03/10/2009

02/10/2009: Un blocus économique sans équivalent dans l’histoire...

Un blocus économique sans équivalent dans l’histoire
(Néstor Núñez)

Washington s’est bien gagné, en cinquante ans, le titre de
génocide, même s’il fait tout son possible pour échapper au jugement de
l’histoire. Le blocus économique à Cuba a été instauré pratiquement
depuis le triomphe de la Révolution, en janvier 1959. Il constitue
maintenant le cas le plus prolongé d’un siège maintenu par un ennemi
contre sa victime.
De tous les blocus connus dans l’histoire, aucun n’a été aussi
prolongé, obstiné et intégral. Homère a conté comment les grecs ont
assiégé Troie pendant dix ans. Le siège de Leningrad  par les nazis, au
cours de la seconde guerre mondiale, a duré 900 jours.
Mais à Cuba, il y a déjà plusieurs générations qui n’ont pas
connu, dans toute leur existence, autre chose que les difficiles
conditions imposées par la guerre économique, financière et commerciale
à laquelle les soumet le puissant empire.
Des calculs récents montrent que l’île a perdu au moins 96
milliards de dollars en raison de cette agression officielle du pays
nord-américain qui, depuis les années 70, a reçu annuellement
l’approbation de l’occupant de la Maison Blanche, semblable en cela au
César qui, dans l’arène, décidait  d’un seul geste la vie ou la mort du
gladiateur vaincu.
Il s’agit bien d’un authentique acte de génocide et non pas
d’une simple figure de rhétorique journalistique. Les lois
internationales établissent clairement que toute mesure destinée à
laisser mourir de faim ou de maladie un prétendu ennemi doit être
classifiée comme acte de génocide et un bon nombre d’organisations
internationales utilisent ce qualificatif de façon tout à fait justifiée
lorsqu’ils font allusion à ce thème.
Si le peuple cubain a été capable de faire face à une telle
violence et s’il peut faire état de réussites importantes malgré les
tentatives d’asphyxie menées par le puissant voisin du Nord,  cela se
doit en premier lieu à un patriotisme profondément ancré dans tous les
esprits et une grande capacité de résistance, assistés bien sur par la
solidarité de nombreux amis tout autour du monde.
Ce sont ces amis qui, au cours des vingt dernières années, ont
exprimé en vote majoritaire à l’Assemblée Générale de l’ONU leur rejet 
de l’obstination de la Maison Blanche et qui sont parvenus à l’isoler
internationalement, même si l’empire refuse toujours de tenir compte de
la volonté mondiale.

Título en español

Cerco económico sin paralelo

11:21 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : histoire, courcelles, cuba, usa, communisme, presse, television, romain, colonialisme, imperialisme, silence, castro, socialisme, medias | |  Facebook | |  Imprimer | | |