28/11/2014

Bulletin Cuba((rt)

 
 
From: Cubarte
Sent: Friday, November 28, 2014 3:44 PM
 
Subject: [cubaculture] Bulletin Cubart
 
Cabezal del Boletin con el logo de CUBARTE
Año 6 NO. 298 - 28 de Noviembre del 2014 SUIVEZ-NOUS CUBARTE on Twitter facebook CUBARTE en youTube ISSN 1810-620X
Le Bulletin Cubart est un résumé hebdomadaire du Portail de la culture cubaine. Dans ces pages vous trouverez les plus transcendantaux événements culturels du pays et leurs reflets dans le monde, ainsi que des espaces d'opinion sur les thèmes qui aujourd'hui préoccupent les intellectuels du monde.
. CUBA
Des hommages et des rétrospectives dans le 36e Festival du Cinéma de La Havane
L’Orchestre Symphonique National confirme son engagement avec la création
Salvador Corratgé, abstrait et concret
Le rock latino-américain fait bouger La Havane
Le cinéaste étasunien Paul Irmiter tourne un documentaire à Cuba
Le 6e Festival International Varadero Baila 2015
Les premières Journées contre la discrimination raciale à Cuba
Convocation pour la 19e Biennale Internationale d´Humour Graphique
Congrès de pédagogie 2015
. EN EL MUNDO
La chanson Bailando remporte trois prix Grammy Latins
Paris accueille une exposition de la visite de Sartre à Cuba
Lizt Alfonso réalisera une campagne pour l’enfance
Conducta parmi les 15 films en compétition pour le Prix Goya
Un photographe cubain expose son œuvre à Tokyo
Toronto prépare un concert de Gente de Zona
. EL PORTAL CUBARTE LE SUGIERE
Pour sauver la mémoire . Par Ricardo Alarcón De Quesada
La soif du sang . Par Jesús Dueñas Becerra
Le livre « Dime, bruja que destellas… » . Par Jesús Dueñas Becerra
Pour obtenir plus d'informations sur les thèmes d'intérêts, cliquez ici

Des hommages et des rétrospectives dans le 36e Festival du Cinéma de La Havane

La 36e édition du Festival International du Nouveau Cinéma Latino-américain, qui aura lieu à La Havane du 4 au 14 décembre, sera dédié officiellement à Gabriel García Márquez.

L´écrivain colombien était un enthousiaste partisan de l´événement dès ses premières éditions et, en 1985, il a été élu président de la Fondation du Nouveau Cinéma Latino-américain. Il a eu une relation étroite avec le cinéma tout au long de sa vie et les adaptations cinématographiques de ses romans sont nombreuses. Le Festival projettera plusieurs documentaires liés à sa vie et à son œuvre dont Buscando a Gabo (Colombie) de Luis Fernando « Pacho » Bottía ; Gabriel García Márquez: La escritura embrujada (Colombie, France, Italie) des cinéastes Yves Billon et Mauricio Martinez-Cavard et Tales Beyond Solitude - Cien años de soledad (États-Unis) d’Holly Aylett.

D’autres cinéastes seront aussi honorés dans cette édition de l´événement, parmi eux l’uruguayen Mario Handler et l’Autrichien Ulrich Seidl et il y aura des rétrospectives de l’œuvre du cinéaste étasunien Eugène Jarecki, de l´Haïtien Raoul Peck et de l’Argentin Jorge Cedrón, dont la filmographie arrivera complète et restaurée à La Havane, accessible au public en DCP, le meilleur format contemporain de la projection numérique en salle.

 

habanafilmfestival.com


L’Orchestre Symphonique National confirme son engagement avec la création

Les membres de l’Orchestre Symphonique National (OSN) ont dit être très stimulé après avoir reçu les félicitations du Général d’Armée Raúl Castro à l’occasion du 55e anniversaire de cette institution.

Avant le concert, faisant partie du 27e Festival de La Havane de Musique Contemporaine de l´Union des Écrivains et des Artistes de Cuba (UNEAC), Julián González Toledo, Ministre de la Culture, a remis au groupe une lettre dans laquelle le Président des Conseils d´État et de Ministres souligne le rôle de l´OSN quant à la promotion et la défense des valeurs patrimoniales et où il qualifie la fondation de l´orchestre en 1959 comme un signe précoce de l´importance qu’a concédé la Révolution naissante à la culture.

Pour le chef d’orchestre de l´OSN, le maestro Enrique Pérez Mesa, les paroles de Raul impliquent le renouvellement de l´engagement des musiciens avec la création et la mémoire des fondateurs.

Les participants de la soirée ont eu l´occasion d´entendre la première mondiale de Sinfonía insular, de Jorge López Marín, dirigée par l´auteur, et d’apprécier la grande intensité de l´orchestre et du baryton Eleomar Coello, sous la direction de Roberto Valera, en assumant Escenas, un émouvant cycle symphonique et choral de Carlos Fariñas à partir de textes du Salvadorien Roque Dalton et du Chilien Ariel Dorfmann.

 

www.granma.cu


Salvador Corratgé, abstrait et concret

Au sein du très grand mouvement abstrait dans la peinture cubaine, Salvador Corratgé était non seulement parmi ses principaux propulseurs mais il a occupé un haut lieu pour la solidité de son œuvre.

À l´âge de 86 ans, la mort l’a surpris le 20 novembre dernier aux États-Unis, où il a voyagé pour inaugurer une exposition personnelle. Il était né à La Havane en 1928 où, vers le milieu du siècle dernier, après un bref passage dans l’académie de San Alejandro, il s’est dédié au dessin publicitaire, une véritable école dans laquelle il a appris la valeur de la synthèse expressive.

Il s´intéresse à l´abstraction dès cette époque. Bien qu´il n´ait pas participé à la gestation du groupe Los Once, il a exposé à côté de ses membres et il assistait souvent au cercles dans le café Las Antillas, comme en a été témoin Raúl Martínez. Il a opté définitivement pour cette tendance en intégrant le groupe des Diez Pintores Concretos (Dix Peintres Concrets), 1958-1961, parmi lesquels se trouvaient Pedro de Oraá, Sandú Darié, Loló Soldevilla, José Mijares et Martínez Pedro.

On souligne l´extraordinaire richesse chromatique dans son travail, ainsi que le traitement de surfaces avec la spatule et une action gestuelle exorbitante ; il n’a jamais été ankylosé dans les patrons visuels préétablis.

Ses œuvres se trouvent dans des collections publiques et privées en Espagne, au Mexique, aux États-Unis, au Venezuela, au Chili, en Allemagne, en Italie, en Grande-Bretagne, en République Tchèque, en Russie, en Bulgarie, en Egypte, en Suisse, en Autriche, en Argentine et à Cuba, avec une attention particulière dans celles que thésaurise le Musée National des Beaux-arts.

En plus de sa carrière artistique, Salvador Corratgé a rejoint la diplomatie révolutionnaire dans les ambassades cubaines de Prague et de Pyongyang où il a servi comme conseiller culturel. Il a fondé la Maison de la Culture Cubaine dans la capitale tchèque.

Il a participé à la 8e Biennale de La Havane avec des œuvres dans l´exposition « Abstracción activa », dans l’ancien couvent de Santa Clara, et à la 11e Biennale dans « De lo vivo a lo pintado » dans la Forteresse de La Cabaña. Il a été nominé plusieurs fois au Prix National des Arts Plastiques.

 

 

www.granma.cu


Le rock latino-américain fait bouger La Havane

Il n’y a aucun doute que le Festival Patria Grande a commencé du bon pied. Pour son inauguration et au détriment de la tranquillité des voisins de la Tribune Anti-impérialiste - mais à la grande joie des centaines de personnes qui se sont réunis dans cet endroit emblématique de La Havane – le son puissant et sain du rock latin a agité ce morceau du Malecón pour inonder la capitale cubaine avec des rythmes plus proches de nos racines qu’au genre occidental apparu et interprété aux États-Unis et en Angleterre.

Le concert d´ouverture de la première édition de ce festival a réuni les groupes nationaux Tesis de Menta et Tendencia, et les étrangers Curva Sur, du Venezuela ; Ra la Culebra, de Colombie ; La Milixia, du Costa Rica ; Puya, de Puerto Rico et NoTeVaGustar, d’Uruguay. Ces deux derniers parmi les plus reconnus du continent.

Les centaines de personnes qui étaient présentes autour de la scène de la Tribune  ont pu apprécier une grande variété des sons caractéristiques de chaque groupe, dont le sancocho rock et les fusions avec le ska, le reggae, la murga et la salsa, démontrant la fierté et l´attachement aux racines latines que défendent ces groupes.

« Nous devons mieux nous connaître », a assuré Solo Andrews, le guitariste de Ra la Culebra, ajoutant : « Patria Grande est l´occasion de savoir ce qui est fait dans la région et, bien sûr, de voir des groupes cubains. Echanger est une des choses que j´aime le plus dans les festivals, je crois que celui-ci sera spectaculaire car il se déroule à Cuba, j´espère qu’il aura de nombreuses éditions et que je pourrai venir ».

« S’il y a une deuxième version et que nous sommes invités, nous viendrons », a souligné au journal Cubarte Emiliano Brancciari, la voix et la guitare de NoTeVaGustar, considéré comme le groupe de rock le plus reconnu en Amérique latine.

Puya, ayant une solide carrière derrière lui et le mérite d´avoir été le premier ensemble latin qui a participé à l´OzzFest, créé par le légendaire chanteur de Black Sabbath, et d’avoir partagé la scène avec Sepultura et Slipknot, a dit que venir jouer à La Havane était un rêve qui s’est réalisé pour la bande.

« C’est bon de savoir qu´à Cuba, un endroit d´où sort tant de bonne musique, on fait du rock », a crié le chanteur Sergio Curbelo à la foule.

Kiko, membre de Tendencia, a déclaré : « La visite de ces grands de la scène du rock international est un grand aval pour le naissant Festival Patria Grande, un appui pouvant avoir une influence pour le répéter l´année prochaine. En outre, il sert aussi à montrer le travail que nous faisons à Cuba ».

 

CUBARTE


Le cinéaste étasunien Paul Irmiter tourne un documentaire à Cuba

Le cinéaste étasunien Paul Irmiter filme les derniers plans de son documentaire Closer than you think, sur un projet culturel binational, dans la ville cubaine de Cienfuegos.

Paul Irmiter a commenté à l’agence Prensa Latina que ce film d’un peu plus d’une heure montre l´échange entre des artistes de Cuba et des États-Unis regroupés autour de l´organisation à but non lucratif US Cuba Artist Exchange, fondée en avril 2012 par l´activiste Mariessa Ryan.

En plus de Cienfuegos, le tournage cubain du documentaire a eu lieu à La Havane, Trinidad et Santiago de Cuba, en plus de villes étasuniennes des États du Minnesota et du Wisconsin.

Dans le film, Paul Irmiter essaie d´attraper le travail conjoint des plasticiens et les musiciens cubains et étasuniens durant les trois tournées organisées par US Cuba Artist Exchange lors de cette année, l’une d’elles des artistes cubains aux États-Unis.

Les scènes filmées sur les deux côtés du détroit de la  Floride montrent les impressions des créateurs, les échanges avec les communautés et l´hybridation de l´équipe binationale qui dépasse déjà la quinzaine de membres, entre plasticiens, musiciens et cinéastes.

Le réalisateur a expliqué qu´il a enregistré les séquences finales et qu’il travaille déjà sur les processus d’édition et de postproduction, ainsi que sur la traduction des témoignages, avec l´intention que l’ouvrage soit prêt au début du printemps de l’année prochaine.

Interrogé sur la préparation pour reprendre ce travail, il a précisé qu´il tente par tous les moyens de ne pas se contaminer avant de venir à Cuba, ne lisant même pas un livre sur le thème, car il préfère être surpris par la réalité.

Une fois la touche finale donnée une autre étape difficile viendra, entrer dans les festivals qui peuvent ensuite ouvrir les portes aux autres plateformes de présentation. La première devrait avoir lieu à Minneapolis en 2015.

Un rêve du créateur serait de projeter Closer than you think  lors du Festival du Nouveau Cinéma Latino-américain de La Havane l´année prochaine.

 

PL


Le 6e Festival International Varadero Baila 2015

La compagnie Paradiso, spécialisée dans le tourisme culturel à Cuba, a convoqué les danseurs de salsa au 6e Festival International Varadero Baila 2015, qui se déroulera du 10 au 14 février 2015.

Dans sa convocation, Paradiso considère l´événement comme une occasion spéciale pour mieux connaître la salsa et d’autres rythmes cubains, ainsi que de profiter des classes, des ateliers et des bals.

Durant cinq nuits et avec les meilleurs groupes de la musique populaire de l’île, les participants pourront avoir des échanges avec les académies de danse invitées et les clubs locaux de danseurs, sous le milieu ensoleillé et maritime de cette station balnéaire renommée.

Le programme de cinq jours inclut quatre sessions de classes de danse, deux sessions d’ateliers de rumba et de casino et cinq concerts de musique live avec de notables groupes nationaux,

La station balnéaire de Varadero est parmi les top 10 des destinations pour le soleil et les plages du monde, elle possède le plus grand nombre d’hôtels du pays, avec plus de 20400 chambres et 20 kilomètres de plage de sable fin.

 

 

PL


Les premières Journées contre la discrimination raciale à Cuba

Dans le cadre du travail que réalise la section cubaine de l’Articulation régionale des personnes d’ascendance africaine pour les Amériques et les Caraïbes (ARAAC), fondée en septembre 2012 à La Havane, celle-ci a convoqué les 1ères Journées contre la discrimination raciale qui se dérouleront jusqu´au 5 décembre.

Lors d’une rencontre avec la presse au siège que le projet culturel communautaire La California, de Centro Habana, partage avec l’ARAAC, Gisela Arandia et Gisela Morales, les deux de l’équipe de coordination des journées, ont fait connaître que les activités sont réalisées depuis le 5 novembre.

Les 1ères Journées contre la discrimination raciale siège sous la devise « Hablar de discriminación duele. No hablarlo nos divide » (Parler de discrimination fait mal. Ne pas en parler nous divise) et elles sont dédiées aux jeunes, à la famille Maceo Grajales et à la Décennie internationale des personnes d’ascendance africaine qui commence le 1e janvier 2015, conformément à la déclaration de l´Organisation des Nations Unies (ONU)*.

Les objectifs essentiels sont de promouvoir chez les plus jeunes générations la compréhension, le sentiment d´égalité et la reconnaissance de l´héritage « d´une africanité qui ne jouit pas encore de l’espace et de la reconnaissance qui lui correspond en tant que force émancipatrice historique ».

D’autre part, elles ont expliqué que l´événement se joint à la lutte contre toutes formes de discrimination, y compris celle de genre, d´orientation sexuelle, d´âge et d’autres capacités « pour assurer l´avenir d´une société plus juste, basée sur l´égalité des droits, l´équité et le respect mutuel avec responsabilité et engagement ».

Gisela Morales a commenté que malgré les efforts que la naissante Révolution Cubaine a commencé à réaliser depuis son triomphe en 1959 pour éliminer la discrimination raciale et le racisme, « ce qu’elle a pu faire n’a pas été suffisant et il est important que la société cubaine d´aujourd´hui reconnaisse qu´il y a le racisme, la discrimination raciale et les préjugés raciaux pour pouvoir lutter contre eux, car si nous ne visualisons pas le problème, nous serons en mauvaises conditions pour renforcer ce débat depuis la société civile cubaine », puis elle a ajouté : « L’égalité des chances pour les groupes défavorisés ayant différentes points de partie, origines sociales et ethniques, ne suffit pas ».

Gisela Arandia s’est référée aux motifs des journées « c´est un phénomène qui englobe un vaste secteur de la population cubaine, peut-être plus de 50 pour cent de la population est des personnes non blanches, même si le recensement ne le reconnaît pas ainsi ».

Elle a également affirmé qu’ils comptent le soutien du Ministère de la Culture, qui parraine les journées, et de musiciens tels que Gerardo Alfonso et Adalberto Alvarez, qui offriront des représentations publiques dans le cadre de l’événement ; Gerardo donnera un récital le 29 novembre à 18 heures dans le Pavillon Cuba et le maestro Adalberto offrira un concert le 30 à 17 heures trente dans le Salon Rosado de La Tropical, également en salut du 30e anniversaire de l´orchestre.

Gisela Arandia a souligné l´importance de la conférence de clôture de l´événement qui aura lieu le 5 décembre dans le théâtre de la Bibliothèque Nationale de Cuba José Martí, à la charge du directeur de cette institution, le Dr Eduardo Torres Cuevas, qui dissertera sur la famille Maceo-Grajales.

Nous avons également appris que l’écrivain Bienvenido Rojas fera ensuite le résumé des journées et lancera la convocation pour l´événement de 2015.

« Une partie de notre travail est de visualiser cette question, de sensibiliser la population par un long processus permettant de réfléchir sur ce phénomène ; nous devons déconstruire une histoire pratiquement coloniale et, en même temps, donner une accolade à toutes les personnes qui luttent contre la discrimination, car nous sommes convaincus que lutter contre la discrimination et les inégalités sociales est un acte oecuménique dans une certaine mesure, ce qui implique une inclusion de tous ceux qui ont subi une forme quelconque de discrimination. Les discrimination produisent une douleur et cette douleur nécessite un processus de guérison et ceci n´a pas toujours été compris dans la société cubaine », a déclaré Gisela Arandia.

Les organisatrices des 1ères Journées contre la discrimination raciale à Cuba ont coïncidé que le plus grand défi est de placer le débat sur la discrimination raciale et le racisme à la phase de débat public, c’est la seule façon d´essayer de transformer la conscience sociale sur ce phénomène.

 

* En décembre dernier, l´Assemblée Générale de l´ONU a adopté par consensus une résolution qui établit la célébration de la Décennie Internationale des Personnes d’Ascendance Africaine, du 1er janvier 2015 au 31 décembre 2024, sous le slogan « Les personnes d´ascendance africaine : reconnaissance, justice et développement ». La Décennie s´emploiera à combattre les préjugés avec une série d´activités dans divers pays.

Programme des 1ères Journées contre la discrimination raciale à Cuba

Le 29 novembre à 11 heures lors du « Samedi du Livre », présentation d’El ingenio, de Manuel Moreno Fraginals, par Fernando Martínez Heredia.

Le 29 novembre à 18 heures dans le Pavillon Cuba : récital de Gerardo Alfonso.

Le 30 novembre à 17 heures trente dans le Salon Rosado de la Tropical : concert d’Adalberto Álvarez et su Son

Le 5 décembre dans le théâtre de la Bibliothèque Nationale José Martí, conférence de clôture dédiée à la famille Maceo-Grajales, par le Dr Eduardo Torres-Cuevas. Résumé des journées et convocation pour l’événement de 2015, par Bienvenido Rojas.

 

 

CUBARTE


Convocation pour la 19e Biennale Internationale d´Humour Graphique

Au début la formation du créole, du cubain, était celle de conformer une société coloniale et néocoloniale différente à celle de la métropole espagnole, le produit d´une nouvelle psychologie, d’une autre façon de voir la vie et d’avoir des habitudes et des coutumes bien différentes, parmi de nombreuses autres caractéristiques.

Lors d´enquêtes sur des périodes de notre histoire pseudo républicaine, nous avons réalisé qu’écrire des textes ou faire des dessins véritables des événements nationaux signifiaient une sentence immédiate de prison ou même une condamnation à mort. Ceci n´a pas échappé à un grand nombre de nos plus célèbres humoristes graphiques, entre eux Eduardo Abela avec son personnage « El Bobo » ; Ricardo de la Torriente avec « Liborio » et René de la Nuez avec « El Loquito ». Ce dernier, un personnage qui, contre vent et marée, représente le désir de souveraineté et de liberté du Cubain contre la sanglante dictature de Fulgencio Batista (1952-1958). Tout un symbole. Après le triomphe révolutionnaire, Nuez a crée « El Barbudito », le logo de la Biennale de l´Humour dans notre pays. Et, à côté d’eux, Gerardo Hernández Nordelo, un de nos Cinq Héros, a crée le personnage « Pepino ».

Quand il s´agit d´humour, on reconnaît le Cubain où qu’il soit, à n’importe quel endroit. Son humour est ineffable. Il vit et se nourrit de lui. Et c’est sur cette qualité si profondément enracinée dans notre peuple que se célèbrera, du 5 au 8 avril de l´année prochaine, la 19e Biennale Internationale de l´Humour Graphique, un événement parrainé par le Cercle des Humoristes et des Caricaturistes de l´Union des Journalistes de Cuba (UPEC) ; le Musée de l´Humour de la ville de San Antonio de los Baños, et la Direction Provinciale de la Culture d´Artemisa.

Nous avons appris ceci lors d´une conférence de presse réalisée à La Havane, convoquée par Bárbara Doval, membre du Secrétariat de l´UPEC et par Isel Chacón, directrice du Musée de l´Humour de San Antonio de los Baños. La participation à cette réunion est ouverte à tous les humoristes graphiques du monde. Ils pourront être en concours avec des thèmes libres et des œuvres originales ou traitées numériquement (imprimées et signées par l´auteur), réalisées sous n´importe quelle technique et avec un format maximal de 30 par 40 centimètres.

Les catégories sont : Humour général, Satire politique, Bande dessinée humoristique, Caricature personnelle et Photographie humoristique et Prix Tomy en ligne, à la mémoire du caricaturiste Tomas Rodriguez Zayas, qui a dédié une partie de son œuvre à la bataille pour le retour de nos Cinq Héros injustement emprisonnés aux États-Unis, dont trois sont toujours en prison, parmi eux, le caricaturiste Gerardo Hernández Nordelo.

Chaque auteur peut envoyer une œuvre dans chaque catégorie plus une pour le Prix Tomy en ligne. Les données suivantes de l’auteur doivent être précisées au verso de l´original, sur support papier ou bristol : Nom et prénoms (en plus du nom artistique), pays, titre, catégorie, technique, adresse, téléphone et courriel (humor@upec.co.cu). Les œuvres sur papier ou bristol, correctement emballées, doivent être envoyées avant le 1er mars 2015 à : Unión de Periodistas de Cuba (UPEC). XIX Bienal Internacional de Humorismo Gráfico. Calle 23 nº 452, El Vedado, La Habana, Cuba. CP 10 400 CP. Téléphones : 832-37 22 / 832-45 59, ext. 116.

Les jurés : le jury d´admission sélectionnera les œuvres présentées pour le concours qui seront exposées dans 19e Salon International de l´Humour Graphique de San Antonio de los Baños. En outre, un jury international composé de prestigieuses personnalités de l´humour graphique décernera les prix dont la décision sera finale.

Les prix : le Prix Eduardo Abela, la plus haute récompense du concours, est remis en hommage à cet illustre caricaturiste cubain (1889-1965), il comprend un diplôme et 1000 CUC. Les Premiers, deuxièmes et troisièmes prix dans chaque catégorie et les mentions que le jury considère opportunes consistent en un diplôme. Prix Tomy en ligne comprend un diplôme et la reproduction d´une œuvre de l´auteur.

Comme ceci est une tradition, différentes institutions culturelles et sociales cubaines intègrent le concours et remettent des prix collatéraux.

Entre le 5 et le 8 avril 2015 auront lieu des expositions et des ateliers à San Antonio de los Baños et à La Havane afin que les participants puissent échanger leurs expériences, faire connaître leurs œuvres et réfléchir sur le rôle de l´humour au XXIe siècle.

Le 3e Festival de la Caricature 2015

Le Cercle des Humoristes et des Dessinateurs de Bandes Dessinées ; la maison d’édition Pablo de la Torriente Brau de l´Union des Journalistes de Cuba, Abril et Palante, ainsi que la Centrale des Travailleurs de Cuba, invitent les personnes intéressées au 3e Festival de la Caricature 2015, dont le thème est  « Para los Cinco con Humor » (Pour les Cinq avec Humour), en hommage à l’humoriste Gerardo Hernández Nordelo et ses frères cubains qui luttent contre le terrorisme injustement emprisonnés aux États-Unis.

Dans le cadre des célébrations pour le 35e anniversaire de la création de la maison d’édition Abril, l´événement aura comme siège la forteresse de San Carlos de La Cabaña, durant la 24e Foire Internationale du Livre, du 13 au 22 février 2015. La participation est sur invitation aux professionnels de l´humour graphique et de la caricature de tout le pays qui publient dans la presse nationale et qui travaillent la caricature personnelle repentista (dessinée directement avec le public). Il s´agit d´un événement non compétitif et dans lequel les artistes travailleront avec leur propre matériel. Pour toute information, veuillez entrer en contact avec : Vicepresidencia de Círculos Especializados de la UPEC. Tel: 832-3722.

 

 

CUBARTE


Congrès de pédagogie 2015

Préparatifs pour le Congrès de pédagogie 2015

Les expériences pédagogiques du programme « Eduque ton enfant » ont été présentées à plusieurs éditions du Congrès de pédagogie, et il constitue l’un des programmes phares du ministère de l’Éducation dans la coopération internationale.

Le comité d’organisation a entamé les préparatifs pour accueillir le Congrès de Pédagogie 2015, a annoncé la Dr Aida Terrero Lafita, directeur des relations internationales du ministère de l’Éducation (Mined), lors d’un point de presse.

« Il s’agit du plus important événement en matière d’éducation qui a lieu à Cuba, et il est organisé depuis les établissements de base », a-t-elle ajouté. De nombreuses délégations étrangères ont déjà confirmé leur participation à ce Congrès, où seront présenté les meilleures expériences pédagogiques nationales.

La Dr Terrero Lafita a souligné le travail déployé par les coopérants cubains dans cette sphère dans de nombreuses régions du monde. « Ils sont plus de 2 000 dans une douzaine de pays », a-t-elle précisé.

De nombreux programmes sont mis en œuvre dans le cadre de la coopération avec d’autres pays, comme la méthode Yo sí puedo (Moi, oui, je peux), ainsi que des prestations de conseils et d’assistance technique dans le domaine de l’éducation pour adultes, les programmes post-universitaires, l’éducation de la petite enfance avec la méthode Educa tu hijo (Éduque ton enfant), ainsi que la contribution en matière de pédagogie de l’enseignement technique, notamment dans les pays d’Afrique.

« Tout ce travail est assuré par nos meilleurs pédagogues », a indiqué la Dr Aida, qui a souligné que, fort des expériences acquises et de la qualité de son personnel, le Mined concentre actuellement ses efforts dans l’exportation de biens et de services.

À cet égard, elle a signalé que le critère de sélection des personnels est fondé non seulement sur la qualification et la préparation intégrale, car une fois à l’étranger, ces coopérants deviennent des représentants et des ambassadeurs de l’éducation cubaine et de notre société, mais aussi sur « d’autres aspects qui sont pris en compte, comme la disponibilité des centres éducatifs, afin de ne pas affecter la couverture nationale », a-t-elle conclu.

 

Granma Internacional


La chanson Bailando remporte trois prix Grammy Latins

La musique cubaine a retenti dans le Grand Garden Arena de Las Vegas. Avant le gala, peu s’imaginaient que la chanson Bailando du compositeur Descemer Bueno et du groupe Gente de Zona araserait, littéralement, les prix décernés par l´Académie Latine des Arts et des Sciences de l’Enregistrement.

La chanson populaire, également interprétée par le chanteur espagnol Enrique Iglesias, a été l´une des principales gagnantes du concours, étant gagnante dans les catégories « Chanson de l´année », « Best Urban Performance » et « Meilleure chanson urbaine », parmi les quatre nominations proposées.

L’album El Eliades que soy, du chanteur cubain Eliades Ochoa et de son quatuor Patria n’a pas la même chance, malgré sa qualité sonore, la catégorie « Meilleur album tropical » revenant à Éxitos de las Sonoras, con la más grande, la Sonora Santanera.

De même, Pablo Milanés avec leur album Renaciendo, sous licence d’Universal Music Mexico, a cédé devant Bailar En La Cueva, de Jorge Drexler, présumant un Oscar pour la meilleure chanson originale avec Al otro lado del río dans le film Diarios de motocicleta. Cette fois, le compositeur uruguayen a remporté le Meilleur album d’un chanteur.

La catégorie « Enregistrement de l’année » était l´une des plus attendues par les prix du public et les nominés. Cette fois le prix a été remis à une nouvelle fois à Jorge Drexler et à Ana Tijoux pour la chanson Universos Paralelos.

D’autre part, le groupe Calle 13 - avec neuf nominations aux prix Grammy Latins - a seulement remporté les catégories de meilleur album de Musique urbaine et de Chanson alternative. Le disque de l’année a été attribué à Canción Andaluza du regretté guitariste espagnol Paco de Lucía, qui a également été reconnu dans l´album Música Flamenca.

Le gala a été animé avec les représentations de Miguel Bosé, de Pablo Alborán, de Jesse-Joy, de Marc Anthony, de Carlos Vives, de Pitbull et de Calle 13, parmi d’autres chanteurs de la musique pop-rock et ranchera.

 

www.granma.cu


Paris accueille une exposition de la visite de Sartre à Cuba

Paris – Une exposition d´images prises par le célèbre photographe Alberto Korda lors de la visite du philosophe et écrivain Jean Paul Sartre à Cuba a été inaugurée dans la Galerie de la Fondation Alliance Française de Paris.

L’exposition intitulée « Sartre par Korda » comprend 46 photographies de la tournée de l´intellectuel français et de Simone de Beauvoir, dans plusieurs provinces du pays caribéen en février et mars 1960.

« Jean-Paul Sartre est venu à Cuba attiré par le triomphe de la Révolution et pour ce que représentait cet événement pour l´Amérique Latine et pour le monde », a déclaré l´historien Eduardo Torres à l’agence Prensa Latina.

Dans l´exposition on peut apprécier différentes images où le philosophe français apparaît à côté du leader historique de la Révolution cubaine, Fidel Castro, du Commandant Ernesto Che Guevara et de plusieurs intellectuels.

« Mon père a accompagné Jean-Paul Sartre et son épouse dès leur arrivée jusqu´à leur départ », a déclaré Diana Díaz, la fille du photographe et commissaire de l´exposition, et elle a informé Prensa Latina qu´il y a un grand nombre de photos de ce voyage depuis son arrivée à La Havane et sa visite à Santiago de Cuba et à Holguín où, dans cette dernière ville, il a participé à l´inauguration d´une école qui était avant une caserne militaire.

« Jean-Paul Sartre et son épouse ont également participé à l´hommage rendu aux victimes de l´attentat du cargo français La Coubre, le 5 mars 1960, à La Havane », a-t-elle rappelé.

C´est lors de cette cérémonie que le photographe de renommée internationale Korda a pris l´image la plus reproduite dans le monde, sa célèbre photo d’Ernesto Che Guevara.

« Cette exposition a été inaugurée à Paris dans le cadre d´une série d´activités pour célébrer l´élection de l´Alliance Français de Cuba comme la meilleure institution de son type au niveau international », a déclaré Torres Cuevas, président de son conseil d´administration.

Le programme a également compris un concert de l´auteur et compositeur cubain Raúl Paz, qui a joué des morceaux connus en France et certains de son nouvel album Ven Ven.

 

PL


Lizt Alfonso réalisera une campagne pour l’enfance

Le Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF) a choisi la Cubaine Lizt Alfonso comme l´une des protagonistes de la campagne intitulée « 25 leaders, 25 voix pour l’enfance », a informé l´agence cubaine Prensa Latina.

D´autres voix de la croisade seront le Président uruguayen José Mujica, la leader guatémaltèque et Prix Nobel de la Paix Rigoberta Menchú, la chanteuse mexicaine Julieta Venegas, l´actrice étasunienne Zoe Saldana, le footballeur costaricien Keylor Navas ou le scientifique colombien Manuel Elkin.

L´UNICEF organise cette campagne en Amérique Latine et dans les Caraïbes avec l´appui de l´agence de presse espagnole EFE, afin de connaître l´opinion d´un nombre égal de personnalités de la région sur les questions liées à l’enfance et à l’adolescence.

La directrice et chorégraphe cubaine est Ambassadrice de Bonne Volonté de l’UNICEF et elle a formé des milliers d´enfants et de jeunes depuis plus d´une décennie dans les ateliers de sa compagnie, située dans le Centre Historique de La Havane.

Selon Lizt Alfonso, dans les ateliers, en plus de danser, les participants apprennent à avoir des buts dans la vie. À propos du 25e anniversaire de l´adoption de la Convention sur les Droits de l´Enfant, célébrée récemment, Lizt Alfonso a fait un appel de la mettre en pratique tous les jours et à tout moment.

www.granma.cu


Conducta parmi les 15 films en compétition pour le Prix Goya

L’Académie des Arts et des Sciences Cinématographiques d´Espagne a annoncé  la liste des quinze films présélectionnés pour le Prix Goya en 2015 dans la catégorie du « Meilleur film latino-américain ». La liste a été rendue publique à Huelva, conforme à la tradition de la communiquer lors de la journée inaugurale du Festival de Cinéma Ibéro-américain de cette ville.

Les œuvres sélectionnées sont : Relatos salvajes (Argentine), de Damián Szfron ; Tierra sin mal (Bolivie), de Juan Carlos Valdivia ; Tatuagem (Brésil), d’Hilton Lacerda ; Matar a un hombre (Chili), d’Alejandro Fernández ; Manos sucias (Colombie), de José Wladyka ; Conducta (Cuba), d’Ernesto Daranas ; Silencio en la tierra de los sueños (Equateur), de Tito Molina ; La dictadura perfecta (Mexique), de Luis Estrada ; Luna de cigarras (Paraguay), de Jorge Díaz de Bedoya ; Historias del Canal (Panama), de Carolina Borrero, Pinky Mon, Luis Franco Brantley, Abner Benaim et Pituka Ortega ; El elefante desaparecido (Pérou), de Javier Fuentes ; Os gatos nâo tem vertigens (Portugal), d’Antonio Pedro Vasconcelos ; Código paz (République Dominicaine), de Pedro Urrutia ; Kaplan (Uruguay), d’Álvaro Brechner et La distancia más larga (Venezuela) de Claudia Pinto.

La sélection finale pour le Prix Goya du meilleur film ibéro-américain aura lieu lors d´un gala à Madrid le 8 février 2015.

(Avec des informations de l’agence EFE)

 

www.cubadebate.cu


Un photographe cubain expose son œuvre à Tokyo

Tokyo – Le photographe cubain Mario Díaz présente un large échantillon de son œuvre dans la galerie principale de l´Université Polytechnique des Arts de Tokyo en tant qu’invité. L’exposition, organisée par cette maison des hautes études et l´ambassade de Cuba, offre un panorama de l’œuvre de cet artiste de la photographie ayant une carrière de plus de trente ans et qui a présenté de nombreuses expositions personnelles et participé à nombreux collectives dans et hors Cuba.

Connu au Japon pour d’autres expositions et pour offrir des classes magistrales sur la photographie dans diverses institutions artistiques et universitaires, Mario Diaz montre cette fois des photos inédites de La Havane.

L’exposition a été inaugurée par l´Ambassadeur de Cuba au Japon, Marcos Rodríguez, en présence de l’illustre photographe japonais Eikoh Hosoe, dont l’œuvre jouit d´une grande renommée et qui est considéré comme l´un des plus grands de sa profession encore en vie de ces 100 dernières années, ainsi que d´autres personnalités de cette expression artistique.

 

PL


Toronto prépare un concert de Gente de Zona

L’entreprise de divertissement AR Entertainment prépare le concert qu’offrira le groupe cubain Gente de Zona, le 6 décembre dans le Mirage Banquet Hall de la ville canadienne de Toronto.

« Nous ne lésinerons sur aucun détail afin que le public puisse profiter d’un spectacle unique », souligne un communiqué de l’entreprise qui annonce l´installation des écrans géants pour le show.

Selon le programme, le récital du groupe de reggaeton, qui a remporté trois prix Grammy Latin avec Descemer Bueno et l’Espagnol Enrique Iglesias pour leur interprétation de Bailando, comptera la présence spéciale de Haila & Aned.

De même, l’agenda comprend également d´autres invités latins, tels La Revolución Musical, Héctor Hernández, Eri White et MC Angelito.

Gente de Zona est devenu l´un des plus importants groupes du reggaeton à Cuba. Des chansons telles que Le gustan los artistas et Los animales sont en tête de liste en popularité, non seulement à Cuba mais aussi aux États-Unis et dans une grande partie de l´Europe.

PL


Pour nous aider a améliorer notre travail, nous vous prions de bien vouloir nous envoyez vos suggestions à: journalcubarte@infocubarte.cult.cu

Les souscriptions: http://listas.cult.cu/mailman/listinfo/cubarte

21:48 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

20/11/2014

Le prix de la solidarité internationaliste ... des médfecins cub ains etautres contre ébola !

le Dr Félix Baez Sarria, spécialiste en médecine interne et membre de la brigade du Contingent international Henry Reeve, actuellement en Sierra Leone dans le cadre de la lutte contre l’épidémie à virus Ébola, et qui avait traité des patients atteints de cette maladie, a commencé à présenter une fièvre de 38 et 39 degrés, sans autres symptômes.
 
Sent: Thursday, November 20, 2014 5:36 PM
 
Subject: acn Communiqué de presse
 
CUBA  Comunicado de prensa sobre medico cubano infectado de Ebola
 
Communiqué de presse
La Havane, 18 novembre (ACN)
 
Le quotidien Granma a transmis un communiqué de presse suivant les médecins internationalistes en Sierra Leone, nous le reproduisons ci-dessous :
 
Le 16 novembre, le Dr Félix Baez Sarria, spécialiste en médecine interne et membre de la brigade du Contingent international Henry Reeve, actuellement en Sierra Leone dans le cadre de la lutte contre l’épidémie à virus Ébola, et qui avait traité des patients atteints de cette maladie, a commencé à présenter une fièvre de 38 et 39 degrés, sans autres symptômes. Il a été transporté immédiatement au Centre de traitement de l’ Ébola Kerry Town, dans la capitale, désigné pour le traitement du personnel des Nations Unies, où travaillent également des professionnels cubains.
 
Le 17 novembre dernier, il a été soumis à un test de diagnostic qui s’est avéré positif. Notre coopérant a été pris en charge par une équipe de professionnels britanniques ayant une expérience dans le traitement de patients atteints de cette maladie, et qui sont en communication permanente avec les spécialistes de notre Brigade.
 
Sur proposition de l’Organisation mondiale de la Santé, il a été décidé de transférer le Dr Félix Baez Sarria à l’Hôpital universitaire de Genève, en Suisse, un centre spécialisé et ayant une expérience dans le traitement et la prise en charge de cas infectieux à transmissibilité élevée.
 
Des experts et des responsables suivent l’évolution du patient qui, jusqu’à présent n’a présenté aucune complication et est hémodynamiquement stable.
Ministère de la Santé publique de Cuba

18:02 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

15/11/2014

Qui avait payé et armé Hitler ?

Qui avait payé et armé Hitler ?

 

http://www.mariosousa.se/quiavaitpayeetarmehitler.html 

http://histoire.skynetblogs.be 

https://www.facebook.com/RomainRogerdeCourcelles

https://www.facebook.com/groups/roger.romain/

 

Une question à laquelle journaux, magazines et livres d´histoires bourgeois touchent très rarement est celle de savoir qui avait financé et armé Hitler. Qui avait financé l´appareil militaire et l´appareil de propagande du parti nazi ? Hitler était caporal pendant la première guerre mondiale et il menait aussi bien avant qu´ après la guerre une vie bohémienne, sans travail permanent.

Comment fut-il possible pour Hitler de mettre sur pied, en quelques années seulement, un grand appareil de propagande et un parti couvrant tout le pays et de rafler le pouvoir en Allemagne ?  Qui était derrière lui ? Qui a financé Hitler ?

 

Savais-tu ?

 

Savais-tu que Fritz Thyssen, l´homme le plus riche d´Allemagne, au capital provenant de l´industrie sidérurgique, était le premier capitaliste qui avait commencé à financer Hitler ? Il avait donné à Hitler cent milles marks d´or en 1923!

 

Savais-tu que l´industrie chimique allemande avait découvert et fabriqué le pétrole, les matières explosives et le caoutchouc artificiel qui rendirent Hitler et l´Allemagne nazie totalement indépendants des produits naturels importés et libres de faire la guerre?

 

Savais-tu que les découvertes de l´industrie chimique allemande avaient été faites avec l´argent en partie emprunté aux Etats-Unis d´Amérique ?

 

Savais-tu que les Nazis avaient perdu 2 millions de voix dans la dernière élection démocratique en Allemagne, le 6 novembre 1932, et que les communistes avaient fait de grands succès électoraux et qu´ils étaient devenus le plus grand parti politique dans la capitale allemande, Berlin ?

 

Savais-tu qu´ après le grand recul des Nazis dans les élections de novembre 1932, 38 des grands capitalistes d´Allemagne écrivirent une pétition au président Hindenburg pour exiger la nomination de Hitler comme chancelier national ?

 

Savais-tu que le grand capital allemand rassembla, dans une réunion secrète, le 20 février 1933, 3 millions de mark pour payer la campagne du chancelier Hitler pour aux élections du 5 mars 1933?

 

Savais-tu que IG Farben, la plus grande entreprise allemande, était le plus gros assistant de Hitler pendant la guerre et que IG Farben vola et s´appropria toutes les usines chimiques dans l´Europe occupée par les Nazis: le groupe autrichien Skoda Werke Wetzler, la plus grande entreprise chimique de la Tchécoslovaquie, Aussiger Verein, les trois fabriques chimiques de la Pologne: Boruta, Wola et Winnica , le groupe chimique de la France, Kuhlmann.

 

Savais-tu que IG Fabern avait, à Auschwitz, deux usines pour la fabrication de l´huile et du caoutchouc synthétique sous le nom de IG Auschwitz, où on utilisait de la main-d´œuvre esclave et que IG Auschwitz avait son propre camp de concentration ?

 

Savais-tu que le roi de la Grande Bretagne, Edward VIII, qui fut obligé d´abdiquer de son trône en 1936, et sa femme américaine, Mme Willis Simpson, étaient nazis ?

 

Savais-tu que les institutions financières des Etats-Unis d´Amérique comme Chase National Bank et National City Bank of  New York, avaient continué d´investir dans l´industrie d´armement allemande après l´arrivée de Hitler au pouvoir et pendant la deuxième guerre mondiale ?

 

Savais-tu que la plus grande entreprise des USA pendant la deuxième guerre mondiale avait ses propres usines de fabrication du matériel de guerre en Allemagne nazie et dans les pays occupés Par example: ITT, Ford, General Motors, Standard Oil of New Jersey, etc.

 

Savais-tu que la plus grande partie de ce matériel de guerre était envoyé au front de l´est contre l´Union soviétique mais qu´il fut aussi utilisé dans la guerre contre les troupes de leur propre pays, les USA ?

 

Savais-tu que l´aide militaire de ces entreprises des Etats-Unis à l´Allemagne nazie était peut-être plus grande que la contrepartie des ventes des Etats-Unis à l´Union soviétique ? 

Tout avait commencé avec Fritz Thyssen:

 

Fritz Thyssen, le plus grand industriel de la sidérurgie  allemande de l´époque, donna une série d´interviews aux éditeurs connus, Emery Reves et César Saerchinger, lesquelles donnèrent lieu à un livre sous le titre : « I Paid Hitler » (J´ai financé Hitler ).  Le titre du livre est une reconnaissance du rôle de Thyssen dans l´Allemagne nazie, mais le livre n´est pourtant qu´une partie de la vérité. Thyssen, qui était l´homme le plus riche d´Allemagne, raconte avoir donné des grandes contributions au Parti nazi.  De son père August Thyssen, Fritz Thyssen avait hérité une aciérie et des industries des métaux dans la région de Ruhr, et les  avait transformées en un empire. Fritz Thyssen avait, au début du 19e siècle, une position dominante dans la vie industrielle et financière allemande et une grande influence dans plusieurs pays en Europe. Fritz Thyssen devint actif dans la vie politique après la première guerre mondiale. Il n´accepta jamais les sanctions économiques de les accords de paix de Versailles contre l´Allemagne vaincue et organisa entre autres la résistance passive contre l´occupation française de la Ruhr.

Fritz Thyssen chercha, après cela, un nouveau leader pour l´Allemagne. Thyssen voulait avoir quelqu´un qui pouvait contribuer au « rétablissement de l´Allemagne en faisant de nouveau naître une volonté nationale et en présentant un programme social moderne »Et Fritz Thyssen d´ajouter : « dans un pays qui, à un moment, avait sept millions de chômeurs, il était nécessaire de détourner les pensées des masses des fausses belles promesses du socialisme radical. Car ces extrémistes avaient commencé à prendre le dessus pendant la dépression économique, tout comme ils avaient été près de gagner pendant la période révolutionnaire qui avait suivi l´effondrement de 1918 ».

Le choix de Thyssen devint Adolphe Hitler. Hitler avait comme premier objectif de combattre les communistes et le mouvement syndical et d´interdire ces organisations. De plus, Hitler voulait que l´Allemagne puisse conquérir le rôle de leader dans les domaines militaire et industriel en Europe. Comme indication dans ce sens, Hitler avait voulu expulser tous les Juifs qui, selon lui, s´occupaient de la conspiration de dominer le monde et de dompter l´Allemagne. La richesse de Fritz Thyssen et son aide politique étaient ce qui, à l´origine du nazisme, avait donné à Adolphe Hitler, une base économique stable et des contacts précieux avec le grand capital allemand.

L´histoire politique d´Hitler commença après la première guerre mondiale. Pendant la guerre, Hitler était planton et caporal. A la fin de la guerre, il prit un emploi dans l´armée du district de Munich comme espion de la Défense nationale allemande, ce qui restait de l´armée allemande après la défaite. La tâche  d´ Hitler était d´espionner la gauche et le mouvement syndical. La première mission d´ Hitler était de reprendre, en 1919, le contrôle du petit parti de droite, le Parti allemand du travail, Deusche Arbeitepartei. Dans les réunions du parti, Hitler excitait grossièrement contre les communistes, les socialistes, les syndicalistes et les Juifs. C´était un démagogue exceptionnel qui connaissait l´art d´exciter le public. Il attira vers le parti, les anciens militaires de profession, les officiers et les sous-officiers, ce qui donna au parti un profil militaire.

Hitler prit vite le leadership du parti. Il changea le nom du parti en Parti national socialiste allemand du travail – NSDAP, et adopta un programme qui comprenait des principes nationalistes extrémistes et une forte idéologie antisocialiste, et antisémite. Les années suivantes furent caractérisées par un chômage massif et une grande agitation sociale. La propagande haineuse d´Hitler lui attira des partisans et le parti grandit. La confrontation avec les communistes et les socialistes qui était l´un des objectifs du parti, était toujours l´une des priorités à l´ordre du jour. Hitler donna à Ernst Röhm, un vieil officier, la mission d´organiser l´armée privée du parti, Sturmabteilung, SA, (le département d´assaut), que les Nazis utilisaient dans les attaques contre les réunions et les locaux des communistes.

L´Allemagne après la première guerre mondiale

La situation politique était très tendue et très confuse en Allemagne après la première guerre mondiale. Certains territoires/états fédérés étaient dominés par des gouvernements de gauche  (La Saxe, Thüringen, ainsi qu´une partie de la région du Rhin), d´autres par la droite (le Bayern). Un combat permanent entre la gauche et la droite était en cours dans tout le pays. De fois, les états fédérés de gauche étaient attaqués par des groupes de droite dans le but de démettre les gouvernements fédérés régionaux. Les situations révolutionnaires au sein de la classe ouvrière allemande ne manquaient pas. Les travailleurs voulaient le socialisme, les bourgeois défendaient l´ancienne classe des privilégiés. Les capitalistes finançaient la création des légions pour les utiliser contre les tentatives des travailleurs à la révolte et l´organisation. Les légions étaient constituées des anciens officiers qui s´étaient battus pendant la première guerre mondiale et qui pendant ce temps étaient des chômeurs. Ces légions étaient amenées dans tout le pays, elles attaquaient sauvagement toutes les réunions de gauche et les tentatives des travailleurs à s´organiser et terrorisaient toute la population ouvrière d´Allemagne.

Le magnat de l´industrie Fritz Thyssen faisait partie de ce mouvement contre la classe ouvrière. Thyssen voulait contribuer à casser le mouvement ouvrier allemand. Thyssen avait peu des contacts dans les milieux politiques. Dans ses mémoires, il raconte qu´il a cherché conseil chez un ami, le général Erich Ludendorff, à Munich. Le général Ludendorff était un ancien prussien, un bon ami du maréchal Paul Von Hindenburg, chef d´état-major des forces allemandes pendant la première guerre mondiale. Ludendorff était de ceux qui, pendant la guerre, avaient été nommés pour sauver l´Allemagne. Comme ancien ami du grand capital allemand, le général Ludendorff jouissait d´un grand prestige dans la haute classe allemande et était l´un des premiers représentants des soit disant patriotes  des légions qui poursuivaient et pourchassaient les ouvriers.

Ludendorff était payé par le capital industriel. Selon Thyssen, il avait « sollicité et obtenu l´aide de plusieurs leaders industriels, surtout de Minnoux du groupe Stinnes ».  Il savait où l´argent devait être utilisé pour mieux anéantir la révolte ouvrière.  « Il n´y a qu´un espoir » disait Ludendorff à Thyssen. C´était « les Légions Oberland, et avant tout, le Parti national socialiste d´Hitler. Toutes ces unités étaient composées  des jeunes hommes et des vétérans de la guerre, qui étaient résolument décidés à combattre le socialisme comme la racine et l´origine de toute la situation de déliquescence. Ludendorff admirait énormément Hitler». « Il est le seul  homme qui a quelque intelligence politique».

Fritz Thyssen suivit les conseils de Ludendorff.  Il participa comme spectateur à une réunion publique où Hitler parlait et où il trouva ce qu´il cherchait. « C´était en ce moment-là que je me rendis compte de son talent oratoire et sa capacité à conduire les masses ». Mais ce qui m´impressionna le plus, c´était  l´ordre qui régnait dans ses réunions, la discipline presque militaire de ses partisans », écrivit-il.

Le capital industriel finance Hitler

Le Parti nazi d´Hitler voulait devenir le plus grand parti de la droite. Mais Hitler manquait de l´argent. Il était difficile de réaliser le projet politique des Nazis sans des grandes contributions et même de payer la canaille qui était prête à s´habiller sous l´uniforme de S.A. Thyssen et Hitler se retrouvèrent. Ils se rencontrèrent pour la première fois à la fin octobre 1923. La première contribution de Thyssen au Parti nazi fut « cent milles mark en or ». C´était le moment.  Hitler et Ludendorff  étaient justement entrain de préparer un coup d´État à Munich et l´argent fut donc bien utilisé.  Avec l´aide des pas des bottes des légions libres dans des grandes manifestations, les Nazis allaient prendre le siège du gouvernement, faire tomber le gouvernement fédéré et placer Hitler au pouvoir. Hitler avait, révolver à la main, obligé le commissaire général de Bayern de donner son accord pour la manifestation, et le train de la manifestation se déploya à travers les rues de Munich le 9 novembre 1923 avec Hitler et Ludendorff au premier rang.

Mais le coup d´État d´Hitler eut une fin piteuse. L´armée n´était pas d´accord de faire le coup d´État. Les soldats avaient attendu dans un coin de rue et avait ouvert le feu. Certains moururent, d´autres s´enfuirent, Hitler aussi. Hitler fut arrêté quelques jours plus tard, et condamné à cinq ans de prison, mais il fut amnistié après six mois. Hitler menait une vie privilégiée en prison. Ses sympathisants parmi les officiers avaient tout arrangé. Pendant son séjour en prison, Hitler avait commencé à écrire son livre « Mein kampf », mon combat, dans lequel il développait son programme politique. Ce fut un manuel de propagande haineuse contre le communisme et les Juifs. La démagogie est le guide qui va attirer le lecteur inconscient dans un raisonnement aux postulats nationalistes extrêmes qui, en vérité, n´avaient pas de soutien dans la réalité.  L´idée de base du livre peut être résumée dans une courte citation : « Nous devons considérer le bolchévisme russe comme une tentative de la part du judaïsme, de s´arroger le leadership du monde au vingtième siècle ».

Les Nazis se renforcèrent donc parmi les petits bourgeois allemands et la classe moyenne allemande sur les traces de la crise économique  et avec l´argent provenant de la sidérurgie. En 1924, six mois après le coup d´État manqué, les Nazis firent une percée aux élections parlementaires avec 2 millions de voix et 32 sièges. Mais le bonheur ne dura pas cette fois. Lors des prochaines élections législatives tenues au cours de la même année, la côte des Nazis diminua de moitié, ils eurent 0,9 millions des voix. La marche à reculons allait continuer les années suivantes. Aux élections législatives de 1928, les Nazis eurent 0,8 millions des voix. Le parti nazi était pendant ces années, un petit groupe d´extrême droite sans influence dans la société. Au même moment, la gauche consolida ses forces. Les socio-démocrates du SPD eurent 1,9 millions des voix dans les mêmes élections et les communistes du KPD, un parti de 120 000 membres, eurent 3,3 millions des voix. La droite traditionnelle était représentée par le Centre obtint 4,7 millions des voix, le Parti national DNVP, 4,4 millions et un certain nombre de petits partis. Malgré cela, les élections de l´année 1928 furent les dernières élections où le Parti nazi d´Hitler était considéré comme l´un des plus petits partis du parlement.

En dehors d´Hitler et des capitalistes de la sidérurgie, beaucoup d´autres gens étaient intéressées à prendre la revanche de la première guerre mondiale qu´ils avaient perdue et d´amener l´Allemagne à reprendre le leadership comme la nation la plus industrialisée, et le pouvoir économique en Europe. La puissante industrie chimique allemande travaillait depuis longtemps pour une nouvelle conquête allemande des marchés européens et du monde et pour un réarmement militaire qui, les armes à la main, pouvaient garantir leurs ambitions. En réalité, l´industrie chimique allemande avait travaillé dans cette direction depuis la défaite de 1918 !

L´inflation rend le mark allemand sans valeur

Il avait été décidé, dans les négociations de Versailles de 1919, que l´Allemagne devrait payer des dommages de guerre pour compenser toutes les destructions que l´armée allemande avait causées aux populations civiles dans les pays que l´Allemagne avait envahis. Une commission de réparation, nommée par les pays alliés, allait décider, le 1er mai 1921, la somme à payer pendant au moins trente ans. L´Allemagne allait payer, avant le 1er mai, la somme de 1 milliard de Livres Sterling. La somme devrait être payée en plus grande partie, en marchandises, principalement en houille (charbon).

À la fin du mois d´avril 1921, la commission de réparation des alliés fixa la valeur des dommages et intérêts allemands à 6,6 milliards de Livres Sterling, une somme que l´Allemagne pouvait très difficilement payer. Ceci allait faire de l´industrie allemande une partie de l´appareil de production de la France et de la Grande Bretagne pendant une longue période à venir.  Devant l´occupation de la Ruhr, où 80% de l´industrie  du charbon et de la sidérurgie se trouvait, le gouvernement allemand accepta pourtant, le 11 mai 1921, l´exigence des alliés. A la fin du mois d´août, l´Allemagne avait payé 50 millions de Livres Sterling comme tranche du milliard qui devrait immédiatement être payé. Men l´économie allemande avait, en ce temps-là, déjà commencé à s´essouffler.

Au milieu de l´année 1920, le mark allemand tomba du taux normal de 20 mark pour une Livres Sterling, à 250 mark. Ceci était considéré comme une dépression qui allait être rétablie. Mais une année plus tard, lorsqu´en 1921, l´Allemagne avait besoin d´emprunter la monnaie étrangère pour commencer à payer les dommages de guerre, la valeur du  mark allemand commença à se détériorer de manière dramatique. En novembre 1921, c´était déjà 1000 mark pour une livre. Le mark allemand continua de perdre de la valeur pendant l´été 1922, mais cette fois avec une grande rapidité.

Les événements politiques du début de 1923 accélèrent davantage la chute du mark. En janvier, les troupes belges et françaises entrèrent et occupèrent la région allemande de la Ruhr.  La justification de cette occupation avait été que ces pays n´avaient pas reçu leur tranche de payement aux titres des dommages de guerre. L´occupation de la Ruhr déclencha une grande crise politique. Le gouvernement allemand déclara la résistance pacifique et interdit toute collaboration avec le pouvoir d´occupation. Ceci conduisit la France, en guise de réaction, à interdire tous les contacts entre la partie occupée et le reste de l´Allemagne. Personne ne pouvait entrer ni sortir de la Ruhr, centre de la grande production de l´Allemagne. La Ruhr arrêta de fonctionner et à travers elle, la vie économique de toute l´Allemagne. L´économie allemande fut très rapidement ruinée.

Au moment de l´occupation de la Ruhr, le mark allemand était descendu jusqu´à 35 000 marks par Livre Sterling et elle était tombée jusqu´à un niveau totalement impensable au courant de l´été. Les salaires étaient payés en des montagnes des billets désormais de plus en plus sans valeur qui devaient immédiatement être utilisés dans l´achat des produits alimentaires. L´image la plus connue est celle d´un travailleur allemand transportant son salaire hebdomadaire dans une brouette wagon. L´inflation continua pendant toute l´année avec une très grande vitesse et en 1923, le mark allemand valait le 1/500 milliardième de sa valeur de 1918 !  Une livre britannique valait alors 50 milliard de  mark allemand. Il y avait 93 trillions de mark allemand en circulation ! Le salaire hebdomadaire d´un travailleur suffisait à peine à acheter un repas. Au même moment, la classe moyenne allemande fut ruinée lorsque l´argent de l´épargne disparut dans l´explosion de l´inflation. Cette classe moyenne ruinée allait devenir le pilier du  nazisme allemand.

L´aide économique au revanchisme allemand:

Le grand capital allemand spéculait sérieusement dans les affaires monétaires à grands bénéfices. On achetait de grandes quantités de monnaies étrangères avec de l´argent emprunté à la Banque Centrale allemande, ce qui avait comme conséquence, une inflation élevée et une valeur élevée de la monnaie étrangère vis-à-vis du mark allemand. L´emprunt pouvait par la suite être remboursé avec une moindre partie de la monnaie étrangère achetée lorsqu´elle était à nouveau changée en mark.

L´inflation était aussi bonne pour ceux qui possédaient les grandes usines. La production des marchandises était payée dans une monnaie sans valeur et les marchandises pouvaient être vendues à l´étranger dans le but d´obtenir la monnaie étrangère. Les bénéfices étaient très grands. Le marché des exportations allemandes fut vite rétabli. Les dettes et impôts qui, en Allemagne, étaient toujours maintenus dans leurs anciennes valeurs monétaires, pouvaient être avec presque rien. L´industrie allemande fut de cette manière renforcée par l´inflation catastrophique.  Mais n´oublions pas que quelqu´un en paya le prix ! Le niveau de vie de la classe ouvrière allemande fut ruiné, tout comme la classe moyenne vit ses épargnes devenir sans valeur.

La faillite de l´économie avait au même moment rendu impossible le payement de quelques dommages de guerre. Ceci était une forte raison pour laquelle le gouvernement allemand avait laissé l´économie tomber en ruines. Une monnaie sans valeur était un bon argument contre l´exigence de payement. M. Philip Dawson, alors membre du parlement britannique et un des observateurs officiels en Allemagne, écrivit en 1925 : « Après beaucoup d´entretien avec les grands magnats financiers, industriels et agricoles dans tous les grands centres d´habitation allemands, il n´existe aucun doute au fait que tout ceci avait été un effort calculé, coordonné, pour ruiner la crédibilité du pays et se rassurer de ne pas payer les dommages de guerre. ».

Mêmes les alliés, Etats-Unis, Grande Bretagne, France et Belgique, l´avaient compris. Un changement radical était nécessaire. Un comité d´experts commun fut mis en place pour mettre en marche l´économie allemande de manière professionnelle. Et bien entendu, pour amener l´Allemagne à commencer à payer les dommages de guerre. Le président de ce comité fut le général américain Dawes. Le comité reçut l´appellation de « Comité Dawes » et eut sa première réunion à Paris en 1924. La première proposition du Comité Dawes fut de créer une monnaie allemande avec laquelle on pouvait travailler. 

La monnaie allemande avait totalement perdu sa valeur à la fin de 1923. Les valeurs économiques  allemandes se trouvaient rassemblées chez quelques très solides groupes économiques des propriétaires des industries, des mines et des forêts. Le gouvernement allemand voulait rétablir le mark à une valeur stable. Le gouvernement créa un nouveau mark sous le nom de Rentenmark avec la même parité que le mark avait vis-à-vis de la Livre Sterling avant le début de l´inflation, soit 20 mark pour une Livre sterling. Mais le Rentemark n´avait pas suffisamment de support en or et en monnaie étrangère, et était par conséquent une monnaie moins sûre.

Le Comité Dawes proposa alors une nouvelle monnaie du nom de Reichmark avec la même valeur vis-à-vis de la Livre Sterling, 20 pour 1, mais sous le contrôle des alliés à travers une Banque d´Emission indépendante du gouvernement allemand. L´Allemagne allait alors avoir un prêt de 40 millions de Livres de réserves monétaires mais aussi comme aide pour payer la première tranche des dommages de guerre sur les 50 millions annuels en conformité du Plan Dawes. La sécurité du prêt était constituée des obligations dans les chemins de fer et les industries allemandes ainsi que des impôts sur l´alcool, le tabac et le sucre.  Lorsque le Reichmark de Dawes fut adopté, l´inflation allemande prit fin. Le prêt allemand fut vite investi chez les alliés où il existait un grand intérêt  parmi les prêteurs.

Le Plan Dawes avait l´avantage de mettre en ordre la question du payement des dommages de guerre. Mais avec l´augmentation du standard économique qui suivit l´application du Plan Dawes, l´obligation de payement se renforça. Ce qui rendit l´épargne publique impossible. Mais le prêt contenu dans le Plan Dawes avait un côté inattendu. Il déclencha une interminable fièvre d´emprunt jamais observée, surtout aux Etats-Unis et en Grande Bretagne.

Toutes les communes importantes, les institutions et les grandes entreprises allemandes en grande partie, prirent de plus en plus de grands prêts ou des crédits.  Cet afflux de capital donna lieu à un accès à beaucoup de monnaies étrangères et causa, en 1925, une relance dans l´économie allemande. Les exportations allemandes augmentèrent de manière significative à partir de cette année. Au point qu´en 1927, elles atteignirent le niveau déjà atteint en 1913 (calculé aux prix de 1913). Ce développement donna à l´Allemagne, la possibilité de rembourser le prêt Dawes sans avoir besoin de faire des efforts ou d´utiliser ses propres moyens. En réalité, l´Allemagne a payé des dettes aux alliés avec de l´argent provenant des prêts pris aux Etats-Unis. Ca fonctionna bien aussi longtemps que les prêts provenant des Etats-Unis continuaient à affluer en Allemagne.

L´afflux du capital étranger en Allemagne pendant les années 1924-1929 est évalué à 15 milliards de mark en investissements à long terme et à 6 milliards d´investissements à court terme. Les investissements des Etats-Unis comptaient pour 70% de l´ensemble des prêts à long terme. Ceci conduisit à un renforcement significatif  du potentiel économique allemand, spécialement pour l´industrie de réarmement. Les industriels se trouvant derrière la plus grande partie des prêts allemands étaient des magnats industriels des maisons financières Du Pont, Morgan, Rockefeller, Lamont et d´autres monopoles des Etats-Unis.

L´industrie allemande de l´équipement tournait à plein régime. Le revanchisme, au sein du grand capital allemand qui voulait reconquérir une position de leadership économique et militaire en Europe et dans le monde, avait un avenir clair devant soi. Pour commencer la guerre, l´on doit avoir beaucoup de minerais de fer pour les armes, du pétrole comme combustible, du caoutchouc pour les pneus et le nitrate pour les matières explosives. Toutes ces industries eurent un coup de pousse de la part des prêts étrangers. Des nouveaux investissements modernisèrent les industries de fer et la sidérurgie et augmentèrent considérablement la capacité de production. En ce qui concerne le pétrole et le caoutchouc, produits que l´Allemagne était obligé d´importer, les investissements de l´industrie chimique furent déterminants.

Dans une percée mondiale unique, l´industrie allemande découvrit de nouvelles matières synthétiques, des matières artificielles qui pouvaient être utilisées en lieu et place des matières premières importées et des produits naturels. L´Allemagne se rendit libre et indépendante de toute importation ! L´évolution de la situation allait montrer que l´industrie chimique allemande et ses leaders importants joueraient un rôle décisif dans les événements tragiques des années 1930-1940 dans le monde.

Les prêts accordés à l´Allemagne en conformité du Plan Dawes étaient la pièce maîtresse nécessaire pour commencer une nouvelle grande guerre. La suppression du Plan Dawes pour le payement des dommages de guerre et l´avènement du Plan Young pour le payement des dommages au cours des années 1929-1930, devinrent, comme nous allons le voir, le début d´une vague nationaliste qui ouvrit le chemin à la prise du pouvoir par les Nazis, en Allemagne, trois ans plus tard. L´industrie allemande d´armement était alors assez suffisamment forte pour que l´Allemagne commence une nouvelle fois à défier les alliés.

L´industrie chimique Allemande:

Des matières synthétiques colorées au gaz toxique, à la poudre et à la main-d´oeuvre esclave:

L´industrie chimique allemande a derrière elle une histoire unique de grandes découvertes. Le tout avait en fait commencé en Grande Bretagne avec la découverte des matières synthétiques en couleur. Jusqu´au milieu du 18è siècle, toutes les couleurs qui étaient utilisées dans la fabrication des textiles, dans la peinture, etc., étaient provenaient des plantes et des animaux. Aucune couleur artificielle, synthétique, n´était alors connue. Mais un jeune étudiant en chimie produisit, au milieu du 18è siècle, en Grande Bretagne, la première couleur synthétique, à partir du goudron de la houille. Cette découverte de premier rang mondial n´eût cependant aucun succès commercial en Grande Bretagne. Les matières synthétiques en couleur ne pouvaient pas prendre le dessus sur les matières traditionnelles sur le marché.  Mais les chercheurs allemands qui travaillaient en Grande Bretagne amenèrent ces connaissances en Allemagne où les plusieurs matières synthétiques colorées continuèrent à être découvertes.  Avec une organisation industrielle et commerciale moderne en Allemagne, ces matières synthétiques eurent un grand succès commercial. Au point qu´au début du 19è siècle, six entreprises allemandes dominaient la production mondiale et la distribution des matières synthétiques (BASF, Bayer, Hoechst,Agfa, Casella, Kalle). Ce succès contribua  par ailleurs à une série des découvertes d´autres produits chimiques (aspirine, héroïne, méthadone, le sulfate, atabrin) difficiles à pensé lorsque l´on fait la recherche sur les matières colorées.

La recherche sur les matières synthétiques devint une porte d´entrée à chimie de plus en plus avancée. Les entreprisses allemandes travaillant dans l´industrie chimique commencèrent alors un processus de rapprochement et de fusion afin de mettre fin à la concurrence entre elles et de pouvoir exploiter de manière avantageuse le marché mondial. Il se créa des cartels pour les prix communs et le commerce. Six grandes entreprises allemandes créèrent, au début du 19e siècle, deux cartels (Bayer, Agfa et Hoechst, Casella, Kalle) du nom de Interessen Gemeinschaft (communauté d´intérêts). La formation du cartel était même importante pour rassembler les grandes ressources économiques nécessaires pour des nouveaux projets.

BASF initia un projet de recherche très couteux pour essayer de produire de l´azote synthétique. Cette matière dont 78% sont composés de l´air que nous respirons, est très importante comme engrais chimique destiné à l´agriculture. Mais l´azote, sous la forme naturelle qu´on pouvait traiter, se trouvait seulement dans les grands gisements de nitrate et de salpêtre au Chili. Tous les pays qui voulaient utiliser les engrais dans leur agriculture devait importer les salpêtres du Chili là où ceux qui possédaient les mines, se sentaient libres d´augmenter les prix comme ils l´entendaient. Cette situation changea radicalement en 1909. BASF réussit à produire l´azote synthétique dans un laboratoire. Le chercheur Fritz Haber chauffa l´azote de l´air et l´hydrogène (vätgas) sous une très haute pression et obtint un produit traitable, l´ammoniac. Un jeune ingénieur, Carl Bosch, reçut par après la mission de monter une usine à Oppau pour une production industrielle. Achevée en 1923, l´usine commença à produire massivement de l´ammoniac. Le monopole du Chili fut cassé (Bosch reçut le prix Nobel en 1923).

Il y a un autre aspect important sur la question de l´azote synthétique. Les salpêtres étaient une matière importante dans la fabrication de la poudre! Aussi, la plupart des pays du monde importaient les salpêtres du Chili pour la fabrication de la poudre et les armées de tous ces pays étaient dépendantes des salpêtres du Chili pour la fabrication des matières explosives ! L´Allemagne eut donc la possibilité unique de se débarrasser de cette dépendance. Théoriquement, on pouvait obtenir l´acide de salpêtre en oxydant l´ammoniac. Carl Bosch était conscient de cela. Il avait aussi eu de petites quantités de salpêtre au cours des expérimentations dans l´usine d´Oppau. Mais on ne put avoir plus que cela. Les autorités militaires allemandes ne comprirent pas l´importance de la découverte de Bosch et continuèrent à importer les salpêtres du Chili.

La situation resta ainsi jusqu´à la première guerre mondiale. Lorsqu´au début de 1915 les militaires allemands découvrirent qu´ils avaient commencé la guerre sans avoir suffisamment de salpêtres pour fabriquer les matières explosives pour une longue guerre. Ils avaient suivi la philosophie de la guerre utilisée lors de la guerre  de 1871 contre la France, celle d´une attaque de grande envergure et d´une guerre éclaire. Mais il n´en fût pas ainsi cette fois-ci. Ce fut une longue guerre. La flotte britannique avait mis l´Allemagne en blocus et aucune marchandise importée n´arrivait en Allemagne. Et plus important encore, aucun salpêtre ne venait du Chili. Le manque de salpêtres devint une menace très sérieuse pour l´armé allemande. Les matières explosives allaient se terminer dans quelques mois et la guerre allait être perdue pour les Allemands. Il faut dire ici que le niveau d´intelligence n´était pas non plus élevé de l´autre côté du front. Le commandement de la guerre des alliés ne découvrit jamais le problème du manque de salpêtres de l´Allemagne…

L´industrie chimique allemande avait prévenu les militaires de ce développement, mais personne ne s´en était souciée. L´armée était sûre d´une victoire rapide. Lorsque la vérité sur le manque de salpêtres sauta aux yeux des dirigeants de l´armée, la panique se répandit. La direction de l´armée convoqua une réunion avec les dirigeants de l´industrie chimique et accepta toutes leurs conditions. Entre autres, une nouvelle usine de fabrication de l´acide de salpêtres devait être construite. Une telle fabrication industrielle n´avait pas jamais été faite auparavant. Ca allait devenir une grande expérimentation  industrielle. Il fallait beaucoup d´argent et beaucoup de travail d´ingénierie. L´industrie chimique allemande reçut les contrats avantageux qu´elle exigeait du gouvernement allemand et l´ingénieur Carl Bosch reçut la mission de transformer l´ammoniac en acide de salpêtre à grande échelle. Le destin de l´Allemagne logeait dans les mains de Bosch. Les chimistes découvrirent, grâce à un grand effort, le processus de fabrication en masse de l´acide de salpêtre.

Mais ceci prit du temps. Il fallait au même moment stopper la France. La solution fut la guerre toxique. L´utilisation des poisons dans la guerre était interdite depuis  la Convention de la Haie de 1907. L´Allemagne ne prit en pas cela en considération. L´industrie allemande de la couleur, Bayer et BASF pouvaient fabriquer les poisons nécessaires et en reçurent l´autorisation. La première attaque toxique eut lieu le 22 avril 1915. Elle causa une tuerie horrible dans les rangs français qui n´y étaient pas du tout préparés. La France fut obligée d´aller à la défensive. La guerre s´arrêta et les Allemands eurent le temps dont ils avaient besoin pour la fabrication de l´acide de salpêtre.

Quelques semaines plus tard, Bosch réussit, en 1915, la fabrication en masse des nitrates synthétique dans l´usine d´Oppau. Les militaires allemands ne furent plus jamais dépendants des salpêtres du Chili. S´il ne s´agissait que de la question d´accès à la poudre, la guerre pouvait continuer infiniment. Une nouvelle usine fut construite à Leuna en Allemagne du Centre. La guerre procure du profit. La production des usines d´Oppau et de Leuna procura de très importants bénéfices aux actionnaires. En réalité, des bénéfices de l´ordre de 25% sur le capital investi pendant le reste de la période de guerre ! La production de l´acide des salpêtres sauva l´Allemagne d´une défaite rapide. La guerre continua pendant trois and de plus. Les industries chimiques allemandes continuèrent à s´approcher les unes des autres pendant ce temps afin de pouvoir défendre leur position de monopole sur certains produits. En 1916, huit entreprises chimiques allemandes fusionnèrent  (BASFT, Bayer, Hoechst, Kalle, Casella, Agfa, Ter Meer, Greisham) et formèrent Interessen Gemeinshaft der Deutschen Terfarbenindustrie (Communauté d´intérêts de l´industrie allemande de la couleur). Le groupe fut connu sous le nom d´IG-entreprises.

La guerre alla mal pour les Allemands mais bien pour les industries chimiques.  La guerre exigea beaucoup de quantités de poudre, un profit énorme pour l´industrie chimique. Il y avait cependant un problème. Pour produire la poudre, il faut des travailleurs; pas de profit sans travailleur. La force de travail ne suffisait pas ; beaucoup des travailleurs étaient à la guerre. Bien plus, les salaires des travailleurs augmentèrent. Le président des IG-Entreprises, Carl Duisbourg, s´en plaignit auprès du gouvernement allemand. Duisbourg exigea du gouvernement « d´ouvrir le réservoir de la classe des travailleurs belges ». En d´autres mots, Duisbourg voulait que le gouvernement força les travailleurs de la Belgique occupée de venir en Allemagne travailler dans les usines allemandes comme main d´œuvre esclave. Le gouvernement allemand accepta les exigences de Duisbourg. L´armée allemande commença alors une importation très brutale des travailleurs belges.

Les soldats allemands menaient des raids contre les maisons, les places publiques, et les marchés. Plus de 66 000 belges furent amenés de force vers l´Allemagne et utilisés comme main d´œuvre esclave dans les IG-entreprises. Mais une fois en Allemagne et bien que menacés et punis, personne n´amena les travailleurs belges à travailler. Le projet fut abandonné après quelques mois et les Belges furent renvoyés chez-eux. C´était la première fois que les IG-entreprises avaient exigé d´utiliser de la main d´œuvre esclave. Elles purent fonctionner en grande partie avec de la main d´œuvre esclave plus tard pendant la deuxième guerre mondiale dans les usines les camps de concentration où beaucoup de gens payèrent de leurs vies les bénéfices énormes des IG-entreprises.

Les IG-entreprises s´adaptent à la paix:

Malgré les nouvelles découvertes, la première guerre mondiale n´alla pas bien pour l´Allemagne. Le manque des matières premières et de la nourriture était criante pour l´Allemagne.  Le pétrole commença à prendre fin lorsque la Roumanie rejoignit les alliés en août 1916. Le caoutchouc également, à cause du blocus britannique. L´industrie chimique travaillait à plein régime pour trouver des produits de substitution au pétrole et au caoutchouc. C´étaient les nouveaux challenges qui allaient rendre l´Allemagne indépendantes de toute importation des matières premières nécessaires pour conduire la guerre et donner aux IG-entreprises davantage de bénéfices. Mais les IG-entreprises ne réussirent pas dans cette tâche avant que la guerre ne fût perdue par l´Allemagne. Un remplacement du caoutchouc fut découvert et produit mais il avait était impossible de l´utiliser dans la fabrication des pneus.

Lorsque l´interdiction sur les armes (vapenstilleståndet ??) arriva, le 11 novembre 1918, les IG- entreprises s´adaptèrent à la situation et se fixèrent pour objectif de survivre. Les accusations sur la guerre de gaz furent sérieuses. Les alliés voulaient amener les responsables devant la justice et avoir connaissance des procédés secrets de fabrication des gazes toxiques, des matières explosives, des matières colorées et des nitrates. Les IG-entreprises s´opposèrent à ceci déclarant que ca allait porter atteinte à leurs chances de s´affirmer dans le commerce comme entreprises après la fin de la guerre. L´argument peut paraître étrange dans une situation de défaite lorsque l´on a causé autant de souffrances.  Mais c´est un point de vue accepté en économie capitaliste. Les exigences les plus dures vinrent de la part de ceux qui étaient les plus touchés, la France.  La France voulait seulement que toutes les usines d´armement allemandes fussent détruites, même les usines de production des couleurs et des nitrates. Ca allait sonner la fin des IG-entreprises. Mais il n´en fût pas ainsi. Les IG-entreprises avaient pu se créer, grâce à la ruse et à la corruption, une place dans les discussions et les délibérations. Même avec la France.

Lorsque le négociateur des IG-entreprises, Carl Bosch, quitta Versailles en 1919, l´on était tombé d´accord de garder la plus grande partie des secrets et toutes leurs usines. On avait pu acheter la France en partageant avec elle la connaissance et la technique sur la fabrication des couleurs. L´entreprise française, Compagnie Nationale, reçut les secrets de fabrication des IG-entreprises contre 50% des bénéfices nets pendant 45 ans. La connaissance sur la fabrication des couleurs se répandit. La grande entreprise DuPont avait, pendant la guerre, pris le contrôle des usines des usines des couleurs des IG-entreprises aux Etats-Unis. En achetant plusieurs ingénieurs allemands appartenant aux IG-entreprises, même DuPont avait appris à fabriquer les couleurs.

La concurrence internationale sur le marché des couleurs devint un fait quelques années plus tard. La domination des IG-entreprises dans la fabrication des nitrates allait elle aussi petit à petit prendre fin. L´idée d´une collaboration internationale accrue en matière de vente, commença alors à se développer au sein des IG-entreprises. Les huit entreprises étaient toutes positives sur ce sujet. Mais Carl Bosch avait des projets encore plus grands. Il proposa plutôt en 1942 d´unir toutes les IG-entreprises en un seul groupe et de cette façon, de rassembler toutes leurs activités et toutes leurs finances dans une même grande entreprise. Celle-ci allait devenir une entreprise énormément puissante. La proposition de Bosch fut acceptée par les sept autres entreprises et les IG-entreprises s´unirent en décembre 1925 en une seule entreprise du nom de IG-Farbenindustrie Aktiengesellschaft. Carl Duisbourg en devint président du conseil d´administration et Carl Bosch  directeur exécutif. La fusion devint un grand succès d´affaires. Bien que l´économie allemande se portait très mal, la valeur des IG-actions se multiplia plus de trois fois pendant l´année 1926.

IG Farben, le pétrole et le caouchouc à partir du charbon:

IG Farben était la création de Bosch et celui-ci avait des plans concrets pour cette entreprise et les nouveaux produits qu´il allait développer à travers la chimie de la haute pression. Bosch pensait maintenant  réaliser/ produire en grand quantité, ce qui, en laboratoire, avait été calculé théoriquement et fait à petite échelle. Bosch allait transformer les ressources allemandes de charbon en essence! L´essence, le plus joli de tous les produits pétroliers! Il y avait, selon Bosch, de grands profits à tirer de là. Bien plus, Bosch voulait libérer l´Allemagne de la dépendance des ressources pétrolières étrangères. Le pétrole était une nécessité absolue en temps de guerre. Mais l´utilisation du pétrole commençait effectivement à augmenter de manière remarquable, même en temps de paix, avec l´augmentation de la circulation automobile. Même en Allemagne. Mais aussi parce que le gouvernement allemand avait, en secret, commencé un réarmement de son armée et avait besoin d´essence en grandes quantités. L´objectif était de pouvoir entretenir une armée mécanisée constituée des chars, d´avions d´attaques et de bombardiers sans pétrole provenant des ressources pétrolifères. Les revanchards réjouissaient déjà d´avance d´une nouvelle guerre qui devrait reconquérir la place de leader à l´Allemagne.

Bosch et  IG Farben ne voulaient pas seuls se jeter dans le projet charbon-essence. Car le projet était très cher. C´était en 1926, une époque à laquelle les prêts provenant des Etats-Unis affluaient en Allemagne. Bosch cherchait un partenaire dans le chef de la plus grande entreprise du monde, Standard Oil of New Jersey, dont les ressources financières étaient, en grande partie, illimitées. En 1926, le chef du département du développement de Standard Oil, Frank Howard, vint aux laboratoires d´IG Farben, à Ludwigshagen, pour examiner la recherche de cette entreprise sur le processus charbon-essence. Howard fut extrêmement impressionné et fit rapport à son chef Walter Teagle sur la façon dont IG Farben pouvait « fabriquer une essence à moteur de haute valeur à partir du lignite et d´autres sortes de charbon de basse qualité, en une quantité qui correspond à la moitié du poids du charbon.  Ceci implique totalement et clairement l´indépendance européenne en matière d´approvisionnement en essence ».

Standard Oil proposa, en 1927, à IG Farben, une coopération économique en matière de développement de ce processus. Mais IG Farben avait, bien avant cela, déjà suffisamment avancé dans le projet ». On commença par construire une nouvelle usine à Leuna, en juin 1926, pour la production en masse du pétrole synthétique. L´objectif était de produire 100.00 tonnes par an. ». Il fut découvert que la fabrication massive de l´essence à partir du charbon, était un processus difficile à maîtriser, processus qui fit sérieusement augmenter les coûts. Ce qui nécessita encore plus d´argent. Ce que Standard Oil avait donné n´était pas suffisant. Une coopération économique renforcée était nécessaire.  Bosch ne parla jamais des difficultés de fabrication et réussit à amener Standard Oil à investir plus d´argent. Bosch vendit les droits au processus de fabrication dans le monde entier à l´exception de l´Allemagne. IG Farben obtint 20% des bénéfices futurs. IG Farben obtint en plus ce qui sauva l´entreprise pour le moment. Standard Oil donna à IG Farben 2% de tout son stock en capital, 546 000 actions à une valeur de 35 millions de dollars!

Bosch n´arrêta pas par ici ses efforts destinés à obtenir plus d´argent de la part Standard Oil. Il réussit même à embarquer Standard Oil dans un projet commun pour fabriquer et vendre du caoutchouc synthétique, du caoutchouc buna, fabriqué à partir du charbon. La fabrication du caoutchouc buna était toujours très couteuse et ne pouvait concurrencer le caoutchouc naturel. Bosch espérait que Standard Oil pouvait répandre l´utilisation du caoutchouc buna parmi les fabricants des pneus aux Etats-Unis. Mais la coopération s´arrêta ici cette fois-ci. La grande dépression économique qu´il y eût aux Etats-Unis et plus tard dans le monde, avait mis fin à tous les investissements dans les nouveaux produits. Il fut, en plus, presque au même moment, découvert de nouvelles grandes réserves de pétrole au Texas, et le prix du pétrole tomba dramatiquement. Le prix de la fabrication d´un litre de pétrole synthétique était entre 40 et 50 Pfenning allemands et un litre du pétrole naturel était de Pfennig en 1930. Le prix du caoutchouc naturel tomba encore davantage pendant la dépression. Tous les plans de production de l´essence et du caoutchouc à partir du charbon furent annulés aux Etats-Unis. Malgré cela, Bosch et IG Farben avaient de toute façon eu ce dont ils avaient besoin: de l´argent pour pouvoir continuer la recherche et la fabrication. Mais maintenant que les prix des matières naturelles étaient si moins chers, seule une chose pouvait sauver les profits. Seule une Allemagne en guerre aurait besoin du pétrole et du caoutchouc fabriqués à partir du charbon. Ce fut le prochain projet de Bosch et d´IG Farben.

Le Plan Young et la prise du pouvoir par les Nazis:

Le Plan Dawes pour le payement des dommages de guerre allemands n´étaient pas un accord définitif mais seulement un plan temporaire pour passer à une autre situation. Après que le Plan Dawes fut mis en application et que la situation chaotique des payements des dommages eût trouvé une solution provisoire, les alliés continuèrent à travailler pour trouver une solution définitive à la question des dommages. Un comité des représentants des nations alliées, présenta, sous la direction du diplomate américain Owen D. Young, le 7 juillet 1929, une proposition d´un plan de payement qui détermina définitivement les dommages de guerre allemands.

La proposition, le Plan Young, impliquait que l´Allemagne devrait, pendant 37 ans, effectuer un payement annuel valant en moyenne 100 millions de Livres Sterling britanniques, et par la suite, pendant encore 22 ans, payer une somme quelconque pour couvrir la dette de guerre que les alliés avaient vis-à-vis des Etats-Unis. Le Plan Young avait déterminé les dommages de guerre au « chiffre astronomique de 20 milliards de dollar », ou 105 milliards de mark, à payer jusqu´à l´année 1988Toute la responsabilité du payement allait maintenant se trouver du côté du gouvernement allemand et les payements devraient être faits à une banque, Bank of International  Settlements, BIS. La Banque devrait, à son tour, distribuer les sommes payées aux alliés. BIS allait aussi avoir sa base dans les crédits internationaux et fonctionner pour le reste comme une banque internationale.

La Bank of International Settlements est un nom à ne pas oublier. Elle allait, dans un avenir proche, et de manière totalement inattendue, devenir la première zone de contact des Nazis dans les affaires internationales, même avec les entreprises étrangères dans un pays ennemi, pendant la première mondiale. Selon le Plan Young, l´Allemagne devrait, une fois le plan adopté, reprendre la souveraineté sur son territoire et toutes les troupes étrangères devraient quitter le pays. Mais le côté le plus important du Plan Young était l´introduction d´un changement décisif vis-à-vis du Plan Dawes, changement qui rendait plus dures encore les conditions de payements des dommages. Les dommages de guerre étaient, en grande partie, payés en marchandises dans le Plan Dawes. Dans le Plan Young, les dommages allaient être payés en argent!

Ceci était une différence déterminante. L´indignation contre le Plan Young dans la classe capitaliste allemande fut énorme. Ceci non seulement parce que la grande somme de 20 milliards de dollar qui allait être payée sur une période de 60 ans, menaçait de placer l´Allemagne sous tutelle des alliés pour toujours. Mais surtout parce que les dommages devraient être payés en argent. Le capital industriel allemand avait, dans le Plan Dawes, des débouchés garantis pour ses marchandises. C´était, par rapport aux autres capitalistes d´Europe et des Etats-Unis, un grand avantage pour les capitalistes allemands. Ceci fut supprimé dans le Plan Young. Ce qui obligea les capitalistes allemands à vendre leurs marchandises sur les marchés intérieurs et internationaux, dans une situation de concurrence internationale.

Le capitaliste sidérurgiste Fritz Thyssen s´opposa au Plan Young d´une manière très énergique. Il n´avait en aucune façon été l´adversaire du Plan Dawes, comme celui-ci prévoyait une série des payements des dommages qui devraient principalement être payés en marchandises. Mais selon le Plan Young, les livraisons des marchandises devraient totalement être remplacés par des payements en argent ». Thyssen « était d´avis que la dette que l´on avait de cette façon contractée, allait saper toute l´économie du royaume ». Thyssen considérait en plus que « tout celui qui avait un jugement confus aurait dû que le Plan Young impliquait l´hypothèque de toute la richesse nationale de l´Allemagne comme sécurité pour accomplir son obligation de payement. La conséquence devrait être que le capital américain allait submerger l´Allemagne ».

L´homme le plus riche d´Allemagne d´alors, Fritz Thyssen, augmenta son soutien au Parti national socialiste, le seul parti qui attaquait sérieusement le Plan Young. Le soutien de Thyssen au Parti nazi jouait un grand rôle dans ce qui allait arriver. Non seulement pour les contributions économiques aux Nazis. Ce qui était plus important était que Thyssen ouvrit pour Hitler, un nouveau, très important cercle des contacts, en l´occurrence le cercle des magnats de l´industrie du fer et des industries sidérurgiques de la Ruhr, le centre industriel et économique de l´Allemagne. Et Thyssen n´hésita pas d´affirmer que le « Plan Young était l´une des causes principales de la victoire du socialisme national (national socialisme), en Allemagne ».

Le Plan Young causa beaucoup d´inquiétude en Allemagne. Le gouvernement voulait approuver et signer. Mais le peuple n´était pas, en général, de cet avis. La guerre était terminée depuis plus de 10 ans. Il apparaissait étrange de continuer de payer de si grandes sommes d´argent et ce, comme on le voyait, de manière infinie. On ressentait comme si les autres pays voulaient vivre du travail des Allemands. C´était dans ces conditions que commença, avec le soutien de Thyssen, un comité ayant pour objectif d´arracher un référendum sur le Plan Young. C´était une grande ouverture politique pour Hitler. Avec un coffre plein d´argent provenant de Thyssen et d´autres capitalistes, Hitler agita les gens contre le Plan Young, dans des rassemblements publics. « Hitler pouvait, avec son grand talent démagogique, pour ses propres intérêts, exploiter le sentiment national blessé du peuple allemand».

Le combat contre le Plan Young, devint, à partir de 1929, le plus grand thème d´agitation pour Hitler, lequel ouvrit aussi des portes importantes. De sa relation avec Thyssen, Hitler eut, pour la première fois, des contacts avec la classe politique traditionnelle allemande au sein du Parti libéral national allemand et son président Alfred Hugenberg. Hugenberg avait aussi le Plan Young comme thème principal d´agitation. Les sieurs Hitler et Hugenberg s´étaient découverts. Une alliance politique fut conclue entre eux. Ils entreprirent ensemble une série de rassemblements publics sur l´ensemble du pays, réunions au cours desquelles ils se prononcèrent contre le Plan Young.  A travers le grand réseau des contacts de son parti, Hugenbers donna à Hitler la possibilité de propager, pour la première fois, dans des réunions et des séminaires, la propagande nazie dans tout le pays. Bien plus, Hitler eut accès aux quotidiens allemands que le parti nationaliste contrôlait. Hitler devint un nom connu dans toute l´Allemagne grâce à l´alliance avec Hugenberg. L´«agitation ardente contre le Plan Young donna au parti de  Hitler la force de combat qui rendit possible la conquête du pouvoir », écrivit Fritz Thyssen.

Hitler était brutal dans ses discours, sans considération, et il faisait des attaques grossières et mensongères contre le socialisme, et l´incitation à la haine raciale contre les Juifs. Pour Hitler, les communistes et les Juifs étaient la même chose. Dans « Mein Kampf », Hitler écrivit que: « nous devons considérer le bolchévisme russe comme une tentative de la part du judaïsme de s´arroger le contrôle du monde au vingtième siècle » et que le « combat contre le bolchévisme mondial juif exige une prise de position claire vis-à-vis du soviet russe ». Hitler affirma, quelques années plus tard, dans son discours, lors de la journée nationale du parti à Nuremberg, en 1936, qu´en Union soviétique, la direction de la République soviétique et celle des républiques paysannes, étaient à 98% entre les mains des Juifs ».  L´incitation à la haine contre le communisme, l´Union soviétique et les Juifs, donna l´écho dans la classe supérieure capitaliste. Les magnats industriels allemands ouvrirent les yeux sur Hitler. L´argent commença à affluer dans la caisse du Parti nazi.

Le Plan Young fut définitivement confirmé le 17 mai 1930. Les troupes alliées quittèrent l´Allemagne six semaines plus tard. Pendant ce temps, le mouvement contre le Plan Young avait considérablement crû en force et cela grâce aux plus farouches opposants à ce plan, Hitler et le Parti nazi.

Les grands capitalistes allemands, qui avaient le contrôle sur les fonds économiques à utiliser dans le combat politique, décidèrent de soutenir Hitler avec des grands moyens. Ils avaient vu en lui une force qui pouvait être utilisée pour créer un gouvernement de droite fort avec une politique explicite contre la classe ouvrière. Hitler utilisa les contributions pour construire un grand parti national et une un grand appareil de propagande dans tout le pays, avec des milliers de fonctionnaires du parti rémunérés. Le département d´assaut entre autre était payé avec l´argent provenant du grand capital.

« La contribution du lancement », provenant de la part de la grande finance, joua un rôle décisif dans la politique allemande. Les Nazis eurent, un an plus tard, 6,4 millions de voix aux élections législatives de septembre 1930! Une multiplication des voix par huit du nombre des voix dans deux ans! L´argent de la grande finance avait fait du Parti nazi, l´un des petits partis du parlement, un grand parti des masses. Pendant la campagne électorale, dans une période où le chômage avait dépassé 2 millions et où la crise économique et sociale augmentait manifestement, toute la démagogie d´Hitler  trouva un terrain d´application. L´agitation électorale nazie fut concentrée sur la personne d´Hitler, Hitler comme le sauveur. Des grandes affiches avec son portrait  et la rubrique « Hitler crée du travail et du pain – choisissez la liste 3 » était le slogan principal de la propagande électorale. Les succès électoraux d´Hitler et des Nazis étaient perçus de manière très bizarre sur le plan international. Que « 100 sièges au parlement (soient) conquis par un parti insignifiant, les Nationaux socialistes ou les Nazis, conduits par un orateur bizarre, Adolph Hitler, causa un grand étonnement.

La crise économique mondiale 1930-1933:

La crise économique continua à s´empirer en Allemagne après les élections législatives de septembre 1930. Le chiffre des chômeurs avait atteint les 4 millions une année après les élections! La crise politique s´empira encore davantage après les élections avec des gouvernements faibles qui étaient en permanence obligés de trouver des compromis avec les Nazis ou sous leur feu vert. La politique appliquée était celle de droite, dirigée contre la classe ouvrière.

Sur le plan international, une crise d´une ampleur inattendue commença déjà à se renforcer à partir de 1929.  Tout avait commencé aux Etats-Unis où le capitalisme avait atteint un niveau production culminant et une accumulation des marchandises d´un format jamais vu auparavant. Cette surproduction n´avait aucun débouché dans la société. Le pouvoir d´achat était mince. Les dépôts des entreprises étaient trop pleins. Le chômage augmenta d´une manière rapide et incontrôlée. Le capital fut retiré des investissements. Les capitalistes des Etats-Unis cessèrent de prêter l´argent à l´Europe vers la fin de l´automne 1929.

L´effet fut dévastateur en Allemagne et dans les autres pays qui avaient des grands emprunts aux Etats-Unis et qui avaient toujours emprunté davantage dans ce pays en vue de payer les  prêts antérieurs. Il eût une chute des prix généralisée et le manque des d´argent pour rembourser les prêts. Beaucoup de pays furent obligés d´ouvrir les réserves d´or et de payer en or. Ceci rendit la situation intérieure pire encore avec l´accentuation de la crise économique. Ce qui à son tour conduisit aux restrictions dans les payements en or et les droits de douane, et à d´autres restrictions commerciales afin de protéger la production nationale. Le commerce international fut, en 1930, réduit à un filet et prit presque fin (???). Le chômage monta de manière rapide et incontrôlée. « La moité de l´Europe était en faillite, l´autre moitié était presque menacée de faillite ».

La situation de l´Allemagne était la pire de tous les pays européens.  L´Allemagne était le premier emprunteur. L´Allemagne avait, pendant les années du Plan Dawes, de 1924 à 1929, emprunté 900 millions de Livres Sterling et payé 500 millions en dommages de guerre aux alliés. Le reste avait été investi dans le pays, dans les réparations de toutes sortes après la première guerre mondiale. L´économie allemande, publique comme privée, était totalement dépendante de l´argent emprunté. Mais maintenant, les prêts étaient terminés et l´Allemagne devait annuellement payer 100 millions de Livres Sterling en dommages de guerre. En plus, le pays avait aussi d´autres dettes privées et publiques dont le remboursement aux prêteurs, de l´ordre de 100 millions de livres Sterling, était exigé annuellement. La balance de payement du pays était déficitaire de 60 millions de Livres Sterling. Mais pour couronner le tout, l´Allemagne avait perdu des marchés d´exportation à cause de la crise internationale. Les revenus des exportations étaient tombés de 630 millions de Livres Sterling en 1929, à 280 millions de livres en 1932.  Le chômage atteignit le chiffre incroyable de 6 millions de chômeurs en mars 1932!

Il y régnait une situation de chaos économique général dans les affaires du monde au cours du printemps 1931. La situation économique internationale était près de la faillite. Alors que l´insécurité était totale dans les affaires, le manque de confiance des populations vis-à-vis du système politique et économique ne faisait qu´augmenter. Exactement au mois de mai 1931, l´importante banque privée autrichienne, Kredit Anstalt, qui était près de la faillite, annula  ses payements. Malgré l´aide économique de l´Etat autrichien et de la Banque d´Angleterre, la panique commença à se répandre, elle alla au-delà des frontières et prit bientôt l´Allemagne. Les prêteurs exigèrent d´être remboursés et pendant une semaine, la Banque nationale allemande avait perdu 50 millions de Livres Sterling en or.

Beaucoup des pays du monde sont, au printemps 1931, proches de la faillite économique. Aux Etats-Unis, le président américain, Hoover, fit une déclaration politique pour arrêter la panique économique et la faillite de l´économie capitaliste. Et remarquez bien que nous écrivons «économie capitaliste ». C´est parce que la crise économique se trouvait seulement dans cette partie du monde. En Union soviétique où régnait le socialisme, il n´y avait aucune crise économique. Au contraire, là-bas où l´économie planifiée était d´application, le gouvernement avait commencé un plan de 5 ans qui tira le pays de la pauvreté et du sous-développement (et en fit) un pays aux chiffres de plus en plus meilleurs en ce qui concerne le développement économique, une avance économique jamais observée auparavant dans le monde.

Le président des Etats-Unis proposa, le 20 juin 1931, au monde, un délai d´un an pour le payement de toutes les dettes dans le monde, y compris les dommages de guerre allemands. L´initiative de Hoover fut bien accueillie par presque tout le monde. La France, le pays qui avait le plus souffert pendant la première guerre mondiale et l´invasion allemande, chercha à obtenir des garanties sur le payement des dommages. Le moratoire de Hoover fut accepté le 13 juillet, après un accord avec la France. Les emprunteurs du monde pouvaient souffler. Mais ce ne fut pas si facile que cela.  De toute façon pas pour tout le monde. Beaucoup de grands pays, dont les Etats-Unis et la Grande Bretagne, continuèrent à avoir des grands problèmes économiques. Lorsque le moratoire de Hoover prit fin le 1 juillet 1932, la crise économique continua dans le monde capitaliste. La situation économique était pire aux Etats-Unis pendant l´hiver. 1932-1933. Le pays avait alors à peu près 15 millions des chômeurs. C´était dans de cette situation internationale que Hitler et les Nazis conquièrent le pouvoir politique en Allemagne.

Les victoires électorales et les défaites des Nazis:

Après les élections parlementaires allemandes du 14 septembre 1930, les Nazis devinrent le second grand parti politique après les Socio-démocrates. Hitler était devenu encore plus intransigeant après les élections et avait commencé à prendre des distances vis-à-vis de ses anciens alliés et de ses amis du Parti nationaliste, et à les critiquer sérieusement. Hitler avait maintenant un objectif clair qu´il déclarait publiquement. Hitler voulait devenir chancelier national allemand. La propagande et l´agitation des Nazis devint encore plus violente et dirigée toujours contre les Juifs et les communistes qui étaient considérés comme la cause de toute la souffrance et de la désintégration du système économique.

Aux élections législatives du 31 mars 1932, les Nazis étaient bien équipés avec un très  grand appareil de propagande et la propagande nazie pénétra dans tous les villages et toutes les villes allemandes. Tout était payé par le grand capital allemand. La crise économique devint toujours et encore plus grande avec plus de 6 millions de chômeurs. Hitler utilisa ceci très bien dans sa campagne populiste. Les succès électoraux des Nazis furent énormes en juillet 1932. Le parti eut 13,7 millions des voix (6,4 millions des voix en septembre 1930) et augmenta sa représentation parlementaire de 107 à 230 députés! Les Nazis étaient le plus grand parti d´Allemagne.

Après les élections, l´exigence d´Hitler pour le poste de chancelier était évidente. Le président allemand Hindeburg refusa de donner le pouvoir à Hitler pensant qu´il n´allait pas respecter la constitution allemande. L´ancien président du Parti du Centre, Von Papen, eut la mission de former le gouvernement. Mais l´instabilité politique était grande et le gouvernement tomba. De nouvelles élections furent annoncées le 6 novembre. Les Nazis se réjouissaient d´avance d´une nouvelle victoire. L´objectif était d´avoir leur propre majorité au parlement et ceci était sûr pour la plupart.

Il n´en fut pas ainsi. Les résultats électoraux du 6 novembre 1932 furent un véritable retour en arrière pour les Nazis. Dans trois mois, du 31 juillet au 6 novembre, le parti alla de 13,7 millions de voix à 11,7 millions. Les Nazis avaient perdu 2 millions de voix et 34 places au parlement. La saga du succès des Nazis était tombée dans une impasse (rågat in i återvändsgränd). Le retour en arrière était marquant dans certaines villes où les Nazis avaient eu le pouvoir et où les populations avaient expérimenté leur capacité à gouverner, (et cela) malgré l´énorme propagande qui était en partie financée avec des fonds publics. Par ex. Oldenberg (de 47% à 37%),  Kolberg, de 44 à 39, et Postdam de 42% à 34%.  Les résultats des élections mirent fin à la collaboration entre le Centre et les Nazis, lesquels auraient pu, ensemble, avoir une majorité au parlement. « Le retour en arrière des nationaux socialistes est si grand qu´il leur est ensemble impossible d´atteindre le grand nombre dans le nouveau parlement », écrivit le journal suédois Dagens Nyheter.

Les Nazis avaient, jusqu´au milieu de 1932, eu tout ce qu´une politique populiste violente pouvait offrir. On avait mis les gens dans une situation de crise devant des fausses idées destinées à expliquer pourquoi la société était en crise, et ils avaient obtenu autant qu´ils pouvaient avoir, en utilisant des fausses promesses.  Le retour en arrière était maintenant un fait.

«Le fol ramassis se trouvant dans le programme du Parti nazi s´adressait avant tout aux groupes les plus instables de la société allemande. L´esprit troublé d´Adolphe Hitler, avec ses expressions imaginaires sur la mystique du sang et du destin, avait fait sa plus profonde impression chez les plus troublés et les plus instables de ses auditeurs. Parmi ce genre de gens, l´intérêt –et les voix- pouvaient se perdre plus vite qu´ils n´étaient gagnés…. Lorsque les Nazis grandirent très fortement, ils furent l´objet d´un contrôle plus serré. Les chemises brunes dévoilèrent ce qu´elles étaient : Des types grossièrement sadiques organisés en bande politique. Le Parti nazi entra dans la décadence plus vite que n´avait été son ascension ». On ressentit, dans le pays, que quelque chose était en cours, que la défaite des Nazis était plus qu´un retour en arrière normal.

Par ailleurs, le Parti communiste allemand alla de l´avant. Les succès des communistes étaient la continuité des succès antérieurs. La politique du parti était bien accueillie par la classe ouvrière qui s´attacha encore plus fortement à la ligne du parti. En mai 1928, les communistes eurent 3,3 millions de voix, en septembre 1930, 4,6 millions, en juillet 1932, 5,3 millions de voix et puis en novembre 1932 6 millions de voix et 100 places au parlement allemand. Les succès des communistes étaient basés sur une conscience politique accrue au sein de la classe ouvrière allemande, une conscience qui avait grandit constamment pendant une longue période. Les résultats communistes étaient frappants dans plusieurs grandes villes allemandes. Les communistes avaient par exemple progressé à Berlin, allant de 721 983 à 860 579 voix. Les sociaux démocrates avaient en ce qui les concerne, régressé de 722.064 à 646 266 voix. Les Nazis avaient fait de même, allant de 756 745 à 719 745»[53]. Les communistes constituaient le plus grand parti à Berlin, la capitale de l´Allemagne!

La Pétition à Hindenburg:

Le grand capital exige Hitler comme chancelier national allemand:

La situation était critique pour Hitler et le Parti nazi. Ceux qui auraient prix au moins 50% de voix, ceux qui étaient impossibles à vaincre et qui, selon Hitler, devraient naturellement prendre le pouvoir politique après les élections, avaient subitement régressé de 37% à 33%! Hitler avait eu tort. Il n´était pas sans faute, d´autres opinions avaient subitement de la valeur. Il ne fut plus possible de stopper les discussions et les critiques au sein du parti. Même contre Hitler! Gregor Strasser, le deuxième homme du Parti nazi, comprit, après les élections, que les Nazis n´allaient jamais seuls prendre le pouvoir politique en Allemagne. Il préconisa une coopération avec le formateur de l´époque, Schleicher, lequel voulait, au moins, acheter une partie du soutien des Nazis. La rupture fut totale entre Stresser et Hitler.  Stresser avait la responsabilité des contacts dans tout le pays et la confusion ne fit qu´augmenter dans le parti. Le parti était menacé de dislocation à cause des contradictions internes.

Stresser quitta le Parti nazi après quelques semaines et la dislocation de ce dernier s´approfondit. Le propagandiste en chef du parti, Goebbels, décrivit cette situation dans son journal intime: « Une grande dépression dans toute l´organisation. On se sent épuisé; on n´avait plus que l´envie de s´éloigner de tout le problème pendant quelques semaines… », « Appel téléphonique de la part du Dr Ley : la situation au sein du parti s´empire chaque heure ». « Le leader du parti avait pendant des heures fait des allées et venues dans un hôtel. On comprend qu´il réfléchit  avec beaucoup d´efforts … Subitement, il s´arrête et dit : Je me tue si le parti se disloque. Une menace terrible, très déprimante.

La situation du parti était très sombre même quand il s´agit de l´économie. « Le parti lui-même était économiquement en déroute. Fritz Thyssen avait prévenu en novembre qu´il ne pouvait plus donner plus de contributions au mouvement. Il n´y avait tout simplement pas des fonds qui pouvaient couvrir les listes des salaires des centaines de milliers des fonctionnaires du parti ou bien subvenir aux besoins de SA qui, seul, coûtait 2,5 millions de mark par semaine. Les imprimeurs de la magnifique presse nazie menaçaient  de stopper les machines d´impression s´ils n´avaient pas reçu payement pour les factures déjà arrivées à échéance. ».

Le grand capital allemand vint au secours des Nazis pendant cette situation très critique. Ils avaient investi beaucoup d´argent dans le Parti nazi lequel avait promit de donner au grand capital un avenir à son goût et ne voulaient pas rater tout le morceau. Trente huit des plus grands industriels et financiers allemands envoyèrent une Pétition au président Hindenburg pour soutenir Hitler et le Parti nazi. Malgré la défaite électorale de Hitler, les 38  exigèrent du président Hindenburg de donner le poste de chancelier national allemand à Hitler. Parmi ceux-ci, on trouva, la vraie crème de la grande bourgeoisie allemande : Schacht, et le baron von Schroeder du monde des banques, Cuno de Llyod de l´Allemagne du Nord, Krypp, Voegler et Thyssen de la branche sidérurgique et Siemens et Robbert Bosch de l´industrie électrique et des ateliers industriels.  (Voire La Pétition dans les pièces jointes, à fa fin du texte.).

La Pétition du grand capital allemand était déterminante pour l´avenir des Nazis. Elle était importante pour stopper la désintégration du Parti nazi après les élections du 6 novembre. Hitler devint, après la Pétition, un nom chaud au sein de la classe capitaliste et il était de retour dans le grand jeu politique. Même la faillite économique des Nazis reçut sa solution. Le grand capital avait alors décida de rendre Hitler et les Nazis libres des dettes. Le banquier, le baron Kurt von Schoerder de Cologne, l´un de ceux qui, pendant des années, avaient été actifs dans le financement d´Hitler, avait, au début du mois de janvier 1933, une réunion secrète avec Hitler. Selon les propres propos de Schroeder aux procès de Nuremberg, Hitler avait promis, «de chasser les socio-démocrates, les communistes et les Juifs, de toutes les fonctions de direction en Allemagne et de rétablir l´ordre public». La condition de Schroeder était d´arrêter toutes les grèves et les manifestations; obliger les travailleurs de se taire et de retourner dans les usines était le rôle d´Hitler. Hitler et Schroeder s´entendirent que les milieux des affaires allemands devraient prendre en charge les dettes du Parti Nazi. Moins d´un mois après cette réunion, Gobbels écrivit, dans son journal intime, que la situation financière du parti avait « au cours d´une nuit changé de manière déterminante».

Parmi les 38 qui firent la déclaration de soutien à Hitler, il n´y avait personne de IG Farben. Le leader du géant industriel, Carl Bosch, n´était pas toujours prêt à soutenir publiquement Hitler. La crise politique continua pendant ce temps avec une énième formation du gouvernement, cette fois conduite par Kurt von Schleicher.  Mais le gouvernement avait une base faible et il tomba comme d´autres gouvernements auparavant.

Le 30 janvier 1933, Hindenburg nomma finalement Hitler comme chancelier national. Beaucoup des choses ont été écrites sur la façon dont les choses s´étaient passées pour amener le président Hindenburg à changer d´avis. Hindenburg était totalement opposé à ce qu´Hitler devienne chancelier national. Il n´avait pas confiance en la disponibilité de Hitler de respecter la Constitution allemande. La description de l´histoire de la bourgeoisie renvoie toujours à des intrigues de tous genres qui avaient amené le président à  changer d´avis. Toutefois, ce fut von Popen, ancien président du Parti centriste et manipulateur notoire (intrigmakare) qui avait de très bonnes relations avec Hindenburg. Et ce fut aussi le fils du président, Oscar Hindenburg, qui, au delà du fait qu´il n´était pas spécialement intelligent, avait des dettes qu´on pensait provenir d´une aide étatique supposée illégale. La bourgeoisie cherche seulement à fuir ses responsabilités. Lorsque la situation s´était présentée, c´était le grand capital qui agissait exigeant Hitler comme chancelier national. Hindenburg s´était incliné devant les pressions du grand capital.

Le grand capital finance la campagne électorale d´Hitler:

A l´exception d´Hitler, il n´y avait, dans le nouveau gouvernement, que deux autres nazis (Göran et Frick). C´était une exigence de Hindenburg. La position des Nazis était faible après la défaite électorale de novembre. Hitler exigea et obtenu de Hindenburg l´organisation des nouvelles élections au 5 mars 1933. On avait pensé qu´avec toutes les organisations de l´Etat, les élections allaient donner lieu à une victoire facile pour les Nazis. Mais pas seulement. Le grand capital allemand était cette fois-ci, d´une manière organisée, directement active et impliquée dans le soutien à Hitler et à la campagne du Parti nazi.

Le président du parlement allemand, Göring, convoqua, le 20 février, à travers Hjälmar Schacht, ancien président de la Banque nationale allemande et l´un des membres actifs du groupe financier qui soutenait Hitler, une réunion avec les dirigeants industriels et financiers en Allemagne. Cette réunion secrète de 20 personnes eut lieu au domicile de Hermann Göring. Il y avait aussi, dans le groupe se trouvant derrière Hitler, un nouveau membre, « Krupp von Bohlen und Halbach, leader des industries d´armement. Krupp devint l´un des plus loyaux partisans du parti d´Hitler une fois que Hitler eût le pouvoir ». Le but de la réunion était de rassembler de l´argent pour soutenir la campagne d´Hitler aux élections du 5 mars. « Lorsque tous attendaient que Göring vint parler devant les personnes rassemblées, Hitler apparut subitement en personne, serra la main à tous et prit place au coin de la table (bordsgaveln). Il parla longtemps, surtout sur le danger communiste, sur lequel il prétendait avoir justement remporté une victoire décisive».

Il y eût aussi, à cette réunion, un représentant d´IG Farben qui venait pour la première fois et qui était bien préparé à donner un soutien actif à Hitler. C´était le bien connu Georg von Schnitzler dont la présence fit une grande impression sur les capitalistes rassemblés. IG Farben était la plus grande entreprise de l´Allemagne et l´une des plus grandes du monde. Schacht proposa aux participants à la réunion de rassembler 3 millions de mark pour Hitler. Le représentant de IG Farben donna la plus grande part, 400 milles mark ».  En dehors du pouvoir gouvernemental et de l´appareil du pouvoir, Hitler avait maintenant tout le monde de l´industrie et de la finance derrière lui et des gigantesques sommes d´argent à sa disposition. Rien ne pouvait l´induire en erreur.

Mais Hitler prit toutefois des précautions. «Le fascisme au pouvoir est une dictature ouverte, terroriste, (tenue par) des éléments les plus réactionnaires, les plus chauvinistes et les plus impérialistes » décida le Komintern en 1935.  Le 04 février 1933, le président Paul von Hindenburg signa un décret qui donna au Parti nazi le droit d´interdire les réunions publiques, de déclarer les journaux et d´autres imprimés illégaux et d´arrêter les personnes suspectées de trahison. Le coup de chasse (la chasse) à l´opposition commença. Göring créa une force de police composée des milliers de membres provenant des groupes d´assaut nazis avec l´ordre de tirer pour tuer les « ennemis » en cas de confrontation.

Le 27 février, une semaine avant les élections législatives, les Nazis mirent le feu au Parlement et accusèrent les communistes d´être l´auteur de l´incendie. C´était le coup de propagande des Nazis pour arriver à une victoire totale aux élections. Le président von Hindenburg signa, après les élections législatives, un décret qui donnait au gouvernement et à Hitler, un pouvoir presque illimité. Le 03 mars, deux jours avant les élections, Ernst Thälmann, président du KPD, le Parti communiste allemand, fut arrêté. Les communistes furent poursuivis et arrêtés par milliers dans toute l´Allemagne. (Thälmann allait passer le reste de sa vie dans la privation de liberté par les Nazis. Il fut enfermé dans la prison des Nazis pendant 11 ans. Thälmann fut tué par les agents SS, probablement le 28 août 1944. Il fut déplacé de la prison à Bautzen pour le camp de concentration de Buchenwald où il fut assassiné. Son corps fut incinéré le 29 août 1944.)

Les élections législatives du 05 mars 1933 ne donnèrent pas malgré tout les résultats qu´Hitler comptait réaliser. Les Nazis voulaient absolument avoir la majorité absolue au parlement. Ils eurent 17,3 millions des voix et 43,9%. Les Nazis étaient toujours dépendants du soutien d´autres partis. Toutefois, le 23 mars 1933, deux jours après la première réunion du nouveau parlement, le parlement vota, avec le soutien du Centre, du Parti nationaliste et du reste de petits partis de droite, la loi des pleins pouvoirs, proposée par les Nazis. La loi des pleins pouvoirs donna à Hitler les pleins  pouvoirs dictatoriaux dont le droit de gouverner sans interpellation du parlement pendant 4 ans. Le président von Hindenburg signa cette loi et la rendit applicable.

Le Parti communiste avait fait une bonne élection le 05 mars 1933. Bien que 20 000 communistes avaient été arrêtés et enfermés dans des camps de concentration et que des centaines d´entre eux étaient déjà assassinés, le parti eût plus de 4 millions des voix. Au milieu du mois de juin 1933, tous les partis, à l´exception des Nazis, étaient illégaux, la liberté de la presse était supprimée et les mouvements syndicaux interdits.  La semaine de 60 heures devint la norme. L´exploitation devint marquante et avec elle les accidents sur les lieux du travail et les maladies. Les poursuites contre les Juifs débutèrent et ceux-ci commencèrent à affluer dans les camps de concentration où les communistes et les autres gens de gauche se trouvaient déjà.

Le chemin d´Hitler vers le pouvoir absolu atteignit son point le plus élevé lorsque le président Paul von Hindenburg mourut le 2 août 1934. Aussitôt après la mort du président, la direction de l´armée ensemble, avec le chancelier national adjoint Frans von Papen, acceptèrent que les postes de président et de chancelier soient réunis en un seul, en la personne d´Hitler, sous la dénomination de « fürher » et chancelier national. Le président était le chef le plus haut placé de l´armée allemande, et le corps des officiers et les soldats furent obligés de prêter un serment de fidélité au nouveau président, Hitler. La dictature était accomplie.

Hitler gagna le combat du pouvoir politique en Allemagne avec des millions de mark provenant du grand capital allemand. C´était avec ces énormes sommes que les Nazis construisirent le Parti nazi, son appareil de propagande et ses troupes d´assaut. La dictature de Hitler et du Parti nazi devint possible grâce au soutien parlementaire des partis de droite au nazisme et la trahison contre la démocratie.

IG Farben, la plus grande entreprise, main dans la main avec Hitler:

Déjà avant qu´Hitler ne devint chancelier national, IG Farben avait établi des contacts avec lui. Lorsque les Nazis devinrent, après le mois de juillet 1932,  le plus grand parti au parlement allemand, Carl Bosch, le plus haut chef de IG Farben, décida d´entamer des discussions avec Hitler et d´examiner sa position vis-à-vis des produits synthétiques que IG Farben fabriquait ou pensait développer, (et) surtout la question du pétrole synthétique et du caoutchouc extrait à partir du charbon. Les processus de fabrication, la technique de la haute pression et l´hydrogénation (?) étaient très (tellement) coûteux, qu´il était difficile d´en tirer des bénéfices sans des subventions étatiques.

Le représentant de IG Farben au cours de la première réunion entre l´entreprise et Hitler était Heinrich Buetefisch, directeur technique de l´usine de Leuna et technicien de premier plan éminent dans la production du pétrole synthétique (condamné pour esclavage et meurtre en masse et à 6 ans de prison aux procès de Nuremberg après la guerre). La réunion fut un succès pour IG Farben. Hitler avait compris le projet de Bosch et il souhaitait la bienvenue au pétrole synthétique de IG Farben qui allait rendre l´Allemagne autosuffisante. Bien entendu à des coûts très élevés. Mais l´aspect militaire était le plus important pour Hitler. L´Allemagne n´avait pas du pétrole et avec le pétrole synthétique de IG Farben, l´armée allait devenir indépendante des achats du pétrole de l´étranger.  Imaginez la possibilité de pouvoir envoyer toute une armée des chars et d´avions sans avoir besoin d´importer une seule goûte de pétrole. Le peuple fut obligé de payer ce que ca coûtait. Hitler promit de soutenir le programme de Bosch.

La réunion suivante entre IG Farben et Hitler eût lieu peu de temps après les élections du 05 mars 1933 lorsque Hitler était déjà chancelier national. Carl Bosch vint alors en personne chez Hitler. Le programme de Bosch pour le pétrole synthétique reçut une nouvelle fois le soutien total d´Hitler, ce qui impliqua que l´usine de Leuna fut construite à sa capacité maximale. L´objectif était, à l´avenir, la capacité de production de 100 000 à 400 000 tonnes de pétrole synthétique par an. Les négociations furent conclues en décembre 1933 et un contrat fut signé entre IG Farben et le régime nazi. Ils s´étaient entendus, le 14 décembre, que IG Farben allait investir dans l´usine de Leuna pour que celle-ci produise jusqu´à 350 000 tonnes de pétrole synthétique par an. L´Etat allemand allait garantir un prix correspondant à plus de 5 % des bénéfices sur le capital investi (et)  en plus des retombées largement bénéficiaires pour IG Farben. L´Etat allemand s´engagea par ailleurs, d´acheter tout le pétrole que IG Farben ne pouvait vendre. Une brillante affaire pour IG Farben. De 1933 à 1934, IG Farben investit plus de 4 milliards de mark dans des nouvelles usines  et dans l´augmentation de la capacité des anciennes. Une grande partie du capital venait du gouvernement nazi.

L´Allemagne nazie était maintenant entrain de devenir autosuffisante en pétrole, première étape avant toutes les aventures militaires que Hitler et les Nazis avaient dans leur plans d´avenir.  La seconde question qui était dans l´agenda pour rendre possibles les plans de guerre des Nazis était la matière première stratégique caoutchouc. Sans caoutchouc pas de pneus, pas des tuyaux et beaucoup d´autres articles des voitures, les motocyclettes, les camions et les avions. Il était impossible d´aller en guerre sans caoutchouc.  Le caoutchouc était importé du Sud-est asiatique où il y avait des grandes plantations des arbres à caoutchouc. Un blocus pendant la guerre pouvait être dévastateur pour l´Allemagne. IG Farben avait, déjà au début des années 1930, selon le même procédé que la haute pression pour la fabrication du pétrole, développé une technique pour fabriquer le caoutchouc synthétique à partir du charbon, du caoutchouc buna. Mais le prix du caoutchouc naturel était alors si bas et la fabrication du caoutchouc « buna » moins rentable.  Toutefois, au cours de l´automne 1933, les Nazis devinrent intéressés et voulurent que IG Farben reprit la production du caoutchouc « buna ». Hitler fit des pressions pour rendre l´Allemagne autosuffisante en caoutchouc.

Le plus chef de IG Farben posa cette fois des conditions au gouvernement nazi. Le processus de fabrication du caoutchouc « buna » était coûteux, très coûteux. Le prix de la fabrication d´un pneu « buna » était de 92 marks, mais il fallait seulement 18 pour fabriquer un pneu avec du caoutchouc naturel. Une nouvelle usine pour la fabrication du caoutchouc « bona » allait nécessiter beaucoup d´argent et exiger de très grands investissements. Bosch voulait avoir des garanties économiques de la part d´Hitler pour que la fabrication devienne rentable pour IG Farben. L´entreprise voulait avoir des garanties d´achats de la part de l´armée. La direction de l´armée, trouva, après des testes, que le« buna » ne remplissait pas les conditions militaires.

Mais le soutien d´Hitler était de toute façon important pour Bosch. Une nouvelle usine pour la fabrication du caoutchouc « buna » commença à être construite à Schkopau, dans les environs des installations à haute pression de Leuna. Ce dossier fut clos après que Hitler eut nommé Göring au poste de commissaire aux matières premières et à la monnaie étrangère. « Si la guerre vient demain, déclara Göring, nous devons nous appuyer sur du matériel produit synthétiquement ». Il commença immédiatement à planifier pour l´augmentation de la production de 200 à 1000 tonnes par semaine dans les usines de buna et pour une nouvelle usine d´une capacité de 1000 autres tonnes par semaine. L´économie allait être dirigée sur un seul objectif et tout devrait être concentré sur les préparatifs de la guerre. Les affaires tournaient brillament pour IG Farben.

Il y avait cependant une chose qui pouvait constituer un problème sérieux entre Hitler et IG Farben. Une partie de la direction et des agents de l´entreprise était d´origine juive. La plupart avaient pendant des années travaillé fidèlement pour l´entreprise et contribué aux succès techniques et économiques. Mais les affaires passaient avant tout  dans ce dossier. Tous ceux qui avaient une origine juive furent renvoyés. IG Farben fut totalement nazifié en 1937. Le poste de chef avait déjà été pris par Hermann Schimtz en 1935, Carl Bosch ayant reçu le poste honorifique de président du comité de gestion. IG Farben était maintenant près pour la guerre.

IG Farben sur les traces du nazisme:

IG Farben était dès le départ préparé à profiter des grands bénéfices que les guerres d´Hitler pouvaient donner. La première à être soumise fut l´Autriche. IG Farben y entra avec les armées nazies. Le but était de prendre le contrôle du plus grand groupe chimique autrichien, Skoda Werke Wetzler. L´usine appartenait à la famille juive Rotschild, ce qui avait facilité la tâche. Tout le personnel juif fut immédiatement révoqué et les techniciens aryens d´IG Farben remplirent les places vides. IG Farben appliqua du reste, pour la première fois, la tactique de faire passer la prise de contrôle sur l´entreprise comme légale et juridiquement correcte, tout cela comme mesure de prudence au cas où l´invraisemblable arriverait, donc au cas où Hitler allait perdrait la guerre. IG Farben initia des négociations avec le chef de la place et déjà, au bout quelques mois, tout Skoda Werke Wetzler, était la propriété de IG Farben.

La prochaine conquête d´Hitler, le territoire de (Sude) en Tchécoslovaquie, donna à IG Farben un nouveau groupe industriel. Il y avait, à (Sude), deux grandes usines chimiques que possèdait Aussiger Verein, la plus grande entreprise chimique Tchecoslovaque. IG Farben donna, comme preuve d´admiration pour la conduite de la guerre d´Hitler, un demi-million de mark à ce dernier; il avait remis les (Sudètiens) (Sudeterna) à l´Allemagne. Les négociations commencèrent par la suite pour la prise de contrôle de deux entreprises chimiques. Le processus avait été, même dans ce cas, rendu facile par le fait que 25% des comités de direction des entreprises tchécoslovaques, étaient juifs. Les entreprises tombèrent par cela même sous le régime des lois nazies sur les Juifs et elles pouvaient être totalement expropriées. IG Farben utilisa cet argument pour contraindre Aussiger Verein à vendre les usines aux conditions  de IG Farben.

Après la Tchécoslovaquie, ce fut le tour de la Pologne d´être dépiécée par les armées nazies. Les représentants d´IG Farben étaient venus sur les traces des Nazis. L´objectif était cette fois trois usines : Boruta, Wola, et Winnica. IG se tourna vers le ministère des Finances allemand pour prendre le contrôle des usines mais ne reçut, cette fois-ci, qu´une demie promesse. La prise de contrôle ne devint pas permanente, IG ne pouvant avoir un quelconque droit de propriété. En Pologne, l´avenir fut décidé par Himmler et SS. IG prit contact avec les représentants de Himmler en Pologne et l´affaire fut conclue après les négociations. SS donna à IG Farben le droit de prendre le contrôle des entreprises selon sa propre proposition. C´était la première collaboration entre IG Farben et SS. Plusieurs (autres) allaient suivre.

IG Farben avait fait  de la politique nazie sa propre politique. L´entreprise se réjouissait de devenir le premier groupe chimique d´Europe de la même manière que les Nazis voulaient diriger l´Europe. Toutes les entreprises chimiques devraient devenir les propriétés d´IG Farben. Après la Pologne, vint finalement le plus grand morceau. La France était le prochain pays qui allait être avalé par les Nazis et IG Farben se rejouissait de prendre le contrôle de l´industrie chimique française, la clé de l´industrie chimique de l´Europe. Il en fut aussi ainsi. IG Farben initia les négociations avec la plus grande entreprise chimique, Khulmann, après l´occupation de la France par les Nazis. Il n´y eût bien entendu jamais des négociations. Les démarches devinrent cette fois plus compliquées et les discussions plus longues. Mais à la fin, ce fut comme d´habitude. Toutes les entreprises chimiques de la  France furent obligées d´accepter les conditions de IG Farben et constituer une seule entreprise, Francolor, appartenant à 51% de IG  Farben et à 49% aux anciens propriétaires.

Même dans les autres pays que les Nazis avaient occupés, Norvège, Danemark, Hollande, et Belgique, les industries chimiques subirent le même sort. Comme les corbeaux derrière la charogne, IG Farben suivait l´armée nazie. Ils étaient devenus comme une unité de celle-ci. Tous les pays occupés avaient en commun le fait qu´au sein de leurs gouvernements respectifs, il y avait des gens qui nourrissaient des sympathies politiques vis-à-vis du gouvernement autoritaire que les Nazis représentaient. En Belgique et en Hollande, la classe bourgeoise par exemple, s´amusait trinquaient dans les meilleurs hôtels des capitales  lorsque les armées nazies mettaient leurs pieds sur les routes des villes. La France reste en tout cas, la plus grande preuve de la trahison de la classe capitaliste contre son propre peuple. Selon l´historienne française Annie LaCroix-Ritz, dans son nouveau livre, « Le choix de la défaite »  (att välja nederlaget), « les francais n´avaient pas été totalement vaincus dans cinq jours par une Wehrmacht invincible ; ils avaient été sacrifiés par les grands acheteurs de la main d´œuvre et leur « plan pour la reforme de l´Etat », une copie provenant du « voisin fasciste ».

Esclavage et massacre à Auschwitz:

IG Farben était prêt à tout faire pour le pouvoir et la richesse. Malgré tous les vols commis dans les pays occupés, le chapitre le plus sombre de l´histoire de l´entreprise n´était pas (encore) écrit. Il s´agit de la main-d´œuvre esclave et des massacres de IG Auschwitz. Lorsque toute l´Europe se trouvait à genou devant Hitler, commencèrent les préparatifs pour concrétiser le but final, la conquête de l´Union soviétique. Un pays énorme qui posait des conditions à l´armée allemande concernant de très grandes ressources. Il s´agissait de tout, de la nourriture et des habits jusqu´aux marchandises de base de la guerre, le fer, les nitrates, le pétrole, et le caoutchouc. Le pétrole synthétique et le caoutchouc buna étaient de la responsabilité d´IG Farben. Après examen, il fut démontré que la production allemande ne suffisait pas pour une invasion de l´Union soviétique. La recherche d´une grande production était nécessaire et des nouvelles usines devaient être construites.

Plusieurs bonnes alternatives existaient quant aux endroits où devaient être localisées les nouvelles constructions notamment la Norvège et la Pologne. Tout fut sérieusement examiné, notamment l´accès aux mines de charbon et à l´eau. Les possibilités de transport vers et en provenance des sites aussi. Et surtout l´accès à la main d´œuvre en grande quantité, laquelle pouvait satisfaire les besoins pour la construction des grandes usines dont il était question. La dernière interrogation emporta la décision finale. Les SS planifiaient de construire un énorme camp de concentration près du village polonais Auschwitz, en (Silésie)(Shlesien) polonaise. Hitler avait promis toute l´aide nécessaire à IG Farben et SS avait garanti à l´entreprise un accès illimité à la main d´œuvre esclave. La décision d´IG Farben était simple. L´endroit choisi fut Auschwitz et le nom de l´usine IG Auschwitz.

IG Auschwitz allait être composée de deux usines, une pour le caoutchouc buna et une autre pour le pétrole synthétique. Elles allaient devenir les plus grandes entreprises du monde pour ces objectifs ainsi définis. Si l´on prend en considération la grandeur de l´Union soviétique, le débouché de la production était assuré par avance et les bénéfices à en attendre étaient énormes. Les possibilités de développement semblaient infinies lorsque le pays allait être ouvert à la l´exploitation capitaliste. IG Farben prit la décision d´assurer seule toutes les dépenses de IG Auschwitz. IG Auschwitz allait devenir un projet totalement privé, aucune aide étatique n´allait être acceptée. Alors tous les revenus allaient revenir à l´entreprise! IG Farben décida d´investir seul 900 million de mark, l´investissement  le plus incomparable de l´histoire de l´entreprise.

Pour la construction de l´usine de caoutchouc buna, la première à être construite, il fallait entre 8 000 et 12 000 travailleurs. Les prisons du camp de concentration furent mis à la disposition de IG Farben. On se mit d´accord avec SS sur le fait que les payements pour la nourriture, les habits et le transport des prisonniers, en direction de l´usine tout comme en provenance de cette dernière, furent versés à celui-ci. Trois marks par jour pour le travailleur, quatre pour le travailleur qualifié et un mark et demi par jour pour les enfants travailleurs. On amena aussi là-bas les « kapos ? », les prisonniers devant fonctionner comme gardes. On avait aussi choisi les criminels de profession, des véritables sadiques, qui avaient été pris des camps de concentration. Il y eût donc un kapo ( ?) par vingt prisonniers. Les travaux de construction démarrèrent mais on découvrit vite que l´effectivité était très basse. Les gens qui avaient été pris des prisons étaient obligés de se réveiller à 3h00 du matin et ne revenaient que tard dans la soirée. De longues marches, la famine et la rossée permanente avaient un effet démoralisant sur les prisonniers réduisant leur force de travail au minimum. L´on commença à craindre que les usines ne soient  prêtes avant l´invasion de l´Union soviétique. Le projet buna était très en retard par rapport au calendrier.

Monowitz, le camp de concentration d´IG Farben:

IG Farben avait investi environs un milliard de mark mais il n´eût pas de bénéfices escomptés. Le problème était la main d´œuvre. Alors IG Farben décida de mettre en place d´établir son propre camp de concentration dans les environs de l´usine. Ceci allait coûter 5 millions de mark, mais si cette dépense pouvait sauver un investissement de 1 milliard de mark, résonnait-on, c´était de toute façon moins cher. Pas des scrupules lorsqu´il fallait défendre les bénéfices. Un nouveau camp de concentration fut construit à Monowitz. Il y eût, sous la régie d´IG Farben, des tours de contrôle, des mitrailleuses, des chiens, des clôtures électriques, des fers de barbelés, des cellules de punition et des gibets (galgar ?) où des corps étaient toujours suspendus.

Les conditions régnant dans le camp de IG Farben étaient aussi horribles que celles du reste des camps de Auschwitz. Aucune table ni chaise, aucun lit (sovbirtsar ??) appartenant à une personne ne furent utilisés par trois, la punition et la rossée qui avaient été commandés par les responsables d´IG Farben et appliqués par les SS. La famine était généralisée; les prisonniers perdaient 3 à 4 kg par semaine. Les prisonniers étaient méconnaissables après deux mois.  Après trois mois, ils étaient soit morts soit tellement sans force qu´ils étaient conduits dans les chambres à gaz de Birkenau]. IG Farben exigeait ce qu´on appela « la marche rapide SS », un rythme de travail qui impliquait que tout le matériel de construction soit transporté en courant sous menace et punition de frappe de la part de la police de l´usine de IG Farben et de SS.  De 300 000 prisonniers utilisés à IG Auschwitz, au moins 25000 moururent pendant le travail.  L´usine devint de toute façon un grand échec. Elle ne produisit que quelques litres d´essence et il n´y eût jamais de caoutchouc buna

IG Farben et Zyklon B:

On peut penser que la limite était atteinte pour IG Farben et sa chasse au profit. Pas du tout. Les Nazis avaient, à cette époque-là, décidé « la résolution définitive de la question juive ». Les Nazis avaient comme objectif de tuer les Juifs dans le monde entier. Ils avaient commencé avec les massacres collectifs des Juifs lors de l´invasion de la Pologne.  Des départements spéciaux des SS emprisonnaient des gens dans des camions et utilisaient du gaz carbonique provenant des émissions de gaz pour les tuer. SS trouva que ce procédé n´était pas suffisamment efficace. Les Nazis voulaient avoir des grandes quantités de morts en un temps court. On construisit des incinérateurs permanents à Treblinka où le gaz carbonique était utilisé. Mais même cet autre procédé ne fut suffisamment efficace. Himmler donna au commandant d´Auschwitz, Höss, la tâche de commencer les massacres dans les camps. Höss utilisa à Birkenau, les même incinérateurs qu´à Treblinka mais il esseya un gaz toxique, Zysklon B, liquide (cyanique) (cyanväte) qui avait été utilisé contre les insectes auparavant. Les Nazis utilisèrent 500 prisonniers de guerre soviétiques dans la première expérience pour tuer les personnes humaines avec la  Zysklon B. Les massacres collectifs avec zysklon B devint la méthode des Nazis dans l´extermination massive des Juifs et de tous les prisonniers non-ariens dans les camps de concentration.

Zysklon B fut fabriquée par Degesch (Deutsche Gesellschalt für Schädlingsbekämpmfung, société allemande de lutte contre les insectes nuisibles) dans laquelle IG Farben avaient la majorité des actions et était majoritaire dans le comité de direction. Le chiffre d´affaires record investi dans zysklon B, rapporta à IG Farben, d´énormes bénéfices. IG Farben doubla les bénéfices de ces actions dans Degesch après que l´extermination des Juifs eût commencé. Zysklon B, qui était inodore, était fabriquée auparavant  avec un indicateur d´odeur pour prévenir les humains lorsque le gaz était utilisé contre les insectes. Mais IG Farben donna satisfaction à l´exigence de SS afin que l´indicateur d´odeur soit enlevé. C´était nécessaire lorsqu´il fallait tuer les humains.

Soutien politique et économique au nazisme:

Le grand capital allemand et même le grand capital américain et la Grande Bretagne avaient soutenu la reconstruction des industries d´armement allemand au cours des années 1920. Ce soutien avait été bien accueilli par le grand capital allemand.  Pour eux, l´objectif était de prendre place parmi les pays impérialistes du monde. Un pouvoir militaire fort était la condition nécessaire pour se trouver en situation de respect parmi les impérialistes et aller en guerre à la chasse des colonies. Il était aussi important qu´un investissement dans les industries d´armement donna des grands bénéfices rapides et garantis. L´Etat allemand, qui avait commandé ces articles, pilla les citoyens avec des nouveaux impôts et pays à temps.

Toutefois, pour le grand capital des Etats-Unis et la Grande Bretagne, la question devrait être posée autrement. Les bénéfices énormes et rapides étaient une réalité tentante. Mais l´évolution politique en Allemagne aurait dû parler le langage de la prudence. Soutenu par le grand capital, Hitler était en marche vers l´avant. La possibilité de voir l´Allemagne devenir un Etat fasciste comme l´Italie avec Hitler comme dictateur, était manifeste. Et ceci aurait dû devenir comme une menace contre leurs propres pays, les Etats-Unis et la Grande Bretagne. Pour ne pas parler de leur allié, la France. Le message central d´Hitler était à tout moment la question d´un territoire plus grand pour les Allemands, l´espace de vie d´Hitler. Et ceci allait nécessairement signifier la guerre. Une guerre dans laquelle la Grande Bretagne, avec ses intérêts économiques et les nations alliées de l´Europe centrale, allaient sûrement être impliquées.  

Le grand capital des Etats-Unis et la Grande Bretagne avait de toute façon choisi d´investir et de soutenir l´industrie d´armement allemande. Les affaires d´abord, les intérêts de son propre pays, bien plus tard. C´est toujours comme ca avec le grand capital. Mais dans cette circonstance, il y avait une autre composante. Une grande sympathie s´était développée au sein de la bourgeoisie dans tous les pays européens et en Amérique au profit de la politique d´Hitler, à partir des années 1920. La montée de la classe ouvrière avait menacé les relations/situations les plus injustes du capitalisme et  entamé la possibilité de gagner, (à la limite), des bénéfices. Hitler avait promis de mettre fin au mouvement des travailleurs allemand, de supprimer les organisations syndicales et d´interdire le Parti communiste allemand. La bourgeoisie internationale avait considéré Hitler comme  un personnage idyllique (idole) et la politique de Hitler comme quelque chose à utiliser contre les travailleurs de son propre pays. Une grande partie de la bourgeoisie en Europe et en Amérique devint sympathisante nazie.

Ceci est bien connu et bien documenté en Suède. Les exemples sont légion. La famille royale se posa elle-même en tête des sympathisants de Hitler. Après l´invasion par l´Allemagne nazie de l´Union soviétique en octobre 1941, lorsque tous les papiers (löpsedlar) furent dominés  par le rapport de Hitler et Göbbel sur le fait que l´Allemagne avait définitivement vaincu l´Union soviétique (après à peu près quatre mois de guerre …), Gustav V annonça sa sympathie pour la guerre ainsi menée et mentit lorsqu´il rassura qu´il en était aussi ainsi avec la majorité du peuple suédois. Gustav V annonça aussi à Hitler qu´il avait espoir que le gouvernement suédois allait vite interdire le Parti communiste suédois. Le prince héritier de la couronne de l´époque, Gustav Adolph,  visita les camps des jeunes hitlériens pendant les années 1930 et tint des discours devant les Nazis. Aux jeux olympiques de Berlin de 1936 lesquels étaient marqués par une propagande nazie, le prince Gustav Adolph était assis à la tribune d´honneur entre Hitler et Göring. La Droite suédoise, l´actuel Parti modéré de Rassemblement (Moderaterna)  présenta au parlemenmt suédois, des motions pour interdire le Parti communiste suédois. Au 50ème anniversaire de Hitler, le 20 avril 1939, Hitler était félicité par le chef d´état-major général suédois Thörnell, le  commandant (arméstabschef) Helge Jung et le chef de la flotte, l´amiral Tamm.

Il est important d´attirer l´attention sur le fait que tous ces événements se sont passés après qu´Hitler eût définitivement rompu le Traité de paix de Versailles et toutes les conventions internationales, après l´invasion et l´occupation de l´Autriche et de la Tchécoslovaquie et après l´aide de Hitler à Franco et au fascisme espagnol dans le but de détruire le gouvernement démocratique espagnol. Après l´invasion et l´occupation du Danemark, de la Norvège, de la Belgique, de la Hollande et de la France par l´Allemagne nazie, cette attitude continua et se développa par les autorités suédoises. Le chef d´état-major général de l´armée, Olof Thörnell proposa, le 21 avril 1941 –un an après l´occupation des « peuples frères » norvégiens et danois-, au gouvernement suédois de se mettre du côté de l´Allemagne nazie dans l´imminente guerre contre l´Union soviétique. « Une victoire allemande devrait conduire à la défaite du communisme et être un avantage incomparable pour le bien être intérieur de notre pays », écrivit Thörnell. Il avait derrière lui, presque sans exception, tout le corps des officiers suédois. Une grande partie de la classe bourgeoise suédoise était pro-allemande et nombreux étaient des sympathisants nazis.

En Grande Bretagne, qui elle-même et ses colonies d´Afrique et d´Inde, serait menacée par une Allemagne militairement forte sous la direction de Hitler et du nazisme, le roi Edouard VIII était nazi. Il fut obligé d´abdiquer du trône en 1936. L´histoire est maintenant connue notamment grâce au fait de la levée du seau du secret frappant les documents FBI aux Etats-Unis entre 2002 et 2003.  Longtemps avant, il était soutenu que Edouard VIII avait été obligé d´abdiquer parce que la femme avec laquelle il voulait se marier, une aventurière américaine du nom de Willis Simpson, était détestable (avskydd ???) et que Edouard VIII fut obligé d´abdiquer pour pouvoir la marier. Willis Simpson était, en réalité, nazie et avait les meilleurs contacts avec Joachim von Ribbentrop, l´ambassadeur de l´Allemagne nazie à Londres en 1935.

La police fédérale des Etats-Unis rapporta au président Roosevelt que Wallis Simpson était l´amante de Ribbentrop et qu´elle a, même quelques années plus tard, donné des informations secrètes aux Nazis avant l´invasion de la France en 1940. Elle était alors déjà mariée avec son Edouard pendant quatre ans. Après avoir abdiqué, Edouard VIII devint duc de Windsor et gouverneur de Bahamas. Willis Simpson devint duchesse de Windsor. La FBI avait mis le couple sous une surveillance dure avec, entre autres, la censure de toutes les lettres allant aux Etats-Unis. L´ambassade britannique à Washington essaya, en vain, en mai 1943, et pour la deuxième fois, d´obtenir la levée de la censure des lettres. Les ducs de Windsor étaient nazis, et avaient beaucoup de contacts au sein de la grande finance nord-américaine laquelle continua, pendant la guerre, de faire des affaires avec l´Allemagne nazie. C´étaient des contacts d´affaires importants entre la grande finance nord-américaine et les Nazis.

Le capital monopoliste des Etats-Unis et la Grande Bretagne investissent dans Hitler:

L´intérêt pour les investissements étrangers en Allemagne devraient s´être refroidi avec la prise du pouvoir par Hitler en janvier 1933. Il n´en fut cependant pas le cas. La vague des investissements étrangers en provenance des Etats-Unis et de la Grande Bretagne, surtout dans l´industrie allemande de l´armement, continua de manière ininterrompue. La politique de violence de Hitler et des Nazis contre leur propre peuple et contre les Etats frontaliers de l´Allemagne n´eût pas d´impact sur la volonté d´investir de la part des Etats-Unis et la Grande Bretagne.

Le fait que la bourgeoisie ne réagit pas lorsque des centaines de milliers des membres du Parti communiste et les organisations syndicales furent enfermés sans des camps de concentration peu après la prise du pouvoir par Hitler ainsi que lorsque les Nazis tuaient des centaines des dirigeants, ne nous étonne pas. Les pensées de la bourgeoisie sur la démocratie n´existent que pour eux-mêmes,  pas pour tout le peuple. Mais le manque de réaction continua lorsque les Nazis commencèrent à poursuivre les Juifs avec des accusations racistes et en plus lorsqu´après la nuit (kristalnatten), en 1938, ils commencèrent à enfermer et tuer les Juifs dans les camps de concentration. Une partie des Juifs étaient des personnes occupant des fonctions de direction dans la vie économique et industrielle allemande, des compagnons d´affaires des capitalistes des Etats-Unis et de la Grande Bretagne. Toutefois, cela ne changea pas la position des investisseurs. La chasse au profit se poursuivit comme d´habitude. Le capital continua à affluer en provenance des Etats-Unis et de la Grande Bretagne pour l´industrie allemande de l´armement.

Le feu vert pour un investissement continu et accru dans les industries allemandes avait été donné dans les traités de paix et les pactes de non agression que la Grande Bretagne, la France, la Pologne signèrent avec l´Allemagne nazie et l´Italie fasciste au cours des années 1930.  En 1933, peu après la prise du pouvoir par Hitler, la Grande Bretagne et la France prirent l´initiative «d´un pacte de compréhension mutuelle et de coopération », avec l´Italie fasciste et Allemagne nazie. L´année suivante, en 1934, la Pologne et l´Allemagne nazie signèrent, sur l´instigation de l´Angleterre, un pacte de non agression. La Grande Bretagne et l´Allemagne nazie signèrent, en 1935, l´« accord marin » (???) selon lequel, la marine de guerre allemande allait être construite pour qu´elle devint presque aussi grande que celle de la France.

C´était totalement contre le Traité de Versailles. En 1938, La Grande Bretagne et la France signèrent la Convention de Munich avec l´Italie fasciste et l´Allemagne nazie par laquelle elles abandonnèrent la Tchécoslovaquie dans les mains des Nazis. La Grande Bretagne et l´Allemagne signèrent, en septembre 1938, une déclaration selon laquelle elles ne devaient plus jamais aller en guerre l´une contre l´autre. La France fit la même chose en décembre 1938. Aucun des crimes nazis n´arrêta les soit disant investissements des démocraties occidentales en Allemagne nazie. L´accord de Munich était, politiquement, une grande victoire pour Hitler. Fritz Thyssen écrivit ceci dans son journal intime: « C´était avant tout le Pacte de Munich qui donna au régime national socialiste une gloire historique. Il était, aux yeux des masses, une confirmation du fait que Hitler était sans faute et mis les nouveaux leaders en position de mener, pendant les années suivantes, une politique qui conduisit l´Allemagne dans une guerre que le peuple allemand n´avait pas prévue et qu´il n´avait pas souhaitée ».

Le capital monopoliste de l´occident gagne de l´argent sur les guerres d´Hitler contre leurs propres pays.

Que le monde de la finance n´ait pas de moral et d´éthique est bien connu et démontré. Surtout à travers l´aide économique (que) de si gros investissements provenant des Etats-Unis et la Grande Bretagne impliquèrent pour l´économie nazie. Mais peu de gens s´imagineraient que ces affaires allaient continuaient pendant la guerre entre leurs propres pays et l´Allemagne nazie. Une guerre qui, en plus, était imposée à ces pays par l´Allemagne nazie. Il en fut de toute façon comme cela.

L´histoire de ces affaires et les accords économiques a toujours été un chapitre très secret dans plusieurs pays. Il en est toujours ainsi entre autres, en Grande Bretagne. En ce qui concerne les Etats-Unis, ces affaires secrètes ont été dévoilées avec la publication du livre de l´écrivain nord-américain, Charles Highmans, « Trading With the Ennemi : An exposé of The Nazi-Américan Money Plot 1933-1949 », publié à New York en 1983.  Charles Higham est un écrivain connu qui avait alors déjà publié plusieurs ouvrages, surtout des romans et des biographies des personnalités connues dans le domaine de l´art et du cinéma. Mais Charles Higham vient d´une famille d´origine juive. « Auschwitz est un mot pour toujours gravé dans mon cœur», écrit Higham. C´était décisif pour les révélations que Higham allait révéler au monde.

L´intérêt de Charles Higham pour les affaires secrètes pendant la guerre mondiale commença en 1978 quand il faisait des recherches sur les affirmations faites sur les contacts du cinéaste Errol Flyms avec les Nazis. Higham a écrit un livre sur ce sujet –The Untold Story. Mais pendant les recherches autour de Errol Flym, Higham mit la main sur les archives de la bibliothèque, plusieurs références sur des politiciens connus et des hommes d´affaires qu´« il avait toujours cru avoir été liés à la chose américaine » mais qui « avaient une marque de suspicion pour les activités subversives ». Ces rumeurs -là sur les contacts entre la grande finance, les politiciens et les Nazis, avaient existé après la deuxième guerre mondiale mais des preuves n´avaient jamais été mises en lumière.

Higham recut maintenant sur son bureau de travail d´innombrables références aux documents qui avaient été gardés dans plusieurs archives aux Etats-Unis. Charles Higham se décida alors d´aller jusqu´au fond de cette affaire. Higham commença à chercher ces documents d´archives en archives mais même quand il trouvait quelque chose, il était surpris de constater que tout était sous le cachet du secret! Higham ne jeta pas l´éponge. Il commença le grand travail de faire lever toutes mentions « secrets ». Invoquant la Freedom of Information Act des Etats-Unis, Charles Higham débuta le processus juridique très économiquement coûteux et exigeant en termes de temps pour faire supprimer les seaux du secret. Ceci lui avait pris beaucoup d´années de travail. Les premiers documents qu´il arriva à lire conduisaient à de nouveaux documents et à des nouvelles exigences sur la levée du seau du secret dans une chaine qui ne prenait jamais fin. Le résultat était troublant pour Higham. « Ce que j´avais trouvé était très indignant », écrivit-il.

La première chose que Higham découvrit était que le président Roosevelt avait, le 13 décembre 1941, six jours après l´attaque japonaise sur Pearl Harbor et quatre jours après la déclaration de guerre de Hitler contre les Etats-Unis, signé un décret, le « Trading With the Enemy Act » (législation de commerce avec l’ennemi) dans lequel des arrangements légaux pour le commerce avec les ennemis pouvaient officiellement être autorisés par le ministre des finances. Il était scandaleux que ceci fût possible,  pensa Higham. Mais ce fut pire que cela. Les entreprises des Etats-Unis  outrepassaient toutes les limites  possibles pour ce qui était officiellement autorisé et établissaient des grandes affaires secrètes avec les Nazis.

Charles Higham, un homme aux valeurs bourgeoises, avait une croyance solide dans le système démocratique des Etats-Unis et ne pouvait, en aucun cas, croire que ceux qui étaient assis sur le piédestal démocratique, étaient des traîtres de la patrie, ceux qui trahissaient leur pays et leur peuple pour des intérêts. « A cause du secret qui avait assombri toute l´histoire, la recherche devint le cauchemar qui précédait le grand cauchemar de la découverte. J´avais commencé un voyage qui risquait de ressembler à de la noyade dans l´eau empoisonnée dans une cloche à plongeur ».

Ce qui énervait Higham le plus, c´était le fait que les affaires avec l´Allemagne nazie avaient continué même après l´attaque japonaise contre la base de la flotte des Etats-Unis, la Pearl Harbour, le dimanche 7 décembre 1941 et même après la déclaration de guerre d´ Hitler contre les Etats-Unis, le 9 décembre 1941. Pour les grands capitalistes des Etats-Unis, la guerre n´était pas quelque chose qui exigeait une prise de position au profit de son pays, qui exigeait qu´on se rassembla pour l´intérêt du pays. Au contraire. « Ils étaient unis par une idéologie: l´idéologie des affaires comme d´habitude (Business as Usual). Unis par les mêmes idées réactionnaires, ils virent un avenir commun sous le pouvoir fasciste, indépendamment de la personne du leader mondial qui pouvait réaliser cette ambition »[90], écrit Higham. Lorsque la guerre commença à aller mal pour les Nazis et qu´ils commencèrent à perdre sérieusement, les hommes de la finance devinrent, selon Higham, plus « loyaux ». Et quand la guerre prit fin, « ils se dépêchèrent en Allemagne pour protéger leurs richesses, remettre les amis nazis aux postes les plus élevés, aider à provoquer la guerre froide».

Qui étaient-ils, les magnats de la finance des Etats-Unis qui gagnaient des grands bénéfices dans les affaires avec les Nazis ?

La liste est longue. Laissez-nous donner au lecteur un regard rapide sur ce groupe obscur que Charles Higham appelle « La Fraternité » (The fraternity).  A la première place vient la famille Rockefeller, propriétaire de la Chase National Bank (plus tard Chase Manhattan), la première institution financière des Etats-Unis lors du déclenchement de la guerre mondiale. La famille Rockefeller avait aussi la propriété de la Standard Oil of New Jersey, la première compagnie de pétrole américaine. Une grande partie des importations du matériel de guerre des Nazis aux Etats-Unis passait à travers ces entreprises et beaucoup d´autres comme la National City Bank of New York. Même certaines petites entreprises comme la Davis Oil Compagny et la Texas Compagny, étaient importantes pour fournir du pétrole et de l´essence aux Nazis pendant la guerre.   

Dans le domaine des télécommunications et de l´électronique, l´entreprise des Etats-Unis, International Telephone and Telegraph Corporation, ITT,  se distingua dans l´aide à la conduite de la guerre par les Nazis. Lorsqu´il s´agit des produits en acier avancés comme des roulements à billes, l´entreprise suédoise SKF (Svenska Roulements à billesfabriken) et sa filiale aux Etats-Unis, étaient de très grande importance pour les Nazis. Tout ce qui roulait ou tournait exigeait des roulements à billes et ceux-ci provenaient de SKF. SKF avait même construit une usine à Schweinfurt, en Allemagne, pour doter les machines de guerre nazis des roulements à billes. SKF fabriquait 80 % des roulements à billes du monde. 60% de la production mondiale de SKF allait chez les Nazis. Sven Wingquist, président de SKF, était un actionnaire important dans la Stockholms Enskilda Bank de Wallenberg, qui à son tour avait des liaisons avec la Reichsbank d´Hitler.

Une autre entreprise suédoise qui était importante pour la guerre de Hitler, en réalité une des plus importantes, était Bofors, d´où les Nazis avaient reçu une partie significative de l´acier et des armes à utiliser pendant la guerre. Les entreprises des Etats-Unis fabriquèrent même des voitures pour les Nazis pendant la deuxième mondiale. Henry Ford était un fanatique anti-juif connu, avec des bons et amicaux contacts avec Hitler. Sa compagnie, la Ford Compagny, fabriquait des voitures et des camions qui étaient exportés en Allemagne nazie et les usines françaises de Ford fabriquaient des voitures pour les Nazis pendant l´occupation de la France par l´Allemagne nazie. General Motors qui est la propriété de la famille Du Pont, était aussi de la partie et fournissait des voitures et des avions aux Nazis.

Comment se passaient les affaires? Nous allons décortiquer ces liaisons en détail. Mais donnons d´abord la parole à Charles Higham: «Que se serait-il passé si des millions d´Américains et des Britanniques qui, en 1942, durent se battre avec des coupons de rançonnement et s´alignaient devant des stations d´essence, avaient su que la direction de Standard Oil of New Jersey avait envoyé le carburant allié à l´ennemi ? Pensez si le public avait découvert que la Chase Bank, dans la ville de Paris occupée, avait fait des millions de dollars de bénéfices sur les affaires avec l´ennemi alors que la direction générale de Manhattan le savait parfaitement? Ou que les voitures de Ford avaient été fabriquées pour le compte des troupes d´occupation allemandes en France avec l´accord de Dearborn, à Michigan? Ou que le colonel Sosthenes Behn, personnage principal au sein du Conglomérat de téléphone américain, ITT, s´était, pendant la guerre, envolé de New York à Madrid et par la suite à Berne, pour contribuer à l´amélioration du système de communication de Hitler et des missiles qui pleuvaient sur Londres? Ou bien que ITT avait fabriqué l´avion allemand, Focke-Wulf, qui fit tomber les bombes sur les troupes britanniques et américaines? Ou bien que de très importants roulements à billes avaient, dans une coopération secrète avec le vice-président du comité de la Production de guerre des Etats-Unis (War Production Board), en coopération avec le cousin de Göring à Philadelphia, été envoyés aux compagnons des Nazis en Amérique latine (pour leur export vers l´Allemagne nazie, explication de MS), lorsque les  forces américaines étaient dans un besoin désespéré de celles-ci? Et que ces affaires étaient connues à Washington et bien connues ou intentionnellement ignorées?

Charles Higham nous donne, dans « Trading With the Ennemi », une très grande quantité de matériel sur des événements pouvant attirer une grande attention. Nous allons relever, d´une manière très brève, une petite partie des révélations de Higham. Remarquez que tout le matériel se trouvait éparpillé dans les archives des Etats-Unis et qu´ils étaient frappés du seau du secret jusqu´aux recherches de Higham. Higham avait exigé et obtenu la levée de la mention « secret » pour une partie du matériel. Mais beaucoup des documents sont encore classées secrètes! Nous allons réproduire des documents concernant la BIS –Bank of International Settlements, la Chase National Bank, la Standard Oil of New Jersey, ITT- American International Telephone and Telegraph Corporation,  Ford et General Motors.

BIS –Bank of International Settlements (Banque pour les payements internationaux):

La BIS avait été fondée le 17 mai 1930 par plusieurs banques centrales d´Europe et des Etats-Unis. La raison de la création de la BIS était d´obtenir le payement des dommages de guerre par l´Allemagne selon la Convention de Versailles après la première guerre mondiale. Bien que la guerre était terminée en 1918, la question des dommages de guerre n´était pas, comme nous l´avons vu auparavant, encore résolue jusqu´à la fin des années 1920. Il y eût, avec le Plan Young (1920-1930), une proposition concrète sur la manière dont les dommages de guerre allaient être payés. Comme il avait été dit à l´époque, le rôle de la BIS était de recevoir, d´administrer et de payer les dommages de guerre aux pays alliés qui avaient été soumis à la guerre par l´Allemagne.

Mais il n´en fut pas ainsi. Le grand capital des pays alliés avait trouvé une chance de faire des grands bénéfices en investissant l´argent dans ce pays industriel ravagé par la guerre, l´Allemagne. Ces investissements avaient commencé une année seulement après la fin de la guerre. Mais à la fin des années 1920, les affaires devinrent très grandes et la banque avait besoin d´une liaison sûre entre l´Allemagne et les pays alliés. La BIS fut créée. Les capitalistes utilisèrent la BIS pour envoyer de l´argent aux investisseurs en Allemagne. Au lieu d´être une voie pour la sortie de l´argent de l´Allemagne, la BIS devint une voie pour l´entrée de l´argent en Allemagne. Surtout en provenance des Etats-Unis et de la Grande Bretagne !

Dans le comité de direction de la BIS, il y avait les représentants des banques centrales des Etats-Unis, de la Grande Bretagne, de la France et même de l´Allemagne, du Japon, de l´Italie et ceux d´autres banques. Ce qu´avait tous ces représentants en commun était qu´ils avaient aussi des responsabilités au sein des comités exécutifs et des directions des grandes entreprises de ces pays. L´un des fondateurs de la BIS était par exemple, l´initiateur même du Plan Young, Owen D. Young, un des banquiers du groupe de la famille Morgan qui avait la propriété de la First National Bank of New York.  Les représentants du grand capital mondial étaient rassemblés dans la BIS. Ceci fut naturellement exprimé dans les statuts de la BIS, (à savoir) que la BIS « allait être une exception à la saisie,  la fermeture et les blâmes, indépendamment du fait que ses propriétaires étaient ou non en guerre les uns contre les autres». La BIS était le représentant de la politique « des affaires d´abord », gagner de l´argent sur la guerre, surtout de deux côtés des belligérants.

La BIS avait (et a) sa direction générale à Basel, en Suisse. Les Allemands, les Nazis, gagnèrent dès le départ une grande influence au sein de la BIS.  C´était dans leur pays que les investissements étaient faits ; les profits augmentèrent au point qu´au moment du commencement de la deuxième guerre mondiale, la BIS  était sous le contrôle nazi. Le président de la BIS, l´américain Thomas H. McKittrick, était une personne connue pour ses sympathies nazies, quelque chose qu´il partageait avec un grand nombre de grands capitalistes aux Etats-Unis. Au sein de la BIS, il y avait, pour le compte de l´Allemagne nazie, Hermann Schmiz, chef du groupe chimique allemand IG Farben, le baron Kurt von Schröder, un officier de premier plan de la Gestapo et chef de la Stein Bank en Cologne, ainsi que Walter Funk et Emil Puhl, président et vice-président de Reichbank allemande et nommés par Hitler en personne comme représentants au sein de la BIS.

La BIS existait tout le temps comme une institution complice et comme la financière des Nazis, et comme arrière soutien de toutes les expéditions de guerre nazies en Europe. Les Nazis utilisaient la BIS comme support pour amener chez-eux toutes les richesses qu´ils pillaient dans les occupés. La BIS était de la partie dés le départ lorsque les troupes nazies avaient envahi et occupé l´Autruche en 1938.  Tout l´or autrichien qui se trouvait dans la banque royale à Vienne fut pillé, empaqueté et envoyé par la suite à la banque centrale à Berlin sous la supervision du vice président de la banque centrale et du directeur de la BIS, Emil Puhl. Le rôle de la BIS était, au moment de l´invasion et de l´occupation de la Tchécoslovaquie par les Nazis, à peu près le même, mais beaucoup plus révélateur comme une  coopération du grand capital international pour le pillage et les opérations de piraterie. Lorsque les Nazis arrivèrent à la banque centrale tchèque, les réserves d´or du pays, 48 millions de dollar en or, avaient déjà été expédiés dans un transport de la BIS à Basel et par la suite, en Grande Bretagne et la banque d´Angleterre. Avec un revolver appuyé contre la tête, les occupants Nazis obligèrent le directeur de la banque centrale tchèque de prendre contact avec la BIS et de demander que l´or tchèque soit renvoyé de la Grande Bretagne à Basel. Le président hollandais de la BIS, JW Beyen, et le directeur français de la BIS, Roger Auboin, de la Banque de France, décidèrent, après une discussion entre eux, d´accepter la demande du directeur de la banque centrale tchécoslovaque alors qu´ils étaient bien conscients que cette demande avait été dictée par les Nazis.

Le message fut envoyé par la suite en Grande Bretagne où le président de la banque centrale, Montagu Norman, un homme connu pour ses sympathies nazies, décida sur le champ de renvoyer l´or à Basel. De Basel, l´or fut envoyé directement à la banque centrale allemande. Montagu Norman avait le soutien total du premier ministre de la Grande Bretagne, Chamerlain, un grand actionnaire de l´Imparial Chemical Industries, le partenaire britannique du groupe chimique allemand, IG Farben. Chamberlain mentit ouvertement au Parlement britannique lorsqu´il nia que l´or tchécoslovaque aurait été renvoyé à Basel. Comme réponse à la question du parlementaire du Labour, George Strauss, de savoir s´il était vrai que « les réserves d´or de la Tchécoslovaquie avaient été données à l´Allemagne », Charberlain répondit : « Non, ce n´est pas vrai ». Associated Press rapporta, le 31 mai 1939, à partir de la Suisse, que l´or Tchécoslovaque avait passé Basel et qu´il se trouvait déjà dans la banque centrale allemande à Berlin.

Pensez que cet événement a eu lieu six mois seulement après que la France et la Grande Bretagne eurent signer, le 30 septembre 1938, l´Accord de Munich, un pacte avec l´Allemagne nazie et l´Italie fasciste qui, selon les exigences de Hitler, avaient forcé la Tchécoslovaquie à céder, à l´Allemagne, une partie de son territoire, les Sudètes, un territoire à population bilingue. L´Accord de Munich était la trahison ouverte de la Grande Bretagne et de la France contre la Tchécoslovaquie. La France et la Tchécoslovaquie par exemple, avaient, une année auparavant, signé une alliance militaire où les deux pays s´étaient engagés à se défendre mutuellement  au cas où ils sont attaqués par l´Allemagne nazie. L´alliance n´avait aucune valeur. La même chose s´applique en ce qui concerne les engagements de la France et de la Grande Bretagne à la Tchécoslovaquie lors de la signature de l´Accord de Munich. Les deux pays s´étaient engagés  à assurer la sécurité militaire de la Tchécoslovaquie après la cession du territoire des Sudètes à l´Allemagne nazie. Ces engagements ne valaient plus rien lorsqu´il fallut passer à l´action. Le pays fut occupé par les Nazis et divisé en deux colonies nazies. La France et la Grande Bretagne ne levèrent pas le doigt pour défendre la Tchécoslovaquie.

L´histoire rattrapa ces traîtres et ils payèrent le prix de la traîtrise. L´or  tchèque fut utilisé par les Nazis pour acheter du matériel de guerre stratégique pour la prochaine guerre contre la France et la Grande Bretagne. Déjà en 1939, les Nazis avaient placé une grande quantité d´or volé dans la BIS, à Basel, afin de l´utiliser dans des investissements en Allemagne nazie. La BIS était importante pour Hitler. Mais aussi pour le capital de l´Occident. Tous profitaient de la guerre. La Grande Bretagne recevait régulièrement des bénéfices en provenance de la BIS avant et après qu´elle fût allée en guerre contre l´Allemagne et pendant toute la guerre. Deux des membres de la BIS pendant tout le temps de la guerre, étaient Sir Otto Niemeyer, directeur dans la Banque d´Angleterre et le ci-dessus cité Montagu Norman, président de la Banque d´Angleterre.

Les troupes nazies arrivèrent en Hollande et en Belgique au mois de mai 1940. La Hollande capitula le 14 mai et les réserves d´or du pays furent pillées et expédiées à travers la BIS à la banque centrale à Berlin. La Belgique capitula au profit les Nazis le 28 mai. Les réserves d´or du pays,  d´une valeur de 228 millions de dollars, avaient, peu avant l´invasion, été envoyées à la banque centrale française qui était alors considérée comme plus sûre. Mais en juin, c´était le tour de la France de capituler devant les Nazis. Le directeur belge de la BIS, Alexandre Galopin, découvrit, dans la partie non occupée de la France, les convois d´or belge de l´or et se servit de son pouvoir pour les envoyer par la suite à Dakar, au Sénégal, d´où il pouvait  par la suite être transporté vers l´Europe et la banque centrale allemande, la Reichsbank. Le traître Galopin dût payer pour ses actes ; il fut exécuté par le mouvement de résistance en 1944.

La morale capitaliste des « affaires d´abord » continua pendant toute la guerre. Les capitalistes des Etats-Unis et de la Grande Bretagne continuèrent à faire des affaires avec la BIS pendant toute la guerre, à investir de l´argent dans la banque et à avoir des profits sur l´argent ainsi investi. Les Nazis utilisaient l´argent à faire la guerre contre les pays alliés et à payer régulièrement des intérêts à la BIS. L´argent des intérêts provenaient de l´or volé par les Nazis dans les pays pillés mais aussi des propriétés des millions des Juifs assassinés.  Des millions des dents en or, des bagues, des étuis, des verres des lunettes, des briquets, mm. L´or des Juifs fut dilué en 20kg de lingots et a constitué en une  centaine de transport d´or de Berlin à la BIS. Les recherches effectuées lors des procès de Nuremberg contre les criminels de guerre, après la guerre, ont montré que beaucoup de transports destinés à la Banque centrale nazie, à Berlin, venaient des camps de concentration de Lublin et d´Auschwitz .

Lorsque la guerre alla dans sa phase décisive, en mai 1944, lorsque l´Union soviétique gagna grandement et qu´on commença à entrevoir une fin de la guerre, la BIS convoqua une grande réunion à Basel. Les directeurs de la BIS de l´Allemagne nazie, de l´Italie, du Japon, de la Grande Bretagne et des Etats-Unis, se rassemblèrent sous la direction de l´américain Thomas H. McKittrick. McKittrick était, avec l´accord des Etats-Unis, président de la BIS pendant toute la guerre. L´agenda de la réunion : discussion sur 378 millions de dollar en or que les leaders nazis avaient envoyés  à la BIS pendant les années de guerre, pour qu´ils puissent être utilisés à la fin de la guerre. L´or provenait des pays pillés et des Juifs assassinés. La décision de cette réunion n´est pas connue, elle est secrète jusqu´à ce jour.

La BIS, une banque nazie, avait toujours eu des amis puissants qui ont sauvegardé les affaires et aidé à garder les secrets. Lors de la conférence monétaire internationale de Breton Woods de juillet 1944, pendant les négociations de l´Occident sur le développement économique après la guerre, lorsque la Banque mondiale et le Fonds monétaire internationale furent crées, une résolution fut prise de mettre fin à la BIS. Mais il n´en fut jamais ainsi. La banque existe jusqu`à aujourd´hui, les affaires comme d´habitude ». En 1948, la BIS était sous une grande pression avec l´exigence du remboursement de l´or volé aux pays pillés et aux peuples pillés. La BIS remit alors une somme misérable de 4 millions de dollars en or. Ca montre quels sont les pouvoirs existant dans le monde de la finance capitaliste.

Chase National Bank, une banque au service des Nazis:

Dans les années 1930 et au cours de la deuxième guerre mondiale, la famille Rockefeller était propriétaire de la Chase National Bank (plus tard, Chase Manhattan Bank, aujourd´hui JP Morgan Chase), la plus grande institution bancaire de l´époque aux Etats-Unis, et la plus grande compagnie pétrolière Standar Oil of  New Jersey. La Chase National Bank (et même la National City Bank of New York) commerçaient avec l´Allemagne même lorsque le pays tomba sous la dictature nazie. Chase recevait des payements pour le pétrole et beaucoup d´autres produits à caractère stratégique que la Standard Oil et d´autres entreprises des Etats-Unis vendaient aux Nazis. La liste de ces entreprises est longue. En plus de la Standard Oil, il y avait, Sterling Products, General Aniline and Film, SKF, ITT, Davis Oil Compagny, Texas Compagny, Ford et General Motors.

Le directeur de la Chase pour l´Europe était, Joseph Larkin, un homme qui avait de très fortes sympathies pour le fascisme du général Franco et sa guerre contre la république pendant la guerre civile espagnole. Les sympathies de Larkin s´exprimaient non seulement verbalement, mais aussi par des actes concrets. Lorsque l´ambassadeur espagnol accrédité aux Etats-Unis voulut ouvrir un compte de 4 millions de dollars à la Chase, en 1936, à New York, il fut stoppé par Larkin. L´argent allait être utilisé pour soutenir les activités de l´ambassadeur et la brigade Lincoln, un de citoyens américains qui s´étaient portés volontaires au côté des républicains contre le fascisme au cours de la guerre civile espagnole. Pas de compte bancaire pour les républicains au sein de la Chase de New York. A peu près au même moment, l´ambassade espagnole à Paris avait ouvert un compte à la Chase Bank de Paris. Même ce compte fut stoppé par Larkin qui obligea l´ambassadeur à clôturer ce compte dans la banque.

Mais Larkin ne se satisfit pas de cela. Il avait des activités de soutien actif au fascisme et au nazisme. Il avait ouvert, à Paris, des comptes bancaires aussi bien aux fascistes de Franco qu´à la banque centrale allemande, Reichsbank, sous le contrôle direct de Hitler. Larkin géra ce service pour le compte des Nazis pendant toute la deuxième guerre mondiale. Pendant l´occupation de la France par les Nazis, Larkin ouvrit un compte personnel pour le compte de l´ambassadeur allemand à Paris, M Otto Abetz, et un autre pour le compte de l´ambassade allemande. L´argent entrait, à travers ces comptes, pour financer les activités de l´occupation et la Gestapo, pour la propagande, l´oppression, la torture et le meurtre du peuple français.

La Chase Bank resta à ouverte à Paris pendant toute l´occupation nazie de la France et même après que l´Allemagne nazie eût déclaré la guerre aux Etats-Unis (c´était aussi le cas de la Morgan Bank). Les investissements de la Chase dans l´industrie allemande d´armement continuèrent pendant la guerre, les affaires prospérèrent et ce fut la même chose avec les bénéfices. Surtout en provenance de la vente du pétrole et d´autres produits de la Standard Oil.

Lorsqu´après la guerre Larkin voulut défendre son action, il dévoila que « le gouvernement britannique avait une attitude positive à l´encontre des banques britanniques à l´étranger » et affirma que les «banques britanniques de Paris faisaient de grandes affaires pendant l´occupation ».

La famille Rockefeller commença même en 1936, une nouvelle banque, ensemble avec Schröder Bank of New York pour les affaires avec les Nazis. La banque reçut le nom de Schröder, Rockefeller and Compagny, Investments Bankers et était, selon Times, un complice de l´axe Rome-Berlin ».

En dehors des services bancaires, la Chase Bank s´adonnait aussi aux campagnes de propagande au profit des Nazis aux Etats-Unis. La banque publiait une feuille de propagande pour les achats du mark allemand qui promettaient de bonnes récompenses après que l´Allemagne nazie eut gagné la guerre.

Après la guerre, la Chase Bank fut mise en accusation pour avoir violé le Trading With Ennemi Act . Le tribunal trancha, après plusieurs semaines de procès, en faveur de la banque et la Chase bank se tira totalement de toutes les accusations. Aucune des accusations portant sur la collaboration avec l´ennemi ne fut rendue publique.

Standard Oil of New Jersey, combustible pour l´ennemi:

Standard Oil, était en 1941, la plus grande compagnie pétrolière du monde. Elle appartenait à la famille Rockefeller. Les affaires de Standard Oil étaient couvertes par la Chase National Bank. Ceci signifiait des payements pour le pétrole et autres mais aussi des prêts aux affaires des partenaires de Standard Oil. C´est comme ca que les contacts entre Standard Oil, le gouvernement et les entreprises fonctionnaient, en Allemagne nazie.

Le tout puissant président de Standard Oil s´appelait Walter C. Teagle. Déjà tôt dans la vie, au cours des années de la première guerre mondiale, Teagle s´était fait connaître pour son admiration de l´esprit d´entreprise allemande. Ceci fut suivi par le soutien au nazisme naissant.

Teagle avait établi de fortes relations personnelles et des relations d´affaires avec Herman Schimtz, personnage principal dans le groupe chimique allemand IG Farben, le principal partenaire d´affaires de Standard Oil en Allemagne nazie. Walter Teagle devint aussi, aux Etats-Unis, directeur de l´American IG Chemical Corporation, une grande entreprise chimique et la filiale d´IG Farben, où le gouvernement nazi possédait un grand nombre de parts. Dans la toile des relations d´affaires qui dirigent les activités de grandes entreprises, tous se connaissent et les investissements se font de part et d´autres sur tout le terrain. Teagle avait beaucoup investi dans l´American IG et American IG avait beaucoup investi dans Standard. Au sein de la direction de l´American IG, il y avait même les gens provenant d´autres entreprises qui avaient de bons contacts avec les Nazis, par ex. Edsel Ford et William Weiss, le chef de Sterling Products.

Les relations d´affaires de Standard Oil et celles de Walter Teagle avec les entreprises de l´Allemagne nazie devinrent un bon et nécessaire soutien pendant la guerre contre les alliés. Teagle et Standard avaient une position décisive dans l´importante affaire du kérosène destiné à l´aviation nazie. Les Nazies eurent, grâce à Teagle et Standard Oil, le contrôle de l´air. Tout commença avec les préparatifs de la guerre contre la Tchécoslovaquie en 1938.

Le kérosène, la gazoline pour les avions, exige une composante de plombe, (tetraetyl), qui était presque exclusivement fabriqué par l´entreprise des Etats-Unis, Ethyl Gasoline Corporation, laquelle appartenait à parts égales à Standard Oil et à General Motors (le plus grand actionnaire de General Motors était Du Pont). Ethyl Gasoline Corporation était leader mondial dans le développement de la technologie de plomb dans la gazoline. Il était, au milieu des préparatifs de la guerre, vital pour les Nazis d´avoir cette technologie en Allemagne afin de pouvoir fournir les avions nazis de Luftwaffe en carburant. IG Farben reçut, de la part des dirigeants nazis,  la mission d´utiliser ses relations d´affaires avec Standard Oil pour obtenir de celle-ci la construction d´une usine du composante tetraetyl de plombe en Allemagne nazie.

IG Farben fit ainsi, avec succès en réalité. On obtint d´Ethyl Gasoline Corporation d´accepter de construire, ensemble avec IG Farben, une usine en Allemagne nazie. L´affaire fut même acceptée par le ministère de la guerre des Etats-Unis. Seul Du Pont prit une attitude prudente exigeant qu´aucun secret de fabrication ne fut donné à IG Farben. Mais l´affaire était grande et les profits aussi l´étaient, alors personne n´écouta. Les Nazis eurent leur entreprise, une entreprise appartenant à Standard Oil et à IG Farben, du nom d´Ethyl GmbH, qui par la suite construisit toutes les usines de tetraetyl en Allemagne. Toutefois, un problème persistait encore. La première usine n´allait pas être prête avant l´automne 1939. L´invasion de la Tchécoslovaquie était fin prête et des mesures de prudence, donc de disposer immédiatement des grandes quantités de tetraetyl, devaient être prises. Il pouvait arriver que la France et la Grande Bretagne prennent l´Accord de Munich au sérieux et initient une guerre contre l´Allemagne.

Walter Teagle de Standard Oil aida les Nazis dans leurs besoins désespérés du tetraetyl. Teagle organisa les choses de telle sorte que le plus haut chef de IG Farben, Herman Schimtz et deux responsables de IG Farben, Krauch et Knierem, voyagent à Londres en 1938, pour rencontrer les contacts de Teagle au sein de la filiale de Standard Oil, Ethyl Export Corporation. Ils signèrent là un contrat selon lequel IG Fraben emprunterait 500 tonnes de tetraetyl! Personne ne se posa la question de savoir pourquoi IG Farben emprunterait juste en ce moment-là, dans cette situation politique internationale très difficile, 500 tonnes de tetraetyl. Schimtz pouvait, le 8 juin, informer le ministère nazi de la guerre, que Ethyl Export Corporation allait commencer à envoyer du tetraetyl par mer le même mois. Comme si cela ne suffisait pas, Schimtz fit le même voyage une année plus tard et acheta le tetraetyl pour 15 millions de dollar. L´aviation nazie devint, de cette façon, à mesure de commencer une guerre offensive.

Les Nazis le furent contre Londres! Londres fut bombardé l´année d´après le voyage de Schimtz par l´aviation nazie qui utilisait le carburant fabriqué avec tetraetyl en provenance de Londres. Bien plus, le carburant que l´aviation britannique, RAF, utilisa pour défendre Londres, avait été acheté de Standard Oil et Ethyl. Une partie de cet argent fut payé à leur tour aux Nazis comme bénéfices des actions que IG Farben avaient au sein de Standard Oil. La RAF avait dû payer de l´argent aux Nazis! Les payements avaient été faits en Allemagne, à la banque privée d´IG Farben, par Standard Oil.

L´histoire concernant la trahison de Walter Teagle et celle de Standard Oil contre leur propre peuple quand à ce qui concerne le tetraetyl et le carburant des avions ne se termine pas ici. Teagle avait aussi vendu le tetraetyl au Japon. Le Japon avait utilisé le tetraetyl de Teagle et de Standard Oil pour fabriquer le carburant qui était nécessaire pour attaquer le port le plus important des Etats-Unis, Pearl Harbour, la plus grande catastrophe de guerre des Etats-Unis.

La trahison Walter Teagle et ses compagnons contre les Etats-Unis et les alliés continua presque pendant toute la guerre. La coopération avec les Nazis commença à diminuer après Stanligrad, en 1943, mais elle n´avait pas pris fin. Donnons quelques exemples. Bien que les Nazis approvisionner l´armée à l´aide de l´essence synthétique faite à base du charbon de IG Farben, chaque litre nécessaire qui pouvait être payé de l´extérieur était très bienvenu. Standard Oil était parmi les premiers sur la liste des entreprises qui fournissaient le carburant aux Nazis.

Ca pouvait se passer comme ceci. Les tanks de pétrole de Standard Oil transportaient le pétrole aux Îles Canaries où il était transféré dans les tanks de pétrole allemands à destination de Hambourg. Walter Teagle et Standard Oil avaient construit une raffinerie à Hambourg laquelle livrait 15 tonnes de kérozéne chaque semaine. Standard remplissait aussi d´essence les sous-marins allemands en plein Océan atlantique et autour des Îles Canaries, les mêmes sous-marins qui chassaient les bateaux britanniques. Comble d´ironie, l´un des bateaux qui furent coulés par les Nazis s´appelait SS Walter Teagle !

Même les avions fascistes italiens et ceux de l´Allemagne nazie, en Amérique latine, étaient remplis de pétrole provenant de Standard Oil. Cette compagnie était la seule qui avait le carburant à haute technologie qui était exigé pour des longs vols au dessus de l´océan atlantique. Standard Oil fournissait l´essence à la compagnie nazie L.A.T.I qui s´envolait à partir de Rome vers Rio au Brésil, à travers Madrid, Lisbonne et Dakar et la compagnie aérienne Condor qui partait du Brésil. Standard Oil livrait aussi du carburant à la compagnie aérienne Ala Littoria, qui était aussi en service en Amérique latine. Cette activité continua malgré l´exhortation du gouvernement américain, aux entreprises des Etats-Unis, de ne pas faire des affaires avec les Nazis et leurs compagnons en Amérique du Sud. Mais Standard Oil ignora cela, l´argent et l´Allemagne venant avant tout.

La politique du capitalisme des « affaires comme d´habitude » implique qu´il n´y a pas des limites pour ce qui est acceptable, seuls les profits sont suffisamment attrayants. Même s´il s´agit de mentir ses meilleurs et plus proches partenaires. De fois, on tire la carte le billet de lotterie le plus gagnant, de fois on perd. A une occasion, les Nazis serrèrent tellement sur les américains d´IG Farben, Standard Oil et Walter Teagle que le bonheur de la guerre fut, pour les Etats-Unis, prêt de la rupture.

Il s´agissait de la question du caoutchouc synthétique. Du temps de la deuxième guerre mondiale, le caoutchouc n´existait que comme produit naturel qui ne pouvait presque exclusivement être acheté qu´en Asie du Sud. Il y avait, là-bas, des grandes plantations de caoutchouc et du caoutchouc naturel moins cher. Malgré cela, Standard Oil investit beaucoup de capital dans le caoutchouc synthétique qu´on avait estimé devenir plus moins cher. La recherche de Standard était faite en collaboration avec IG Farben dont la recherche et le développement des produits en caoutchouc, surtout les pneus de voiture, étaient très avancés que ceux de Standard Oil. Dans un jeu du chat et de la souris, IG Farben pouvait, avec des promesses sur les méthodes de production moins chères et le brevet d´invention à payer à bas prix, sérieusement retarder la recherche de Standard Oil. De telle sorte que lorsque les Etats-Unis furent tirés dans la guerre après la catastrophe de Pearl Harbour, et que le pays avait été privé de la possibilité d´acheter le caoutchouc en Asie du Sud, ils n´eurent pas quelque caoutchouc synthétique à utiliser. La catastrophe était imminente. Les Etats-Unis n´avaient presque plus de caoutchouc à utiliser pour la fabrication des pneus pour les voitures, les camions et les avions qui étaient envoyés en guerre.

ITT –American International Telephone and Telegraph Corporation, électronique avancée pour la machine de guerre allemande:

Six mois après la prise du pouvoir par Hitler, quelques mois après que toutes les organisations syndicales fussent interdites et les partis politiques bannis à l´exception des Nazis, la liberté de la presse était supprimée et les poursuites des Juifs commencé, arriva, le 4 août 1933, Sosthenes Behn, le plus haut chef et propriétaire principal de ITT, à Berlin, pour une rencontre avec Hitler. Il avait avec lui, Henry Mann de la National City Bank, son représentant en Allemagne. Il se créa pendant la réunion, une relation d´affaires qui allait continuer pendant toutes les années 1930 et jusqu´à la fin de la deuxième guerre mondiale. Les Nazis avaient besoin de l´électronique de ITT et l´agent de ITT, Behn, était à la recherche des grand profits en rendant service aux Nazis.  Hitler promit toute l´aide dont ITT aurait besoin et son soutien dans les affaires avec l´Allemagne nazie.

Les affaires commencèrent à être développées, devinrent de plus en plus grandes, et Sosthenes Behn se retrouva très vite dans les cercles intimes autour des amis de la Gestapo, une organisation de soutien dans laquelle des potentats nazis et des gens du monde de la banque et de l´industrie se rencontraient. Les portes furent ouvertes pour ITT et Behn. L´argent et les industries de ITT étaient maintenant sous la protection de Hitler et du SS lui-même et la banque centrale allemande, la Reichsbank, était prête à soutenir les affaires de Behn. Sosthenes Behn fit même des affaires en privé avec les Nazis. Lorsque la deuxième guerre mondiale approchait, il acheta, en 1938, ensemble avec Göring, 28% de l´usine de fabrication d´avions Focke-Wulf qui fabriquait les bombardiers qui allaient plus tard bombarder les alliés. ITT et Behn aidèrent à moderniser l´électronique dans les avions et à améliorer la précision des bombes. Ils furent utilisés  en Pologne, à Londres et partout où les Nazis firent la guerre.

Sosthenes était une preuve vivante d´un capitaliste typique. L´objectif unique était de gagner de l´argent, pas de scrupules, pas de moral. Pendant la guerre civile espagnole, il vendit des téléphones à tous les deux côtés pour passer totalement du côté de Franco lorsqu´il comprit que les fascistes était la partie gagnante. ITT et Behn suivaient les traces des invasions de Hitler et gagnèrent beaucoup d´argent en prenant le contrôle des affaires qui appartenaient à d´autres entreprises avant l´invasion. ITT avait à peu près 30 000 employés dans l´Europe occupée. Le gouvernement nazi avait mis en place un comité exécutif spécial pour collaborer et aider ITT et Sosthenes Behn.  Le gouvernement s´abstint de prendre des parts dans ITT et prit seulement part dans la prise des décisions sur la manière dont les bénéfices éventuels seraient placés. C´était un partenariat bien établi entre le gouvernement nazi et une entreprise américaine pendant la guerre.

Les entreprises ITT en Allemagne tournaient tout le temps et fabriquaient des armes de guerre pour l´ennemi. 13% de la production de ITT se trouvait en Allemagne. Les entreprises ITT en Allemagne travaillaient en équipe double pour augmenter la production. Mais même les entreprises ITT dans les pays neutres comme le Portugal, l´Espagne, la Suisse et la Suède, avaient dû travailler pour le compte des Nazis. Les importations directes en provenance de ITT-Etats-Unis vers ITT–Allemagne nazie, étaient interdites. L´électronique et les pièces de réserve de ITT venaient des Etats-Unis vers les pays neutres où le travail était fait pour l´envoi par la suite vers l´Allemagne nazie, ou seulement en transitant dans les pays neutres et par après, être acheminé par avion vers l´Allemagne nazie.

ITT continua à produire des systèmes électroniques très importants pour l´armée, la flotte et l´aviation de l´Allemagne nazie même après Pearl Harbour et la déclaration de guerre de Hitler contre les Etats-Unis. (Il s´agissait entre autres des téléphones et des standards téléphoniques, des alarmes contre les attaques aériennes, des équipements des radars, de 30.000 détonateurs pour les grenades d´artillerie par mois (qui augmentèrent à 50 000 par mois en 1944), des pièces pour les raquettes des bombes, des pièces de rechange pour les transformateurs, des équipements des radio à courtes ondes et des systèmes de communication stationnaire et opérationnelle. ITT avait sa part dans les victoires des Nazis contre les alliés. Sans ITT, il aurait été très difficile pour les Nazis de bombarder Londres avec des avions et des raquettes, de bombarder les bateaux des alliés ou d´avoir des contacts avec les sympathisants nazis en Amérique latine et d´espionner les Etats-Unis.  Toutefois, la grande opération que ITT ait faite pendant la guerre, s´était faite dans la guerre contre l´Union soviétique. L´Union soviétique était, en gros, seule dans la guerre contre les Nazis pendant trois ans. Ne l´oublions pas. Le matériel et l´équipement de ITT était la base de la guerre des Nazis contre l´Union soviétique. C´était incomparablement, la plus grande aide que Sosthenes Behn et ITT ait donné aux Nazis pendant toute la deuxième guerre mondiale. Sans le système de communication et les radars de ITT, les armées nazies auraient eu très difficile dans leur conduite de la guerre à cause des grandes distances à l´intérieur de l´Union soviétique. Au plus, les Nazis avaient été approvisionnés en tuyaux d´explosifs (tändrör) pour les bombes et les grenades qui tombaient quotidiennement sur les populations de l´Union soviétique.

Ford aide les Nazis à envahir et à occuper:

Henry Ford, fondateur et principal actionnaire de l´empire automobile Ford, nourrissait une forte admiration pour Hitler, admiration basée sur un idéal commun: tous les deux nourrissaient une haine fanatique contre les Juifs. Hitler avait dès ses premiers jours en politique, reçu l´aide de Henry Ford. Il avait été témoigné, lors du procès contre Hitler pour tentative de coup d´Etat, en 1923, qu´Hitler avait reçu de l´argent de Henry Ford. L´admiration de Ford pour Hitler n´avait pas des limites: Il envoyait 50 000 Reichmark à Hitler chaque année lors de l´anniversaire de sa naissance! Henry et son fils Edsel Ford étaient deux personnes importantes dans plusieurs entreprises qui faisaient des affaires avec Hitler et les Nazis et les aidaient. La devise la plus importante pour ces deux était : les affaires comme d´habitude. Cette attitude convenait bien aux Nazis. Göring avait promis et se rassurait que l´entreprise de Ford en Allemagne, Ford Works, resta tranquille  pendant toute la guerre, sans interférence de la part du gouvernement nazi.

Ford choisissait ses partenaires d´affaires sur base des considérations politiques. Lorsque Ford commença son usine des voitures en Allemagne, il laissa IG Farben acheter 40% des parts et fit du leader de IG Farben Carl Bosch, un membre du comité exécutif de Ford Allemagne. D´autres part, Edsel Ford devint membre du comité exécutif de IG Compagny, l´entreprise de IG Farben aux Etats-Unis.

Lorsque l´aviation anglaise était en grand besoin de nouveaux avions, en 1940, pour combattre la tentative d´invasion nazie, Ford refusa de fabriquer des avions à l´Angleterre. Ford investissait au même moment  dans les usines de l´Allemagne nazie pour produire 5 tonnes de camions qui étaient la pierre de base dans l´offensive nazie en cours contre les tous les pays européens. Ford organisa par la suite l´exportation des pneus vers l´Allemagne nazie malgré le manque des pneus qui existait aux Etats-Unis. On produisait à plein régime pour la victoire de Hitler même dans les usines Ford se trouvant dans la France occupée. Dans l´usine des voitures de Poissy, en dehors de Paris, qui était dirigée par le fils Edsel, on commença à produire, en 1940, des moteurs d´avions pour l´armée de l´air d´Hitler. Des voitures et des camions étaient aussi produits à Poissy pour l´armée allemande. Ford France déclara des profits de l´ordre de 58 millions de francs en 1941.

Le bonheur dure rarement pour toujours. L´usine Ford de Poissy fut bombardée en avril 1942 par l´aviation de guerre britannique, RAF, avec des grandes destructions comme suite. Edsel Ford était inquiet, craignant une publicité négative pour l´entreprise, mais il ne fut, heureusement pour lui, mentionné dans les journaux des Etats-Unis, qu´il s´agissait des images des usines Ford en France lorsque celles-ci furent publiées. Après des bombardements répétés, la direction de Ford dispersa les machines importantes dans plusieurs usines en France et la production continua sans interruption. Ford se tira de ses bombardements et du déplacement des machines sans dommages. Les Nazis imposèrent au gouvernement français de Vichy de payer Ford pour toutes les dépenses causées par les bombardements des Anglais et le déplacement des machines! Ford ne reçut pas moins de 38 millions de francs de la part du gouvernement de Vichy. La collaboration Ford – Nazis était totale.

Ford laissa même construire, en collaboration avec le groupe chimique allemand IG Farben, une nouvelle usine à Oran, en Algérie, avec direction générale à Alger. L´objectif était de  fabriquer des camions et des voitures blindées pour l´armée de Rommel en Afrique du Nord.  Imaginez que les villes se trouvent dans une colonie française qui, sous le gouvernement français de Vichy, avait en réalité, des relations diplomatiques avec les Etats-Unis. Mais il n´eut aucune difficulté dans les affaires. Le consul des Etats-Unis en Algérie envoya un rapport à son gouvernement dans lequel aucune plainte ne fut mentionnée.

Même les usines de Ford en pays neutre, en Europe, durent contribuer à la production du matériel de guerre de l´Allemagne nazie. L´usine Ford de Berne, en Suisse, fit, en 1942, un travail de réparation de 2000 voitures de l´armée allemande et la filiale de Ford en Belgique, qui avait elle aussi une filiale en Suisse, fit des réparations des camions allemands à Zurich. Les pièces de rechange de Ford aux voitures et camions étaient exportées à partir de la Suisse vers l´Allemagne nazie.

General Motors:

L´actionnaire majoritaire de General Motors, la famille Du Pont, était dirigée par Irènée Du Pont, un admirateur connu de Hitler, de même calibre que Henry Ford. Les idées anormales de Irénée du Pont, de transformer les hommes en une race d´hommes supérieurs, furent connues lors de son discours à l´American Chemical Society, en septembre 1926. Malgré le fait qu´Irénée était d´origine juive, ses idées antisémites étaient du même niveau que celles d´Hitler. Les usines de General Motors en Allemagne, comme celles des autres grands groupes comme IG Farben et Krup, contribuèrent avec 0,5% des profits et des salaires à la caisse du parti nazi.

Lorsque Hitler arriva au pouvoir en 1933, les membres de premier rang de la famille Du Pont, Pierre, Irénée et Lammot, mirent en place, ensemble avec les autres grands propriétaires de General Motors, la soit disant Liberty League.  Liberty League était un groupe nazi qui avait des principes antisémites forts et faisait la propagande contre les Noirs et qui avait classé le président Roosevelt comme un communiste dans les mains des Juifs. La contribution de la famille Du Pont à Liberty Group était de l´ordre de 500 000 dollar par an. La famille Du Pont donna même des contributions à d´autres groupes nazis comme Clack´s Crusaders et Black Legion. Ce dernier se fit remarquer parce qu´il s´habillait toujours en noir et attaquait les réunions des organisations syndicales avec des bombes à essence ainsi que des meurtres des leaders syndicaux et des Juifs.

C´est dans cet esprit que General Motors fonctionna. Une coopération avec les entreprises allemandes pour soutenir les Nazis était indiscutable pour General Motors. L´entreprise avait jusqu´en 1939, investi 30 millions de dollar dans le groupe allemand IG Farben]. En ce qui concerne ses propres activités,  Adam-Opel, l´usine de General Motors en Allemagne nazie, fabriquait à plein régime les camions, les voitures blindés et les chars pour Hitler. Dans les usines de General Motors, on travaillait en double équipe pour augmenter la production. Les investissements avaient atteint, en 1940, le chiffre de 100 millions de dollar. L´usine de General Motors de Rüsselsheim, fabriquait les avions militaires pendant toute la guerre.  On y fabriquait la moitié des moteurs du plus important des bombardiers des Nazis, le Junkers 88. C´était d´ailleurs dans l´usine de Rüsselsheim que le développement et la fabrication des moteurs du premier avion mondial de jet, un avion de chasse, Messerschmitt 262, eut lieu. Ce qui donna aux Nazis une grande avance technologique. Messerschmitt 262 pouvait faire 540 miles par heure, ce qui correspondait à 100 miles de plus que Mustang P150, l´avion de chasse américain le plus développé.     

Comme toujours, les capitalistes se tirent toujours d´affaires dans dommages dans le paradis du capitalisme que sont les Etats-Unis. Au lieu des punitions, ils sont au contraire, récompensés. Au lieu d´être puni pour leur trahison contre leur pays, General Motors, reçut un payement pour « les problèmes et les destructions de ses usines d´avion et des voitures en Allemagne et en Autriche pendant la deuxième guerre mondiale ». General Motors dût faire une réduction d´impôts de 33 millions de dollar !

Conclusion:

Les données qui ressortent de la lecture des livres anciens et nouveaux sur le thème « affaires et deuxième guerre mondiale » peuvent parfois nous amener à croire que nous, hommes et femmes ordinaires qui sommes des travailleurs, vivons dans un monde fantaisiste. Tout se décide au dessus de nos têtes. Toutes les décisions importantes sont classées secrètes. La participation du travailleur dans la vie sociale n´est pas respectée, son influence est égale à zéro. Malheureusement, c´est de cette façon que ca fonctionne en réalité au sein du système capitaliste. Les traîtres du pays deviennent millionnaires en tuant leurs propres concitoyens. Les entreprises font comme elles veulent, aucun respect pour la loi, aucun respect pour ceux qui travaillent et développent les entreprises. Observez que les plus haut placés au sein des grandes industries et le monde de la finance des Etats-Unis, étaient, lors de la deuxième guerre mondiale, un groupe de gens qui avaient, en commun, le fait d´avoir été des réactionnaires, des admirateurs de Hitler, des  gens nourrissant la haine contre les Juifs et des traîtres du pays qui gagnaient de l´argent en vendant des armes à l´ennemi, des armes qui étaient utilisées contre les soldats de leur propre pays et contre les alliés. C´est cette racaille qui, aujourd´hui, est portée sur les fonds baptismaux par des historiens corrompus de la droite. N´oublions pas ceci.

Le rôle de l´Union Soviétique pour gagner la guerre et mettre fin au nazisme n´est pas soulevé dans l’article. L´auteur a écrit sur cette matière auparavant. Celui qui est intéressé peut trouver le texte sur la victoire de l´Union soviétique lors de la deuxième guerre mondiale sur www.mariosousa.se.

Il est toutefois important de souligner que l´armement que les entreprises des Etats-Unis ont produit  pour les Nazis fut utilisé en grande partie à l´est, dans la guerre contre l´Union Soviétique. Les mass-médias occidentaux parlent souvent de la soit disant aide des Etats-Unis à l´Union Soviétique pendant la deuxième guerre mondiale. Même si l´aide consistait en des affaires que l´Union Soviétique avait dû payer jusqu´au dernier centime, le gouvernement de l´Union Soviétique avait remercié les Etats-Unis pour avoir acheter du matériel de guerre dans ce pays.

Pensez alors à ce qu´il y avait de l´autre côté du front. Une armée nazie équipée qui, avec l´aide des entreprises des Etats-Unis, avait un large accès aux systèmes de guerre et à la technique les plus modernes. Les entreprises des États-Unis en Allemagne nazie produisaient à plein régime pour la guerre contre l´Union soviétique. Laissez-nous garder cela en mémoire. L´aide de guerre des entreprises des Etats-Unis à l´Allemagne nazie, était probablement plus grande que la vente correspondante des armes à l´Union soviétique. Les entreprises des Etats-Unis avaient, bien entendu leurs propres usines, pour la fabrication massive du matériel de guerre à l´Allemagne nazie. Le matériel de guerre provenant des Etats-Unis pour l´Union soviétique, étaient souvent coulé par les Nazis.  Une sérieuse investigation sur l´ampleur de l´aide de guerre des entreprises des Etats-Unis aux Nazis, n´a jamais été faite. Une telle investigation pourrait révéler des situations scandaleuses.

Conclusion finale:

La conclusion de l´auteur, après avoir lu les livres et les journaux dans le but d´écrire le présent article, est tout à fait claire : le capitalisme est un système criminel. Le profit, pas l´homme, est le plus important. La chasse au profit est placée au dessus de tous les besoins humains. Le capitalisme conduit à la guerre, c´est clair. Avec beaucoup de souffrances pour des millions de gens. Mais surtout, le capitalisme met de force les gens dans des situations où ils ne veulent pas être ; le capitalisme vole la liberté des hommes. Le capitalisme a été imposé aux hommes par l´histoire. Il est maintenant temps pour les hommes de se libérer du capitalisme.

Mario Sousa

Mai 2007.

mario.sousa@telia.com

 

22:00 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

14/11/2014

[cubaculture] Bulletin Cubart

 
 
From: Cubarte
Sent: Friday, November 14, 2014 9:24 PM
 
Subject: [cubaculture] Bulletin Cubart
 
Cabezal del Boletin con el logo de CUBARTE
Año 6 NO. 296 - 15 de Noviembre del 2014 SUIVEZ-NOUS CUBARTE on Twitter facebook CUBARTE en youTube ISSN 1810-620X
Le Bulletin Cubart est un résumé hebdomadaire du Portail de la culture cubaine. Dans ces pages vous trouverez les plus transcendantaux événements culturels du pays et leurs reflets dans le monde, ainsi que des espaces d'opinion sur les thèmes qui aujourd'hui préoccupent les intellectuels du monde.
. CUBA
L’inauguration des 5e Journées de la Culture Cubaine dans les Médias Numériques
José Manuel Carreño lauréat du Prix de Danse Lorna Burdsall
Les Journées Belges à La Havane
Une exposition du peintre Eduardo Ponjuán dans le Musée des Beaux-arts
À propos de la nouvelle consommation culturelle
La République de l´Inde pays invité d´honneur à la FIL Cuba 2015
Les legs de la création féminine : un hommage à Gertrudis Gómez de Avellaneda
Le 27e Festival de Musique Contemporaine de La Havane
Le Festival et le 3e Salon d´Art Naïf à La Havane
Ivan Putrov : J’espérais revenir à La Havane et danser
Habanarte reviendra en septembre 2015
L’exposition « Los Dioses de los Misterios » au Musée des Beaux-arts
La modernisation des installations culturelles à Santiago de Cuba
. EN EL MUNDO
Le Prix Phoenix récompense le Festival de Cinéma de La Havane
L’évolution des relations culturelles entre Cuba et l´Italie
Le Cubain Alejandro Pérez filmera un nouveau vidéoclip avec Enrique Iglesias
. EL PORTAL CUBARTE LE SUGIERE
Faire l’histoire de l’Histoire  . Par Juan Nicolás Padrón
Notes pour la présentation « Cuba entre 3 imperios ... » . Par Abel Prieto
The New York Times brise le blocus médiatique . Par Ricardo Alarcón De Quesada
Les aventures de Violante et Arnaldo . Par Arassay Carralero
Pour obtenir plus d'informations sur les thèmes d'intérêts, cliquez ici

L’inauguration des 5e Journées de la Culture Cubaine dans les Médias Numériques

La 5e édition des Journées de la Culture Cubaine dans les Médias Numériques a été inaugurée dans le Salon de Mayo du Pavillon Cuba, à La Havane, que convoque Cubarte, le Centre d’Informatique dans la Culture.

Rafael de la Osa Díaz, le directeur de l’institution, a donné la bienvenue à cette « rencontre entre les personnes intéressées par le monde numérique que nous développons pour fomenter et reconnaître le travail de ceux qui, presque anonymement, dédient de longues heures à la génération et à la socialisation de produits et de services liés au numérique et, aujourd’hui, nous pouvons voir comment il a gagné des adeptes et a augmenté la quantité des divers thèmes à traiter, obtenant même une certaine reconnaissance dans plusieurs espaces ».

Il a fait une analyse du lien entre le numérique et les services d’informations. Il a affirmé que les industries culturelles se meuvent rapidement vers la génération, la production, la distribution et la consommation de leurs contenus seulement en ce  format, « même dans notre pays, malgré les problèmes technologiques et des infrastructures de communication, le numérique avance à pas de géant (...) Le monde a changé et nous changeons avec lui ; l´ère numérique est un fait au niveau mondial ».

Il a réaffirmé l´importance des événements tels que celui-ci « cherchant à faire connaître les meilleures expériences et à échanger des critères sur l´utilisation des technologies de l´information et des communications appliquées aux différentes activités et aux processus liés à la culture, ainsi que la génération de produits et services liés au numérique ». Et il a convoqué les personnes intéressées pour la prochaine édition, l´année prochaine, « car nous sommes convaincus de la nécessité de ces espaces et de leur impact dans la société ».

Ensuite ont commencé les présentations et les débats sur le thème « Plateforme de gestion et de transmission des chaînes de télévision numérique, un outil de diffusion culturelle », qui a été exposé par l´ingénieur William Luzua Farias du Centro de Geoinformática y Señales digitales de l’Université des Sciences Informatiques, UCI.

La présentation d’Andariego a provoqué un débat intéressant, un système géographique informatif pour les téléphones portables, par le Dr. Renato Alonso Villalobos de GeoSí, l’entreprise de Cartographie et des Solutions Géomatiques : « Nous développons une application pour les téléphones portables qui, plus qu´une application d’information, est un système d´information géographique sur les téléphones portables, il possède des outils de gestion sur la carte permettant à l´utilisateur d´interagir plus avec la carte au cours de son chemin à travers les rues ».

Cette application est sortie au mois de septembre sur le site Web http:// andariego.geocuba.cu

La présentation de Primicia, élaborée par le groupe GEYSED, de l’UCI, a aussi été très intéressante ; les ingénieurs Susana Yaque et Félix Iván Romero ont expliqué que Primicia est une plateforme capable de transmettre des informations automatiquement et systématiquement à travers une chaîne de télévision sur les formats de texte, l’audio, l’image et la vidéo.

Susana Yaque a assuré que l’avantage de Primicia est la visualisation des actualités de façon automatique sous différents formats, la convertissant en un nouvel outil innovant et étant important pour les institutions qui doivent informer un groupe important de personnes dispersées via une chaîne de télévision. Elle a souligné que cette plateforme permet aussi de montrer des informations supplémentaires pour les nouvelles, telles que les prévisions météorologiques, les résultats sportifs ou les résumés culturels, parmi de nombreuses autres choses.

« Primicia compte les caractéristiques des solutions les plus coûteuses du monde actuellement, le faisant d’une façon compact et simple, réalisant les processus de transmission avec une technologie commune qui ne génère pas de coûts élevés par concept d´équipement technologique et, en plus, elle a été supportée par un software libre, apportant ainsi la souveraineté technologique du pays », a déclaré Susana Yaque.

L´Encyclopédie Collaborative Ecured est un outil numérique qui, après quatre ans de fonctionnement, est connu par une partie significative de la population, cependant Ruslan Olivares Cúcalo a offert une vue panoramique de celle-ci avec des données et des caractéristiques mises à jour.

Nous avons appris que cette encyclopédie possède actuellement plus de 113 000 articles ; elle compte plus de 17000 utilisateurs inscrits et c’est le site Web le plus visité de Cuba avec près de 150 000 visites par jour.

À cet égard, il a signalé que le plus grand nombre de visites provient de l´étranger et il a souligné l´importance de cet outil d´information et d´éducation.

La présentation des jeux vidéo « Beisbolito », « Gesta Final », Comando Pintura » et « Los Bumbots », produits par le groupe EVIMA des Joven Club de Computación, a résulté très attractive. Jorge Rossell, spécialiste de ce groupe, s’est référé à l´existence d´une polémique sociale dans le monde : les jeux vidéo sont-ils néfastes pour les enfants et les adolescents, et sont-ils utiles.

Le spécialiste estime que les jeux vidéo ne sont pas nuisibles aux jeunes utilisateurs et qu´ils peuvent avoir une approche culturelle ; en ce sens, il a signifié l´importance de la non-violence avec ces jeux. « Ils ont été développés d’une façon intégrale, unissant le loisir et l’enseignement pour l´apprentissage et pour la formation culturelle ».

La séance de travail a terminé avec la conférence « L’état actuel et les défis du numérique à Cuba », à la charge de Guillén Nieto, de LACETEL.

 

CUBARTE


José Manuel Carreño lauréat du Prix de Danse Lorna Burdsall

Le célèbre danseur cubain José Manuel Carreño a reçu la Prix Spécial de Danse Lorna Burdsall, la plus haute distinction que confère la section des arts scénique de l’Union des Écrivains et des Artistes de Cuba (UNEAC), au siège du Ballet National de Cuba (BNC).

Au triomphe de la Révolution en 1959, Lorna Burdsall a fondé, avec Ramiro Guerra, le département de danse moderne du Théâtre National de Cuba, où elle a enseigné et dansé dans les premières œuvres de Guerra, telles que Mambí, Auto sacramental et Rítmicas Mambí.

Miguel Barnet, président de l´UNEAC, a souligné que depuis sept ans cette institution et le BNC ont rétréci les liens de travail et que cette distinction a été remise à un bon nombre d’artistes depuis sa création en 2010.

Miguel Cabrera, historien de la compagnie dirigée par Alicia Alonso, a rappelé l´enfance de José Manuel, qui s’asseyait dans un coin du salon blanc pour regarder, car il est né et il a fait sa carrière ici.

L’historien a ajouté : « Son art, en plus d´une excellente technique, possède la lumière d´un style personnel qui l’a fait briller sur les scènes nationales ou étrangères », précisant « qu’il n’est jamais trop tard pour rendre hommage à celui qui le mérite », et il considére que José Manuel n’a jamais cessé d´être un véritable cubain.

Rolando Núñez, à la tête de la section des artistes scéniques de l´UNEAC, a expliqué qu’il y avait de nombreux candidats nominés mais le jury a décidé à l´unanimité de reconnaître la vie et l’œuvre de José Manuel Carreño, qui est le fruit de l´École Nationale de Ballet de Cuba et de son emblématique compagnie.

José Manuel Carreño a déclaré se sentir honoré et heureux de recevoir ce prix car il est né, a grandi et est devenu danseur à Cuba, un pays duquel il conserve ses racines profondes.

À la fin de la cérémonie, Carreño a informé la presse qu’il est maintenant à la tête du Ballet San José en Californie, dont le siège se trouve dans le Centre des Spectacles de cette ville étasunienne, ayant une capacité de 2700 places. Il a précisé que la jeune compagnie est composée de 32 danseurs, entre Cubains, Thaïlandais, Chinois, Japonais et Espagnols, et elle compte un répertoire d’œuvres classiques, néo-classiques et contemporaines, en prenant en compte qu´il attache une grande importance à la polyvalence des artistes.

AIN


Les Journées Belges à La Havane

Les arts visuels sont le thème central de la 9e édition des Journées Belges à La Havane, du 6 au 21 de ce mois. Des expositions, de la poésie, du cinéma, de la musique, des bandes dessinées ou une rencontre sur la coopération universitaire entre les Belges et les Cubains, parmi d’autres propositions culturelles, font partie de l’agenda des journées, inaugurées  avec l’exposition « Sax inspirations : mélodies graphiques », dans l´Alliance Française de La Havane, une sélection d’œuvres de caricaturistes et de graphistes de Wallonie et de Bruxelles, en hommage au 200e anniversaire de la naissance de l’inventeur du saxophone, Adolphe Sax (1814 – 1894)

Pour le lundi dix, le programme annonce la conférence magistrale « Introduction à l’œuvre de Paul Van Ostaijen », à la charge de M. Benoît Standaert, conseiller et consul du siège diplomatique de la Belgique à Cuba, qui dissertera sur trois sujets : le centenaire de la Première Guerre Mondiale, le jazz dans l´histoire de la Belgique et la poésie.

Les grilles de la fontaine de la Plaza Vieja sont décorées avec des images de La Havane de l´artiste belge Jim Sumkay et il y aura des rencontres techniques dans le cadre du projet « Échanges dans le milieu cinématographique », une initiative pour la coopération culturelle développée entre les studios d´animation de l’Institut Cubain de l’Art et de l’Industrie Cinématographique (ICAIC) et Camera-ETC, de Belgique.

Le spectacle de mapping sur la façade de la Vitrine de la Wallonie, située sur la Plaza Vieja, associé à la présentation du livre Soñar La Habana (le 12 novembre), et les échanges techniques, du jeudi 13 au samedi 15, du projet « Laboratoire de production de bandes dessinées », seront d’autres propositions de la festivité belge dans le capital cubaine.

Le jeudi 13, les artistes Etienne Schréder et Duchy Man converseront sur le processus de création et d´édition de la bande dessinée Soñar La Habana, dans la Vitrine de la Wallonie, où une exposition collective homonyme sera également présentée.

Le lendemain, la même institution accueillera une conférence magistrale de ces créateurs alors que dans la Fábrica de  Arte Cubano, le professeur Hans de Wolf dissertera sur l’œuvre de l´artiste contemporain belge Francis Allys et il y aura un dialogue avec l´écrivain belge Peter Verhelst et le plasticien cubain José Toirac.

Lors d’une conférence de presse, M. Luc Devolder s’est référé à la rencontre entre les participants de la coopération universitaire belgo-cubaine, qui aura lieu le 15 novembre, précisant que la Belgique, actuellement, est le pays avec lequel le Ministère de l’Éducation de Cuba a le plus ample échange quant à l´enseignement supérieur. « Comme fruit de cette collaboration, 200 programmes ont été réalisés en près de deux décennies et environ 2000 séjours de chercheurs et d’étudiants cubains en Belgique et de ce pays dans l´île », a-t-il souligné.

Les Journées Belges à La Havane proposeront l’Atelier d´animation pour les adolescents, à la charge de Jean Luc Slock et d’Olivier Demeffe, dans la Vitrine de la Wallonie (du 17 au 21 novembre) ; la projection de quatre longs-métrages belges, en première à Cuba : Hasta la vista, Altiplano, Left bank et Kinshasa Kids, du 11 au 16 novembre dans le cinéma Charlie Chaplin.

 

CUBARTE


Une exposition du peintre Eduardo Ponjuán dans le Musée des Beaux-arts

Le Musée National des Beaux-arts accueille une exposition du Prix National des Arts Plastiques 2013, le peintre, dessinateur, sculpteur, installateur et pédagogue reconnu Eduardo Ponjuán, qui a commencé à être reconnu dans les années quatre-vingt du siècle dernier.

L’exposition, intitulée « Bésame mucho » (Embrasse-moi beaucoup), le titre du célèbre boléro de Consuelo Velázquez qui a été choisi par l´artiste, est ouverte jusqu´au 1er février 2015, au troisième étage de l´Édifice d’Art Cubain. Elle propose neuf toiles et deux installations de création récente au public dans laquelle la ligne conceptuelle qui l´identifie est présente.

L´idée de l´éphémère, du transitoire a inspiré cette proposition dans laquelle Eduardo Ponjuan, encore sous le choc d’un décès dans sa famille, a pour but de nous rappeler le pouvoir réconfortant d´un baiser devant les vicissitudes de la vie.

Sa caractéristique faisant référence au quotidien resurgit une fois de plus sur une feuille déchirée, une paire de tennis, un disque 45 tours, une plaque photographique vierge ou un piédestal, des images apparemment simples mais révélant la maîtrise de ce créateur.

Parmi les œuvres nous soulignons l´installation Unmonumental, dans laquelle les allusions aux expériences personnelles, comme la photo de sa grand-mère ou le billet d’entrée au Musée Guggenheim, se joignent à d´autres pointant sur l´histoire de l´art comme les piédestaux des sculptures de Loló Soldevilla trouvés dans une décharge.

Dans « Besame mucho », Eduardo Ponjuán souligne à nouveau l´appréciation traditionnelle du beau et de l’inquiétude au spectateur qui tentera d’interpréter les œuvres de celui qui comprend l´art comme « un acte de liberté depuis lequel on exerce la critique ».

 

CUBARTE


À propos de la nouvelle consommation culturelle

La conférence « Les provocations autour de la consommation culturelle dans la Cuba contemporaine », du critique de cinéma Juan Antonio García Borrero, a été le point de départ d´où les membres de l´Union des Écrivains et des Artiste de Cuba (UNEAC) et de l’Association Hermanos Saíz (AHS) ont débattu sur cette question.

La conférence, qui a eu lieu dans le forum « La consommation culturelle à Cuba : art, culture, éducation et technologie », a abordé des aspects parmi lesquels la nécessité de nouvelles études sur la consommation culturelle même « s’il y a déjà des résultats concrets de recherches et de diagnostics partiels qui nous laissent entrevoir le profil de ce phénomène tout à fait inédit », ainsi que des initiatives permettant l’application de stratégies conçues depuis nos institutions culturelles.

L´importance de nous insérer dans les nouveaux scénarios de notre consommation culturelle d’aujourd´hui, afin de jouer un rôle intellectuel à la hauteur de notre époque, ainsi que « prendre en compte l´émergence des nouveaux publics » ont été des thèmes pris en compte lors de la première conférence, dans laquelle on a jugé essentiel de diagnostiquer rigoureusement le phénomène au-delà des impressions individuelles.

Le conférencier a rappelé qu’il revient aux intellectuels « membres d´une communauté qui défend la constante croissance culturelle de la nation par des routes différentes, de penser et repenser aussi souvent que nécessaire à ces nouveaux scénarios et de proposer des alternatives de consommation culturelle », il a appelé à la nécessité de surmonter « ce moment d´incertitude que provoque la révolution électronique ».

Parmi d’autres évaluations offertes par Abel Prieto Jimenez, assesseur du Président des Conseils d´État et des Ministres, il a souligné les pièges tendus au consommateur dans les appelés « paquet », où apparemment il a la liberté de choisir le « produit » culturel alors qu’en réalité il s’agit d’une sélection des paradigmes qu’ils veulent imposer. « Il y a une peur de paraître conservateur et autoritaire si on critique et si on a tendance à applaudir tout».

L´urgence de contempler l’appréciation audiovisuelle dans l’enseignement afin de développer le sens de jugement chez les étudiants et la présence du cinéma à la télévision ont aussi été des moments spécifiques du débat.

La tendance qu´a le monde aujourd´hui quant à la consommation des films étasuniens, et admettre, pour ne pas échapper à ces influences, qu’ils sont les meilleurs du point de vue des entrées, ont été commenté par Rolando Pérez Betancourt, qui a défendu la nécessité de créer un spectateur critique. « La télévision propose actuellement des films très importants réalisés dans le monde, mais ils sont « jetés » sans discernement comme s´ils étaient une grande mer de films, donc le spectateur ne sait pas quel est le meilleur et quel est le pire. Il est nécessaire d’orienter les gens dans ce qui est proposé ».

Rolando Pérez Betancourt s’est aussi référé à la nécessité d´ouvrir un espace où les spectateurs peuvent participer. « Aujourd´hui le cinéma s’est transformé, les gens ne vont plus au cinéma. C´est  la télévision qui a repris le rôle qu’avait le cinéma, mais pour ce faire on a besoin de deux choses fondamentales : la diffusion et l’orientation ».

 

www.granma.cu


La République de l´Inde pays invité d´honneur à la FIL Cuba 2015

Lors d’une conférence de presse au siège de la Société Culturelle José Martí, Zuleica Romay, présidente de l’Institut Cubain du Livre (ICL), a annoncé officiellement que le pays invité d’honneur de la 24e Foire Internationale du Livre, FIL Cuba 2015, sera la République de l´Inde.

La rencontre a également compté la présence de Monsieur Chinthapally Rajasekhar, Ambassadeur de la République de l´Inde à Cuba, qui a exprimé l´honneur que signifie cette distinction pour lui et pour son pays, car c’est la première fois qu´une nation asiatique est invitée à la Foire du Livre de Cuba.

Le diplomate a déclaré qu´une représentation des plus grands écrivains de son pays assistera à l’événement, ainsi que des intellectuels, et, en plus d´un échantillon significatif de livres, d’autres éléments de la culture de l´Inde seront présents dans la Foire, tels que le cinéma, la danse, la musique, la cuisine et la traditionnelle discipline physique et mentale qu’est le yoga.

Il a également annoncé que parmi la délégation de son pays à la FIL se trouvent six grands maîtres artisans qui travailleront en direct durant l’événement afin de montrer leur savoir-faire et qu’il y aura un petit bazar de souvenirs, d’artisanat, de bijoux et d’articles textiles. « Non pas pour gagner de l´argent, mais pour vous rapprocher en plus les cœurs de Cuba et de l´Inde », a-t-il souligné.

Monsieur Chinthapally Rajasekhar a commenté : « Comme vous le savez, l´Inde est un pays du cinéma, Bollywood produit un millier de films par an, mais nos maisons d’éditions publient environ 20 mille livres chaque année », puis il a précisé « La Foire est une importante opportunité pour approcher le lettré peuple cubain à la littérature de l´Inde ». Il a ajouté que la littérature du passé et celle du présent seront présentes avec des thèmes généraux en anglais. Et il a offert ses remerciements à l’ICL pour les efforts réalisés afin de proposer un nombre important de titres traduits à l´espagnol.

Il a souligné que les deux pays travaillent beaucoup pour garantir le succès de la Foire « cette grande aventure que nous allons assumer ensemble ».

La prochaine édition de la FIL aura lieu du 12 et 22 février à La Havane et elle s´étendra jusqu´à la fin du mois d´avril dans les autres provinces. Elle sera dédiée à Olga Portuondo Zúñiga, Prix National des Sciences Sociales, d’Histoire et de Recherche, et à Leonardo Acosta, Prix National de Littérature.

Juan Rodríguez, vice-président de l’ICL, a expliqué que onze titres d’Olga Portuondo et huit de Leonardo Acosta sont en préparation, ainsi que vingt-deux textes de et sur l´Inde, comprenant des romans, des contes et de la poésie, plus six autres étant en processus de traduction.

Il a dit que plus de 900 titres seront présentés lors du rendez-vous littéraire, représentant 3,3 millions d’exemplaires, ainsi que des projets numériques, avec la commercialisation de 31 de ceux-ci, dont la carte économique, historique et physique de Cuba.

En plus de l´Inde, 88 exposants étrangers ont déjà confirmé leur participation à la FIL Cuba 2015.

 

 

CUBARTE


Les legs de la création féminine : un hommage à Gertrudis Gómez de Avellaneda

Dans le cadre des hommages pour le bicentenaire de la naissance de Gertrudis Gómez de Avellaneda, La Havane accueille, du 10 au 14 novembre, le 24e Congrès annuel de l´Association International de la Littérature et de la Culture Féminine Hispanique « Legs de la Création Féminine », dédié à la célèbre écrivaine cubaine du XIXe siècle.

Organisé par l´Institut de Littérature et de Linguistique, avec la coordination de Zaida Capote, directrice de la Chaire Gertrudis Gómez de Avellaneda de cette institution, et Barbara Riess, membre de l´Association et professeur du Allegheny College, le congrès réunit plus de 150 conférenciers dans l´Hôtel National de Cuba et rend hommage à la mémoire de la poétesse, narratrice, dramaturge et essayiste native de Camagüey avec des recherches et des débats sur son œuvre durant les deux premiers jours de l´événement.

Dans le cadre du programme, un album d´autographes, récemment acquis par Cuba et confectionné par la propre Avellaneda avec des commentaires écrits de sa main, sera remis à la Bibliothèque Nationale. Il y aura aussi le concert « Les Femmes dans la Musique Cubaine », conçu par Emilio Cueto et sous la direction artistique de Cristina Rodríguez, du Théâtre Lyrique National et la projection de plusieurs courts-métrages de réalisateurs cubains préparée par Danae Diéguez.

Les journées artistiques comprennent également la lecture dramatisée d’El árbol de los gatos (L’arbre des chats), une œuvre inédite d’Elaine Vilar Madruga récemment sélectionné pour la 5e Biennale de Drmaturgie Féminine « L’écriture des différences 2015 » et la mise en scène d’El millonario y la maleta (Le millionnaire et la valise), de Gertrudis Gómez de Avellaneda, par la compagnie Teatro del Viento, dans la salle Hubert de Blanck.

L´Association Internationale de la Littérature et de la Culture Féminine Hispanique se dédie à la diffusion critique de la production culturelle des femmes dans le domaine des lettres et de la culture hispanique, qu’elle soit en espagnol ou en portugais et dans leurs régions géographiques du plus grand enracinement (Espagne, Portugal, Amérique Latine, Afrique). Le siège de l’Association est aux États-Unis et elle compte des membres du monde entier, le pays de son congrès annuel est choisi par concours, celui-ci ayant eu lieu, depuis 1996, dans plusieurs villes des États-Unis, du Canada, d’Amérique Latine et d’Europe.

 

CUBARTE


Le 27e Festival de Musique Contemporaine de La Havane

Le 27e Festival de Musique Contemporaine de La Havane, organisé par l´Union des Écrivains et des Artistes de Cuba (UNEAC) et l´Institut Cubain de la Musique, aura lieu du samedi 15 novembre au dimanche 23 novembre 2014.

La Basilique Mineure du Couvent de San Francisco de Asís accueillera le concert inaugural et la salle Covarrubias du Théâtre National de Cuba celui de clôture de l´événement dédié à la musique contemporaine, pour différents formats d’orchestres de chambre, vocaux et instrumentaux. Dans cette édition nous soulignerons la participation spéciale de l´Orchestre Symphonique National.

Cette édition du Festival sera dédiée au 5e anniversaire de la mort d’Harold Gramatges ; aux 95e et 80e de la naissance de Juan Blanco et Carlos Fariñas, respectivement ; au 60e de la vie artistique d’ Héctor Angulo ; au 35e de la création du Laboratoire National de Musique Électroacoustique et au 50e de son premier concert public, et au 25e du Studio Carlos Fariñas d’Art Électroacoustique Musical (Ecfaem), connu comme Studio Carlos Fariñas.

Les plus notables solistes, orchestres de chambre et ensembles instrumentaux cubains interpréteront des œuvres de compositeurs prestigieux tels qu’Harold Gramatges, Carlos Fariñas, Leo Brouwer, Alfredo Diez Nieto, Juan Blanco, Guido López- Gavilán, Roberto Valera, Jorge Garciaporrúa, Héctor Angulo, Juan Piñera, Efraín Amador, Jorge López Marín, José María Vitier, Magalys Ruiz, Luis Manuel Molina, José Loyola, Conrado Monier et Eduardo Martín, en plus d’œuvres écrites par des jeunes créateurs représentant les nouvelles générations, comme Víctor García Pelegrín Macías, Javier Iha Rodriguez, Maureen Reyes, Victor Gavilondo, Wilma Alba Cal, Joe Ott, Waldo Lavaut, Sergio Morales, Arannys Mariño et Ailem Carvajal.

Les guitaristes Ana Maria Rosado (Porto Rico), Efrén Gorrostieta (Mexique), Manuel Lezcano (Cuba - USA) et Ricardo Cuadros Pradilla (Colombie) ; les flûtistes Antipe da Stella (Suisse) et Tommaso Benciolini (Italie) ; le violiste Emanuel Olivieri (Puerto Rico) ; les pianistes Adriano Ambrosini (Italie), Josep-Maria Balanyà (Espagne) et Mariana Alandia (Bolivie) ; les groupes Nuevo Ensemble de Segovia, Dtor. Flores Chaviano (Espagne), American Composers Forum, (Patrick Castle - compositeur) et Lakeside Chamber Players (Janet Harris - bassoniste et directrice) des États-Unis, ainsi que les compositrices Amparo Fabra et Anna Bofill (Espagne) et le chef d’orchestre Germán Cáceres (El Salvador), ont confirmé leur présence à cette 27e édition du Festival.

Des scènes du Centre Historique havanais comme la Basilique Mineure du couvent de San Francisco de Asís ; les salles Ignacio Cervantes, Ernesto Lecuona du Théâtre Lyrique, ainsi que celles de la Casa de las Américas, de l´Institut Supérieur d’Art, la Villena de l´UNEAC et la Covarrubias du Théâtre National de Cuba accueilleront les concerts, les conférences les classes magistrales et les ateliers à la charges d’artistes invités.

Cet événement, fondé en 1984, a compté la participation de grands compositeurs tels que Luigi Nono, Krystof Penderecki, Zyygniew Rudzinski, Hans Werner Henze, Sten Hanson, Luis de Pablo, Ramón Barce, Marlos Nobre, Gerardo Gandini, Manuel de Elías, Alfredo del Mónaco, Alfredo Rugeles, Celso Garrido Lecca, Manuel Enríquez, Xavier Montsalvatge, Florentín Gimenez, Jorge Sarmientos, en plus des Cubains Harold Gramatges, Leo Brouwer, Carlos Fariñas, Juan Blanco, Roberto Valera ou Juan Piñera, parmi de nombreux autres.

Son comité d´organisation est présidé par le maestro Guido López-Gavilán.

 

Festival de Música Contemporánea


Le Festival et le 3e Salon d´Art Naïf à La Havane

Le 3e Salon d´Art Naïf a été inauguré dans le Centre de Développement des Arts Visuels (CDAV) de La Havane, comme une partie du Festival d´Art Naïf qui se déroule dans ce centre depuis samedi.

Cette inauguration a accueilli la remise des prix aux auteurs des œuvres les plus remarquables. Betzi Arias Lopez, de Villa Clara, a remporté le premier prix pour ses œuvres « ¿Viejo o sabio? » et « Cuando el mulo dice no » suite à la décision d’un jury présidé par Raúl Santos Serpa qui a souligné sa cohérence et son extravagance imaginative. Le second prix est revenu à Caridad Regina García, de La Havane, pour son œuvre « Fiesta ».

Le jury a décerné des mentions à « Yemaya », de la havanaise Tessa Hernández ; à « Paisaje », de Cenia Escalona, de Bayamo ; à « Solo me queda esperar », de María Eugenia García, de Pinar del Río ; à « El trago » et à « La granja de Manolo » , d’Erenia Licea Pompa, de Santiago de Cuba.

Cette édition a reçu 167 œuvres provenant de toutes les provinces du pays, desquelles 127 ont été retenues, ce qui révèle le haut niveau d’exigence de la part des personnes chargées de sélectionner les œuvres dans les différentes provinces du pays afin qu’elles soient envoyées à cet événement de caractère national.

Le Festival d´Art Naïf, se déroule dans le CDAV jusqu´au 29 de ce mois et il compte des tables rondes sur cette manifestation de la culture populaire, des ateliers de peinture et d’origami, la création d´une peinture murale collective ou des rencontres avec des artistes de l’appelé « art primitif », parmi d’autres propositions.

 

 

CUBARTE


Ivan Putrov : J’espérais revenir à La Havane et danser

Iván Putrov est monté pour la première fois sur une scène cubaine en 2010. Il est arrivé comme danseur principal du Royal Ballet, la compagnie invitée au 22e Festival International de Ballet de La Havane pour interpréter, entre autres, Month in the country, du chorégraphe Frederic Ashton, avec la danseuse Alexandra Ansanelli.

Quatre ans plus tard, il revient en freelance, après avoir quitté la principale compagnie de danse britannique afin de se dédier aux galas et aux événements internationaux.

Dans sa carrière, le danseur étoile ukrainien a interprété les rôles principaux des grandes traditions romantiques et classiques, ainsi que des créations de maîtres tels que George Balanchine et Jérôme Robbins, Roland Petit, John Cranko ou Kenneth MacMillan.

Comme un invité à ce 24e Festival de Ballet, il a interprété le rôle du Prince Siegfried dans la version cubaine du Lac des cygnes, lors du gala du 4 novembre dans le théâtre Karl Marx.

« Le cas de Siegfried est un défi, car il a plusieurs dimensions. Ce n´est pas un prince commun parmi les nombreux qu’il y a dans les classiques du XIXe siècle. Le développement de Siegfried comme personnage passe par le spectre de l´évolution de l´être humain : entrer dans l´inconnu, tomber amoureux, être trahi, pardonner. Le lac des cygnes est très fort du point de vue dramatique et interprétatif, avec des éléments essentiels du bien et du mal, le doute et la sensualité contre le formalisme », a assuré Ivan Putrov.

Il a dansé cette œuvre avec la première danseuse du Ballet National de Cuba Viengsay Valdés, qui a interprété le double rôle d´Odette/Odile. Ils ont été secondés par les solistes et le corps de ballet de la compagnie cubaine.

« J´ai eu le plaisir de rencontrer Viengsay comme artiste et personne à plusieurs reprises. Maintenant, il était temps de danser ensemble pour la première fois. Le lac des cygnes est un des rôles qui distingue le travail de Viengsay. C’est un plaisir d´être son Prince ».

Pour le danseur, Le Lac des cygnes donne de la puissance à la parfaite symbiose de l´art et de la vie. « Le lac des cygnes n’est pas une diversion, c’est l’art donnant de la puissance aux questions de l´existence humaine et de ses valeurs. Ce ballet est une combinaison parfaite de l´art dramatique et du développement technique de la danse. Et bien sûr de pouvoir profiter du génie de Tchaïkovski ».

Il se souvient de l’accueil du public cubain et il espérait revenir pour lui offrir nouvellement toute son affection. « Le public partage l´avenir de l´art et de théâtre autant que les artistes. Sans l´un, l´autre devient purement théorique. Comme l´a dit Karl Marx « la réalisation est tout ». Mon séjour à Cuba, ma visite à Cuba en 2010 a été passionnante à tous les niveaux et ce que j’espérais le plus était de revenir et de danser ».

Les plans professionnels d’Ivan Putrov ne s’arrêtent pas à La Havane. « Cette année je danserai avec Natalia Osipova au Bolchoï, dans le cadre d´un gala pour aider mon école de danse à Kiev, en Ukraine. Je prévois également de danser Shéhérazade à Tokyo avec la prima ballerina Olena Filipyeva dans le cadre de la tournée du Ballet National d´Ukraine (ce serait très enrichissant de danser ce ballet avec Viengsay Valdés un jour). Et je pense que je vais reprendre Men in motion », a-t-il commenté.

 

www.granma.cu


Habanarte reviendra en septembre 2015

La deuxième édition de l´événement Habanarte, qui aura lieu à La Havane du 11 au 21 septembre 2015, a été présentée dans le pavillon de l’EGREM durant les activités de la Foire Internationale de La Havane dans le parc des expositions Expocuba.

Agnerys Leyva, directrice du Centre de la Communication Culturelle, a déclaré que la deuxième édition d’Habanarte tentera de surpasser les résultats du premier événement, qui a eu lieu entre le 11 et le 21 septembre dernier, avec la participation de plus de 1000 artistes de toutes les manifestations culturelles, lesquels se sont présentés dans une centaine d´institutions culturelles de la capitale devant plus de 100.000 spectateurs.

Elle a également expliqué qu’Habanarte ne prétend pas substituer les événements que promeuvent les différentes instituts du Ministère de la Culture à travers son vaste réseau d´institutions, mais que ce festival des arts à l’intention de renforcer la programmation de la capitale au cours de sa réalisation avec des artistes reconnus et, ainsi, se consolider comme la principale Fête de l’Art Cubain.CUBARTE


L’exposition « Los Dioses de los Misterios » au Musée des Beaux-arts

Montrer l´histoire du mysticisme actuel à travers les mystères de sept divinités de l´antiquité est le but de l´exposition « Los Dioses de los Misterios NIHIL NOVI SUB SOLE » (« Les Dieux des Mystères. NIHIL NOVI SUB SOLE ») qui est ouverte au public  jusqu´au mois de janvier 2015 dans l´Édifice d’Art Universel du Musée National des Beaux-arts (MNBA).

« Il n´y a rien de nouveau sous le soleil » dit la locution latine donnant le sous-titre à l´exposition conformée de 27 pièces entre lesquelles se trouvent des œuvres appartenant aux collections d´art d’Egypte, de Rome, de Grèce et de Peinture Européenne du MNBA ; ainsi qu´une médaille d´argent de Laurion reflétant un Zeus sur son trône, une courtoisie du Musée Numismatique.

Pour le  renforcement  de cette exposition du point de vue conceptuel, la spécialiste Aimée Chicuri et la Dr. María Castro offriront une visite guidée aujourd’hui  à dix heures, ainsi que des conférences les deux mercredis suivants, à dix heures dans l’Hémicycle, lesquelles feront référence aux mystères des anciens dieux et l´iconographie du mythe dionysiaque.

Les précieuses informations offertes au public permettront de trouver les fondements des écoles rosicruciennes, de la franc-maçonnerie et certaines célébrations religieuses, y compris du christianisme, comme celle du 25 décembre, liés dans l´antiquité à la naissance du Dieu Mitra.

Cette exposition permettra aussi, à un moment aussi particulier pour le spectateur à la fin de l´année, d’apprécier de très belles pièces appartenant au MNBA, dont celles de la collection Comte de Lagunillas.

 

CUBARTE


La modernisation des installations culturelles à Santiago de Cuba

Santiago de Cuba – La récente réouverture de l’emblématique cinéma Cuba, à côté des salles modernisées et de celles qui sont encore à terminer, réaffirme la volonté de célébrer le 500e anniversaire de la fondation de la ville et le 62e de l’assaut de la Caserne Moncada avec un réseau moderne et intégral d’installations culturelles.

Précédée par la récupération des dégâts causé par l´ouragan Sandy à la Granjita Siboney, aux théâtres Heredia et Martí, à la restauration de l’ensemble monumental « 26 de Julio » et au sauvetage de l´amphithéâtre Mariana Grajales, la réparation de la salle de la rue de Enramadas répond à un vieux rêve des habitants de Santiago.

Tania Fernández Chaveco, directrice provinciale de la culture, a expliqué que la plus importante réparation du cinéma Cuba en 80 ans d´existence comprend le changement de la toiture endommagée par le cyclone ; l´installation d’équipements de projection, de son, de climatisation et d´un éclairage avec une technologie de pointe, ainsi que 880 nouveaux fauteuils confortables.

Maintenant les travaux de plus grande envergure correspondent au complexe Bacardi, comprenant trois bâtiments importants comme le musée Emilio Bacardí, qui accueillera l’atelier régional de restauration des biens des musées.

La directrice a expliqué que l’œuvre civile du musée centenaire suivra le dessin d’exposition du Bureau de l´Historien de La Havane et du Centre Provincial du Patrimoine, incluant la climatisation pour la protection de précieuses œuvres historiques, artistiques et archéologiques, comme une momie égyptienne d´environ trois mille ans.

Afin d’accueillir d’importantes œuvres dans la Salle d’Art, le bâtiment où a été hissé pour la première fois le drapeau cubain dans la ville, reçoit le renforcement de sa structure, la restauration des valeurs artistiques dans son intérieur, le sauvetage de la salle de concert Esteban Salas et la rénovation de la galerie Oriente.

L’atelier, qui sera doté d’équipements modernes, contera des spécialistes et la technologie nécessaires pour offrir des services de restauration d’objets, de meubles, de tableaux, de documents  et des autres pièces de valeur historique et artistique, appartenance à des centres patrimoniaux des provinces orientales cubaines.

Parmi les modernisations restantes se trouvent les travaux dans le cinéma infantile ABCDF, le nouveau siège de la compagnie théâtrale Macuba dirigée par Fátima Patterson. Cette salle, destinée aussi aux représentations d´autres groupements, compte des modernes systèmes d’audio, d’éclairage, de climatisation et de mécanique scénique.

La terminaison des réparations de la Maison de l´Afrique, des locaux assignés au musée de la musique, à la maison de la céramique, de l´académie de danse et des neuf galeries est prévue pour la fin de l’année. À ceux-ci se joignent d’autres œuvres significatives comme la réhabilitation du centre culturel Bravo Correoso, l’amélioration de la Casa de la Trova et de la galerie d´art universel, l’achèvement de la maison de la culture Josué País et le sauvetage des sculptures et des dizaines de peintures murales sur les bâtiments sur le Prado.

Les écoles du secteur ont été réparées pour leur contribution à la revitalisation des différents genres artistiques, dont celle de formation professionnelle José María Heredia ; l’acoustique des locaux de percussions dans le conservatoire Esteban Salas et l’imperméabilisation de l’école José Joaquín Tejada.

 

www.granma.cu


Le Prix Phoenix récompense le Festival de Cinéma de La Havane

Alors que le compte à rebours commence pour que les cinémas et les salles de La Havane accueillent le meilleur du cinéma de la région en décembre, le Festival International du Nouveau Cinéma Latino-américain vient de mériter le Prix Ibéro-américain Phoenix (dont c’est la première édition), pour contribuer - depuis sa création- au développement et à la diffusion de la cinématographie ibéro-américaine et de ses créateurs.

Iván Giroud, l’actuel président du Festival, recevra le prix qui reconnaît et honore le travail de ceux qui se dédient au cinéma en Amérique Latine et dans la péninsule ibérique au Mexique.

La cérémonie, organisée par Cinema23, réunira la communauté cinématographique ibéro-américaine et reconnaîtra le travail développé durant plus de trois décennies par la Fondation du Nouveau Cinéma Latino-américain et dans lequel « perdure le noble esprit et la générosité de son fondateur, Alfredo Guevara et de ceux qui, comme Santiago Alvarez et Gabriel García Márquez, l´ont accompagné depuis sa création », selon le site Web officiel www.premiosfenix.com.

« Le festival est un espace de dialogue enrichissant entre les professionnels du cinéma, les étudiants et un public très informé et critique. C’est sans doute l´une des principales vitrines de notre cinéma. Durant des décennies La Havane a été un exemple à suivre dans la construction d´une communauté engagée avec ses multiples réalités et qui comprend le film non seulement comme une forme d´expression artistique, mais comme un espace de réflexion sociale. Cet exemple est ce que nous voulons reconnaître aujourd´hui », souligne aussi le texte.

L’association qui confère le prix est composée de spécialistes, de chercheurs et de critiques de cinéma ayant une carrière exceptionnelle et une grande reconnaissance.

Ce prix impulse le prochain rendez-vous havanais, dont la 36e édition, dédiée à l´écrivain colombien Gabriel García Márquez, se déroulera du 4 au 14 décembre.

 

www.granma.cu


L’évolution des relations culturelles entre Cuba et l´Italie

Le niveau des relations de Cuba avec les institutions de l´Etat italien, ainsi que la haute valorisation des artistes cubains résidents et/ou séjournant temporairement qui défendent la culture cubaine dans cette nation européenne, a été mis en évidence lors d’un échange à Rome avec le vice-ministre de la culture Fernando Rojas.

Au nom du Ministère de la Culture de Cuba, Fernando Rojas a souligné l’évolution des relations avec l´Italie comme les plus intéressantes en termes d´échange culturel se développe progressivement avec les institutions de l´État.

L´exposition « Caravaggio a La Habana », les échanges dans le domaine du cinéma et de la littérature, le travail des associations italiennes et cubaines de solidarité avec l´île, ont été le fruit de ce développement et de ce résultat, a déclaré le vice-ministre.

Après avoir rappelé la récente victoire de Cuba contre le blocus des États Unis lors de l´Assemblée Générale des Nations Unies, Fernando Rojas a souligné l´important travail des Cubaines et des Cubains en Italie en termes de promotion de la musique, de la danse, des arts visuels et de la littérature.

Il a signalé que la création artistique à Cuba se trouve dans une période très favorable dans tous les domaines avec l´accroissement des échanges culturels avec le monde, avec une présence accrue des artistes étrangers, ainsi que celle des artistes cubains à l´étranger.

Il réaffirmé que la volonté du Gouvernement cubain et du Ministère de la Culture est de continuer à développer ces liens et il a demandé à la communauté artistique cubaine de continuer à promouvoir les meilleures valeurs de notre tradition culturelle, éthique, historique « qui, en fin de compte, sont les valeurs que la Révolution a exalté. Grâce à celles-ci on a pu et on peut développer d’importantes campagnes de solidarité pour la promotion de la culture ou pour la libération de Gerardo Hernández, d’Antonio Guerrero et de Ramón Labañino, toujours emprisonnés aux États-Unis », a-t-il précisé.

 

AIN


Le Cubain Alejandro Pérez filmera un nouveau vidéoclip avec Enrique Iglesias

La Havane – Le réalisateur cubain Alejandro Pérez filmera un nouveau vidéoclip avec le chanteur espagnol Enrique Iglesias, accompagné par le rappeur Pitbull, a annoncé le portal Progreso Semanal.

Alejandro Perez a déjà dirigé Enrique Iglesias dans le grand succès Bailando, avec Descemer Bueno et Gente D’Zona et maintenant il a le défi de filmer ce nouvel ouvrage avec des marionnette de 35 cm, quelque chose de nouveau pour lui.

« C´est une des vidéos les plus difficiles que je vais faire dans ma vie, une aventure sur ce qui se passe généralement sur les scènes avec les paparazzi : ce sera une chose un peu folle, mais amusante », a-t-il assuré.

Selon le directeur de la photographie de films comme Conducta, la vidéo sera également difficile du point de vue expressif pour atteindre le niveau gestuel, le mouvement et l´expression qu’il souhaite.

« J´ai une semaine d’essai avec ces marionnettes, je dois monter une chorégraphie et obtenir ce que je désire vraiment », a ajouté Alejandro Pérez, qui a récemment tourné le vidéoclip Flor pálida, un thème du regretté musicien cubain Polo Montanez, avec Marc Anthony.

Sur cette expérience, il a commenté qu´il a établi une excellente relation avec le chanteur d´origine portoricaine, malgré le fait qu´il n´avait pas pu rencontrer le musicien avant le tournage.

« J’étais ennuyé car nous ne nous étions pas rencontrés. Ceci pouvait avoir une interférence avec l´histoire que j´avais conçu, même si il savait tout ce qu´il avait à faire », a précisé le réalisateur.

Cependant, le fait de ne pas se connaître a occasionné une chimie parfaite et l´interprète de succès comme Vivir, vivir  lui a dit : « Je suis un soldat, je fais ce que tu me dis, je suis ici pour ça ».

 

PL


Pour nous aider a améliorer notre travail, nous vous prions de bien vouloir nous envoyez vos suggestions à: journalcubarte@infocubarte.cult.cu

Les souscriptions au service de Cubarte, le Portail de la Culture Cubaine se réalise au travers de : http://listas.cult.cu/mailman/listinfo/cubarte

22:14 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

04/11/2014

LML 3 nov: 44e anniversaire de la proclamation de la Loi des mesures de guerre

 
 
From: LML
Sent: Monday, November 3, 2014 11:38 PM
 
Subject: LML 3 nov: 44e anniversaire de la proclamation de la Loi des mesures de guerre
 
Le Marxiste-Léniniste

Numéro 142 - 3 novembre 2014

44e anniversaire de la proclamation de la Loi des mesures de guerre
Pour garantir la sécurité il faut reconnaître
et garantir les droits


Des soldats canadiens prennent le contrôle des rues de Montréal suite à la proclamation de la Loi des mesures
de guerre
en octobre 1970
.

44e anniversaire de la proclamation de la Loi des mesures de guerre
Pour garantir la sécurité il faut reconnaître et garantir les droits - Parti marxiste-léniniste du Québec

De la presse du Parti
Les pouvoirs policiers au-dessus du pouvoir civil: la vraie nature de la démocratie canadienne - PCC(M-L), LML, 21 octobre 2010
Une tentative ratée d'éliminer l'organisation et de mater le désir de changement et l'esprit de rébellion de la classe ouvrière et du peuple au Québec - Pierre Soublière, LML, 21 octobre 2010
PROFUNC: Le plan secret du Canada pour des détentions pour des périodes indéterminées - LML, 21 octobre 2010
La ligne des «deux extrêmes» - LML hebdomadaire, 28 juin 1998


Pour toute information ou communication concernant la liste d'envoi, prière d'écrire à lml@cpcml.ca

14:00 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |