27/06/2014

[cubaculture] Bulletin Cubart

cal
 
Sent: Friday, June 27, 2014 7:30 PM
 
 
Cabezal del Boletin con el logo de CUBARTE
Año 6 NO. 274 - 27 de Junio del 2014 SUIVEZ-NOUS CUBARTE on Twitter facebook CUBARTE en youTube ISSN 1810-620X
Le Bulletin Cubart est un résumé hebdomadaire du Portail de la culture cubaine. Dans ces pages vous trouverez les plus transcendantaux événements culturels du pays et leurs reflets dans le monde, ainsi que des espaces d'opinion sur les thèmes qui aujourd'hui préoccupent les intellectuels du monde.
. CUBA
« Habanarte », en septembre : l´Orchestre Symphonique National de Cuba
« Habanarte » en septembre : Elito Revé y su Charangón
Cuba 24h, une autre façon de connaître l´île sur le Web
Le Festival International « Boleros de Oro » ouvrira bientôt ses portes
Un chœur étasunien a commencé sa tournée cubaine à Cienfuegos
Des étoiles du cirque russe dans le festival cubain
Présentation d’un livre sur le legs pianistique de Solomón Gadles
Une nouvelle édition de CORHABANA
Des paysages de l´eau dans la Vieille Havane
Le Ballet Endedans sera de retour à La Havane avec des premières
Parcours et promenades: les connaissances à la portée de tous
. EN EL MUNDO
Carlos Varela : Docteur Honoris Causa de l´Université de Queen
Le chanteur cubain Eduardo Sosa offre un concert en Mongolie
Une nouvelle galerie berlinoise ouvre ses portes à l´art cubain
Les études sur José Martí sont élargies en France
La rencontre Cuba, Congas et Cabaret à Castlemaine dans l´État de Victoria
. EL PORTAL CUBARTE LE SUGIERE
La solidarité avec Porto Rico n’a pas été et n’est pas négociable . Par Astrid Barnet
Pour obtenir plus d'informations sur les thèmes d'intérêts, cliquez ici

« Habanarte », en septembre : l´Orchestre Symphonique National de Cuba

L´Orchestre Symphonique National de Cuba (OSN) est l´une des institutions qui honorera l´événement Habanarte, qui aura lieu du 11 au 21 septembre à La Havane.

L’OSNC compte un travail méritoire de plus de deux mille concerts à Cuba et dans d’autres pays, ainsi qu’une admirable reconnaissance internationale.

Cet orchestre a été fondé le 7 octobre 1959 par les maestros Enrique González Mántici et Manuel Duchesne Cuzán, et depuis son premier concert il a développé une incommensurable œuvre de diffusion de la musique cubaine, latino-américaine et universelle de toutes les périodes et tendances stylistiques.

Parmi ses lignes de travail se trouvent les concerts réguliers, les symphoniques, les choraux, les cycles de concerts didactiques, les tournées nationales et les accompagnements de spectacles lyriques et de ballet. De même, nous soulignerons son savoir-faire quant aux enregistrements d’albums et de bandes sonores pour des audiovisuels, ainsi que sa participation déterminante dans des événements nationaux et internationaux.

Au long de son histoire, l´Orchestre Symphonique National de Cuba a été dirigé par plus d’une centaine de chefs d’orchestres, aussi bien cubains qu’étrangers, dont Manuel Duchesne Cuzán, Enrique González Mántici, Gonzalo Romeu, Félix Guerrero, Roberto Sánchez Ferrer, Francesco Belli, Carmine Coppola, Michel Legrand, Joel Mathias Jenny, Bernard Rubinstein, David Harutyunyan ou Hans Werner Henze.

Il a aussi compté la participation de solistes nationaux et étrangers de grande réputation internationale comme Frank Fernández, Jorge Luis Prats, José María Vitier, José Carreras, Chucho Valdés, Costa Cotsiolis, Eric Grossman, Francesco Manara, M. Rostropovitch ou Roger Woodward, parmi de nombreux autres.

Depuis 2002, l’OSN est dirigé par le maestro Enrique Pérez Mesa, diplômé de la spécialité de violon de l´École Nationale d´Art et de direction orchestrale de l´Institut Supérieur d’Art. De 1991 à 2002, il a été le chef d’orchestre de l’Orchestre Symphonique de Matanzas, dans lequel il a réalisé un travail remarquable.

La présence de l´Orchestre Symphonique National de Cuba dans Habanarte est un exemple de plus de l’ample panorama musical qu’offrira cette grande fête des arts et de la culture cubaine.

CUBARTE


« Habanarte » en septembre : Elito Revé y su Charangón

L’orchestre Elito Revé y su Charangón, « La Revé » comme il est connu depuis 58 ans, contribuera au plaisir des danseurs dans l’événement Habanarte qui se déroulera durant dix jours à La Havane, du 11 au 21 septembre avec la présence des institutions culturelles du pays.

Il est très probable que les admirateurs de ce groupe aient écouté La aplanadora de Cuba, le plus récent titre de leur album produit par la maison discographique Bismusic et dans lequel, continuant le sceau du maestro fondateur Elio Revé, on peut apprécier le changüi combiné avec le son montuno dans une sonorité contemporaine.

L´orchestre a été fondé par le maestro Elio Revé en 1956, comme un banda-charanga, afin d’interprété le changüi, une véritable expression festive de la musique paysanne née dans sa ville natale de Guantanamo, mais en la modernisant en la mélangeant avec d´autres rythmes comme le pachanga, le guaguanco et la timba, avec laquelle il a réalisé de grands apports à la musique populaire cubaine.

Sa contribution à l´histoire de la musique de l´île est aussi présente car le groupe qu’il a dirigé jusqu´à son décès en 1997 est considéré comme une école par un grand nombre d’importants cubains, dont le regretté Juan Formell, Jorge Luis Cortés, César Pupy Pedroso, Yumuri ou Juan Carlos Alfonso, parmi d’autres.

Elito Revé y su Charangón ont obtenu leur popularité dans l´île et un grand prestige international pour leur timbre inimitable que l’on pourra écouter du 11 au 21 septembre dans Habanarte, la grande fête de la Culture Cubaine.

CUBARTE


Cuba 24h, une autre façon de connaître l´île sur le Web

Cuba 24h est un nouveau site Web 2.0 dédié à ouvrir le vaste panorama de la réalité cubaine au monde à travers le langage audiovisuel et les ressources du journalisme numérique.

Présenté dans Centre de Presse Internationale de La Havane, le site, disponible sur www.cuba24horas.com , permet de connaître tous les événements sociaux, politiques, économiques et culturels du pays, dans un format compatible avec une large gamme de moteurs de recherche et de dispositifs mobiles.

Le réalisateur cubain Ismael Perdomo, coordonnateur du portail, a expliqué que le projet est une idée originale de Siglo XXI Troqua Visión, une coproduction entre l´Institut Cubain de l’Art et de l’Industrie Cinématographique (ICAIC) et distribué par la compagnie française Ineotek, ayant une expérience dans le positionnement sur Internet et des serveurs.

Il a assuré que Cuba24h comprendra des articles et des vidéos exclusifs et qu´il exploitera une ligne de travail inédite jusqu’à présent dans le pays, se traduisant par la diffusion de la web-série, de petits documentaires, d’entrevues, de reportages et de photographies, avec des versions en anglais, en français et en espagnol.

Susana Molina, vice-président de l´ICAIC, a qualifié le site « comme une opportunité pour les nouveaux documentalistes et tous ceux qui veulent montrer la réalité de l’île par le biais d’une caméra. Il présentera de nouveaux matériels toutes les semaines, qui n’excèderont pas cinq minutes et qui offriront des détails sur le devenir historique et l´actualité actuelle de la nation. Cuba24h rend ainsi une sorte d’hommage à Santiago Álvarez, un des plus grands cinéastes cubains et au Noticiero ICAIC Latinoamericano, sa création ».

Ceux qui naviguent sur ce site peuvent trouver actuellement des entrevues de personnalités telles que l´écrivain Leonardo Padura, la sexologue Mariela Castro Espín, l’entraîneur de boxe Alcides Segarra et des petits documentaires illustrant les sentiments des Cubains et de leurs réalités.

Dans un proche avenir, le portail a annoncé son projet « Cubanos por el Mundo », qui illustrera les histoires et les opinions d’anciens résidants de l´île disséminés sous toutes les latitudes.

CUBARTE


Le Festival International « Boleros de Oro » ouvrira bientôt ses portes

Lors d’une conférence de presse dans la salle Nicolás Guillén de l´Union des Écrivains et des Artistes de Cuba (UNEAC) présidée par le maestro José Loyola, président du comité d’organisation, en présence de l’Ambassadeur du Mexique à Cuba, de M. Juan José Bremery, Attaché Culturelle de ce siège diplomatique, ainsi que son homologue de Colombie et le premier secrétaire et responsable des affaires culturelles de République Dominicaine dans l´île, et d’autres personnalités, nous avons appris que la vingt-cinquième édition du Festival International « Boleros de Oro », du 25 au 29 juin, se déroulera dans plusieurs espaces des provinces de La Havane et Mayabeque. Cette année l´événement rend hommage au 95e anniversaire de la naissance de Benny Moré, au 75e de la création du légendaire Orchestre Aragon et au 25e de la disparition physique de l´emblématique chanteur mexicain Pedro Vargas.

Le maestro José Loyola a attiré l’attention sur le caractère atypique et complexe d’un festival qui comptera des hommages à Pedro Vargas et dont le nombre d´invités latino-américains est le plus important qu’a eu l’histoire du « Boleros de Oro ».

« C’est pour cette raison que le festival sera plus long cette année, car le public est anxieux et que le Festival éveille de nombreuses expectatives », a déclaré José Loyola.

Le colloque international « Boleros de Oro » commencera le 25 dans la salle Nicolás Guillén de l’UNEAC avec une conférence du poète colombien Darío Jaramillo et, du 26 au 28, il se déroulera dans le Centre Hispano-américain de la Culture, structuré en conférences, exposés, tables rondes et panels abordant des thèmes en accord avec les dédicaces du festival et d’autres, de la part d’importants chercheurs du pays, en plus des hommages à Roberto Faz et à Marta Valdés, pour les 100e et 80e anniversaires de leur naissance, respectivement.

Le président de Boleros de Oro a informé que durant cette édition se réalisera le premier Concours international d´interprétation des boléros, qui aura lieu les 25 et 26 juin dans le théâtre Mella de La Havane avec la participation de 24 jeunes chanteurs de Cuba, de Colombie et du Mexique, ainsi que la Rencontre et Concours Latino-américain et Caribéen des collectionneurs de disques de boléros.

Le 27 sera dévoilé le buste de Pedro Vargas sur La Alameda de Paula, dans le Centre Historique de La Havane et, dans le cabaret Tropicana, une plaque commémorative rappelant les représentations de l’illustre chanteur sur cette célèbre scène. Le même jour, en soirée dans le théâtre Mella, aura lieu le gala Boléro Lyrique, dirigé par Pedro Arias, comptant la participation de jeunes interprètes de la chanson lyrique cubaine.

Le programme du festival continuera le 28, à 20:30 h, dans le théâtre Mella, avec un gala en hommage à Pedro Vargas, « Le Ténor des Amériques », avec la présence d’artistes cubains et mexicains, dont le célèbre soliste Carlos Cuevas, tous sous la direction du maestro José Ramón Artigas. Ce gala sera répété le lendemain à 17 heures dans le théâtre América.

L’Ambassadeur du Mexique a offert ses remerciements pour « l’heureuse coïncidence que le 25e Festival International Boleros de Oro rende hommage à Pedro Vargas et que nous ne devons pas être surpris que plusieurs pays d´Amérique Latine, notamment Cuba et le Mexique, coïncident dans le boléro ».

Le gala en hommage à Benny Moré « Hoy como ayer » et à l’Orchestre Aragón « Ponle el cuño es Aragón » aura comme scène le théâtre Mella, le 29, avec la participation d´artistes reconnus de Cuba, de Colombie, du Mexique, du Chili et du Pérou, sous la direction de José Ramón Artigas.

D’autres scènes qui accueilleront le Festival sont El Huron Azul de l’UNEAC ; les jardins du théâtre Mella ; le cinéma La Rampa qui, les 27, 28 et 29 à 17 heures, proposera un cycle de trois films interprétés par Pedro Vargas ; le piano-bar Habaneciendo ; la salle du Gato Tuerto ou celle de Dos Gardenias, parmi d’autres.

 

CUBARTE


Un chœur étasunien a commencé sa tournée cubaine à Cienfuegos

La chorale étasunienne Échange Choral Triangle avec Cuba a commencé sa tournée cubaine avec un concert dans la sala Ateneo du théâtre Tomás Terry de la ville de Cienfuegos. Son répertoire inclus des œuvres allant de chansons folkloriques et afro-américaines jusqu’à des pièces classiques et de musique populaire d´autres pays.

Le chœur nord-américain a partagé la scène avec le chœur des Chanteurs de Cienfuegos pour l’interprétation d’El Guayaboso, une œuvre écrite par le reconnu chef d’orchestre Guido López-Gavilán.

« Nous sommes très satisfaits de cet accueil à Cienfuegos. C´était un concert merveilleux et nous avons été impressionnés par la qualité de la chorale de cette belle ville », a affirmé Rodney Wynkoop, leader d’Échange Choral Triangle avec Cuba, un groupe né de l’union de trois villes de l’État de Caroline du Nord.

Rodney Wynkoop, qui est également Docteur en Arts Musicaux de l’Université de Yale, a souligné qu´à Cuba, comme dans les précédentes tournées du chœur en Israël, Afrique du Sud, Chine et Brésil, on démontre comment la musique peu faire tomber n’importe quelle barrière et, à cette occasion, elle tend un nouveau pont de rencontre entre des artistes des États-Unis et de Cuba.

Les musiciens nord-américains se présenteront ensuite à Santa Clara, Matanzas et La Havane, où ils se présenteront dans le Musée de la Révolution, le 24 juin, avec le chœur Entrevoces, dirigé par Digna Guerra.

CUBARTE


Des étoiles du cirque russe dans le festival cubain

Des membres de la compagnie russe Rosgoscirk, la plus grande du monde, arriveront à La Havane pour prendre part au Festival International de Cirque d’Été Circuba 2014, qui aura lieu à La Havane du 31 juillet au 5 août, ont informé les organisateurs de l´événement à la presse.

Les principaux artistes russes dans le festival cubain seront le duo Spirin, qui présenteront « un impressionnant numéro de force où les deux artistes de cette compagnie démontrent un étonnant échantillon de technique et d´interprétation », et Maxim Helmut, « dans un incroyable numéro de corde fixe ». Mais la plus grande surprise de la délégation russe sera  le duo Sytchev, des petits jongleurs de 10 et 17 ans, qui attireront sans aucun doute l´attention de ceux qui visiteront le chapiteau Trompoloco lors des journées du rendez-vous havanais.

CUBARTE


Présentation d’un livre sur le legs pianistique de Solomón Gadles

Le guitariste et compositeur cubain Leo Brouwer a dit que ceux qui veulent bien jouer du piano doivent lire El legado pianístico pedagógico de Salomón Gadles Mikowsky (Le legs pianistique pédagogique de Salomón Gadles Mikowsky), un livre agréable et pleine de secrets publié par la maison d’édition Boloña, appartenant au Bureau l´Historien de la Ville, qui a été présenté dans la Basilique Mineure de San Francisco de Asís, dans le cadre de la 2e Rencontre des Jeunes Pianistes qui se déroule à La Havane jusqu´au 29 juin.

Leo Brouwer a explique que l’oeuvre l’a passionné et il a recommandé sa lecture, d’autre part, le maestro Salomón Gadles Mikowsky, présents dans la salle de concert, a offert ses remerciements à la maison Boloña pour la publication du livre et il a commenté son contenu, qui s´articule autour d´un dialogue avec son étudiante Kookhee Hong dans lequel il aborde ses expériences et offre des détails pédagogiques, précisant « le primordial est de trouver la personnalité de chaque pianiste ».

Dans la préface au livre, Leo Brouwer souligne que celui-ci approfondit de nombreuses directions qui déborde le piano pour entrer dans le « monde secret » de la culture artistique. Le maestro est non seulement un grand pédagogue du piano, mais il possède également les « secrets » de l´enseignement systématique, comment découvrir les répertoires adéquates en plus des fameux programmes obligatoires.

Formateur d´une pléiade de solistes, Salomón Gadles Mikowsky est considéré par la critique comme « l’un des professeurs les plus demandés du monde », on affirme qu’il possède « une habilité magique pour convertir en artistes les étudiants de piano qui passent entre ses mains ».

Kookhee Hong (Corée, 1979), récompensée dans des concours internationaux, a étudié dans l´Université d’Alberta, Canada, et dans l’Institut de Musique Curtis, de Philadelphie. Elle est entrée à la Manhattan School of Music en 1998 comme boursière de Salomón Gadles Mikowsky et, sous sa tutelle, elle a obtenu la Licence et la Maîtrise en Musique, le Diplôme Professionnel et le Doctorat of Musical Arts en 2011.

À la fin de la présentation du livre, le jeune pianiste Edward Newman a interprété les pièces Fantaisie en fa dièse mineur, Op. 28, de Félix Mendelssohn dhelson ; Gaspard de la nuit, de Maurice Ravel ; Fantaisie en sol mineur Op. 77, de Ludwig van Beethoven ; El libro de música de la ciudad celeste, de Juan Piñera et Variations sur un thème de Paganini, Op. 35, Livre II, de Johannes Brahms.

Diplômé avec mention de l´Université Nationale d´Australie, Edward Newman (États-Unis, 1984) a été reconnu dans des concours internationaux. En 2006, il a reçu la bource Paul Landa de l’American-Australian Association afin de poursuivre ses études durant 4 ans avec Salomón Gadles Mikowsky dans la Manhattan School of Music. Actuellement, il termine ses études doctorales avec Jerome Lowenthal dans la Juilliard School.

CUBARTE


Une nouvelle édition de CORHABANA

La 11e édition du Festival International des Chœurs CORHABANA 2014 aura lieu à La Havane du 1er au 5 juillet. Ce festival, organisé par le Centre National de Musique de Concert de l´Institut Cubain de la Musique, que préside Digna Guerra Ramírez, constitue une opportunité pour fraterniser avec les chorales d´Amérique Latine et d´autres régions du monde par le biais de concerts, d’ateliers, d’échanges d´expériences et d´activités sociales.

Cette nouvelle édition de l´événement est dirigée au développement des techniques pour les arrangements choraux ainsi qu’à l´interprétation et au montage d’œuvres du répertoire choral cubain et international. Cette année, le festival rendra hommage à plusieurs directeurs de chœur, à des groupes et à d’illustres personnalités de la musique telles que Carlos Fariñas, Leo Brouwer, Frank Fernández ou Guido López-Gavilán.

La 11e édition du CORHABANA comptera la présence de sept chœurs étrangers provenant de pays comme le Venezuela, le Mexique, l’Équateur, l’Argentine à côté de chorales de La Havane et d´autres provinces ; de choeurs amateurs ; des échantillons de nos écoles d´art, et 14 directeurs de groupes étrangers.

Digna Guerra Ramírez a précisé que l’événement donnera une continuité aux Ateliers de Musique Chorale Cubaine et Latino-américaine en 2015, lesquels seront dédiés aux travaux des chorales infantiles, juvéniles et aux voix. Ces deux événements, organisés par le Centre National de Musique de Concert et présidé par Digna Guerra Ramírez, ont un caractère biennal et constituent une fête du mouvement choral cubain.

www.granma.cu


Des paysages de l´eau dans la Vieille Havane

Le photographe et dessinateur chilien Edmundo Cofré Godoy a parcouru durant quatre ans la sylve valdivienne, une zone tempérée pluvieuse du centre/Sud du Chili, où la beauté et la diversité de la vie se nourrissent d´une généreuse pluviométrie.

Le fruit de cette expérience est « Paisajes de agua » (Paysages d’eau), une exposition de soixante photographies que l’artiste offre aux Cubains et qui peut être visitée dans la Salle de la Diversité, au numéro 60 de la rue Amargura, dans le Centre Historique de La Havane.

L’exposition explore les différentes formes expressives de l´eau à travers une série de photos et de sons extraits des paysages naturels, où cet élément joue un rôle fondamental. « Il s’agit de photographies faisant allusion à l´eau comme un composant qui intervient et modifie notre vision du paysage », a précisé Edmundo Cofré Godoy.

Pour cet artiste, au début c´était une proposition esthétique mais ensuite elle est devenue une porte d’entrée aidant à comprendre le phénomène de cette ressource vitale pour la vie ».

Avec un traitement minimaliste dans les images, où s’alternent les grands espaces avec les petits détails, « Paisajes de agua » a été un projet gagnant du Fonds de la Culture Régionale du Gouvernement du Chili (FONDART, 2012).

Edmundo Cofré Godoy a développé un savoir-faire lié à l’image graphique et l’audiovisuel, à la photographie documentaire, à la direction artistique, au dessin scénographique et corporatif, et il s’est aussi dédié aux montages d’exposition et à l´enseignement.

CUBARTE


Le Ballet Endedans sera de retour à La Havane avec des premières

La Havane – Le Ballet Contemporain Endedans, sous la direction de la chorégraphe et maître Tania Vergara, sera de retour à La Havane durant le premier mois de l´été avec les premières des œuvres By Friction, Furs et Momentos en el viento.

La scène du théâtre Martí accueillera la compagnie de Camagüey les 18, 19 et 20 juillet qui, à cette occasion, interprétera des pièces de deux notables créateurs, le Cubain Pedro Alberto de Jesús Ruiz et le Danois Jens Bjerregaard.

Sans pour autant abandonner l´influence de la plasticité et la virtuosité de la danse classique et du ballet, la compagnie assume comme l style celui proposé par les deux chorégraphes qui ont choisi plusieurs auteurs contemporains pour l´accompagnement musical des premières.

Reconnue par les experts et le public, la compagnie Endedans a une vie fructueuse dans le panorama de la danse nationale suite aux bons résultats dans divers événements compétitifs, en plus de nombreuses représentations dans tout le pays.

Son esthétique, bien qu’en recherche constante, part de la nécessité de transmettre un monde visuel chargé de symbolisme et une cosmovision pleine de sensations vues à travers du geste et de l´état des relations entre les personnages.

La compagnie possède un vaste répertoire, parmi les œuvres les plus représentatives se trouvent, parmi d’autres, La muerte del Hombre (2005) et Las manos que nunca me tocaron (2007).

 

AIN


Parcours et promenades: les connaissances à la portée de tous

Alors qu´il manque moins de deux semaines pour le début des grandes vacances estivales, les détails d´un programme très populaire, qui attire chaque année de nombreuses familles cubaines se profilent.

Plus de 30 institutions culturelles de la capitale cubaine s´apprêtent à s´incorporer au programme Rutas y Andares «  Parcours et promenades pour Découvrir en famille » placé sous les auspices du Bureau de l´Historien de la ville de La Havane.

Des Centres comme le Cinématographe Lumière, le Musée Maison Natale de José Martí, la Quinta de los Molinos et la Photothèque Historique, entre autres, essaieront, dans le cadre de ce projet, de favoriser un lien plus étroit entre le public et le patrimoine.

Né en 2001 « Ruta y Andares » est une option de tourisme culturel, économique et instructif, qui prend en compte les goûts et les intérêts des divers groupes d´âge.

Ce programme s´ouvre chaque année à de nouveaux secteurs de la société. Lors de l´édition 2013, il avait conçu un circuit tout spécialement destiné aux enfants sourds, muets, mal voyants et autistes.

Les promenades virtuelles sont une option prisée surtout des personnes du 3è âge car elle consiste en la projection de matériaux audiovisuels accompagnés de conférences interactives.

Dans le but d´élargir les connaissances et ouvrir de nouveaux mondes aux plus jeunes, des ateliers seront réalisés dans des thèmes comme les arts visuels, archéologie, la philatélie, la poésie, le jardinage, le cinéma et le théâtre. Ayant une capacité pour un millier de personnes, ces ateliers siégeront durant les mois de juillet et août.

Le Programme Parcours et promenades a dépassé les limites de la Vieille Havane et s´est étendu à d´autres arrondissements et quartiers de notre capitale pour permettre ainsi aux participants d´approfondir leurs connaissances sur l´histoire et l´architecture de notre ville.

Depuis l´année dernière, les quartiers du Vedado et de Miramar ont été incorporés à cette option très intéressante, qui s´est vu remettre en 2010, le 3è prix Ibéro américain d´Éducation et des Musées.

« Parcours et promenades » se renouvelle chaque année pour offrir à tous les membres de la famille cubaine une option saine, toute en étant instructive d´employer le temps libre, une façon aussi d´approfondir les connaissances de nos racines.


Edité par Tania Hernández

 

www.radiohc.cu


Carlos Varela : Docteur Honoris Causa de l´Université de Queen

Kingston (Ontario), Canada, Le chanteur cubain Carlos Varela a reçu le titre de Docteur Honoris Causa en Droit de l´Université de Queen, au cours d´une cérémonie qui a eu lieu dans l’historique Grant Hall de cette prestigieuse institution canadienne fondée en 1841.

La distinction, selon la sélection du comité de l´université, est attribuée aux personnes ayant apporté de notables contributions à la vie des gens dans le monde, que ce soit dans le secteur académique, des affaires, politique, scientifique ou des arts.

Dans le cas de Carlos Varela, on a voulu reconnaître sa remarquable carrière comme musicien et son dévouement à la prise de conscience de l´histoire de Cuba, de la politique et des conflits à travers la musique.

Lors de ses paroles de remerciement, le musicien a déclaré : « Je sais qu´une chanson ne peut pas mettre fin au long et obsolète conflit entre Cuba et les États-Unis, ni effacer la haine, les guerres, la faim, le racisme, l´homophobie, la maltraitance envers les animaux, le réchauffement climatique, la violence, l´intolérance ou encore moins fermer le trou dans la couche d´ozone, mais une chanson peut pénétrer dans le cœur des gens qui, à la fin, sont ceux qui habitent et décident le destin de ce monde, pour le bien ou le mal ».

Un peu plus tard, il a demandé la permission des présents pour partager la reconnaissance avec « … tous les musiciens cubains, où qu’ils soient, dans le ciel et sur terre, et aussi avec les nombreux hommes et femmes de mon pays qui ont également contribué une fois à dignifier le droit d´être libre et différent, défendant l´art et les autres chemins de l´esprit, mais qui en échange, jusqu´à présent, ont reçu seulement l’indifférence, le silence et l’oubli ».

Son intervention a conclu avec une touchante interprétation de Muros y Puertas qui a provoqué une longue ovation de la part de toutes les personnes présentes.

Auteur de nombreuses autres chansons anthologiques telles que Guillermo Tell, Una Palabra. Como los peces ou Habáname, Carlos Varela est considéré comme l’un des auteurs les plus importants d´Amérique Latine et ses chansons sont inséparables de la bande sonore de plus d’une génération et du répertoire cubain.

À la suite, le texte intégral des paroles de remerciement de Carlos Valera lors de la cérémonie

Bonjour.

Mon nom est Carlos Varela, je suis un chanteur cubain vivant à La Havane. Si quelqu´un se demande que fait un musicien lors qu’il reçoit le titre de Docteur Honoris Causa du Queens, ne vous inquiétez pas, je me pose aussi la même question.

Je suis diplômé de l´Université des Arts à Cuba dans la spécialité de théâtre mais, depuis l´âge de 8 ans, je savais que je voulais être musicien et c’est ce que j´ai fait toute ma vie. De toute façon maintenant que les disques ne se vendent plus, c’est bien pour moi d’avoir un doctorat en droit.

Je sais que c´est un jour spécial pour beaucoup de ceux qui sont ici. Pour moi ce l’est aussi.

Qu´une institution ayant le prestige de la Queen ait décidé de reconnaître ma modeste contribution à l´art de la chanson est quelque chose pour se sentir profondément honoré.

Je sais que, plus qu’un éloge pour moi, cette reconnaissance est à la musique. Comment imaginer un monde sans musique ?

J´écris des chansons pour ne pas devenir fou. C´est ma façon de communiquer, de partager mes sentiments et mes préoccupations, de célébrer la vie, d’affronter les tempêtes et de convertir mes rêves et mes fantaisies en réalités.

Je sais qu´une chanson ne peut pas mettre fin au long et obsolète conflit entre Cuba et les États-Unis, ni effacer la haine, les guerres, la faim, le racisme, l´homophobie, la maltraitance envers les animaux, le réchauffement climatique, la violence, l´intolérance ou encore moins fermer le trou dans la couche d´ozone, mais une chanson peut pénétrer dans le cœur des gens qui, à la fin, sont ceux qui habitent et décident le destin de ce monde, pour le bien ou le mal

Donc, avec votre permission, je voudrais partager ce prix avec tous les musiciens cubains, où qu’ils soient, dans le ciel et sur terre, et aussi avec les nombreux hommes et femmes de mon pays qui ont également contribué une fois à dignifier le droit d´être libre et différent, défendant l´art et les autres chemins de l´esprit, mais qui en échange, jusqu´à présent, ont reçu seulement l’indifférence, le silence et l’oubli

Merci encore à Queen pour reconnaître la valeur de la musique dans des temps comme ceux-ci, où il est plus courant de récompenser le succès comme la pertinence.

Des remerciements spéciaux à M. le Recteur Daniel Wolf

Merci également à Susan Lord, Cathie Krull, Zaira Zarza, Karen Dubinsky, quatre professeurs, qui enseignent le cours sur la culture de Cuba et qui chaque année envoient des étudiants canadiens dans notre pays afin de connaître son histoire, sa musique et ses habitants.

Etant donné que je préfère que l’on se souvienne de moi comme un musicien et non comme un orateur, permettez-moi de remercier votre très grande gentillesse en vous chantant une chanson.

Merci beaucoup.

 

www.carlosvarela.com


Le chanteur cubain Eduardo Sosa offre un concert en Mongolie

Oulan-Bator – Le chanteur cubain Eduardo Sosa, qui a été spécialement invité en Mongolie pour participer à un programme d´activités en hommage à Ernesto Che Guevara à l’occasion du 86e anniversaire de sa naissance, a offert un récital lors de la « nuit cubaine » qui a eu lieu dans un restaurant de la capitale de Mongolie.

L’activité a compté la présence de M. Magnai Otgonjargal, dirigeant juvénile mongol et promoteur du programme d’hommage au « Guérilléro Héroïque », M. B. Bat-Ernede, président du groupe parlementaire d´amitié Mongolie - Cuba et ex-candidat du Parti du Peuple Mongol aux élections présidentielles de 2013, le Chargé des Affaires de Cuba et son épouse, un important groupe de dirigeants juvéniles et de jeunes mongols ainsi que des représentants de la petite communauté de Cubains résidant dans ce pays.

Le chanteur cubain a interprété de nombreuses chansons de son répertoire, dont Guantanamera, et il a terminé son récital avec Hasta siempre Comandante, qui a été applaudie longuement.

M. Magnai Otgonjargal a offert ses remerciements pour le soutient et la coopération de l´Ambassade de Cuba pour l´organisation du programme d´hommage au Che à Oulan-Bator et il a souligné que celui-ci établit des bases pour l´augmentation des échanges entre la Mongolie et Cuba dans diverses sphères d´intérêt mutuel.

EmbaCuba Mongolia


Une nouvelle galerie berlinoise ouvre ses portes à l´art cubain

Berlin – Dans le cadre d´une exposition collective, des œuvres du célèbre plasticien cubain José Emilio Fuentes Fonseca ont été présentées dans la galerie « Art Stalker », située dans le quartier berlinois de Charlottenbourg.

Les œuvres de José Emilio Fuentes Fonseca, basées sur la technique du métal gonflé, font partie en majorité des collections « Dueño » et « Caramelo », a expliqué l’Ambassade de Cuba dans un communiqué de presse.

L´exposition, ouverte durant un mois, compte également des œuvres de plusieurs artistes contemporains allemands.

L’inauguration a réuni un nombreux public, les artistes exposants et des membres des groupes de solidarité avec Cuba, l’Ambassade de Cuba était représentée par l’Attaché culturel Héctor Corcho Morales.

PL


Les études sur José Martí sont élargies en France

La Havane, (RHC)- Un choix de textes essentiels de notre héros National José Martí a été incorporé au programme approuvé et publié par le ministère de l´éducation de la France, pour le Concours National de ce pays européen qui accorde le CAPES, le Certificat d´Aptitude Professionnelle pour les professeurs du second degré dans la spécialité d´espagnol.

Cette information a été rendue publique par Jean Lamore, professeur de l´Université de Bordeaux et auteur de la première biographie en français de notre Héros National, au cours de la 9e Réunion du Conseil Mondial du Projet José Martí de Solidarité Internationale qui s´est tenue récemment au Portugal.

Edité par Reynaldo Henquen

www.radiohc.cu


La rencontre Cuba, Congas et Cabaret à Castlemaine dans l´État de Victoria

Australie – La rencontre Cuba, Congas et Cabaret à Castlemaine, dans l´Etat de Victoria, a eu lieu devant plus d´une centaine de personnalités locales, presque tous les commanditaires de l´événement annuel qui se déroule dans cette ville, le Festival de Musique de Castlemaine. Le but de l´activité visait à promouvoir la participation de Cuba dans ce Festival qui aura lieu au mois de mars 2015.

Le directeur du Festival, Martin Paten, lors d’une longue intervention d´ouverture, a commenté sa récente visite à Cuba, avec la projection de photos et de courts-métrages de musique cubaine, dont un du groupe Son Entero, de Camagüey, qui sera l´invité dans cette événement.

Ses paroles ont reflété une forte admiration pour notre pays et sa culture et il a offert des informations sur ses projets généraux avec Cuba (dont la partie cubaine est la Direction de la Coopération du Ministère de la Culture) qui, en plus de la participation au festival, comprend l´invitation d’un professeur du Conservatoire José White (également de Camagüey) pour offrir des classes sur la musique cubaine à un groupe de 80 étudiants de l’école secondaire locale âgés de 12 à 17 ans. Le professeur cubain dirigera un programme pour l´enseignement et la promotion de notre musique qui culminera avec la présentation d´un concert d´une heure dans le bâtiment municipal de Castlemaine, avec la présence d’un couple de danseur.

Cet échange culturel s´étendra également aux 650 enfants et adolescents de différents âges et branches de l´enseignement. Ceux-ci qui pourront découvrir et acquérir des connaissances sur la culture cubaine abordant la langue et la littérature, la société, le système politique, l’histoire, la géographie, la musique et l’art en général.

La deuxième partie du projet s’appuiera sur la sélection de plusieurs éminents musiciens cubains afin de réaliser un travail musical enrichissant en collaboration avec des musiciens professionnels de Castlemaine. Les musiciens cubains offriront des ateliers de musique, exploreront les rythmes et les mélodies cubaines pour la guitare, la basse, les percussions et le chant.

Lors de son intervention, M. Paten, qui a séjourné avec sa famille à Cuba, a lu un petit texte écrit par sa fille Frida, âgée de 14 ans, qui décrit avec objectivité, admiration et respect l´histoire des luttes des Cubains contre la domination étrangère et où elle critique le blocus des États-Unis contre Cuba.

Ensuite, l’Ambassadeur de Cuba en Australie, Pedro Monzón, a présenté une riche information sur l´origine et les caractéristiques de la culture cubaine, principalement la musique et le rôle de détonateur de la Révolution quant à la création d´un vaste réseau d´écoles d´art.

Le public présent a été très enthousiasmé par les projets sur Cuba et la réunion a été animée par un groupe de musique cubaine composé par les frères Breheny, d’importants promoteurs des échanges culturels avec Cuba.

EmbaCuba Australia


Pour nous aider a améliorer notre travail, nous vous prions de bien vouloir nous envoyez vos suggestions à: journalcubarte@infocubarte.cult.cu

22:14 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.