11/12/2007

28/09/2007: INTERVENTION DE SON EXCELLENCE M. FELIPE PÉREZ ROQUE, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES DE LA REPUBLIQUE DE CUBA À LA 31e RÉUNION ANNUELLE DES MINISTRES DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES DU GROUPE DES 77 ...

-------- Message original --------

Sujet: [Frances] Ministre des Affaires Etrangeres a la reunion du Groupe des 77
Date: Fri, 28 Sep 2007 14:54:51 -0400
De: Info-Cuba <frenchnews@ain.cu>


acn
Cuba Ministre des Affaires Etrangeres Felipe Perez Roque a la Reunion
du Groupe des 77

INTERVENTION DE SON EXCELLENCE M. FELIPE PÉREZ ROQUE, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES DE LA REPUBLIQUE DE CUBA À LA 31e RÉUNION ANNUELLE DES MINISTRES DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES DU GROUPE DES 77

New York, le 27 septembre 2007


M. le Président,

Au nom du Mouvement des pays non alignés, dont sont membres la plupart
des pays qui forment le Groupe des 77 et la Chine, je tiens à exprimer
nos vœux de succès à l'égard de cette 31e réunion ministérielle.

Je félicite, tout d'abord le Premier Ministre Baldwin Spencer, ainsi
que la délégation d'Antigua et Barbuda, pour leur élection à la
Présidence du Groupe des 77 et la Chine pour l'année 2008.

Dans ce monde d'aujourd'hui, qui traverse une crise économique
mondialisée, et où l'appétit vorace des multinationales et des
puissances avec des prétentions impériales de domination est croissant,
et où même la survie de notre espèce est en danger, les pays du Sud
continuent d'être victimes du fléau de la pauvreté et de l'exclusion.

Actuellement, des 854 millions d'affamés qu'il y a dans le monde, 820
millions vivent dans des pays sous-développés.


L'inégalité entre les pays et à l'intérieur des pays s'accentue. Un
pour cent des personnes les plus riches du monde possèdent 40 p. cent
des richesses, alors que 50 p. cent de la population la plus pauvre
n'en dispose que d'un pour cent.


La réalisation du droit au développement pour les 130 pays du Groupe
des 77 est de moins en moins probable.

La dette historique des états développés envers le tiers Monde ne cesse
d'augmenter, à cause de l'exploitation coloniale qui nous a réduit au
sous-développement.

À ce rythme-là, même pas les modestes objectifs du Sommet du millénaire
ne seront atteints d'ici 2015. Ils deviennent de plus en plus une
chimère qui se dissipe.

Le manque de volonté politique des pays développés pour respecter les
engagements internationaux pris, en plus de l'ordre économique
international de plus en plus injuste qui s'impose, sapent les énormes
efforts que font les pays en développement.

Conformément aux Objectifs de développement du millénaire, nous
devrions réduire de 50 p. cent d'ici 2015 la population atteinte par la
pauvreté extrême dans les pays sous-développés. Alors qu'en 1990, 1,276
milliards de personnes souffraient de pauvreté extrême, ce chiffre a
atteint actuellement les 2,5 milliards de personnes. 1,1 milliards de
personnes n'ont pas accès actuellement à l'eau propre, et 2,6 milliards
n'ont pas accès aux services d'assainissement.
Au rythme actuel,
combien d'années seront nécessaires pour atteindre ce modeste objectif ?

Nous devrions réduire de deux tiers la mortalité des moins de cinq ans
d'ici 2015. En revanche, au rythme actuel cet objectif ne sera atteint.

Nous nous sommes fixé l'objectif d'arrêter et de commencer à réduire,
avant 2015, la propagation du VIH/SIDA. Cependant, l'Organisation
mondiale de la santé affirme qu'actuellement 74 p. cent des médicaments
nécessaires pour combattre le SIDA sont contrôlés par des monopoles ;
77 p. cent des Africains n'ont pas accès au traitement et 30 p. cent de
la population mondiale n'a pas accès régulier aux médicaments.


Un autre objectif était d'universaliser l'enseignement primaire avant
2015. En revanche, 115 millions d'enfants n'ont pas d'accès à
l'enseignement primaire, dont 53 p. cent des filles. 781 millions
d'adultes dans le monde sont des analphabètes, dont 64 p. cent des
femmes
. Au rythme actuel, sera-t-il possible de proclamer
l'accomplissement de cet objectif ?

Nous étions censés assurer la durabilité environnementale avant 2015.
En revanche, la menace que du changement climatique accéléré augmente,
et les causes principales en sont les modèles de consommation
insoutenables des nations industrialisées. Les pays développés
consomment 61 p. cent du pétrole et émettent 63 p. cent du CO2.


On n'a besoin que de 150 milliards de dollars pour atteindre les
Objectifs du Millénaire En revanche, l'aide officielle au développement
n'a représenté, en 2006, que 0,3 p. cent du PNB des pays développés.

Pour donner l'image qu'ils augmentent leurs contributions d'aide
officielle, certains pays donateurs, alors qu'ils renforcent les
conditions d'accès, se servent de la pratique de comptabiliser les
remises de notre dette extérieure comme une aide, une dette qui est,
d'ailleurs, impayable, on le sait.

Le cycle de Doha, qui était censé être conclu en 2005, s'écarte de plus
en plus de sa dimension de développement. Les multimillionnaires
subsides agricoles des pays développés restent immuables, ce qui
accentue la pauvreté rurale, l'insécurité alimentaire et l'endettement
des pays en développement.

M. le Président,

Face aux défis qui caractérisent le monde injuste et unipolaire dans
lequel nous vivons, les 130 membres du G 77 et la Chine, devons et
pouvons devenir une force décisive dans les relations internationales.

Il faut renforcer la coopération Sud-Sud, et travailler en vue de
raffermir l'unité et la coordination du Groupe afin de préserver les
intérêts légitimes de nos peuples.

La diversité du Groupe, loin de nous fractionner, est censée nous unir
et enrichir la concertation de nos positions.

La Présidence cubaine du Mouvement des pays non alignés compte
travailler de concert avec la Présidence du Groupe des 77 et la Chine,
afin de coordonner nos efforts. Les premiers résultats sont déjà
visibles. Nous avons réussi à relancer le Comité de coordination
conjointe entre le Mouvement des non-alignés et le Groupe des 77 et la
Chine, en vue de la concertation des positions sur des questions de la
plus haute importance, telles que le réexamen des mandats et la large
cohérence du système. Avec le soutien des membres des deux groupes, le
CCC a réussi à s'établir comme un interlocuteur qui représente les
intérêts et les préoccupations communs de nos pays.

Nous reconnaissons et remercions le Pakistan pour ses soutien et
contribution en tant que Président du G-77, ce qui a constitué un
facteur d'une valeur extraordinaire pour les progrès enregistrés dans
le travail du CCC. Nous voulons également réitérer notre totale
disposition à continuer de collaborer avec la nouvelle Présidence du
Groupe des 77 et la Chine.

M. Le Président,

Nous voudrions également saisir cette occasion pour remercier le Groupe
des 77 et la Chine pour le ferme et permanent soutien qu'ils nous ont
donné dans notre lutte pour mettre fin à l'injuste politique de blocus
que l'on nous a imposé depuis presque 50 ans. Nous sommes persuadés que
ce soutien sera de nouveau réaffirmé cette année.

Le Groupe des 77 et la Chine, messieurs les délégués, pourra toujours
compter sur l'engagement et la solidarité de Cuba.



Je vous remercie.





-----------------------------

Service en langue francaise
Agence cubaine d'information
frenchnews@ain.cu www.cubainfo.ain

-----------------------------
_______________________________________________
Frances mailing list
Frances@ain.cu
http://ainch.ain.cu/mailman/listinfo/frances

20:29 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.