cas, non rationnelles ou irrationnelles.

Je crois que c’est important pour que des nouvelles générations transmettent le relais, pour qu’elles puissent réfléchir sur cet itinéraire, qu’elles aient la connaissance rafraîchie avec le regard d’aujourd’hui sur la révolution cubaine. On ne peut pas comprendre ce qui se passe en ce moment en Amérique latine (pour la première fois depuis longtemps, il y a eu le mouvement social, la montée de la gauche, le mouvement critique qu’il y a en ce moment) si on ne fait pas la connexion avec ce qu’est la révolution cubaine, ce qu’a représenté la révolution, le désir de libération de Cuba.

 

Que représente ce livre pour le grand journaliste qu’est Ignacio Ramonet ?

Ignacio Ramonet. Pour les journalistes qui s’intéressent à la politique internationale, interviewer Fidel Castro est effectivement un objectif. Avoir la possibilité de discuter avec quelqu’un qui a été un acteur et un témoin de 55 ans d’histoire, avoir la possibilité d’échanger avec lui sur la manière dont s’est passée la crise d’Octobre, ses relations avec Kennedy, l’expérience avec Che Guevara, ses relations avec l’Union soviétique… c’est évidemment un moment extraordinaire, d’un grand intérêt intellectuel, pour un journaliste. L’intérêt professionnel, c’est d’essayer de transmettre cette parole, ces propos de manière à ce que d’autres puissent vivre ce moment intellectuel.

Propos recueillis par Marie-Dominique Bertuccioli, journaliste à Radio Habana Cuba (RHC), mai 2006

Ignacio Ramonet, Fidel Castro. Biographie à deux voix, Fayard/Galilée, 750 pages, 28 chapitres, 31,40 euros. En vente au Shop 171 : www.solidaire.org/shop


20:18 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.