25/09/2011

En 10 ans, le Canada a dépensé 92 milliards de dollars pour la "sécurité", c'est-à-dire po ur la guerre et la répression dans le monde et au Canada c5

 
Sent: Thursday, September 22, 2011 11:33 PM
 
Subject: En 10 ans, le Canada a dépensé 92 milliards de dollars pour la "sécurité", c'est-à-dire pour la guerre et la répression dans le monde et au Canada
 
En 10 ans, le Canada a dépensé 92 milliards de dollars pour la "sécurité",
c'est-à-dire pour la guerre et la répression dans le monde et au Canada
 
Antonio Artuso - RECONSTRUCTION COMMUNISTE CANADA
 
Une décennie après les attaques du 11 de septembre 2001 aux États-Unis, le gouvernement du Canada utilise des milliards de dollars des fonds publics (l'argent de nos taxes et de nos impôts) au-dessus des dépenses régulières pour l'«établissement d'une nouvelle sécurité nationale»  La sécurité est assurée par les ministères et les agences suivantes : défense nationale, affaires étrangères, sécurité publique, gendarmerie royale, service d'intelligence et services frontaliers.( Voir les détails en anglais ci-dessous )
 
Le gouvernement du Canada est de plus en plus un gouvernement fasciste de type nouveau :
Le premier ministre du Canada, Stephen Harper, avec la complicité des libéraux, transforme le gouvernement d'Ottawa en une marionnette docile de l'impérialisme états-uniens, qui appuie et commet, avec l'appui des gouvernements soumis à l'impérialisme US, des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité semblables à ceux des fascistes d'Hitler, de Mussolini ou de Hiro-Hito au cours des années 30 et 40.
 
Et le gouvernement du Canada refile aux travailleurs et au peuple en général les factures militaires et de sécurité de ce bloc impérialiste, le bloc États-Unis-OTAN.  Le capitalisme, parvenu au stade de l'impérialisme, se caractérise par la crise, le fascisme et la guerre.  Par la misère et les conditions les plus infrahumaines, la terreur, la violence, la mort pour les peuples, et une richesses fabuleuse, absolument indécente, pour la poignée de criminels, de spéculateurs, de pirates, que sont les capitalistes.
 
Nos gouvernements criminels dépensent notre argent :
 
(1) dans les guerres impérialistes illégales et immorales (Yougoslavie, Irak, Afghanistan, Libye), dans les coups d'État (Haïti, Honduras, etc.) :
Le gouvernement Harper a dépensé, seulement en Afghanistan, plus de 92 milliards de dollars pour une guerre d'agression illégale, immorale et que le Canada ne pourra jamais gagner.
 
(2) dans la sécurité, dans un monde de plus en plus plongé dans la misère et dans la guerre.  
 
Pendant ce temps, le gouvernement, qui a décidé comme tous les autres gouvernements capitalistes de privatiser la santé, est en train de saboter le système de santé pour que la population, épuisée d'attendre des heures ou des mois pour recevoir des soins de santé, se tourne contre le système actuel, qui est universel (pour tout le monde), gratuit et public, et accepte que le gouvernement privatise les hôpitaux et les soins de santé à la population.
Le modèle de santé est celui des États-Unis (voir le film SICKO de Michael Moore), qui permet de remettre le budget de la santé aux compagnies d'assurance et aux entreprises capitalistes de santé.  Le but du système capitaliste est d'enrichir les capitalistes.  D'autre part, si les travailleurs n'ont pas de soins de santé, d'éducation, de services sociaux gratuits, ils sont toujours dans le besoin et doivent accepter les salaire de famine, de plus en plus bas, que leur payent les patrons.
 
Les peuples, plongés dans crise, le fascisme, la guerre causés par le capitalisme, envahies par les puissances impérialistes qui les occupent, les pillent et les maintiennent sous leur botte, n'ont qu'une seule solution : la révolution socialiste.  Trois enseignements de Marx et de Lénine sont fondamentaux : (1) la voie révolutionnaire est la seule vers le socialisme; (2) la dictature du prolétariat seulement peut remplacer la dictature de la bourgeoisie; et (3) le prolétariat doit confisquer tous les moyens de production et édifier l'économie socialiste.
 
RECONSTRUCTION COMMUNISTE CANADA - pueblo@sympatico.ca - Unité et lutte contre la crise, le fascisme et la guerre.  Préparons la révolutions socialiste

The Cost of 9/11

Think-tank criticizes security spending, but government says it’s needed

By Matthew Little
Epoch Times Staff
Created: Sep 7, 2011Last Updated: Sep 7, 2011
 
   Print | E-mail to a friend | Give feedback
Related articles: Canada > National
Steven Staples, president of the Rideau Institute, says a recent study by the institute found spending related to 9/11 has cost Canada $92 billion. (Courtesy of the Rideau Institute)

A decade after 9/11, Canada is paying billions for extra security at the expense of national childcare and other social programs, but it’s a bill that has to be paid, argues the government.

The Rideau Institute released a new report Wednesday that tabulates extra security costs since Sept. 11, 2001, and estimates Canada spent an extra $92 billion on national security since the attacks.

That’s money not spent on a national drug plan or supports for the economy, said Steven Staples, president of the Rideau Institute.

“When you look at the costs, you have to kind of put it in perspective,” said Staples.

The report, called “The Cost of 9/11: Tracking the Creation of a National Security Establishment,” calculates that in the current fiscal year, Canada will spend double what it would have—$34 billion rather than $17 billion—on national security due to increases related to 9/11.

“We think it’s a very high level, for sure, and we look at the opportunity cost,” said Staples.

Staples said extra spending has resulted in additional departments, bureaucracy, and private interests coming together to form a national security establishment. That establishment aims to perpetuate defence spending that Canadians don’t get a say in, he said, like whether to buy two fleets of military transport aircraft rather than light rail transit systems.

“That kind of choice is rarely put before Canadians.”

A Mandate for Security

But Candice Hoeppner, Parliamentary Secretary to the Minister of Public Safety, disagrees. While she doesn’t refute the report’s figures or the opportunity cost, she said Canadians did get to make a choice and they did so in the last election.

“We’ve run on a certain set of policies that don’t include some of those very very expensive social programs,” she said.

Hoeppner said the government stands behind its record on national security and that they’ve spent the money needed to make up for inadequate defence budgets under previous governments.

“We’ve certainly done things very differently,” she said. “We’re not going to try to save a buck on the back of our men and women in uniform.”

Hoeppner said Canadians showed their support for that position in the last election knowing full well the Conservatives’ position on national security.

She also argued that social programs mean little if the basic security of Canadians is not guaranteed. Despite the fact Canada hasn’t faced a terrorist attack since 9/11, there have been plots to do so and threats from terrorist groups. She pointed to the Toronto 18—an al Qaeda terrorist cell that was based in Canada and planned a series of attacks, including truck bombs—as an example.

“These things are still happening,” she said. “Any time a government thinks it can relax and not worry about a terrorist attack, I think it’s foolishness.”

Goblins under the Bed

But Staples said vague threats are difficult to quantify while the impacts of additional social spending are not. He said Canada is getting into a situation where the government thinks “there is a goblin under every bed.”

“The government will keep spending and spending to get these goblins.”

But when asked if there was an appropriate balance between the amount of money spent on social programs and national security, he would only say that the benefits of health care were demonstrable.

But if too much money is being spent on security, Staples should spell out where to trim costs, argued terrorism expert David Harris, director of the International Intelligence Program of INSIGNIS Strategic Research Inc.

“It’s tremendously easy to play critic without accountability and without specifying in detail those amounts, areas, and programs to be cut,” he said.

“There certainly is an opportunity cost—any dollar of government expenditure to any end has one. To make that observation about opportunity cost is interesting but tells us nothing.”

Harris said one point overlooked in the Rideau Institute’s tabulations was the impact of defence cuts south of the border. While Canada could once rely on the U.S. to assume an expansive surveillance and security effort for the North American continent, current budget cuts have marked the end of that era.

“Some of the very social programs of which the institute understandably speaks of so warmly, have in the past been affordable because the United States taxpayer has implicitly assumed a great deal of the cost of Canada’s defence,” he said.

Harris argued that in the face of those cuts, Canada must be prepared to take greater responsibility for its own national security.

He said Canada is also struggling to cover internal security issues that never existed before. Those include surveillance associated with groups attempting to recruit for terrorist organizations in Canada.

“We have continual warning of a succession of Canadian Muslim moderates, who frequently—at risk to themselves—warn of substantial and not altogether unsuccessful efforts to radicalize Muslim youth.”

Harris noted that Al Qaeda’s chief operational strategic thinker, Abu Bakr Naji, has called for the infiltration of western security and economic organizations.

Sunday will mark the tenth anniversary of the 9/11 terrorist attacks and the deaths of around 3,000 people. Commemoration events are planned throughout the U.S. and elsewhere around the world.

On Thursday, Peter MacKay, Minister of National Defence, will deliver the keynote Canadian address to a 9/11 Commemoration Summit in Washington, D.C.

20:44 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

24/09/2011

Création de l'Etat palestinien : Lette de Hugo Chavez à l'ONU c 5

 
 
 
Quel média du “Monde libre” capitaliste ricano-occidental publiera le contenu de ce message de Hugo CHAVEZ ???
Cherchez bien ...!
RoRo
 
 
 
From: Le Brasier
Sent: Wednesday, September 21, 2011 10:09 PM
Subject: Création de l'Etat palestinien : Lette de Hugo Chavez à l'ONU
 
Version  française de la lettre adressée par le Président Hugo Chavez à Monsieur Ban Ki-Moon, Secrétaire général de l'Organisation des Nations Unies, approuvant la création d'un Etat palestinien:
                                       Miraflores, le 17 septembre 2011
  
Son Excellence
Monsieur Ban Ki-Moon
Secrétaire général
Organisation des Nations Unies
 
Monsieur le Secrétaire général ;
Honorables représentants des peuples du monde, 
Je m’adresse à l’Assemblée générale de l’Organisation des Nations Unies, à cette grande tribune où sont représentés tous les peuples de la Terre, pour réaffirmer aujourd’hui et en ce lieu l’appui total du Venezuela à la reconnaissance de l’État de Palestine, au droit de la Palestine de se convertir en un État libre, souverain et indépendant. Il s’agit là d’un acte de justice historique envers un peuple qui porte en soi depuis toujours toute la douleur et toute la souffrance du monde,
 
Le grand philosophe français Gilles Deleuze a dit, empruntant l’accent de la vérité, dans son ouvrage mémorable La grandeur de Yasser Arafat : La cause palestinienne est avant tout l’ensemble des injustices que ce peuple a subies et continue de subir. Elle est aussi – oserai-je ajouter – une volonté de résistance permanente et irréductible qui est d’ores et déjà inscrite dans la mémoire héroïque de la condition humaine. Une volonté de résistance qui naît de l’amour pour la terre. Mahmoud Darwish, cette voix infinie de la Palestine possible, nous parle depuis le sentiment et la conscience de cet amour :  
Qu’avons-nous besoin du souvenir
le Mont Carmel est en nous
et sur nos paupières pousse l’herbe de Galilée
Ne dis pas : Que ne courrions-nous pas comme un fleuve pour le rejoindre
Nous sommes dans la chair de notre pays
Il est en nous

Contre ceux qui soutiennent à tort que ce que le peuple palestinien a souffert n’est pas un génocide, Deleuze soutient avec une lucidité implacable : D’un bout à l’autre, il s’agira de faire comme si le peuple palestinien, non seulement ne devait plus être, mais n’avait jamais été. C’est là  - comment dire ? – le degré zéro du génocide : décréter qu’un peuple n’existe pas ; lui nier le droit à l’existence.
 
À ce sujet, saluons la raison le grand écrivain espagnol Juan Goytisolo lorsqu’il affirme catégoriquement : La promesse biblique de la terre de Judée et de Samarie aux tribus d’Israël n’est pas un contrat de propriété entériné par-devant notaire qui autorise à expulser de leur terre ceux qui y sont nés et qui y vivent. Aussi la solution du conflit du Moyen-Orient passe-t-elle forcément par la justice à rendre au peuple palestinien : telle est la seule voie si l’on veut conquérir la paix.
 
Nous souffrons et nous indignons en constatant que ceux qui ont subi l’un des pires génocides de l'Histoire se sont convertis en bourreaux du peuple palestinien ; nous souffrons et nous indignons en constatant que le legs de l’Holocauste est la Nakba. Il est simplement indignant tout court de constater que le sionisme continue de recourir au chantage de l’antisémitisme contre ceux qui s’opposent à ses sévices et à ses crimes. Israël a instrumentalisé et instrumentalise d’une façon éhontée et vile la mémoire des victimes. Et il le fait pour pouvoir agir en toute impunité contre la Palestine.  Il va sans dire, au passage, que l’antisémitisme est une plaie occidentale, européenne, dont les Arabes ne sont pas partie prenante. De plus, n’oublions pas en plus que c’est le peuple sémite palestinien qui souffre de l’épuration ethnique pratiquée par l’État colonialiste israélien.
 
Qu’on me comprenne bien : une chose est de refuser l’antisémitisme, autre chose, et une autre, très différente, est d’accepter passivement que la barbarie sioniste impose au peuple palestinien un régime d’apartheid. D’un point de vue éthique, quiconque refuse la première doit condamner la seconde.
 
  Qu’il me soit permis une digression nécessaire : il est franchement abusif de confondre sionisme et judaïsme ; nombre d’intellectuels juifs, tels Albert Einstein et Erich Fromm, se sont chargés de nous le rappeler au fil du temps. Et, aujourd’hui, de plus en plus de citoyens conscients au sein même d’Israël, s’opposent ouvertement au sionisme et à ses pratiques terroristes et criminelles.
 
Il faut le dire clairement : le sionisme, comme vision du monde, est foncièrement raciste. Ces affirmations de Golda Meir, d’un cynisme atterrant, en sont une preuve criante : Comment pourrions-nous rendre les territoires occupés ? Il n’y a personne à qui les rendre ! Ce que l’on appelle les Palestiniens n’existe pas. Ce n’était pas comme s’il y avait eu un peuple en Palestine, qui se considérait comme le peuple palestinien, et que nous étions venus, les avions jetés dehors et leur avions enlevé leur pays. Ils n’existaient pas.
 Rappelons-nous : c’est dès la fin du XIXe siècle que le sionisme a parlé du retour du peuple juif en Palestine et de la création d’un État national qui lui soit propre. Cette prise de position s’imbriquait parfaitement dans le colonialisme français et britannique, comme il ferait ensuite dans l’impérialisme yankee. L’Occident a, depuis toujours, appuyé et encouragé l’occupation sioniste de la Palestine par la voie militaire.
 Lisez et relisez donc ce document qui est connu historiquement comme la Déclaration de Balfour de 1917 : le gouvernement britannique s’arrogeait la faculté de promettre aux juifs un foyer national en Palestine, en dénigrant délibérément la présence et la volonté de  ses habitants.  Et rappelons que chrétiens et musulmans ont vécu en paix, des siècles durant, en Terre sainte jusqu’à ce que le sionisme ait entrepris de la revendiquer comme sa propriété entière et exclusive.
 
Rappelons encore que, dès la deuxième décennie du XXe siècle, le sionisme, profitant de l’occupation coloniale de la Palestine par la Grande-Bretagne, a commencé à développer son projet expansionniste. Et qu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale, le peuple palestinien verrait sa tragédie empirer par son expulsion à la fois de son territoire et de l’Histoire. La résolution 181 des Nations Unies – ignominieuse et illégale – recommanda en 1947 la partition de la Palestine en un État juif, en un État arabe et en une zone sous contrôle international (Jérusalem et Bethléem), concédant ainsi – quelle honte ! – 56% du territoire au sionisme pour qu’il y constitue son État. Cette Résolution violait de fait le droit international et bafouait d’une manière flagrante la volonté des grandes majorités arabes : le droit des peuples à l’autodétermination devenait lettre morte.
 
De 1948 à nos jours, l’État sioniste a poursuivi sa stratégie criminelle contre le peuple palestinien. Pour ce faire, il a toujours pu compter sur un allié inconditionnel : les États-Unis d’Amérique. Et cette inconditionnalité se traduit par un fait bien concret : c’est Israël qui oriente et fixe la politique internationale étasunienne au Moyen-Orient. Edward Saïd, cette grande conscience palestinienne et universelle, soutenait avec force raison que tout accord de paix qui se construirait sur l’alliance avec les USA, loin d’amenuiser le pouvoir du sionisme, le confortera.
 
Toutefois, contrairement à ce qu’Israël et les États-Unis prétendent faire croire au monde à travers les multinationales de la communication et de l’information, ce qui est arrivé et ce qu’il continue d’arriver en Palestine n’est pas – disons-le avec Saïd – un conflit religieux : c’est un conflit politique marqué du sceau du colonialisme et de l’impérialisme ; ce n’est pas un conflit millénaire : c’est un conflit contemporain ; ce n’est pas un conflit qui est né au Moyen-Orient : c’est un conflit qui est né en Europe.
 
Quel était et quel est encore le nœud du conflit ? Le fait qu’on privilégie dans les discussions et les analyses la sécurité d’Israël, jamais celle de la Palestine. L’histoire récente le corrobore : il suffit de rappeler la nouvelle équipée génocidaire déclenchée à Gaza par Israël à travers l’opération Plomb fondu.
 
La sécurité de la Palestine ne peut se réduire à la simple reconnaissance d’un auto-gouvernement et d’un auto-contrôle policier limités dans ses « enclaves » de la Rive Ouest du Jourdain et de la bande de Gaza, tout en ignorant non seulement la création de l’État palestinien dans les frontières antérieures à 1967, avec Jérusalem-Est comme capitale, les droits de ses nationaux et le droit de son peuple à l’autodétermination, mais encore le droit à la compensation et le droit au retour de la moitié de la population palestinienne dispersée dans le monde entier, aux termes de la Résolution 194.
 
Il n’est pas croyable qu’un pays, Israël, qui doit son existence à une résolution de l’Assemblée générale puisse mépriser à ce point les résolutions émanant des Nations Unies ! Voilà ce que dénonçait le père Miguel D’Escoto quand il réclamait la fin du massacre de la population de Gaza fin 2008 et début 2009.
 
Monsieur le Secrétaire général ;
Honorables représentants des peuples du monde,
 
On ne saurait ignorer la crise des Nations Unies. Nous avons soutenu en 2005, devant cette même Assemblée générale, que le modèle des Nations Unies était épuisé. Le fait que le débat sur la question de Palestine ait été ajourné et qu’on soit en train de le saboter ouvertement en est une nouvelle confirmation.
 
Washington ne cesse de répéter depuis plusieurs jours qu’il opposera son veto, au Conseil de sécurité, à ce qui sera une résolution majoritaire de l’Assemblée générale : à la reconnaissance de la Palestine comme membre de plein droit de l’ONU. Nous avons d’ores et déjà déploré, aux côtés des nations sœurs qui constituent l’Alliance bolivarienne des peuples de Notre Amérique (ALBA), dans la Déclaration de reconnaissance de l’État de Palestine, qu’une aspiration si juste soit bloquée par ce biais. L’Empire, nous le savons tous, prétend dans ce cas comme dans d’autres imposer un deux-poids-deux-mesures dans l’arène internationale : c’est là la double morale yankee qui, tout en violant le droit international en Libye, permet à Israël de faire ce qu’il lui chante, devenant ainsi le principal complice du génocide que la barbarie sioniste commet contre les Palestiniens. Je rappelle une phrase de Saïd qui met bien le doigt sur la plaie : compte tenu des intérêts d’Israël aux États-Unis, la politique de ce pays au Moyen-Orient est donc israélocentriste.
 
Je voudrais conclure en faisant entendre la voix de Mahmoud Darwish dans son mémorable poème  Sur cette terre :  
Il y a sur cette terre ce qui mérite de vivre
il y a sur cette terre,
le commencement des commencements,
la fin des fins.
On l’appelait Palestine et on l’appelle désormais Palestine.
Madame, je mérite, parce que vous êtes ma dame,
je mérite de vivre.

Elle continuera de s’appeler la Palestine. La Palestine vivra et vaincra ! Vive la Palestine libre, souveraine et indépendante !
 
 
Hugo Chávez Frías
Président de la République bolivarienne du Venezuela

20:44 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

23/09/2011

EXECUTION DE TROY DAVIS c5

EXECUTION DE TROY DAVIS
 
Cette Amérique des shérifs est encore tombée quelques degrés plus bas.
Traîner un condamné dans cellules et les couloirs de la mort (à tort ou à raison) pendant quelque 20-25 ans (ce qui est une tradition aux Usa) et un beau jour venir lui dire dans sa cellule, ce soir tu passes à la moulinette, ton dernier quart d’heure est arrivé, est le comble du sadisme. Si les Ricains avaient un peu de décence, les condamnés à mort seraient excécutés  quasi IMMEDIATEMENT après jugement et bien sûr, après l’ expiration et l’ examen rapide de leurs recours.
Partout Obama n’ a fait que décevoir tous ceux qui espéraient en lui. Il poursuit la politique de Bush et des autres présidents avant lui...
Cette Amérique ne comprend que le fric, la guerre, l’ agression et la domination mondiale par le pillage. Pouah !
RoRo
 
Sent: Thursday, September 22, 2011 7:38 PM
 
Subject: EXECUTION DE TROY DAVIS
 
 
 
 
 
Troy Davis exécuté après le rejet d’un ultime recours
 
WASHINGTON (Reuters) - Troy Davis, condamné à mort pour le meurtre d'un policier en 1989, a été exécuté par injection mercredi soir dans une prison de Jackson en Géorgie, peu après le rejet d'un ultime recours par la Cour suprême des Etats-Unis.
La Cour suprême a refusé en dernière minute d'annuler l'exécution du condamné, qui devait initialement avoir lieu mercredi à 19 heures locales (23 heures GMT), à la prison de Jackson. Il a fallu à la Cour suprême plus de quatre heures pour rendre son avis, délai inhabituellement long pour ce genre de cas, et le condamné a été exécuté à 23 heures 08 locales (jeudi 3 heures 08 GMT).
Davis, alors qu'il se rendait à la chambre d'exécution, a une dernière fois clamé son innocence, selon des journalistes qui ont assisté à ses ultimes instants.
"Je ne suis pas responsable de ce qui s'est passé cette nuit-là (en 1989). Je n'avais pas d'arme à feu", a-t-il dit, selon Rhonda Cook, du quotidien Journal-Constitution, qui paraît à Atlanta.
"Ce n'est pas moi qui ai tué votre fils, votre père ou frère. Je suis innocent!", a-t-il dit aux membres de la famille du policier assassiné venus assister à l'exécution.
Condamné à mort pour le meurtre du policier Mark MacPhail en 1989 à Savannah, en Géorgie, Troy Davis était devenu un symbole de la lutte contre la peine capitale.
Sept des neuf témoins de l'accusation se sont rétractés depuis son procès et les partisans de l'abolition estiment que la justice américaine a exécuté un homme dont la culpabilité n'était pas certaine.
MULTIPLES RECOURS
Aux abords de la prison, à Jackson, plusieurs centaines de manifestants s'étaient rassemblés mercredi en espérant que la sentence ne serait pas exécutée. Ils scandaient "S'il vous plaît, ne laissez pas mourir Troy Davis" et "Je suis Troy Davis!". Les manifestations, qui ont commencé en début d'après-midi, ont eu lieu sur fond de forte présence policière et deux personnes au moins ont été appréhendées.
"C'est un moment tragique. Nous espérions un résultat différent mais nous sommes déterminés à lutter", a déclaré Raphael Warnock, pasteur de l'Eglise baptiste Ebenezer, à Atlanta.
"Les gens assistent à cette exécution-là d'une façon qui n'a pas de précédent, et je pense qu'elle les conduit à porter un regard dur sur notre système pénal", a-t-il ajouté.
De nombreuses personnalités, dont le prix Nobel de la paix Desmond Tutu et la religieuse Helen Prejean, auteur de "Dead Man Walking" (La Dernière marche), militaient depuis des années contre l'exécution de Troy Davis. La France et le Conseil de l'Europe avaient joint cette semaine leur voix à ces militants.
"Vous savez que la France est intervenue pour demander la grâce du condamné. Je pense qu'aujourd'hui, dans des grands pays développés, des grands pays civilisés, la justice a d'autres moyens d'agir que la peine de mort", a estimé Valérie Pécresse, porte-parole du gouvernement.
L'ancien garde des Sceaux Robert Badinter, architecte de l'abolition de la peine capitale en France en 1981, a jugé sur Europe 1 que l'affaire Davis resterait "comme une tache sur la justice des Etats-Unis, et en tout cas sur celle de l'Etat de Georgie".
"Il faut être juste (??????????) à l'égard des Etats-Unis: le mouvement abolitionniste aux Etats-Unis ne cesse de marquer des points même si, cette nuit, c'est une très grande défaite", a-t-il toutefois ajouté.
"Trois Etats, et non des moindres, viennent d'abolir la peine de mort aux Etats-Unis: l'Etat de New York, l'Illinois -M. Obama - et le New Jersey; c'est ça, la marche de l'histoire!"
L'affaire Troy Davis avait donné lieu à de multiples recours et la Cour suprême des Etats-Unis avait demandé en août 2009 un autre procès pour examiner les nouveaux éléments et témoignages mis en avant par la défense. La justice de Géorgie avait confirmé la culpabilité de l'accusé un an plus tard.
 
 
 

12:46 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

20/09/2011

USA: Exécution de Troy Davis confirmée. Amnesty International France révoltée c5

From: Hess Madeleine
Sent: Tuesday, September 20, 2011 7:13 PM
 
Subject: Tr : Exécution de Troy Davis confirmée. Amnesty International France révoltée
 

----- Mail transféré -----
De : Amnesty International France <amnestynews@amnesty.fr>
À :
Envoyé le : Mardi 20 Septembre 2011 17h00
Objet : Exécution de Troy Davis confirmée. Amnesty International France révoltée

Chers amis,
MAUVAISE NOUVELLE :

Exécution de Troy Davis confirmée.

Amnesty International France révoltée

Amnesty International France est révoltée par la décision du Comité des grâces de Géorgie prise ce jour de laisser exécuter, le mercredi 21 septembre, Troy Davis, qu'elle considère comme un affront à la justice. Le Comité des grâces manque à son engagement pris en 2007 de ne confirmer l'exécution que si sa culpabilité ne fait aucun doute.

"Nos pensées vont à Troy Davis, sa famille et ses proches", déclare Geneviève Garrigos, présidente d'Amnesty International France.
" Nous pensons également à la famille de l'officier de police, Mark Allen MacPhail. Cette exécution ne leur rendra pas justice".

L'organisation exhorte le Comité des Grâces à revenir sur sa décision.
Amnesty International appelle Larry Chisolm, procureur du District, à faire tout ce qui est en son pouvoir afin d'empêcher le processus d'exécution mais également les autorités de l'Etat de Géorgie ainsi que les autorités fédérales américaines à demander la commutation de la peine. S'ils n'agissent ni se prononcent, ils endosseront, dès lors sciemment, l'exécution d'un possible innocent.

"Près d'un million de personnes à travers le monde se sont mobilisées parce que scandalisées par le sort de Troy Davis. Elles peuvent continuer à agir pour l'abolition de la peine de mort, comme il a appelé chacun à le faire" affirme Geneviève Garrigos.
Je reprends ses mots : "Ce combat pour mettre fin à la peine de mort n'est pas gagné ou perdu à travers moi [...].
N'arrêtez jamais de lutter pour la justice et nous vaincrons !"
Nous remercions l'ensemble des personnes et organisations qui ont répondu à notre appel, l'ont relayé sans relâche, depuis près de cinq ans maintenant.
Nous invitons tous ceux qui s'opposent à la peine de mort à continuer de faire avancer ce combat, dès maintenant, autour du 10 octobre, Journée mondiale contre la Peine de mort, et jusqu'à l'abolition totale de celle-ci.
Encore une fois, merci de votre soutien indispensable
Continuez à suivre nos actualités et actions contre la peine de mort : http://www.amnesty.fr/Peine-de-mort
 


21:18 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

03/09/2011

c5d9h2: IL Y A DIX ANS A NEW YORK ET A WASHINGTON

 
Sent: Sunday, August 28, 2011 5:49 PM
 
Subject: IL Y A DIX ANS A NEW YORK ET A WASHINGTON
 

http://www.rue89.com/2011/08/28/11-septembre-la-cia-savai...


http://www.convergencedesluttes.fr/index.php?post/2011/08...


http://www.fischer02003.over-blog.com/article-il-y-a-dix-...


Onze septembre : la CIA savait, mais pourquoi n’a-t-elle rien fait ?


Dans son livre, le journaliste Fabrizio Calvi montre que les attentats auraient pu être évités si le FBI avait été averti. Extraits.  

 

Dix-huit mois avant les attaques du 11 septembre 2001 la CIA suivait deux des futurs pirates de l'air, les Saoudiens Khalid al Mihdhar et Nawef al Hazmi. Elle savait qu'ils étaient aux États-Unis et a tout fait pour empêcher le FBI de le découvrir.

 

Dix ans après les attaques, l'ancien responsable de l'antiterrorisme de la Maison Blanche, Richard Clarke, pose une question essentielle :

 

« Pourquoi la CIA n'a-t-elle pas prévenu le gouvernement américain de la présence sur notre sol de deux agents d'Al-Qaïda réputés dangereux ? C'est un des grands mystères du 11 Septembre. »

 

De nouveaux éléments recueillis au terme d'une enquête de trois ans permettent cependant d'affirmer que cette surveillance était une opération majeure de la CIA contre Al Qaeda.


Décembre 1999, Yémen : l’ordre de Ben Laden

 

Tout commence en 1998, avec l'écoute de conversations téléphoniques d'une maison de Sana'a, capitale du Yémen, par les services de renseignements américains. La maison abrite une « centrale de la terreur » d'Al Qaeda, Les djihadistes y prennent des instructions et laissent leurs messages. Ben Laden et ses proches ont appelé ce numéro plus de deux cents fois entre 1996 et 1998.

 

Fin décembre 1999, les services américains enregistrent un appel en provenance d'Afghanistan. Ben Laden donne l'ordre à « Khalid » et « Nawaf » de se rendre à Kuala Lumpur en Malaisie pour prendre part à une réunion importante.


Une nouvelle enquête sur le 11 septembre

 

L'article de Fabrizio Calvi que nous publions est développé dans trois des chapitres du livre de son livre, « 11 Septembre, la contre-enquête », paru aux éditions Fayard.

 

« Alec Station », l'organisme de la CIA chargé de traquer Ben Laden, identifie Khalid al Mihdhar et Nawaf al Hazmi. La traque commence.

 

Le 5 janvier 2000, Khalid al Mihdhar est repéré à l'aéroport de Dubaï. Avant même qu'il n'embarque, la photocopie de son passeport est envoyée au siège d'Alec Station.

 

Le Saoudien possède un visa d'entrée pour les Etats-Unis. La photocopie est communiquée à Marc Rossini et Doug Miller, deux agents de liaison du FBI en poste au sein d'Alec Station. Ils rédigent un rapport à l'attention du Bureau, concernant l'arrivée imminente du terroriste aux Etats-Unis.

 

Mais le numéro deux d'Alec Station, Tom Whilshire, leur interdit de l'envoyer leur rapport. Placés sous l'autorité de la CIA, ils sont obligés d'obéir.

 

Marc Rossini proteste et demande des explications. « Quand nous voudrons informer le FBI, nous le ferons », lui répond une responsable de la CIA.


Janvier 2000, Malaisie : la réunion de Kuala Lumpur

 

La CIA intervient tout de même. Par manque de temps, elle alerte son homologue, la Special Branch malaise.

 

Les agents malais suivent le terroriste jusqu'à un luxueux appartement de la banlieue de Kuala Lumpur, propriété d'un riche homme d'affaire proche d'Al Qaeda, où se déroule une réunion présidée par Khalid Sheikh Mohammed, le cerveau des attaques du 11 septembre.

 

But de la rencontre : finaliser deux attaques, celle contre l'USS Cole au Yémen, et celles du 11 septembre.

 

Les agents de la Special Branch suivent les deux terroristes et assistent à leur départ pour Bangkok le 8 janvier. Une équipe de la CIA se rend à l'aéroport d'arrivée, où elle perd leur trace.

 

Au QG d'Alec Station, les agents du FBI ne comprennent toujours pas pourquoi la CIA leur interdit d'informer le Bureau de l'arrivée imminente des deux terroristes aux Etats-Unis.

 

« J'étais très inquiet », dit Marc Rossini :

 

« Je savais qu'ils allaient arriver et que ça ne serait pas une visite touristique. J'avais compris que leur voyage faisait partie du show à venir. Je me demandais “Que viennent-ils faire ici ? Que veulent-ils ? ” Mais je ne pouvais rien faire. »

 

L'agent du FBI Doug Miller rédige un nouvel e-mail à l'attention de Tom Wilshire, demandant au numéro 2 d'Alec Station de lui donner par écrit les raisons qui l'ont amené à bloquer le rapport du 5 janvier 2000 destiné à alerter le FBI. Il n'obtient pas de réponse.


Mars 2000, Los Angeles : les deux kamikazes s’installent

 

Les deux djihadistes arrivent à Los Angeles ce même jour. Ils sont pris en charge par Omar al-Bayoumi, un ancien employé du ministère de la Défense saoudien que l'on dit proche des services secrets saoudiens. Ce dernier leur offre l'hospitalité et les introduit dans la communauté musulmane de San Diego, où il réside.

 

Là, les deux Saoudiens prennent des cours d'anglais et s'inscrivent pour suivre des cours de pilotage. Ils ne se cachent pas : leur nom figure dans l'annuaire de la ville.

 

Au début du mois de mars 2000, les analystes d'Alec Station reçoivent un message de la CIA de Bangkok, qui s'est aperçue avec deux mois de retard que Khalid al Mihdhar et Nawaf al Hazmi sont partis pour Los Angeles.

 

A compter de ce moment, la CIA sait officiellement que deux djihadistes sont aux Etats-Unis. Pourtant, l'équipe concernée n'avertit toujours pas le FBI.. Les agents détachés auprès d'Alec Station n'ont pas accès au message de la CIA de Bangkok, alors qu'ils auraient dû.


Mai 2000, Arabie Saoudite : un visa pour le terroriste

 

A la fin du mois de mai 2000, Khalid al Mihdhar quitte les Etats-Unis pour se rendre au Yémen et en Afghanistan. Son but : recruter les membres des commandos qui doivent s'emparer des avions. Nawaf al Hazmi reste à San Diego où d'autres pirates du 11 Septembre doivent le rejoindre.

 

Les autres pilotes kamikazes et les hommes de mains arrivent aux Etats-Unis, fin 2000 début 2001. Tous sont munis de visas d'entrée, leurs passeports sont à leur vrai nom. Presque tous suivent des cours d'aviation.

 

En mai 2001, Khalid al Mihdhar retourne en Arabie Saoudite. Il voyage sous son vrai nom et présente son vrai passeport, qui porte un signe distinctif invisible à l'œil nu, réservé aux terroristes dangereux à suivre de près. Les Saoudiens savent qu'il est membre d'Al Qaeda et l'ont dit aux Américains.

 

Khalid al Mihdhar déclare ses papiers volés : le passeport dont il se sert porte des tampons afghans et yéménites récents qui risquent d'attirer l'attention des Américains. Le premier juin 2001, il obtient un nouveau titre de voyage muni de l'indicateur le désignant comme terroriste.

 

Pour une raison que l'on ne s'explique pas, il n'a pas de date d'expiration. Personne ne s'aperçoit de l'anomalie, qui rend caduc le document, et surtout pas l'agent consulaire américain, qui lui accorde un visa d'entrée pour les Etats-Unis le 13 juin 2001.

 

Khalid al Mihdhar n'aurait jamais dû avoir de visa américain. Outre le sigle terroriste et l'absence de date d'expiration du passeport, son formulaire de demande de visa est incomplet : il a omis des indications importantes.

 

Il ment en affirmant n'avoir jamais reçu de visa américain et ne s'être jamais rendu aux Etats-Unis, alors que ce même consulat lui a délivré un visa en décembre 1999. Mais l'agent consulaire chargée du dossier, ne relève aucune irrégularité.


Juillet 2001, Washington : la CIA s’alarme

 

Pendant ce temps, la CIA tire la sonnette d'alarme et fait savoir partout qu'elle s'attend à une attaque majeure. Le 10 juillet 2001, le directeur de la CIA George Tenet rencontre Condoleezza Rice, conseillère pour la Sécurité nationale du président Bush. Tenet est accompagné du responsable d'Alec Station, qui annonce :

 

« Il y aura des attaques spectaculaires dans les mois ou dans les semaines à venir. Elles auront lieu simultanément et provoqueront des dégâts massifs. Les attaques viseront les intérêts américains, peut-être même auront-elles lieu aux Etats-Unis… »

 

Pour résumer, la CIA sait avec certitude dès les mois de juillet 2001 que Khalid al Mihdhar et Nawaf al Hazmi sont aux Etats-Unis pour participer à une attaque majeure d'Al Qaeda. Mais il lui reste encore bien des choses à découvrir.

 

Le numéro deux d'Alec Station, Tom Wilshire, a été détaché auprès du quartier général du FBI pour servir de liaison. Peut-être est-il aussi là pour s'assurer qu'il n'y a pas de fuites concernant les informations sur le sommet de Kuala Lumpur ?

 

Il est en tout cas obsédé par cette rencontre. A la fin du mois de mai, il a demandé à Margaret Gillespie, une analyste du FBI, de passer en revue ce dossier et de vérifier que rien n'a échappé aux officiers de la CIA.

 

Margaret Gillespie n'a pas accès à la totalité des informations de la CIA. Tom Wilshire ne lui dit pas qu'au moins deux des participants, Khalid al Mihdhar et Nawaf al Hazmi, sont aux Etats-Unis. Il ne confère aucun caractère d'urgence à cette recherche.


Août 2001, Washington : le déclic d’un agent du FBI

 

Le 21 août 2001, à son retour de vacances, Margaret Gillespie tombe enfin sur le rapport d'Alec Station faisant état de l'arrivée des deux djihadistes aux Etats-Unis plus d'un an auparavant. Dans les heures qui suivent, elle apprend deux nouvelles inquiétantes.

 

Nawaf al Hazmi est toujours aux Etats-Unis, où il a pris plusieurs fois des vols internes.

 

Khalid al Mihdhar est rentré aux Etats-Unis le 4 juillet 2001, et n'en est pas reparti.

 

« C'est là que j'ai eu le déclic », dira par la suite l'agent du FBI. Le lendemain, elle fait part de sa découverte à Tom Wilshire. Cette fois, ce dernier ne peut plus bloquer l'information. Le FBI ouvre enfin une enquête. Mais les choses ne se passent pas comme elles le devraient.

 

L'enquête est classée « routine », c'est-à-dire qu'elle ne comporte aucun caractère d'urgence. Nawaf al Hazmi et Khalid al Mihdhar sont placés sur les listes des terroristes à interpeller… aux frontières. Mais personne n'alerte les autorités aériennes civiles, les seules à disposer d'une liste de surveillance réservée aux vols internes.


Septembre 2001, New York : l’enquête de la dernière chance

 

Le 23 août 2001, le FBI de New York est chargé de localiser les deux Saoudiens. Mais l'affaire est confiée à un agent inexpérimenté, à peine sorti de l'école. C'est sa première enquête, il ne connaît rien à Al Qaeda. Il prend connaissance de la demande le 28 août 2001, note qu'elle est classée « routine ». L'agent du FBI commence à travailler sur les deux terroristes le 4 septembre 2001.

 

Il est la dernière chance d'arrêter les attaques.

 

L'agent du FBI interroge les banques de données des polices américaines. Il aurait dû y trouver la trace des terroristes, repérés après avoir commis des excès de vitesse. Le dernier signalement en date porte sur une voiture qu'ils ont louée le 28 août 2001. Que l'agent du FBI le voit, et il est en mesure de remonter jusqu'aux deux terroristes et tout s'arrête. Mais il ne le voit pas.

 

L'agent du FBI ne trouve pas non plus trace de Khalid al Mihdhar et Nawaf al Hazmi dans les bases de données des cartes bancaires. Or, au début du mois de septembre, les djihadistes ont acheté des billets d'avions sur le vol 77 de l'American Airlines pour la date du 11 septembre 2001.

 

L'agent du FBI n'a donc pas pu empêcher Khalid al Mihdhar, Nawef al Hazmi et trois autres djihadistes, d'embarquer à bord du vol AA 77 pour le précipiter contre le Pentagone.


Après l’attentat, les doutes de Richard Clarke

 

A l'époque, Richard Clarke, coordinateur national pour la Sécurité, supervisait toutes les opérations antiterroristes depuis la Maison Blanche. Il aurait dû être informé de l'arrivée aux Etats-Unis des deux Saoudiens :

 

« La CIA savait qu'ils étaient aux Etats-Unis et ils ne m'ont pas prévenu. Ils n'ont pas prévenu le FBI. Après le 11 Septembre, quand j'ai appris ça, j'étais indigné, j'étais fou de rage. J'ai essayé de trouver des excuses, je me suis dit qu'ils allaient trouver une excuse. »

 

Depuis, Richard Clarke a mené sa propre enquête.

 

« Maintenant, je sais que toutes les personnes responsables du contre-terrorisme de la CIA étaient au courant, à commencer par le directeur.

 

Cinquante personnes étaient au courant ! Cinquante ! Et ils l'ont su pendant un an. Et pas une seule fois pendant cette année ils ne m'ont averti ou n'ont averti le directeur du FBI.

 

Ces cinquante personnes se sont tues pendant plus d'un an. Ça, c'est un petit peu plus qu'une coïncidence.

 

Je ne veux pas échafauder de théories conspirationnistes. Mais j'aimerais trouver une explication. La Commission d'enquête sur le 11 septembre n'en a pas trouvé. Le directeur de la CIA m'appelait régulièrement pour me communiquer des informations banales. La CIA m'abreuvait d'information par écrit et par oral. »

 

George Tenet a démenti toute dissimulation

 

Après les attaques du 11 Septembre, Clarke a essayé d'obtenir une réponse du directeur de la CIA, George Tenet. En vain. Il a demandé à Dale Watson qui s'occupait du contre-terrorisme au FBI comment aurait réagi le FBI s'il avait su que deux dangereux terroristes étaient arrivés aux Etats-Unis. Dale Watson lui répondu : « On aurait mis leur photos partout, on les aurait fait circuler sur Internet. »

 

« Je lui ai alors demandé qu'elle aurait été la possibilité d'arrêter ces deux types », explique Richard Clarke. « Il m'a dit : cent pour cent » Et les attaques du 11 septembre n'auraient jamais eu lieu…

 

Face aux accusations de Richard Clarke, le directeur de la CIA d'alors George Tenet et ses deux plus proches collaborateurs ont publié le 12 aout 2011 un démenti affirmant que la CIA n'a dissimulé aucune information et rejettent la faute sur des employés subalternes et sur… des agents du FBI.

 

Le 26 août 2011 on apprenait que la CIA a fait censurer avant publication le livre de révélations à paraître d'un des plus brillants agents du FBI, Ali Soufan qui avait lui aussi tenté en vain d'obtenir des informations sur la réunion de Kuala Lumpur dès janvier 2001


Des hypothèses sur les raisons d’un tel fiasco

 

Que s'est-il passé ? Pourquoi la CIA a-t-elle tout fait pour empêcher le FBI de découvrir la présence aux États-Unis de Khalid al Mihdhar et Nawef al Hazmi ?

 

Tous les protagonistes de l'affaire que j'ai eu l'occasion d'interroger (principalement des agents du FBI) se posent des questions sur le seul grand mystère du 11 Septembre, et hasardent des hypothèses pour expliquer les manœuvres occultes de la CIA en 2001.

 

L'agence aurait-elle essayé de recruter certains des pirates de l'air ou leurs proches ?

 

On sait avec certitude que la CIA a tenté des manœuvres d'approche à deux reprises (à Kuala Lumpur et à Hambourg) auprès de comparses des djihadistes du 11 septembre.

 

On sait que les dix neuf djihadistes se sentaient surveillés lors de leurs déplacement à l'intérieur des Etats-Unis avant le 11 septembre 2001.

 

Les silences de la CIA sont-ils destinés à protéger une source proche des assaillants ? Aurait-elle été victime d'un agent triple ? Ce ne serait pas la première fois.

 

Les réponses à ces questions sont cruciales pour comprendre l'événement le plus considérable de ce début de siècle. La somme des mystères de Kuala Lumpur ne fait pas une conspiration, mais en refusant de s'expliquer, les dirigeants de la CIA nourrissent les théories les plus folles.

 

12:24 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |