03/03/2015

CUBA: Un certain 4 mars 1960

 
 
From: jemi.bayart
Sent: Tuesday, March 3, 2015 3:56 PM
 
Un certain 4 mars 1960
 
La mémoire. Demain 04 mars= 55 ans...
Encore 95 ans à attendre avant que le dossier contenant les preuves probables ne sorte de l'oubli.

Souvenez-vous ! Il faisait beau, ce jour-là. L’air était doux, parfumé de senteurs exotiques, comme sait l’être l’air des Caraïbes. Le navire était à quai. La cargaison : 76 tonnes de balles et de grenades FAL anti-chars, réparties dans 1492 caisses. Cachées entre les caisses de grenades, deux bombes prêtes à exploser. C’était le 4 mars 1960. Le cargo s’appelait La Coubre. Le vapeur de 4309 tonnes appartenait à la Compagnie Générale Transatlantique, une société française. Depuis 9 ans, il faisait la navette entre la France, les Antilles françaises, l’Amérique centrale et les Etats-Unis. En provenance d’Anvers, il avait accosté la veille sur le quai Tallapiedra, dans le port de La Havane. A son bord, 35 hommes d’équipage, dont 28 Français. Depuis près de 3h, 27 dockers, sous la surveillance de deux officiers de l’ Armée Rebelle de Cuba, avaient commencé à décharger le bateau. Sur le quai, 30 soldats de la Section des tanks et du régiment d’Artillerie surveillaient la zone. La cargaison était d’importance : la toute jeune Révolution avait un besoin absolu de ces munitions, commandées dans un premier temps par l’ex dictateur Batista, et que les autorités belges avaient finalement accepté de livrer au gouvernement de Fidel Castro, malgré les pressions insistantes des Etats-Unis. A bord du cargo, l’équipage attendait sans doute tranquillement la fin du déchargement pour repartir. Le capitaine Georges Dalmas rédigeait un rapport dans sa cabine tandis que Jean-Marie Guillotin, le chef mécanicien, assis sur sa couchette, écrivait à sa femme. A l’arrière du bateau, le premier lieutenant François Artola et le timonier, Jean Buron, devaient suivre d’un œil le déchargement, tandis que quelques matelots, s’affairaient sur le pont. Peut-être se disaient-ils qu’avant le départ ils iraient faire un tour dans La Havane pour acheter quelques souvenirs, des cigares et du rhum pour les ramener au pays. Ça faisait des semaines qu’ils étaient partis, et le temps devait leur sembler long. Le déchargement avançait rapidement. Déjà toutes les caisses de balles avaient été déchargées. Les dockers s’attaquaient maintenant à vider la soute des caisses de grenades. Il était 3h10. Des ouvriers soulèvent une caisse. Sous la caisse, une bombe antichar… L’ explosion est terrifiante ! Toute la partie arrière du navire est déchiquetée. Des cadavres, des blessés partout ! Un épais nuage de fumée monte du bateau. Dans un bâtiment proche du port, Ernesto Che Guevara est en réunion. Il entend le bruit, il voit la fumée. Il se précipite pour apporter les premiers secours, il est médecin. On porte les premiers blessés à l’écart, Che est avec eux. Sur le navire sinistré comme sur le quai, les secours affluent. C’est alors que retentit une seconde explosion, encore plus forte que la première. La deuxième bombe vient d’exploser finissant de tordre les tôles et d’éventrer le cargo, balayant le quai de milliers de débris incandescents. Le bilan est terrible. Quatre-vingts morts, plus de 200 blessés, de nombreux disparus et des dommages estimés à environ 17 millions de dollars. Le lendemain, un immense cortège rendait un dernier hommage aux victimes de l’attentat et Fidel Castro concluait son discours par une formule qui allait marquer l’histoire : « Patria o muerte ¡Venceremos ! ». A son côté, Che, le béret à l’étoile sur la tête, le regard lointain, comme marqué par la tragédie. Alberto Korda, présent lui aussi, fera ce jour-là le cliché de Che Guevara connu du monde entier. Douze jours plus tard, les 22 marins rescapés seront rapatriés vers la France. François Artola, Jean Buron, Lucien Aloi, André Picard, Jean Gendron et Alain Moura ne sont jamais rentrés au pays. Leurs restes reposent au cimetière Colon, à La Havane. Qui donc avait intérêt à faire exploser le cargo? Qui pouvait souhaiter que les armes contenues dans les soutes ne puissent pas servir à Cuba? Bien que les Etats-Unis se soient toujours vertueusement défendus d'en être les commanditaires, comment ne pas avoir des doutes sur les auteurs de ce crime? Il existe un volumineux dossier sur l’attentat, conservé au Havre, qui a été établi à l’époque par les services juridiques de la Compagnie Générale Transatlantique. Peut-être renferme-t-il les preuves qui nous manquent pour accuser qui que ce soit et demander justice. Mais aucun de nous ne pourra consulter ce dossier : il est soumis à un délai de communicabilité de 150 ans …
Ne me demandez pas pourquoi.
Annie Arroyo Kubako Etxea – France-Cuba

 

17:42 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.