24/03/2013

[cubaculture] Bulletin Cubart

 
 
Sent: Friday, March 22, 2013 3:38 PM
 
Subject: [cubaculture] Bulletin Cubart
 
Cabezal del Boletin con el logo de CUBARTE
Año 6 NO. 199 - 22 de Marzo del 2013 SUIVEZ-NOUS CUBARTE on Twitter facebook CUBARTE en youTube ISSN 1810-620X
Le Bulletin Cubart est un résumé hebdomadaire du Portail de la culture cubaine. Dans ces pages vous trouverez les plus transcendantaux événements culturels du pays et leurs reflets dans le monde, ainsi que des espaces d'opinion sur les thèmes qui aujourd'hui préoccupent les intellectuels du monde.
. CUBA
Manuel Pérez Paredes lauréat du Prix National de Cinéma 2013
Le 12e Congrès Mondial d´Art Déco à Cuba
La Semaine de la Francophonie à Cuba réserve des propositions intéressantes
Les nouveautés de l’informatique cubaine seront exposées à La Havane
Le Festival International de la Trova Pepe Sánchez
Le Chili triomphe dans le XIIIe Festival des Documentaires à Cuba
Un hommage à l’intellectuel britannique Eric Hobsbawn à Cuba
Carilda Oliver Labra, Docteur Honoris Causa de l’Université Camilo Cienfuegos
Raúl Castro félicite le Théâtre Guignol National pour son 50e anniversaire
Art Naïf dans la semaine de la francophonie à Santiago de Cuba
Eliades Ochoa enregistre un nouveau disque à Santiago de Cuba
Arturo Santana : Le cinéma est une nécessité
. EN EL MUNDO
Hommage des personnalités de la culture cubaine à Hugo Chávez à Caracas
Ballet National de Cuba à Quintana Roo, Mexique
La réunion des ministres de la CELAC renforce l’échange régional
L’art cubain dans le centenaire de la capitale australienne
Le livre « Cuba : Révolution ou Réforme ? est présenté au Mexique
Exposition des dessins de l’antiterroriste cubain à San Francisco et à New York
Le Festival de Cinéma Latino-américain de Toulouse fête son 25e anniversaire
. EL PORTAL CUBARTE LE SUGIERE
Jardin . Par Graziella Pogolotti
Aruca Toujours . Par Ricardo Alarcón De Quesada
Un changement d’époque pour la Patria Grande . Par Rafael Bernal Alemany
Le legs d’Hugo Chavez . Par Juan Nicolás Padrón
La crise alimentaire est naturelle ou induite ? . Par Osvaldo Martínez
L´Orchestre Avilés : L´empereur du rythme et de la mélodie . Par Lino Betancourt Molina
Pour obtenir plus d'informations sur les thèmes d'intérêts, cliquez ici

Manuel Pérez Paredes lauréat du Prix National de Cinéma 2013

Le réalisateur Manuel Pérez Paredes est le lauréat du Prix National de Cinéma 2013, la plus haute reconnaissance concédée aux professionnels du septième art à Cuba, a annoncé l´Institut Cubain de l’Art et de l’Industrie Cinématographique (ICAIC).

Fondateur de l´ICAIC et directeur de films tels que El hombre de Maisinicú (1973) ou Opéración Fangio (2000), Manuel Pérez Paredes a été l’assistant de Tomás Gutiérrez Alea lors du tournage de l’histoire La Batalla de Santa Clara dans le long-métrage Historias de la Revolución (1967). Il a également participé au Noticiero ICAIC Latinoamericano, un point de repère du documentaire dirigé par Santiago Álvarez et, dans ce genre, il a à son actif Del otro lado del Cristal (1996-98) sur l’Opération Peter Pan, dans lequel il a travaillé comme co-scénariste et co-réalisateur.

Il a été à la tête de l’un des Groupes de Création entre 1988 et 1992, duquel sont sortis des films comme La Bella del Alhambra, Alicia en el Pueblo de Maravillas, Adorables Mentiras, Hello Hemingway ou Madagascar.

Le Prix National de Cinéma, remis pour la première fois en 2003, prend en compte les réalisations les plus pertinentes, aussi bien pour leur importance que pour leur projection nationale et internationale dans tous les domaines artistiques liés à cette manifestation.

Ce prix a été décerné à Alfredo Guevara, Julio García Espinosa, Humberto Solás, Enrique Pineda Barnet, Nelson Rodríguez, Fernando Pérez, Daisy Granados, Juan Padrón, Leo Brouwer, Raúl Pérez Ureta, Eslinda Núñez et José Massip.

 

CUBARTE


Le 12e Congrès Mondial d´Art Déco à Cuba

La Havane (PL) – Le 12e Congrès Mondial d´Art Déco a ouvert ses portes à La Havane avec la participation de plus de 250 spécialistes de différentes latitudes, désireux de connaître la préservation de ce style artistique dans l´île.

Un agréable spot publicitaire, créé par le musicien et réalisateur cubain X Alfonso, accompagne la rencontre, avec une visite des emblématiques édifice de ce style : le Bacardi dans la Vieille Havane et un autre dans le quartier du Vedado : le siège de la Casa de las Américas, où a été inauguré le rendez-vous.

L’événement compte la présence des personnalités telles que la Canadienne Sandra Cohen, présidente de la Coalition Internationale des Sociétés Art déco, sponsor du Congrès ; l’Étasunienne Katty Asuman, responsable de la représentation de New York, ainsi que des artistes latino-américains, des architectes, des historiens et des dessinateurs d’Argentine, du Brésil, de Colombie, de Porto Rico, de Cuba, des États-Unis, du Canada, d’Espagne, de Chine, de Nouvelle-Zélande et d’Australie

Une session de conférences a caractérisé la première journée, dont celle dédiée à la présence de cette manifestation à Porto Rico et celle de l´influence des muralistes mexicains à Chicago.

La présentation du livre La Habana Deco, d’Alejandro Alonso, une approche à la conservation de l´architecture ayant cette tendance dans le centre historique de La Havane a eu lieu à la Casa de las Américas.

Un vaste programme culturel se déroule parallèlement, avec des visites d’édifices havanais et ceux de provinces comme Cienfuegos, Camagüey et Santiago de Cuba, déclarés Patrimoine Mondial par l´Unesco.

Des expositions de pièces et un cycle de cinéma avec des films des années 1930 à 1950 sont inclus dans le programme artistique.

L’Art Déco s´est épanouie dans le monde lors des premières décennies du XXe siècle et couverts différentes facettes du dessin telles les vêtements, les bijoux, les meubles, l’architecture etc. Toutes ses manifestations sont présentes à Cuba.

 

 

PL


La Semaine de la Francophonie à Cuba réserve des propositions intéressantes

La Havane (PL) – La Semaine Internationale de la Francophonie à Cuba, du 16 au 24 de ce mois, compte d’intéressants événements festifs à La Havane, ont annoncé les organisateurs.

Lors d’une conférence de presse, Camille Barnaud, l´attachée culturelle de la mission diplomatique de France à Cuba, a déclaré que cette année on souligne la qualité des artistes et la diversité des propositions, un reflet de la diversité culturelle de la Francophonie.

En se référant au programme, elle a mentionné l´artiste Titouan Lamazou, qui présentera l’exposition « Femmes du monde », abordant ses rencontres avec des femmes des cinq continents, dans le Centre de Développement des Arts visuels, situé dans le centre historique de La Havane, et le grand concert de musique francophone à la charge de l´Opéra de la Calle, qui rendra hommage à la Francophonie avec des chansons populaires ou lyriques du Canada, des Antilles, de la Guyane, de Suisse, du Mali, de Belgique, du Sénégal, du Liban et d’Algérie.

L´agenda réserve un espace pour l’hommage au grand chanteur et poète français Jean Ferrat (1930-2010), ainsi qu´un concours de dessin pour les enfants sur Les Misérables, de Victor Hugo (1802-1885), considérée comme l’une des œuvres les plus connues du XIXe siècle.

En ce qui concerne la variété du programme, l’intellectuelle cubaine Graziella Pogolotti offrira la conférence Surrealismo y caribeñidad et une du consul de Belgique à La Havane, Benoît Standaert, sur les attractions de son pays.

La Semaine compte aussi le concert « Chansons française », de la soprano Bárbara Llanes, qui interprétera des mélodies de compositeurs classiques français des XIXe et XXe siècles : Massenet (1842-1912), Debussy (1862-1918) et Faure (1845-1924), parmi d’autres.

Une autre proposition - qui n´est pas la moindre - est de la présentation de la première traduction en français de La edad de oro (L’âge d´or), en hommage au 160e anniversaire de la naissance de José Martí (1853-1895), ainsi que la Journée Internationale de la Narration Orale (le 20 mars).

Au cours de la rencontre avec la presse, Camille Barnaud a assuré que les propositions de cette année sont réellement le résultat d´une véritable coopération des ambassades francophone dans l´île.

Pour sa part, le directeur de l´Alliance Française de La Havane, Marc de Lehelle, a informé que l´institution homologue de Santiago de Cuba réalisera des présentations de livres, des concours d´arts plastiques et des projections de documentaires, parmi d´autres activités.

 

PL


Les nouveautés de l’informatique cubaine seront exposées à La Havane

La Havane, (RHC)- La 15e Convention et Foire Internationales Informatique 2013 se déroulera du 18 au 22 mars au Palais des Congrès de La Havane. Le programme inclut la présentation de plus d’un  millier de communications.

Le Vice-ministre cubain de l’informatique et des Télécommunications, Jorge Luis Perdomo, a indiqué que la rencontre constitue un espace pour promouvoir l’intégration et l’échange d’expériences entre des spécialistes et des organisations latino-américaines.

Jorge Luis Perdomo qui est également le président du comité organisateur, a précisé que la convention inclura 14 rencontres simultanées et une foire dont les thèmes centraux porteront sur le rôle des nouvelles technologies dans l’éducation, la santé, l’environnement, le commerce électronique, entre autres.

Pour sa part, Caridad Arias, présidente du comité scientifique de la rencontre, a confirmé la participation d’experts de près d’une trentaine de pays avec plus d’une soixantaine de communications. Elle a relevé que, pour la première fois, la ville de Santiago de Cuba, située dans l’Est de notre pays, sera le sous siège.

 

www.radiohc.cu


Le Festival International de la Trova Pepe Sánchez

Santiago de Cuba (PL) – La 51e édition du Festival International de la Trova Pepe Sanchez, le plus ancien événement musical de Cuba, aura lieu du 19 au 24 mars dans la ville de Santiago de Cuba, avec des chanteurs cubains et de six autres pays.

Une des attractions seront les récitals d’Eliades Ochoa, lauréat d’un Prix Grammy Latin en 2012, qui se présentera sur des scènes emblématiques de la ville tels que la Casa de la Trova ou la salle de concert Dolores.

Des artistes du Japon, de République Dominicaine, d’Équateur, d’Argentine, du Venezuela et du Mexique accompagneront les Cubains dans cette fête des voix et des cordes qui débutera aujourd’hui avec une offrande florale sur la Ruta del Trovador, dans le cimetière Santa Ifigenia.

Avec ce geste on rappellera des musiciens anthologiques comme Miguel Matamoros, Sindo Garay, Compay Segundo, Pepe Banderas ou Ñico Saquito, parmi d’autres et on célèbrera l´anniversaire du créateur du premier boléro, Tristezas, qui a donné son non au rendez-vous.

Au cours des sessions théoriques seront présentés les livres Como la rosa como el perfume, Sindo Garay. Memoria de un trovador et Trío Matamoros. Treinta y cinco años de vida artística et l´atelier de la guitare troubadouresque fera redécouvrir ce genre.

L’espace « Trova sin traba », dans la bibliothèque provinciale Elvira Cape, accueillera des jeunes spécialistes de ce versant et les sérénades apporteront le Festival dans les parcs, les places, les centres de travail et les écoles.

José (Pepe) Sanchez, un tailleur devenu compositeur, a écrit, il y a 130 ans la pièce musicale considérée comme le début de la trova à Cuba, c’est pour cette raison que le 19 mars a été institué comme la Journée du Troubadour.

 

 

PL


Le Chili triomphe dans le XIIIe Festival des Documentaires à Cuba

Santiago de Cuba (PL) – Les documentaires chiliens ont remporté la majorité des prix du XIIIe Festival International des Documentaires « Santiago Alvarez In Memoriam ». Le film Sibila, de la Chilienne Teresa Arredondo, a remporté le Grand Prix Santiago Alvarez, alors que le prix Opéra Prima est revenu à La Mudanza, de la jeune cinéaste de ce pays, Macarena Aguilo.

Les trois premiers lauriers ont été décernés à Leontina, la première œuvre du Chilien Boris Peters ; Espui, de l’Espagnole Anna Soldevila, et à Esperando que caiga el jabalí, de la Cubaine Oneida González, respectivement.

Le documentaire Sibila est également lauréat des prix de direction et de scénario, alors que La Mudanza reçoit celui d’édition et Leontina ceux de la photographie et de la bande sonore.

Dans la catégorie « Projet », le vainqueur est Rumba Cuba, des Cubaines Julia Mirabal et Caridad Diez, et une mention a été attribuée à Viaje a la semilla, du Cubain Karen Duchase.

Lors de la cérémonie de clôture a été projeté l´audiovisuel Sandy en San Pedrito, réalisé par des enfants et des adolescents du quartier San Pedrito de Santiago, dans le cadre de l’initiative « Le printemps du documentaire », visant à la reconnaissance de ce genre cinématographique.

Lazara Herrera, directrice du Bureau Santiago Alvarez, a annoncé que la 14e édition, en 2015, sera dédiée au Mexique et  au 500e anniversaire de la ville de Santiago de Cuba et que le deuxième séminaire théorique sur ce genre aura lieu en 2014.

 

PL


Un hommage à l’intellectuel britannique Eric Hobsbawn à Cuba

La Havane (PL) – Un colloque sur l’œuvre de la pensée critique et sociale du regretté historien et philosophe britannique Eric Hobsbawn (1917-2012) aura lieu à La Havane, les 20 et 21 de ce mois, avec la présence de spécialistes d´Amérique Latine et d’Europe.

Sous le titre « Changer l’histoire, transformer le monde, hommage à l´historien marxiste Eric Hobsbawn », le rendez-vous est parrainé par la chaire Antonio Gramsci de l’Institut Cubain de Recherche Culturelle Juan Marinello.

Un des objectifs de la rencontre, selon la note du comité d´organisation, est de reconnaître la vie et l’œuvre de l´un des auteurs classiques de la pensée sociale contemporaine sous deux aspects : ses approches au travail intellectuel comme historien et comme marxiste.

Des thèmes comme « Changer l´histoire en Grande-Bretagne dans les années 1960, un voyage personnel à la recherche d’Eric Hobsbawn », à la charge de l’intellectuel Jean Stubbs, figure parmi les propositions du programme, ainsi d’autres significatifs comme « Le réalisme tenace et l’imagination historique », de Robin Blackburn, ou le panel « La recherche de l’universel et de la diversité à travers la différence », avec le Cubain Jorge Ibarra, Prix National des Sciences Sociales.

Eric Hobsbawn, né à Alexandrie, Égypte, en 1917, est considéré comme un penseur clé dans l´histoire du XXe siècle. Il est l’auteur des titres tels que L’ère de la révolution, 1789 -1848 ; L´ère du capitalisme ; L´époque de l´Empire, 1875 - 1914 et Histoire du XXe siècle, ce dernier est considéré par les spécialistes comme son œuvre « la plus accessible, novatrice et passionnante sur l’histoire universelle contemporaine ».

La couverture de son dernier essai, écrit un an avant sa mort, à l’âge de 95 ans, intitulé Comment changer le monde. Histoire de Marx et du marxisme, est un hommage au guérillero argentino-cubain Ernesto Che Guevara.

 

 

PL


Carilda Oliver Labra, Docteur Honoris Causa de l’Université Camilo Cienfuegos

La poétesse Carilda Oliver Labra a reçu le titre de Docteur Honoris Causa en Sciences Humaines, décerné par l´Université Camilo Cienfuegos (CCSP) de la province cubaine de Matanzas.

Le recteur de la CCSP, Miguel Sarraff, a lu la résolution de cette distinction à la poétesse, Prix National de Littérature 1997, celle-ci étant : « L’exemple de la femme cubaine, engagée avec son pays et à la Révolution ».

Edith González, directrice de la Faculté des Sciences Humaines de cette maison des hautes études et promotrice de la remise de la reconnaissance, a reconnu Carilda comme l’auteur de belles œuvres, optimistes et d’une élégante sensualité.

Dans son message de remerciement, Carilda Oliver a déclaré que sa vie était simplement « celle d’un oiseau qui chante, celle d´une poétesse qui écrit les vers » et elle a souligné que l´Université de Matanzas « a été très généreuse avec moi ».

La cérémonie a eu lieu au siège de l´Assemblée Provinciale du Pouvoir Populaire, avec la présence d’invités spéciaux, des autorités et des amis de l’écrivaine.

Carilda Oliver Labra, née le 6 juillet 1922, est un des plus importantes poétesses de l´île, elle est reconnue internationalement par son œuvre littéraire. Elle a obtenu son diplôme de Docteur en Droit Civil et elle a exercé la profession d´avocat. Elle compte une vaste œuvre littéraire comprenant la poésie lyrique, épique et érotique, avec plus d’une vingtaine de recueils publiés au Mexique, en Colombie, en Espagne, aux États-Unis, en Allemagne ou Cuba, parmi d’autres pays.

 

PL


Raúl Castro félicite le Théâtre Guignol National pour son 50e anniversaire

La Havane (PL) – Le Président Raúl Castro a envoyé un message de félicitations et de reconnaissance aux membres du Théâtre Guignol National à l´occasion de son demi-siècle d´existence.

Dans la lettre, diffusée par la télévision cubaine, le Président a souligné le talent et l´imagination de cette institution qui a réussi à maintenir vivant une manifestation théâtrale faisant partie de la tradition culturelle du peuple cubain.

Fondé le 14 mars 1963 par les frères Camejo et Carril, le Théâtre Guignol National est un centre de référence pour tous les marionnettistes de l´île, pour sa qualité et son niveau artistique.

Parmi ses personnages emblématiques de cette compagnie ressortent Pelusín de Monte, créé par l´écrivaine Dora Alonso comme un symbole de la campagne cubaine, auquel se somment d’importantes œuvres telles que Le chaperon rouge, Cendrillon, Le chat botté et Pinocchio, parmi d’autres versions des classiques de la littérature enfantine.

Durant ces 50 années, non seulement les enfants ont rempli le siège de ce théâtre, situé dans le quartier havanais du Vedado, des titres comme Ubu roi, d’Alfred Jarry ; La Celestina, de Fernando Rojas, ou Don Juan Tenorio, de Zorrilla, pour n´en mentionner que quelques-uns, montrent la valeur de cet art pour un public d’adulte.

Plusieurs récompenses nationales et internationales, notamment le Prix Ollantay (1982), remis par le Centre Latino-américain de Création et de Recherche Théâtrale, situé à Caracas (Venezuela) parlent d´eux-mêmes du travail développé par le groupe.

Le travail des membres du Théâtre Guignol National a été présenté sur les plus diverses scènes du monde à travers des tournées, des festivals et des rencontres en Espagne, Slovaquie, Italie, Pologne, République Tchèque, Royaume-Uni, Roumanie, Suisse, Ghana, Viêt-Nam, Argentine, Colombie, Equateur, Mexique, Pérou et République Dominicaine.

 

 

PL


Art Naïf dans la semaine de la francophonie à Santiago de Cuba

Santiago de Cuba, AIN - La Semaine de la Francophonie à Santiago de Cuba, du 19 au 22 Mars, accueille le I Concours d’Art Naïf de l´Est, réunissant des artistes importants de la région au sein de ce mouvement artistique.

Pendant la rencontre sont exposées les pièces sélectionnées précédemment, -non récompensées dans d´autres concours- dans le siège provincial de l´Union Nationale des Écrivains et Artistes de Cuba, le Musée Casa Natal José María Heredia, l´Alliance Française et le Musée de l´Image.

Jean Reina, directeur de l´Alliance Française de la ville, a déclaré à l’AIN que, comme signe distinctif se présente l’emblématique Tumba Francesa La Caridad de Oriente, fondée le 24 Février 1862 et déclarée par l´UNESCO Chef-d´œuvre du Patrimoine Oral et Immatériel de l’Humanité en 2003.

Également il a été remarquable la participation de personnalités importantes de ce pays européen tels que Jean-Claude Ferlan, Guy Giguère et le journaliste français Alain Chaplais, dans une table ronde consacrée à Québec, province de Canada.

Des expériences, coutumes et quotidiennetés sont exposées à travers des rencontres théoriques, des panneaux et des documentaires sur la présence française à Santiago de Cuba, a déclaré Reina.

Environ 70 pays ont célébré la Journée Internationale de la Francophonie le 20 Mars.

AIN


Eliades Ochoa enregistre un nouveau disque à Santiago de Cuba

Santiago de Cuba (PL) Eliades Ochoa, lauréat d’un prix Grammy Latin en 2012, a enregistré un nouvel album de musique traditionnelle dans les studios Siboney, de l’EGREM de Santiago de Cuba.

L’album, qui sera distribué par la maison discographique BisMusic, compte 15 compositions recréant des chansons emblématiques d’auteurs tels que (Pepe) Sanchez, Miguel Matamoros, Ñico Saquito ou Lorenzo Hierrezuelo, entre autres ayant, un grand enracinement parmi les Cubains.

Eliades Ochoa a déclaré que ce disque lui plait beaucoup car il inclut le format original du quartette Patria, apparu en 1939 et il rend hommage à la plus ancienne trova de cette ville.

Il a dit que Francisco Repilado (Compay Segundo) pleurait toujours quand il écoutait la chanson Si estás dormida, inclue dans cet ouvrage, sans qu’il connaisse les raisons de cette sensibilité particulière pour ces accords.

Il s’est aussi référé à la pièce Pregón santiaguero, de Lino Reginfo, connue populairement par les Cubains comme Harina de maíz criolla, et il a prédit qu´il pourrait y avoir des changements dans les œuvres sélectionnées initialement.

Eliades Ochoa a annoncé des prochaines représentations au Mexique et il a confirmé qu’il prépare un disque avec ses propres compositions, une facette moins connue de son œuvre.

En se référant à un récent récital dans le théâtre Garcia Lorca, de La Havane, généralement identifié avec d´autres propositions, il a exprimé sa satisfaction pour l´accueil du public et il a souligné qu’il est plus préoccupé quand il chante à Cuba que sur d’autres scènes.

Un documentaire reflétant la carrière du musicien, avec Patria dès 1978, accompagnera la sortie de ce nouvel album.

Durant la 51e édition du Festival International de la Trova Pepe Sanchez,  une des principales attractions sont les concerts d’Eliades Ochoa dans l´emblématique Casa de la Trova, dans le parc Céspedes et dans la salle Dolores.

 

 

PL


Arturo Santana : Le cinéma est une nécessité

Le réalisateur cubain Arturo Santana  considère le cinéma comme une nécessité, au-delà des catégories de la mode, lors de la présentation de ses trois derniers courts-métrages.

Arturo Santana s´est entretenu avec l’agence Prensa Latina avant la projection de Subir al cielo et La forastera, les deux faisant partie de projets collectifs, et Besos y Lágrimas, un film individuel sur un sujet difficile.

« Je ne crois pas qu´ils soient différents, ils abordent des thèmes urbains sur l´amour et l´émotion, avec une poétique parfois durement réaliste. J’ai tourné Besos y Lágrimas en noir et blanc, pour accentuer le dramatisme et le caractère intime d´un thème peu abordée dans les épopées cubaines, comme le VIH et le déracinement familial », a commenté Arturo Santana sur ces propositions.

Ce film a été réalisé suite à une demande du Programme des Nations Unies pour le Développement et de l´Organisation Mondiale de la Santé comme une œuvre de bien public, mais Arturo Santana l’a converti en une œuvre d´auteur.

La forastera - une des 14 œuvres du long-métrage Gibara, né dans le festival du Cinéma Pauvre – possède une aura onirique et, selon l´auteur, il applique certaines esthétique d´un western francophile.

Subir al cielo, le premier long-métrage parrainé par le Fonds de l´Alba Culturel, traite de la découverte du sexe d’une femme dans un contexte où elle se sent ignorée.

« Cette compilation ouvre un cycle et en ferme un autre dans mon travail », a dit le créateur, célèbre pour ses vidéo-clips musicaux, et qui prépare déjà son prochain projet, Bailando con Margot, un film d´époque.

Quand on lui demande si l’appelé cinéma pauvre est de filmer avec des ressources minimales était une nécessité, Arturo Santana a été très précis : « le cinéma en lui est une nécessité ».

 

PL


Hommage des personnalités de la culture cubaine à Hugo Chávez à Caracas

Caracas, (RHC)- Des personnalités de la culture cubaine ont participé à Caracas à l’hommage populaire au Président Hugo Chávez, décédé le 5 mars dans cette capitale.

La délégation cubaine est formée de représentants de diverses manifestations artistiques, depuis la littérature jusqu’à la musique, unis par l’objectif commun de rendre hommage au leader de la Révolution Bolivarienne et de l’Amérique Latine tout entière.

Abel Prieto, ex ministre cubain de la culture et actuel assesseur du Président cubain, Raúl Castro, a mis l’accent sur la signification d’Hugo Chávez, pas seulement pour le peuple vénézuélien, mais aussi pour le peuple cubain qui est consterné par son décès.

Dans des déclarations qu’il a faites à la presse, Abel Prieto a mis en exergue le travail réalisé par Hugo Chávez pour transformer le Venezuela en un pays d’inclusion, par des actions en faveur des plus pauvres.

La délégation est également formée de Miguel Barnet, poète, romancier, Prix National de Littérature, Président de l’UNEAC, l’Union des Écrivains et Artistes de Cuba et de la Fondation Fernando Ortiz ; de Leo Brower, remarquable guitariste, compositeur et chef d’orchestre qui a obtenu le Prix Granmy Latino dans la catégorie « Meilleur album de musique classique » ainsi que les distinctions « La guitare avec amour », de l’Italie et « Manuel de Falla », de l’Espagne.

Parmi les artistes cubains se trouve aussi le duo « Buena Fe, fondé en 1999, formé d’Israel Rojas et de Yoel Martínez, qui jouit d’une très grande popularité auprès des jeunes, à Cuba et dans d’autres pays dont le au Venezuela.

La liste est complétée par Juan Formel, Prix National de Musique, Prix Granmy, fondateur et directeur de l’orchestre emblématique « Los Van Van » et par Amaury Pérez, un des fondateurs, avec Silvio Rodríguez, du mouvement de la nouvelle chanson cubaine.

Source: PL

www.radiohc.cu


Ballet National de Cuba à Quintana Roo, Mexique

La Havane, AIN - Le Ballet National de Cuba (BNC), sous la direction de la prima ballerina assoluta Alicia Alonso, se présentera du 20-24 Mars au Mexique avec la version de Giselle, grâce à une invitation des autorités de l´état Quintana Roo.

Dans le répertoire de la compagnie cubaine, Giselle, chorégraphiée par Alicia sur l´original de Jean Coralli et Jules Perrot, a une grande importance, non seulement en ce qui concerne sa propre histoire, mais aussi parce que c’est le classique avec lequel la danseuse légendaire cubaine a débuté.

Dans son premier engagement international en 2013, le Département de Presse du BNC a annoncé à l’AIN que la compagnie aura de performances dans des villes mexicaines de Cancun, Playa del Carmen et Chetumal.

Les rôles principaux seront interprétés, entre autres, par Anette Delgado, Yanela Pinero, Amaya Rodríguez, Dani Hernández, Ernesto Díaz, Verónica Corveas, Víctor Estévez et Camilo Ramos, appuyée par des solistes et le corps de ballet.

Tandis qu’à La Havane, les premières figures du groupe ont dédié un gala spécial au XIIe Congrès mondial sur l´Art Déco avec la pièce Desnuda Luz del Amor.

Le public qui a assisté à la Salle Avellaneda du Théâtre National a eu l´occasion de profiter de la performance des Viengsay Valdés, Sadaise Arencibia, Manu Navarro, Ernesto Álvarez, José Losada, avec d’autres danseurs importants et de jeunes talents du ballet.

AIN


La réunion des ministres de la CELAC renforce l’échange régional

Paramaribo (PL) – « La première réunion des Ministres de la Culture de la CELAC (Communauté des États Latino-américains et Caribéens) est une importante plate-forme pour asseoir les bases d´un échange régional. Il est nécessaire de reconnaître et de renforcer les bases de notre culture comme une unité dans la diversité », a assuré Iván Graanoogst, président du comité d’organisation du Festival des Arts des Caraïbes, lors d’une déclaration à l’agence Prensa Latina.

« Nous sommes convaincus que la culture régionale sortira renforcée de cette rencontre de la CELAC. En tant qu´amphitryon de l´événement, notre pays travaille pour rapprocher et resserrer les relations entre les nations membres sur la base du respect. Nous faisons aussi partie de la CARICOM (Communauté des Caraïbes), c’est pour cette raison que nous avons l´obligation de reformuler les politiques culturelles qui nous permettront de maintenir un échange constant avec les pays d´Amérique Latine et des Caraïbes. Notre but est que nous devons non seulement parler des stratégies, mais concrétiser des initiatives permettant de conserver et de valoriser le patrimoine du Suriname et de la région », a précisé Iván Graanoogst

Il a souligné que chaque jour cette nation acquiert une plus grande autorité dans l´environnement régional « c’est pourquoi nous travaillons sur le sauvetage des œuvres d’art afin de leur donner la valeur qu’elles méritent ».

Le Suriname accueille aussi le 19e Forum des Ministres de la Culture d´Amérique Latine et des Caraïbes.

La réunion, qui a eu lieu dans la ville de Paramaribo, fait partie de l’agenda des réunions de cet organisme où sont tracées les lignes de travail pour construire une nouvelle architecture régionale.

La CELAC, fondée le 3 décembre 2011 à Caracas, Venezuela et dont Cuba occupe la présidence tournante, promeut des liens effectifs de coopération, d’équité économique et de justice sociale pour le développement soutenable et l´intégration de l´Amérique Latine et des Caraïbes.

PL


L’art cubain dans le centenaire de la capitale australienne

Canberra (PL) – Le centenaire de la capitale de l´Australie, en pleine célébration, compte maintenant une sculpture de l´artiste cubain Nelson Domínguez, conçu comme un monument culturel envers l´amitié et l´espérance.

Cette œuvre, placée il y a quelques semaines dans un parc public, est érigée sur une base de gravier et de pierre, elle représente la nature avec une cheville symbolisant la solidarité de la famille humaine comme assise de la vie.

La plaque qui accompagne l’œuvre se réfère aussi à une planète où les ethnies, les cultures et les religions, malgré et grâce à leurs différences, fusionnent dans l´essence d´une existence humaine unique.

Nelson Domínguez  s’est inspiré de l’axiome de José Martí « La Patrie est l´Humanité » pour faire don de la pièce, sur laquelle il a travaillé pendant des mois avec le soutien de l´administration municipale, du sculpteur australien Geoff Farquhar-Still et de son équipe et des solidaires avec Cuba comme Nelson Álvarez, parmi d’autres.

La Ministre des arts et des affaires multiculturelles, Joy Burch, en remerciant la contribution de Cuba, a loué l´image imposante de la moderne et emblématique sculpture en acier de presque quatre mètres de haut, à laquelle elle a accordé une signification extraordinaire.

Pour l´Ambassadeur de Cuba, Pedro Monzón, il s’agit d’un exemple durable du développement des relations bilatérales entre les États et les peuples qui ont connu une notable croissance ces dernières années dans différentes sphères, dans lesquelles ils partagent des expériences et se renforcent mutuellement.

 

PL


Le livre « Cuba : Révolution ou Réforme ? est présenté au Mexique

Mexico, (RHC)- Le philosophe et écrivain cubain Enrique Ubieta, a présenté son livre « Cuba: ¿Revolución o Reforma? (« Cuba : Révolution ou Réforme ?) au cours d’une brève cérémonie au centre culturel Casa Lam, dans la capitale mexicaine.

Enrique Ubieta a mis en exergue la longue lutte du peuple cubain pour la défense de sa Révolution et de sa société, notamment dans le domaine des idées.

Parmi les participants à la présentation du livre se trouvaient des membres du Mouvement Mexicain de Solidarité avec Cuba et du Parti du Travail du Mexique.

L’œuvre aborde la bataille culturelle entre la Révolution et la contre-révolution dans l’histoire de l’île et démasque des calomnies et des manœuvres anti-cubaines.

 

www.radiohc.cu


Exposition des dessins de l’antiterroriste cubain à San Francisco et à New York

Washington (PL) – Vingt-cinq papillons endémiques de Cuba, dessinés par Antonio Guerrero, un de cinq antiterroristes cubains prisonniers politiques aux États-Unis depuis 1998, seront exposés dans les villes de San Francisco et de New York. L´exposition sera inaugurée parallèlement dans les deux villes le 29 mars avec la présence de l’illustre poète Alejandro Murguía, à San Francisco.   

À New York, l’exposition aura lieu dans le Roone Arledge Auditorium, Lerner Hall, de l´Université de Columbia, où est prévue la participation de l´ambassadeur cubain devant les Nations Unies, Rodolfo Reyes ; celui du Venezuela, Julio Escalona ; le membre de l´équipe légale des Cinq, Martin Garbus, et l’ancien prisonnier politique portoricain Luis Rosa.

L’exposition de San Francisco est organisée par le Comité International pour la Liberté des Cinq, comme sont connus Antonio Guerrero, Gerardo Hernández, Ramón Labañino, Fernando González et René González, et son but est de sensibiliser les consciences et unir les volontés en faveur du retour de ces hommes dans leur Patrie. Celle de New York est parrainée par l´Association des Étudiants Caribéens de l´Université de Columbia, par la Maison des Amériques, le Projet Pédagogique Populaire pour la Liberté des Cinq Cubains et la Coalition « 26 Juillet ».   

« Gerardo, Ramón, Antonio, Fernando et René sont venus aux États-Unis pour surveiller les activités de groupes terroristes d´origine cubaine établis à Miami et, ainsi, prévenir des nouvelles attaques contre leur pays », a rappelé le groupe de solidarité dans une déclaration.   

Le Comité affirme : « Au lieu de recevoir des médailles pour leurs actions, ils ont été arrêtés et ils sont détenus depuis presque 15 ans dans des prisons fédérales étasuniennes ».    

L’un d´eux, René González, a été libéré en octobre de 2011 après avoir accompli son injuste peine, mais il est obligé d’accomplir trois ans de liberté surveillée sur le territoire étasunien.   

Antonio Guerrero, depuis son emprisonnement, s’est révélé comme un plasticien et il a perfectionné plusieurs techniques dont l´aquarelle qu’il a utilisé pour donner la vie à ses papillons. Il a aussi publié plusieurs recueil de poésies comme ceux présentés récemment dans la Foire Internationale du Livre Cuba 2013 : Enigmas y Otras Conversaciones et La verdad me nombra.   

 

PL


Le Festival de Cinéma Latino-américain de Toulouse fête son 25e anniversaire

Paris (PL) – Le Festival de Cinéma Latino-américain de Toulouse, qui fête son 25e anniversaire cette année, a ouvert ses portes avec la projection du film Infancia clandestina, de l’Argentin Benjamín Ávila.

Le film, présenté hors compétition, aborde la question de la lutte armée contre la dictature militaire en Argentine du point de vue d´un enfant, fils d´un couple de militants vivant dans la clandestinité.

Dans cette rencontre du septième art, qui fermera ses portes le 24 mars, 14 longs-métrages de fiction, 8 courts-métrages et 7 documentaires sont en compétition. Parmi les pays participants se trouvent le Chili, le Brésil, l’Argentine, Cuba, le Mexique, le Guatemala, le Costa Rica et l´Uruguay.

Des films tels que La piscina, du Cubain Carlos Machado ; Las lágrimas, du Mexicain Pablo Delgado ; Polvo, du Guatémaltèque Julio Hernández ; Tanta Agua, de l’Uruguayenne Ana Guevara ; Habi, la extranjera, de l´Argentine María Florencia Álvarez ou Carne de Perro, du Chilien Fernando Guzzoni, figurent dans la liste des concurrents.

En plus de la programmation habituelle, le Festival offrira une rétrospective sur le Cinéma et la Politique, avec une sélection d’oeuvres des 25 dernières années depuis la création du Festival devenu un rendez-vous annuel pour la diffusion du cinéma latino-américain.

Didier Saint-Dizier, l´un des fondateurs de l´événement, a déclaré « En choisissant ce sujet, nous avons voulu revenir à nos origines », et il a rappelé que l´objectif de la création de la rencontre de Toulouse était d´informer le public sur la réalité politique des pays de cette région.

L’agenda du festival propose les sessions habituelles « Cinéma en Construction », « Un autre regard », « Jeune Public », « Revoir » et « Panorama Tango », ainsi que des rencontres avec des personnalités invitées et des expositions thématiques.

 

 

PL


Pour nous aider a améliorer notre travail, nous vous prions de bien vouloir nous envoyez vos suggestions à: infoanalisis@webcubarte.cult.cu

infoanalisis@webcubarte.cult.cu . Les souscriptions et les annulations des souscriptions au service de Cubarte, le Portail de la Culture Cubaine se réalise au travers de : http://listas.cult.cu/mailman/listinfo/cubarte

17:44 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.