16/03/2013

Fw: [cubaculture] Bulletin Cubart

 
 
Sent: Friday, March 15, 2013 7:14 PM
 
Subject: [cubaculture] Bulletin Cubart
 
Cabezal del Boletin con el logo de CUBARTE
Año 6 NO. 198 - 15 de Marzo del 2013 SUIVEZ-NOUS CUBARTE on Twitter facebook CUBARTE en youTube ISSN 1810-620X
Le Bulletin Cubart est un résumé hebdomadaire du Portail de la culture cubaine. Dans ces pages vous trouverez les plus transcendantaux événements culturels du pays et leurs reflets dans le monde, ainsi que des espaces d'opinion sur les thèmes qui aujourd'hui préoccupent les intellectuels du monde.
. CUBA
Des personnalités de la culture cubaine évoquent le legs historique d’Hugo Chávez
Abel Prieto : Cuba est un pays ayant un grand public de lecteur
La Semaine de la Francophonie dans le Centre Historique de La Havane
Le Congrès d’Art Déco à la Casa de las Américas
La fête du Havane à Cuba
La première du documentaire Mariano
Des artistes du monde entier se rendront à Holguín
La Serbe Ljiljana Bogoeva souligne les apports de Santiago Alvarez
Les plasticiens rendent hommage à l’équipe de base-ball de Cuba
Il y a des signes de vie dans l´architecture et le dessin cubain
José Martí et le journal Patria
Les Havanais pourront voir la comète PanStarrs
. EN EL MUNDO
L’Université La Sapienza confère le titre de Docteur Honoris Causa à Miguel Barnet
Le Don Quichotte cubain arrive sur les scènes sud-africaines
Création de la Chaire Fernando Ortiz dans l´Université La Sapienza de Rome
Des films de 33 nations au festival argentin de cinéma politique
. EL PORTAL CUBARTE LE SUGIERE
Chávez, la culture essentielle . Par Luis Toledo Sande*
Hector Fernández et ses documentaires : capturer la personnalité historique . Par Lohania Aruca Alonso*
Pour obtenir plus d'informations sur les thèmes d'intérêts, cliquez ici

Des personnalités de la culture cubaine évoquent le legs historique d’Hugo Chávez

La Havane, (RHC)- Des personnalités de la culture cubaine ont mis en exergue le legs historique qu’a laissé le président vénézuélien Hugo Chávez et sa lutte en défense de la vie humaine.

« Chávez vivra éternellement car il est entré dans l’histoire et dans la mémoire de nos peuples » a souligné Alicia Alonso, Directrice du Ballet National de Cuba dont elle a été la danseuse étoile pendant de longues années.

Alicia Alonso a relevé le travail réalisé par le président vénézuélien en défense de la vie et des secteurs les plus humbles de son pays. Elle a signalé que le fait de l’avoir eu comme un cher frère a été un honneur pour le peuple cubain.

« Chávez n’est pas mort. Son histoire sera éternelle pour l’humanité » a signalé Alicia Alonso toute émue, se référant à la disparition physique du président mardi dernier. 

Pour sa part, le grand pianiste cubain Frank Fernández a exprimé sa peine pour la mort de ce leader révolutionnaire dont nous tous, Latino-américains devons suivre l’exemple –a-t-il relevé-.

www.radiohc.cu


Abel Prieto : Cuba est un pays ayant un grand public de lecteur

« La 22e édition de la Foire Internationale du Livre a montré que dans une période où l´habitude recule, à Cuba, les livres ont un grand public », a affirmé Abel Prieto, assesseur du Président Raúl Castro, lors de la cérémonie de clôture de la Foire à Santiago de Cuba, soulignant  l´effort de l´événement pour apporter à la nation les meilleures valeurs de la richesse artistique au niveau mondial.   

Dans cette occasion, plus de 35 titres ont été dédiés à l’Angola, le fruit du travail des maisons d’édition nationales afin de montrer les us et coutumes de la république africaine, pays invité d’honneur de la Foire.    

« Indépendamment de la plus grande fête des lettres, le pays garanti le contact des gens avec l´histoire, les poésies et les romans, à travers le réseau des bibliothèques et des campagnes de promotion culturelle », a assuré Abel Prieto.

« La Foire du Livre a rendu un hommage au Président vénézuélien Hugo Chávez, après avoir connu la douloureuse nouvelle de sa mort, le cinq mars », a-t-il souligné.

Dans toute la nation, les écrivains, les historiens, les illustres personnalités, les enfants et les adultes ont rendu hommage au Président vénézuélien, instigateur de l´unité et de l’intégration latino-américaine et un des penseurs les plus révolutionnaires du monde.   

Le livre Cuentos del Arañero, une compilation des journalistes Orlando Oramas et Jorge Legañoa mettant entre les mains des lecteurs des passages de l´enfance et de la jeunesse de l’illustre Vénézuélien, est une des nouveautés les plus recherchées pour l´affection que le Commandant éveille chez le public cubain.   

La 23e édition de la plus importante fête des lettres de Cuba sera dédiée à Nercy Felipe et Rolando Rodríguez, et l´Équateur sera le pays invité d´honneur.   



AIN


La Semaine de la Francophonie dans le Centre Historique de La Havane

Les premiers immigrants d´origine française sont arrivés dans la zone orientale de Cuba après la révolution haïtienne en (1791-1804), ils s’y sont insérés avec leurs coutumes et leurs traditions. Ces liens sont évoqués au cours de la Semaine Internationale de la Francophonie, ayant lieu tous les ans et trouvant des échos dans l´île caribéenne.

À propos du Festival qui englobe tous les pays parlant cette langue et des endroits où perdure une forte l´influence de la culture française, des activités culturelles telles que des expositions, des concerts, etc. sont conçues.

L´inauguration des journées aura lieu le 16 mars, à 20 heures, dans le cadre attrayant de la Plaza Vieja, avec le concert Voilá, à la charge de l’Ópera de la Calle. Les interprètes offriront des chants lyriques et populaires des cinq continents, ainsi que des pièces emblématiques des différentes nations comme le Canada, le Mali, la Belgique, la Suisse, le Sénégal, le Viêt-Nam, la Guyane, des Antilles, l’Algérie ou le Liban.

Le 21 mars, à 18 heures, dans la Basilique Mineure de San Francisco de Asís, la soprano Barbara Llanes et le pianiste Darío Martin interpréteront des mélodies françaises des compositeurs Jules Massenet, Léo Delibes, Henri Duparc, Gabriel Fauré et Charles Gounod, des exposants du romantisme français et des œuvres de Claude Debussy, une éminente personnalité de la musique impressionniste.

Le 23 mars à 16 heures, l´Oratorio de San Felipe Neri accueillera un des moments culturels du jour. La pianiste Karla Martínez et clarinettiste Alejandro Calzadilla réaliseront un hommage à la musique française avec des œuvres de Gabriel Fauré, Maurice Ravel, Claude Debussy et Henri Rabaud.

Rapprocher les peuples au moyen de la connaissance mutuelle et renforcer la solidarité sont les objectifs de l´Organisation Internationale de la Francophonie, qui regroupe les pays francophones et des États observateurs.

CUBARTE


Le Congrès d’Art Déco à la Casa de las Américas

La Havane accueillera, du 14 au 21 mars, la 12e édition du Congrès Mondial d´Art Déco. Le programme de l´événement prévoit la réalisation de conférences magistrales, d’ateliers, de parcours spécialisés et d’autres propositions permettant aux délégués cubains et étrangers d´approfondir leurs connaissances sur les apports et les particularités de l´architecture cubaine qui se fait écho de ce style.

La Casa de las Americas est l´un des édifices havanais de ce style dans le pays et elle sera l’un des sièges d´activités de cet événement. L´après-midi du 15 mars, dans la salle Che Guevara de l´institution, sera présenté le livre Art déco en La Habana Vieja, du chercheur Alejandro G. Alonso, qui invite à un parcours, en images et en texte, à travers les plus emblématiques édifices Art Déco de la capitale cubaine, montrant différents détails et exemples qui passent inaperçus pour le promeneur.

En plus, des maquettes réalisées par les étudiants cubains en architecture seront exposées et le professeur étasunien Michael Connor donnera une conférence sur ce thème.

Organisé par la Coalition Internationale des Sociétés Art Déco (ICADS), le Conseil National du Patrimoine Culturel de Cuba et le Groupe Habanadeco, le congrès, depuis sa création est dédié à étudier la conservation et la promotion de la valeur patrimoniale de ce style sous toutes les latitudes.

Jusqu’à présent, plus de 150 spécialistes, entre architectes et artistes de l´Art Déco, ont confirmé leur présence, provenant des États-Unis, du Canada, d’Australie, de Nouvelle-Zélande, de Chine, ainsi que d’Amérique Latine, d’Europe et d’Afrique, afin de se rapprocher au développement de ce style dans notre pays.

Le congrès rendra propice non seulement l´étude de l´aspect architectural, mais toutes le différentes variantes d’Art Déco qui ont influencé d´autres secteurs de la création, tels que le design intérieur, industriel et graphique, la mode, la peinture, la gravure, la sculpture et la cinématographie.

L’Art Déco est un mouvement artistique né dans les années 20 du XX siècle et il a eu influence significative dans plusieurs pays ayant une culture occidentale jusque dans les années 50, passant des arts décoratifs aux arts visuels avec la même importance créative.

Cuba n’a pas été une exception, et bien que l´architecture a été la plus représentée avec des exemples comme les édifices Bacardi, le théâtre América, l´hôpital Maternidad Obrera, le López Serrano et la Casa de las Américas ; les bijoux, les arts plastiques et le graphisme périodique ont également eu leur espace dans le style et sur les diverses scènes artistiques de ces années.

En plus des activités propres de l´événement, collatéralement, il y aura des cycles de cinématographiques des dernières décennies, une représentation du Ballet National de Cuba avec un programme comprenant une scénographie comptant des éléments de l’art déco, des expositions de bijoux et de vêtements, des présentations de livres et des échanges avec des institutions culturelles et éducatives.

Programme de l´événement du XII Congrès Mondial de l´Art Déco, La Havane, du 14 au 21 mars 2013
www.habanadeco.com
www.facebook.com/HabanaDeco

SEMAINE HAVANAISE DE L’ART DÉCO

Centre d’Art Wifredo Lam :

Exposition : « Signes de vie : architecture et design cubain et contemporain. Curateur : Architecte Nelson Herrera Ysla.
Du 7 mars au 13 avril.

Musée des Arts Décoratifs :

Cycle de films cubains des années 30 à 50 de style Art Déco

Mardi 12 mars : El Romance del Palmar (1938), de Ramón Peón. Interprètes : Rita Montaner, Alicia Rico, Maria de los Angeles Santana, Carlos Badías, Julito Díaz.

Mercredi 13 mars : El extraño caso de Rachel K (1973), d’Oscar L. Valdés. Interprètes : Carlos Gilí, Mario Balmaseda, Isabel Moreno, Michelin Calvert.

Jeudi 14 mars : Cuba Canta y Baila (1951), de Manuel de la Pedrosa. Interprètes : Mimí Cal, Julito Díaz, Maritza Rosales.

Mardi 19 mars : La Bella de Alhambra (1989), d’Enrique Pineda Barnet. Interprètes : Beatriz Valdés, Cesar Evora, Omar Valdés, Carlos Cruz, Verónica Lyn.

Mercredi 20 mars : Embrujo Antillano (1947), de Géza P. Polaty. Interprètes : Maria Antonieta Pons, Ramon Armengod, Blanquita Amaro.

Jeudi 21 mars : Capablanca (1984), de Manuel Herrera. Interprètes : Eslinda Núñez, Cesar Evora, Adolfo Llauradó.

Vendredi 22 mars : Un Hombre de Éxito (1986), d’Humberto Solás. Interprètes : César Évora, Raquel Revuelta, Daisy Granados

Exposition : GLAMUR ART DECO, à partir du samedi 16 mars.

Bibliothèque Nationale José Martí :

Exposition des revues cubaines de style Art Déco : Carteles, Social y Bohemia. À partir du jeudi 14 mars.

Casa de las Américas :

Vendredi 15 mars : Présentation du livre Art déco en La Habana Vieja, d’Alejandro G. Alonso.

Exposition « Le meilleur de l´Art Déco havanais. Maquettes et dessins des édifices Art Déco de La Havane, réalisés par des étudiants de la Faculté d´Architecture de la CUJAE. Coordination : Architecte María Elena Martín Zequeira.

Conférence Magistrale du Dr Michael Connors « La splendeur de l´Art Déco à La Havane ».

Théâtre América :

Samedi 16 mars : Conférence : Les cinémas Art Déco de La Havane, à la charge de Marisol Marrero Oliva.

Salle Avellaneda du Théâtre National :

Dimanche 17 mars : Gala du Ballet National de Cuba en hommage au 12e Congrès Mondial d´Art déco.
Dimanche, le 17 mars, 17:00

Conférences Internationales d’Art Déco (à la charge d’importants spécialistes internationaux invités au 12e Congrès Mondial d’Art Déco).

Miércoles 20 de marzo

Faculté des Arts et des Lettres de l’Université de La Havane : « L’influence du muralisme mexicain sur les fresques de Chicago dans les années 1930 », par Paula Duffy (États-Unis)

Faculté d’Architecture de la Cujae : « Panorama de l’architecture argentine du 20e siècle », par l’architecte Fabio Grementieri (Argentine)

Pour plus d’information :

Coordinateur General du Congrès

Gustavo López : habanadeco@cubarte.cult.cu
Téléphone : 832 09 24

Relation avec la presse :
Freya Matos : freya@cnpc.cult.cu
Téléphone : 838 19 81

Relations Internationales CNPC
Vicente Pouso : vicente@cnpc.cult.cu
Téléphone : 838 19 81

Sitio Web et page Facebook
www.habanadeco.com
www.facebook.com/HabanaDeco

Habana Deco, La Havane, 27 février 2013.

La Ventana


La fête du Havane à Cuba

Cuba a été de nouveau la scène de la plus importante rencontre internationale d’amateurs du meilleur cigare du monde, le 15e Festival du Havane, qui rendait hommage tout spécialement à deux des marques les plus prestigieuses de cigares cubains : Montecristo et Partagas.

La diva Omara Portuondo à la soirée de gala du Festival à Pabexpo.

Les présidents de Habanos S.A, Walfrido Hernandez Mesa (Cuba) et Luis Sanchez-Harguindey Pardo de Vera (Espagne) ont accueilli chaleureusement environ les 1 500 participants de plus de 70 pays, qui ont eu le plaisir de déguster en exclusivité les nouvelles marques que Habanos S.A devrait lancer sur le marché en 2013. Ils ont pu également découvrir les racines et les secrets d’une tradition accumulée pendant des siècles dans la culture du tabac à Cuba.

Des personnalités internationales de l’art, du sport et de la culture, qui en ont commun la passion du havane se sont retrouvées, parmi lesquelles l’ancien joueur de tennis, Boris Becker, le ténor italien Dario Balzanelli, considéré comme l’héritier de Luciano Pavarotti, et la présentatrice de télévision belge Goedele Liekens, entre autres.

Le Festival s’est ouvert au Château de los Tres Reyes du Morro, une forteresse militaire coloniale de la fin du 16e siècle, qui surplombe la baie de La Havane.

Les amateurs de cigares et les invités spéciaux ont pu goûter en exclusivité les marques Montecristo Petit No 2 et le Montecristo Double Edmundo, très bien accueillis, à leurs débuts internationaux.

Un des moments importants du Festival a été La Nuit Vegueros, (cultivateurs de tabac), qui s’est tenue dans le salon du protocole El Laguito, un hommage mérité aux cultivateurs de tabac, sans le travail desquels les magnifiques Havanes n’existeraient pas.

Plus de 1 500 personnes se sont pressées au 15e Festival du havane, dédié aux marques Montecristo et Partagas.

À cette occasion, les vitoles Tapados, Entretiempos et Mañanitas de la marque Veguero ont été relancées. Des cigares roulées à la main, à la tripe longue, à un prix plus accessible, et avec une saveur moyennement forte, tandis que le public pouvait déguster les havanes de l’Édition limitée 2013.

« Le havane est une œuvre d’art, tout comme en ont composée Mozart ou Stravinsky, ou même n’importe quel auteur anonyme parmi tous ceux qui ont fait la culture populaire dans le monde », a déclaré le compositeur Leo Brouwer, nommé Homme du Havane 2003, et un des invités du Festival, qui a ajouté : « Je les fume comme un rituel. Un rituel très sévère, merveilleux et spécial. »

La grande surprise de cette 15e Édition a été le Show de cuisine Tabac et gastronomie, au cours duquel les chefs croates Grgur Baksic, Zoran Simunic et Pantelija Pekic, de l’entreprise Camelotds.o.o., distributrice des havanes en Croatie et en Slovénie, ont préparé en direct de recettes exclusives de grande cuisine, où le tabac cubain était utilisé comme épice principale.

L’intense programme d’une semaine s’est poursuivi par plusieurs activités, dont des visites aux meilleures plantations de tabac de la région de Vuelta Abajo et de Pinar del Rio, aux fabriques historiques de cigares H. Upmann et Partagas, ainsi que des conférences, des séminaires, et le traditionnel cours de roulage « entièrement à la main », des dégustations et des association spéciales entre cigares cubains et boissons alcoolisées, ainsi qu’une foire commerciale au Palais des Conventions.

La dégustation à l’aveugle de havanes a été remportée par le Cubain Osiris Oramas, maître d’hôtel du restaurant La Barca, et le Concours international Habano Sommelier par Pedro Tejeras, du restaurant La Bodeguita del Medio.

Pour la clôture du Festival, la Nuit de gala s’est déroulée dans les vastes salons de Pabexpo, joliment décorés de tonalités rouges et noires, avec la présentation de la nouvelle vitole Lusitanias Gran Reserva de Partagas, recolte 2007 qui a indiscutablement enlevé la vedette. Une première pour cette marque réputée fondée en 1845.

Un grand spectacle culturel a couronné la soirée, avec la diva de l’orchestre Buena Vista Social Club, Omara Portuondo, les groupes de salsa de Mayito Rivera et de Paulo FG, les chanteuses Luna Manzanares et Vania Borges, ainsi que le ténor Balzanelli.

Succès également pour la vente aux enchères de six humidificateurs de cigares Premium des marques Cohiba, Montecristo, Partagas, Romeo y Julieta, Hoyo de Monterrey et H.Upmann, au bénéfice du Système de santé public cubain.

Auparavant, les prix Havanos del año ont été décernés à Osvaldo Encarnacion, directeur de production du Groupe TabaCuba (production) ; à Mauricio Abrahamabady, sous-directeur de Habanos S.A. dans la Caraïbe (affaires) ; et Phoenicia Chipre, de Phoenicia Trading, distributeur de Habanos S.A. au Moyen-orient et en Afrique (communication).

Un prix spécial a été décerné à l’acteur étasunien Danny Glover, pour son amitié avec Cuba et sa lutte en faveur de la paix et de la justice, qui a reçu une sculpture d’argent réalisée par l’orfèvre Raul Valladares.

Danny Glover a exprimé ses remerciements, et s’est dit satisfait de prendre la parole au nom des cinq antiterroristes cubains, injustement emprisonnés aux États-Unis, et il a réaffirmé son engagement de faire tout ce qui sera en son pouvoir pour que ceux-ci reviennent dans leur pays.

Lors de la soirée de clôture, un Humidificateur 15e anniversaire, a été également vendu aux enchères.

 

Granma Internacional


La première du documentaire Mariano

La première du documentaire Mariano, du réalisateur Tony Lechuga, a eu lieu dans la salle Martinez Villena de l´Union des Écrivains et des Artistes de Cuba (UNEAC) en présence de Roberto Fernández Retamar, Président de la Casa de las Américas.

Mariano, est une production du Centre de Développement du Documentaire Octavio Cortázar, de l’UNEAC, avec lequel cette maison cinématographique a voulu commémorer le 100e anniversaire de la naissance de l’illustre peintre cubain.

Tony Lechuga a présenté le maître Raúl Rodríguez, qui a été à la charge du travail photographique du l’ouvrage, et toute l’équipe de réalisation, auxquels il a offert ses remerciements pour leur travail et il a précisé que l´antécédent de ce documentaire est celui du même nom de la cinéaste Marisol Trujillo dont des images ont été utilisées dans cette création.

Le documentaire se structure par le biais d’entrevues avec plusieurs spécialistes qui ont été impliqués dans l´organisation et de montage de l´hommage de l´exposition pour le centenaire de la naissance de l´artiste, intitulée « Mariano Rodríguez: vuelo y arraigo », exposée dans l’édifice d´Art Cubain du Musée National des Beaux-arts du 25 octobre 2012 jusqu´en janvier de cette année.

D´autre part, le fil conducteur est créé par des passages de déclarations faites par l´artiste dans lesquelles il se réfère à sa vie, à ses activités révolutionnaires, à ses débuts dans l´art et à son oeuvre.

Le documentaire compte aussi d’importantes interventions du spécialiste Roberto Cobas résumant les différentes étapes de l’oeuvre picturale de Mariano et ses caractéristiques, où les images des oeuvres du peintre alternent avec ses paroles. Dans cette analyse il se réfère à l´importance de la période comprise entre 1950 à 1966, un moment de transformation de l’œuvre du maître et de l´influence de l´abstractionnisme dans sa peinture, comptant également son incursion dans la nouvelle figuration.

Une intention claire du documentaire est de mettre en évidence l´étape de son oeuvre faisant partie de ce qu´on à appelé la « peinture épique », lors des premières années de la Révolution avec des œuvres telles que Asamblea Popular, Playa Girón ou Segunda declaración de La Habana, parmi d’autres, et, en général, l’intérêts social et populaire de ses créations.

 

CUBARTE


Des artistes du monde entier se rendront à Holguín

Le comité organisateur de la XXe édition du Festival Romerias de Mayo (Kermesses de Mai) a fait savoir que le Canada, l´Espagne, la Bolivie et le Venezuela sont les pays qui figurent, jusqu´à présent, sur la liste des invités à la vingtième édition cet événement culturel qui aura lieu du 2 au 8 mai à Holguín.

Des bandes de rock de la Lituanie et du Danemark ont aussi confirmé leur participation. À ce jour plus de 300 délégués provenant de 30 pays restent en contact avec le Comité organisateur.

Bien qu´il reste encore deux mois pour le début du festival, la page officielle des Kermesses sur Facebook indique comment se développe ce que sera bientôt le programme d´activités.

La Seconde Réunion Mondiale des Poètes, convoquée par la Maison d´Ibéro-Amérique à Holguín, fera un tour d´autres villes de Cuba comme Bayamo, Manzanillo, Santa Clara et La Havane. La bande vénézuélienne Khalafary, qui a présenté l´album « Two Ways » lors de la dix-neuvième édition des Kermesses,  sera de retour sur scène dans cette petite ville.

Le groupe de théâtre collective Tampico, du Mexique, viendra avec l´oeuvre La Mandrágora de Maquiavelo qui est, selon les spécialistes, la meilleure comédie de la Renaissance, et l´une des meilleures du théâtre universel.

Selon les commentaires sur la page, la délégation de Montréal, dirigée cette fois par Iván Hernández, danseur et la compagnie de danse folklorique Nyata Nyata, compte déjà plus de 20 membres.

Alexis Triana, Directeur provincial du Ministère de la Culture et président du comité organisateur des Kermesses, a dit sur le réseau social que Robertico Carcasés et Grupo Interactivo ont confirmé leur intention d´y faire le concert Tradition à la Modernité.

Ceci n´est qu´un avant-goût de ce qui se passera du 2 au 8 mai, le Grand Festival mondial de Jeunesses artistiques, l´un des plus importants que l´organisation Hermanos Saiz organise dans le pays, rassemblant toutes les démonstrations d´art, et des représentants des cinq continents.

 

www.ahora.cu


La Serbe Ljiljana Bogoeva souligne les apports de Santiago Alvarez

Santiago de Cuba (PL) – L’essayiste serbe Ljiljana Bogoeva a souligné les apports du cinéaste cubain Santiago Alvarez quant à la conception humaniste et révolutionnaire du septième art, précisant qu’ils sont nécessaires actuellement.

Lors des sessions théoriques du 13e Festival International de Documentaire portant le nom du Maître du genre, la professeur de l´Université des Arts de Belgrade a abordé la difficile situation de l´industrie audiovisuelle dans son pays. Elle a évoqué le manque de budget de l´Etat pour financer la cinématographie nationale et la recherche des alternatives pour les cinéastes face aux tendances dans lesquels ils se débattent entre l´ambiguïté devant le capitalisme et le nationalisme.

Elle a rappelé l´éblouissement qu’a été le film cubain Lucía pour elle et son admiration pour les documentaires de Santiago Alvarez, ce qu’elle essaie de transmettre à ses élèves devant la manipulation prétendant nous faire oublier l´histoire des peuples.

Elle a déclaré que Karl Marx devient de nouveau un paradigme pour beaucoup dans une époque où nous devons travailler ensemble, avec solidarité, nous aider les uns les autres et nous voir comme des êtres humains au-dessus des différences raciales et ethniques.

Lors du Festival International de Cinéma de La Havane, en 2011, Ljiljana Bogoeva avait présenté le premier échantillon de films serbes et elle avait apporté, dans la rencontre des documentaires, les courts-métrages Scrap material, The trip, Bibi et At least we have met.

 

PL


Les plasticiens rendent hommage à l’équipe de base-ball de Cuba

L’exposition collective « Clásicos del Beisbol », organisée par le Conseil National des Arts Plastiques dans le Centre Culturel Cinématographique de l´ICAIC, sera ouverte au public jusqu’au 19 mars. Cette exposition constitue un hommage à l´Équipe de Base-ball de Cuba et elle compte des oeuvres de reconnus artistes des arts visuels de différents genres tels que la peinture, la caricature ou l´installation, dont l’oeuvre La gran estaca, de Juan Padrón, Prix National de Cinéma de l’année 2008. 

La plupart des pièces sont des peintures comme Esperando que caigan las cosas del cielo o Deporte nacional, d´Arles del Río ; Todos esperan un fly, d´Arístides Hernández ; El cuarto bate, de Reinerio Tamayo, ou l´installation Chocar le bola, d’Yuniet Hernández. 

D’autres notables artistes tels que Rubén Alpízar, Reynier Leyva Novo, Juan Martínez, Julio Neira ou Douglas Pérez, participent à cette exposition qui lie le base-ball à la réalité journalière et qui résulte d’une extraordinaire cubanité quand on associe le savoir-faire artistique avec le sens de l´humour, une communion qui, depuis le formel et le conceptuel, reflète la vénération des Cubains envers leur sport national.   

   


CUBARTE


Il y a des signes de vie dans l´architecture et le dessin cubain

L´inauguration de l´exposition « Signe de vie. L’architecture et le dessin contemporain cubain » organisée par Centre d´Art Contemporain Wifredo Lam, est une proposition pour le 13 mars, date de la Journée de l’Architecte en hommage à José Antonio Echeverría qui étudiait cette carrière au moment de sa mort.   

L’exposition rendra hommage aux architectes cubains Gonzalo Córdova, María Victoria Cañet et Clara Porcet qui ont commencé le mouvement de rénovation du dessin industriel cubain.   

Lors d’une conférence de presse, Jorge Fernández, directeur du Centre Wifredo Lam, a souligné le grand travail de recherche et de compilation d

CUBARTE


José Martí et le journal Patria

La Journée de la Presse Cubaine se célèbre chaque 14 mars, en hommage à la fondation du journal Patria par José Martí, ce jour de 1892 à New York. C´est pour cette raison que nous, les journalistes révolutionnaires, les jeunes et ceux qui ont des cheveux blancs, nous nous proposons de continuer avec fierté à être fidèles au legs du Héros National, d´écrire la vérité avec pureté, d´améliorer la technique, de défendre nos valeurs.

Engagés avec le temps où nous vivons, nous conformons, avec la plume ou l´ordinateur, des chroniques, des reportages, des commentaires et des informations qui nous identifient avec la réalité, sans dissimulation, dans les journaux, les agences de presse, les pages Web, à la radio ou la télévision, d’où nous informons, orientons et instruisons avec une touche délicate ou une critique constructive. C’est ainsi que nous affrontons les défis quotidiens avec une main ferme.

Dans le premier numéro de Patria est apparu un article du Maître intitulé Nuestras ideas (Nos idées), dans lequel il a détaillé les objectifs de la publication afin d’être le porte-parole de l´émigration cubaine et voie efficace pour intensifier la campagne de propagande révolutionnaire pour la lutte pour l´indépendance de Cuba et de Porto Rico : « Ce journal naît pour rassembler et pour aimer, et pour vivre dans la passion de la vérité».

Les bases du Parti Révolutionnaire Cubain ont été aussi publiées. Dans toutes les éditions du journal, José Martí a abordé le rôle du Parti Révolutionnaire Cubain (PRC), les préparatifs de la guerre ainsi que la signification et les caractéristiques de la publication, qui n´était pas précisément l´organe du PRC car ce parti n´était pas officiellement constitué quand ce journal a commencé à circuler. Comme l´Apôtre l’a précisé, ce que cherchait Patria était « le triomphe de la vertu des coeurs de l’homme ».

 

www.josemarti.cu


Les Havanais pourront voir la comète PanStarrs

Les scientifiques et les amateurs cubains de l´astronomie pourront voir, au télescope ou à l’œil nu, la comète PanStarrs, la première qui visite le Système Solaire en 2013.   

Organisée par le Planétarium du Centre Historique de La Havane, cette fête des étoiles aura lieu le mercredi le 13 mars, de 19 à 22 heures, dans le Musée « Château de San Salvador de la Punta ».

Les spécialistes soulignent que le passage de PanStarrs pourra être apprécié en regardant vers l´Ouest, un peu après de coucher du soleil. Le corps céleste sera très près de la Lune, mais la meilleure visibilité sera le 17, surtout pour les Havanais.

La comète PanStarrs, provenant du Nuage d´Oort, a été découvert en juin de 2011 pour le télescope d´observation panoramique situé sur le volcan Haleakala à Hawaï. On a affirmé que lors de cette première visite du corps céleste dans le Système Solaire, la matière congelée de la comète pourrait montrer une impressionnante queue de gaz et de poudre dans le ciel nocturne et, aussi, que PanStarrs pourrait se démanteler.

Cette année les habitants de la terre profiteront aussi du passage d´ISON - une autre comète  – qui pourrait être aussi brillante que la pleine Lune en pleine journée. ISON a été découverte par les astronomes russes Vitali Nevski et Artyom Novichonok en septembre 2012.   

CUBARTE


L’Université La Sapienza confère le titre de Docteur Honoris Causa à Miguel Barnet

L’Université italienne La Sapienza a conféré le titre de Docteur Honoris Causa de Recherche à l´intellectuel cubain Miguel Barnet Lanza.

L’amphithéâtre de cette maison des études supérieures a accueilli un conférence du poète, narrateur, essayiste, ethnologue et président de l´Union des Écrivains et des Artistes de Cuba, sur la pensée du célèbre anthropologue et essayiste Fernando Ortiz.

L´ambassade de la République de Cuba en Italie, la municipalité III de Rome, l´Institut Italo Latino Américaine et le Forum International Timbalaye ont participé à l´organisation de cette rencontre qui reconnaît l´œuvre littéraire de l´auteur de Cimarron.

Après la cérémonie, une délégation de danseurs et de musiciens est montée sur scène pour offrir un spectacle de rumba et de son, parmi laquelle se trouvaient le septuor Nabori et Geovany del Pino, directeur du groupe Yoruba Andabo, Prix Grammy Latin 2001.

Miguel Barnet, qui est aussi membre de l’Ordre du Mérite Cavaliere della Repubblica Italiana, a eu un échange avec le public lors de la section « Art, Cinéma et Littérature », après la projection du film La bella del Alhambra, basé sur son roman Canción de Rachel.

 

 

AIN


Le Don Quichotte cubain arrive sur les scènes sud-africaines

Johannesburg (PL) – Le classique Don Quichotte est arrivé sur les scènes de Johannesburg, interprété par le Ballet de Mzansi avec la participation active des danseurs et des professeurs cubains.

Lors d’une déclaration à la presse, le directeur de la compagnie sud-africaine, Dirk Badenhorst, a expliqué que le spectacle – monté à partir du ballet russe du XIXe siècle - répond aux caractéristiques de l´école cubaine, de renommée mondiale, il a précisé : « Ce style est en ligne parfaite avec la façon d´être et de danser des Sud-africains, c´est pour cette raison que nous sommes intéressés à l’introduire dans le pays afin de compléter les écoles italienne et britannique qui dominent dans notre pays ».

« Dès que nous avons commencé à travailler avec la compagnie Mzansi, en 2009, nous avons vu de grandes avances », a déclaré la professeur de l´École Nationale de Ballet de Cuba, Ana Julia Bermúdez de Castro. Elle a précisé que malgré les relations de travail, datant d´il y a quatre ans, les diplômés de l’institution havanaise ont dansé pour la première fois avec les membres du Ballet Mzansi, comptant une rotation trimestrielle des instructeurs cubains.

L´an dernier la compagnie sud-africaine a ouvert une école pour l´enseignement de la méthode cubaine afin de former des danseurs dans ce style.

Un des rôles principaux de cette atypique Don Quichotte est interprété par le jeune cubain Ramiro Samón, récemment diplômé, il a assuré que la technique cubaine est très appréciée en Afrique du Sud, car, parmi d’autres éléments, elle combine le meilleur de chaque école de ballet.

L´histoire du Don Quichotte sud-africain se déroule dans un monde d’hidalgos noirs courtisant des donzelles hispaniques aux yeux bleus où l’amour des jeunes triomphe devant les arrangements matrimoniaux des parents. Pour certains spécialistes, ce spectacle – dont l’action se déroule à Barcelone, Espagne - promet d´être une des plus grandes attractions scéniques de l´année en Afrique du Sud, un pays où les danseurs cubains sont très applaudis.

« Ici, nous avons de grandes chances de succès », a déclaré le danseur Javier Monier, un des trois diplômés de l´île membre de la compagnie Ballet Mzansi, une collaboration prédisant de nombreuses années et des grandes réalisations.

Le caractère latin de la compagnie sud-africaine est complété par Jonathan Rodrigues et Carlos Santos, deux danseurs brésiliens établis dans ce pays d´Afrique depuis 2011, qui atteste également de l´apport technique des professeurs et danseurs de Cuba dans ce groupe de danse.

 

PL


Création de la Chaire Fernando Ortiz dans l´Université La Sapienza de Rome

L’annonce de la création de la Chaire Fernando Ortiz, dans l´Université La Sapienza de Rome, a été le point culminant de la remise du titre de Docteur Honoris en Recherche Italienne à l’écrivain cubain Miguel Barnet.

Luigi Frati, recteur de cette Université, a souligné l’attention de Miguel Barnet quant aux questions fondamentales de la culture et la littérature, avec une grande capacité d´observation globale de leur dynamique contemporaine et de la lucidité de son rôle en ces temps.

Après avoir illustré les qualités du poète et folkloriste, un admirateur de la culture italienne, les érudits Amedeo Quondam et Antonio Calajanni ont assuré que cette reconnaissance représente la communion des idées de l’échange.

Antonio Calajanni a valorisé la future Chaire Fernando Ortiz comme siège des études et des programmes de recherche entre les deux pays.

Les Ambassadeurs cubains devant le Saint-Siège et le Gouvernement italien, Eduardo Delgado Bermudez et Milagros Carina Soto Agüero, respectivement, ont félicité Miguel Barnet qui, avec son œuvre, offre une description de la culture de l´île antillaise.

Milagros Carina Soto Agüero a souligné la récente présentation faite par le Président de l´Union des Écrivains et des Artistes de Cuba à La Havane du recueil de poèmes La verdad me nombra, d’Antonio Guerrero, un des cinq antiterroristes cubains injustement emprisonnés aux États-Unis.

Darío Marcucci, président de la 3e Municipalité de Rome ; Luciano Vasapollo, délégué du recteur de l´Université La Sapienza pour les pays de l´Alliance Bolivarienne pour les Peuples de Notre Amérique, et le musicologue et ethnologue Marco Lutzu ont fait les éloges du legs de Fernando Ortiz dans la culture cubaine et dans l’oeuvre de Miguel Barnet.

 

AIN


Des films de 33 nations au festival argentin de cinéma politique

Le 3e Festival de Cinéma Politique aura lieu du 21 au 27 mars dans six salles cinématographiques et des institutions de Buenos Aires avec la participation de films de 33 pays, a informé l´agence Pressa Latina.   
   
L´échantillon qui aura comme invités spéciaux les réalisateurs Jorge Sanjinés, de Bolivie, et Tata Amaral, du Brésil, comptera la présence des cinématographies de ces deux pays, en plus de celles du Chili, de Colombie, de Cuba, d’Équateur, d’Haïti, du Mexique, du Nicaragua, du Pérou, de Porto Rico, d´Uruguay, du Venezuela et d´Argentine, parmi d’autres.   
   
Dans ce festival, dont l’entrée est gratuite, onze œuvres seront en compétition dans la catégorie des longs-métrages comme la coproduction argentino-italienne El Impenetrable ; Hoje, de Tata Amaral ; Infancia Clandestina, de Benjamin Avila, ou Insurgentes, de Jorge Sanjinés.   

La compétition internationale des moyens-métrages réunira Escrito en la Tierra, des Vénézuélien Gabriela Fuentes et Florencia Mujica ; Palabras en fuga, du Chilien Mauricio Alamo ou Hasta ahí te mueves, de l’Argentine Mariela Zunino.   

Celle des courts-métrages comptera, entre autres : De Pireos a Gaza, Evocación 1, de Lucía Lamanna (Venezuela) ; Juego de niños, de Javier González (Colombie) ; Objetivo Tornquist, de Julián Caneva (Argentine), ou El ingenio, de Rosario Fuentenebro (Espagne).   

Des projections spéciales auront lieu comme partie du programme hors compétition avec Fernando Birri, el utópico andante, une production de l’Argentin Humberto Ríos, et 08:15 de 1945, du Brésilien Roberto Fernández.   

Il y aura aussi la section « Panorama Latin » dans laquelle seront projetés Las Carpetas, de Maite Rivera (Porto Rico) ; Carrusel, de Guillermo Iván (Colombie) ; Con mi corazón en Yambo, de María Fernanda Restrepo (Équateur) ou Carlos, el amanecer ya no es una tentación, Thierry Deronne (Venezuela).   

Les jurés de ce 3e Festival International de Cinéma Politique d´Argentine seront Jorge Denti (Mexique), Carlos Azpurúa (Venezuela), Ignacio Aliaga (Chili), David del Río (Espagne), Ruy Guerra et Roberto Fernández (Brésil), Tomás Wells (Chili) et les Argentins Humberto Ríos, Nemesio Juárez, Florencia Saintout, Liliana Romero, Osmar Núñez, Pablo de Vita, Gustavo Escalante et Pablo Fischerman.

www.jrebelde.cubaweb.cu


Pour nous aider a améliorer notre travail, nous vous prions de bien vouloir nous envoyez vos suggestions à: infoanalisis@webcubarte.cult.cu

infoanalisis@webcubarte.cult.cu . Les souscriptions et les annulations des souscriptions au service de Cubarte, le Portail de la Culture Cubaine se réalise au travers de : http://listas.cult.cu/mailman/listinfo/cubarte

17:54 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.